Préparation, déroulement et discours de soutenance de thèse en sciences sociales

Dans ce billet, comme cela est indiqué dans le titre, je mets à disposition mon discours de soutenance de thèse, suivi d’un retour sur les étapes de sa construction et sur la préparation de ma soutenance, puis je vous partage quelques choses que j’ai retenues des échanges avec le jury, avec quelques soulagements et frustrations. La raison pour laquelle je partage mon discours est que j’ai moi-même cherché des exemples sur lesquels m’appuyer lorsque je préparais ma soutenance. Mon rapide retour d’expérience concernant la soutenance a aussi vocation à aider les futurs impétrants (ce mot est moche mais je le trouve rigolo).

Discours de soutenance

Mesdames et messieurs les membres du jury, merci d’avoir accepté d’évaluer mon travail de thèse et d’être présentes et présents aujourd’hui. Je suis particulièrement reconnaissant aux rapportrices pour leurs remarques stimulantes. Je remercie aussi le public d’être venu assister à cette soutenance.

Elle portera sur ma thèse, qui s’intitule De la Pokémania aux Pokémaniacs : La captation des fans adultes de Pokémon entre stratégies des industries culturelles et intermédiation participative. Cette dernière est le fruit d’une recherche doctorale menée au laboratoire EXPERICE de l’Université Sorbonne Paris Nord et du LabEx Industries Culturelles et Création Artistique, ou ICCA, qui en a financé les trois premières années. Elle a été dirigée par Vincent Berry et Pascale Garnier qui sont présents aujourd’hui et que je remercie pour leur encadrement.

Annonce du plan

Dans le cadre de ma présentation, je reviendrai dans un premier temps sur la démarche qui a mené à la construction de mon sujet et de ma problématique. Je rappellerai ensuite la méthodologie mise en place pour y répondre. Puis je reviendrai sur deux principaux résultats de ma thèse. Enfin, je proposerai deux perspectives d’approfondissement.

Démarche de construction de la problématique

L’énigme des fans adultes de pokémon

La question aux fondements de ma thèse concerne l’énigme posée par l’existence de fans adultes de Pokémon, un jeu a priori destiné aux enfants. Cette question invite nous pencher sur la manière dont se construit, se maintient et se transforme l’attachement envers des produits culturels sur le long terme. J’aurais ainsi pu la poser à propos d’autres franchises culturelles telles que LEGO ou encore Disney. Ce choix appelle ainsi à une clarification quant au rapport que j’entretiens à mon objet de recherche.

Quel rapport à mon objet de recherche ?

Je suis en effet moi-même un fan adulte de Pokémon. J’ai cherché à faire de ma familiarité avec l’univers Pokémon et ses fans une ressource pour mon enquête, sans pour autant m’inscrire dans une démarche d’academic-fan ou aca-fan telle qu’elle a été théorisée et mise en pratique dans le cadre du champ international des fan studies, qui revendique notamment une posture de valorisation des fans et de leurs pratiques.

L’énigme de la persistance de l’attachement des fans adultes de Pokémon s’est en réalité imposée comme fil conducteur de ma thèse tardivement, alors que la rédaction de ma thèse était déjà bien avancée, et elle est avant tout le résultat de mon inscription dans des structures et réseaux académiques particuliers, ainsi que d’une part de contingence dans le cadre de l’enquête.

Trois cadres analytiques à articuler

L’inscription de ma recherche dans le cadre du LabEx ICCA m’a conduit à orienter mon projet de thèse vers la question des relations entre publics médiatiques et industries culturelles. Dès lors, l’enjeu a été d’articuler une démarche de sociologie de la réception avec une analyse des industries culturelles. Pour ce faire, ma démarche s’est structurée autour de trois outils théoriques : le concept de captation des publics ; la théorie des industries culturelles, et la théorie de la mise à disposition des ressources.

Je vais tâcher de montrer la complémentarité de ces trois outils et la manière dont leur articulation a conduit à fonder le socle de mon analyse.

Le concept de captation des publics, qui a été développé par Franck Cochoy, désigne à la fois l’attachement de nouveaux consommateurs et à la rétention de ceux déjà captés. Les fans d’un produit culturel correspondent à ce deuxième cas. Il conçoit la captation la rencontre entre des dispositifs et des dispositions, organisée dans le cadre d’un marché. Les travaux développés autour de ce concept fournissent notamment des outils pour penser la manière dont certains dispositifs produisent ou alimentent le phénomène de captation.

La théorie de la mise à disposition des ressources a quant à elle été développée par Gary Alan Fine, dans sa formulation de départ est très semblable à ce que propose le concept de captation. Néanmoins, là où ce dernier va plus loin sur les mécanismes de rétention des publics, la théorie de la mise à disposition des ressources, l’accent sur la manière dont les dispositifs, ou ressources, servent non seulement à maintenir les usagers mais aussi à organiser les mondes de loisirs.

La théorie des industries culturelles, qui a fait l’objet de développements en France en Sciences de l’Information et de la Communication au cours des dernières décennies, m’a servi à relier cette problématique de la captation et de l’organisation des mondes de loisirs aux logiques des industries culturelles. Les développements de cette théorie ont notamment porté sur les mutations des logiques de production et de communication, et sur l’intensification de leur intrication dans le cadre du processus de plateformisation. Ils ont aussi porté sur l’évolution de l’organisation de la consommation, notamment dans le cadre de l’idéologie de la participation médiatique.

Problématique

Ce cadre m’a conduit à problématiser l’énigme de départ en interrogeant le rôle d’intermédiation joué par l’écosystème des fans sur internet qui permet le maintien de la captation et l’organisation de la réception de Pokémon. Cette intermédiation se produit suivant deux temporalités. La première concerne des trajectoires de fans au long cours, dans le cadre desquelles se construit et se transforme l’attachement des fans pour Pokémon. La seconde correspond au renouvellement régulier de l’attachement dans le cadre de la réception de la communication officielle. C’est pour analyser cette deuxième temporalité que la problématique des émotions s’est avérée centrale, et c’est la dimension sur laquelle je vais insister aujourd’hui, après être revenu sur la démarche méthodologique de mon enquête.

Méthodologie et corpus

J’ai souhaité prendre le contrepied des enquêtes sur les fans, notamment menées dans le cadre des fan studies, qui consiste le plus souvent à produire des monographies de collectifs désignés comme des communautés de fans et à analyser, voire à valoriser, leurs productions. Une telle perspective a conduit à définir les fans à travers leur participation à des communautés et leurs productions. J’ai, pour ma part, cherché à étudier les fans en tant que public, c’est-à-dire en tant que mode de relation particulier à des œuvres médiatiques, qui relèvent ici de logiques des industries culturelles et informationnelles, ainsi que de modes d’organisation de l’intermédiation des contenus médiatiques.

Trois méthodes d’enquête

Cette posture a impliqué deux choix. Premièrement, j’ai souhaité rendre compte de la diversité des modalités d’engagement des fans, au-delà des plus visibles. Pour ce faire, j’ai diffusé un questionnaire en ligne en mai 2020, peu avant la fin du premier confinement relatif à la pandémie de COVID19 conçu en collaboration avec deux fans. Le mode de diffusion du questionnaire a nécessairement impliqué un ciblage privilégié de fans relativement investis, mais il a débordé des frontières des espaces communautaires a touché un public au sein duquel les pratiques transformatives impliquant des productions sont minoritaires.

Deuxièmement, 20 entretiens semi-directifs menés auprès de fans ayant répondu à ce questionnaire, ont été recrutés de sorte à approfondir des interrogations abordées dans le questionnaire en portant un intérêt particulier sur leurs trajectoires. Ils ont aussi permis d’aborder des pans de la pratique des fans qui ne laissent pas de traces numériques, pour reprendre les termes de Julien Falgas.

Je n’ai pas pour autant totalement négligé l’analyse des traces de participation en ligne. En effet, j’ai récolté l’intégralité des publications Facebook publiées sur deux groupes de fans autour de dates clés, à savoir des annonces importantes concernant les jeux vidéo Pokémon sortis en 2018 et 2019, et les périodes autour de leurs dates de sorties officielles. Au total, ce sont près de 2000 publications et des dizaines de milliers de commentaires qui ont donc été récoltées sous forme de PDF, encodées suivant une logique systématique puis de manière plus qualitative et approfondie sur Nvivo.

Dans l’optique d’analyser les fans en tant que public plutôt que participants à des communautés, j’ai considéré ces groupes Facebook comme des dispositifs d’intermédiation qui structurent le public et la réception, et je m’en suis servi comme des postes d’observation fixes au sein desquels circulent des contenus qui permettent de rendre compte, dans une certaine mesure, de la circulation et de l’appropriation des ressources diffusées en ligne.

De quel Pokéweb parle-t-on ?

Le territoire de participation qui correspond à notre corpus s’étend au sein d’une partie de ce que les fans appellent le Pokéweb. Comme tous les territoires numériques, il est fait de frontières poreuses et de relations en réseaux plus ou moins explicites selon les cas.

Si l’on raisonne en termes d’espaces et non d’individus, on peut distinguer trois principaux espaces sondés par mon enquête. Premièrement, un Pokéweb structuré autour de sites de fans à grande audience, dont certains existent depuis plus de dix ans. Ces sites disposent tous de comptes sur les réseaux sociaux dont l’activité produit des espaces communautaires publics et éphémères sur les fils d’actualité, et la plupart ont aussi des espaces communautaires plus fermés et pérennes, tels que des forums, des groupes Facebook et des serveurs Discord.

Le questionnaire a aussi été diffusé au sein d’un réseau de communautés reliées par des logiques de partenariat, en particulier sur des forums, mais aussi quelques serveurs Discord.

Enfin, la diffusion sur les réseaux sociaux a débordé des comptes de collectifs de fans, en particulier sur Twitter.

Par contraste, plusieurs espaces du Pokéweb ont été négligés : un certain nombre de groupes Facebook, en particulier ceux dont l’activité est centrée sur les cartes ou l’anime ; Instagram ; et surtout l’écosystème des vidéastes sur YouTube et Twitch, qui sont difficiles d’accès.

Les publics et leurs émotions ont une histoire

Je vais à présent revenir sur quelques résultats centraux de ma thèse. Je propose d’aborder la question de la double logique temporelle de l’attachement des fans adultes de Pokémon en procédant dans le sens inverse à celui de mon mémoire de thèse, en partant de la réception de l’actualité Pokémon en 2018-2019, et en insistant sur ce qu’elle doit aux longues trajectoires des fans.

La hype comme régime émotionnel des industries culturelles

Pour rendre compte de la dimension émotionnelle de la réception de la communication officielle de Pokémon, j’ai eu recours au concept de « régime émotionnel », initialement défini par l’historien Willial Reddy pour analyser l’évolution de styles émotionnels lors de changements de régimes politiques, dont j’ai proposé une reformulation de la définition, en tant qu’« agencements relativement stabilisés d’émotions pertinentes associées à des emotives », où les emotives renvoient aux dispositifs des schèmes de mise en forme des émotions. Ce concept permet selon moi trois choses, à condition de prendre du recul sur un écueil majeur de sa formulation initiale, à savoir une certaine réification des normes qui conduit à un forme de dualisme cognitiviste.

Premièrement, il invite à mettre l’accent sur la dimension instituée des émotions, qui peut être entendue au sens anthropologique du terme institution, pour suivre Louis Quéré, qui aurait d’ailleurs pu remplacer l’idée de pertinence dans la définition, en ce qu’elle renvoie à des à la production de conventions. Deuxièmement, par son articulation au concept d’emotive, il soulève la question de la relation qu’entretiennent les émotions avec leurs modalités d’expression. Enfin, il implique la mise en relation de ces émotions et logiques de mises en forme à des contextes particuliers, par généralisation du lien qui était supposé avec les régimes politiques dans la formulation initiale.

Dans le cadre de ma thèse, j’ai principalement insisté sur un régime émotionnel, la hype, qui est associé à des contextes de réception de l’actualité des industries culturelles, ici relatives à la communication officielle sur les jeux vidéo Pokémon. Elle correspond à un emballement émotionnel collectif autoentretenu voire autorenforcé par le public, ici les fans, et déclenché par un événement médiatique.

Cette définition rapproche la hype du phénomène de la viralité, et pose la question de la manière dont la firme, ici The Pokémon Company, l’organise. J’ai montré qu’ils s’appuient fortement sur le travail d’intermédiation réalisé par les fans et leurs collectifs, au point parfois de leur déléguer la tâche de community management. Ils ont ainsi recourt à des dispositifs de teasing qui s’appuient sur la propension des fans à les mettre en circulation et se les approprier.

Une particularité de la hype que j’ai mise en exergue est que plusieurs de ses emotives centraux entretiennent une relation étroite avec sa logique d’instauration, de maintien et de diffusion. Ainsi, les propriétés de viralité et de « détournabilité » des mèmes font écho aux propriétés de la hype, mais aussi à celle de l’idéologie de la participation qui est aux fondements de la construction de la figure du fan. 

Comment susciter la hype chez des fans adultes ?

Reste alors à comprendre comment des produits destinés aux enfants peuvent produire de la hype auprès de fans adultes. Dans le cadre de ma thèse, j’ai mis en exergue trois mécanismes : la nostalgie, le cute et la sexualisation des personnages.

Ces trois cas articulent des logiques des industries culturelles, des stratégies de la firme, et des propriétés du public des fans adultes de Pokémon sur internet. Ainsi, la nostalgie relève d’une stratégie de la firme que l’on observe jusque dans la structure de la série des jeux vidéo, avec des rééditions d’anciens jeux vidéo ou remakes. Les données du questionnaire suggèrent ainsi que Pokémon Let’s Go, qui est un remake du jeu Pokémon Jaune, a suscité plus d’enthousiasme chez les fans les plus âgés, qui ont découvert l’univers Pokémon avec la première génération de jeux vidéo. De manière générale, la préférence pour une génération de jeux vidéo Pokémon coïncide fortement avec la période à laquelle les fans ont connu la franchise.

Le cas du cute semble au premier abord relever d’un paradoxe, puisqu’il s’agit d’une esthétique qui cible plutôt les jeunes enfants et notamment les filles, mais l’engouement qu’il suscite chez des fans adultes de Pokémon peut se comprendre par la diffusion internationale du phénomène japonais du kawaii, par la circulation des produits culturels japonais dont Pokémon fait partie. Il se prête particulièrement à des détournements, et de nombreux fanarts retravaillant cette qualité esthétique ont contribué à maintenir l’intérêt du public pour le pokémon Moumouton plusieurs semaines après qu’il soit dévoilé.

Enfin, les nombreux cas de sexualisation des personnages annoncés, qu’il s’agisse d’humains ou de pokémons, semble être relativement indépendant des stratégies de communication de The Pokémon Company et relever avant tout des appropriations d’un fandom adulte et très masculin. Pour autant, il peut être lié aux logiques plus générales des industries culturelles et à la construction de technomasculinités qui concernent particulièrement les hommes diplômés et les joueurs de jeux vidéo.

Ainsi, bien que la hype se présente comme un régime émotionnel intense et de courte durée, elle est bien relative à la construction historique d’un public sur plusieurs décennies. Jack Katz défendait l’idée que le succès des industries à produire des émotions chez leurs publics tenait spécifiquement à leur capacité résonner avec des « histoires collectives » qui constituent des « fossés » ou des manques, chez ces publics, afin d’attribuer aux publics les raisons de ce succès. Néanmoins, ces histoires collectives sont inséparables de ces mêmes industries, qui sont au cœur de la production des configurations des publics, et donc des régimes émotionnels qui les structurent.

Perspectives

Pour finir, je vous soumets deux perspectives de prolongements.

La première concerne un élargissement de mon enquête sur Pokémon, mais pourrait en réalité être mené sur d’autres produits culturels. Il s’agit d’explorer plus avant la dimension intergénérationnelle de la consommation et de la réception. Les travaux sur les fans d’équipes sportives ont montré l’importance de transmissions intergénérationnelles, fortement structurées par le genre. Un tel questionnement fait écho à la problématique bourdieusienne de la transmission culturelle intrafamiliale, mais aussi à celle de la socialisation à la consommation dès l’enfance. La question intergénérationnelle se pose aussi du point de vue des tensions qu’elles impliquent au sein du fandom de Pokémon. En particulier, les évolutions des standards de production des jeux vidéo pour cibler des nouvelles générations de joueurs fait l’objet de critiques de la part de fans. 

Le second prolongement concerne la question du façonnement des émotions par les industries culturelles. Je mène actuellement une recherche dans le cadre du projet ERC Demoseries, pour l’instant avec un statut d’ingénieur de recherche, et, je l’espère, bientôt en tant que chercheur postdoctoral. D’une part, je souhaiterais éprouver les analyses que j’ai développées concernant la hype à un contexte différent et qui ne concerne pas uniquement des fans au sens propre, afin de commencer à confronter l’hypothèse selon laquelle il s’agirait d’un régime émotionnel qui caractéristique la réception médiatique en ligne des produits culturels. Plus généralement, étant donné que ce projet porte sur les séries sécuritaires, c’est-à-dire des séries sur l’espionnage et la sécurité nationale, il s’agira d’approfondir les réflexions sur l’économie affective (Ahmed) en interrogeant la circulation des émotions entre des espaces en ligne et hors ligne, notamment du fait de l’ancrage de ces séries dans l’actualité géopolitique. Cette démarche s’inscrit dans le cadre d’une interrogation plus large sur la généralisation du concept de « transmutation » émotionnelle (Hocschild, 1989) au-delà du seul contexte professionnel.

Je vous remercie de m’avoir écouté.

Préparation de la soutenance

Dans cette partie, je vais vous parler de la phase entre l’envoi de mon manuscrit au jury et la soutenance. En accord avec les règles (tacites il me semble…) de mon école doctorale, j’ai envoyé mon manuscrit deux mois avant la soutenance. Pendant les semaines qui ont suivi, j’ai fait une coupure avec ma thèse, imposée par le fait que je démarrais un contrat postdoctoral (avant la soutenance, donc), mais qui m’a permis de prendre un certain recul.

Préparation du discours de soutenance

J’ai reçu les pré-rapports une quinzaine de jours avant la soutenance. C’est peu, surtout pour organiser une soutenance blanche, mais tout de même suffisant si on s’y prend bien. J’avais déjà pu présenter une sorte de pré-soutenance-blanche en décembre à l’occasion d’un séminaire, et je m’étais appuyé sur les remarques qui m’avaient été faites pour cette nouvelle version. Je me suis aussi appuyé sur les pré-rapports. L’un d’eux était très positif et faisait pas mal de bien, le second était plus critique mais permettait ainsi de mieux préparer la soutenance.

J’ai eu beaucoup de mal à travailler dessus, à tel point que je ne maîtrisais pas du tout mon texte le jour de la présentation devant quelques titulaires du laboratoire dont mon directeur de thèse. La présentation était très mauvaise, mais suffisamment aboutie pour que les retours qui me soient faits me permettent de construire un discours de soutenance qui tienne la route cette fois-ci. À partir de cette expérience, je vous conseille vraiment de jouer le jeu d’une soutenance blanche, même si vous savez que ce que vous faites n’est pas bon. D’après ce que m’ont raconté beaucoup de docteurs, c’est très souvent le cas, et ces soutenances blanches ont toujours été l’occasion d’améliorer grandement son discours.

J’ai tout de même eu beaucoup de mal à finaliser ce discours, et, surtout, à l’apprendre. J’ai tendance à ne plus trop apprendre par cœur mes présentations orales, mais pour cette occasion, je me mettais énormément de pression. Pourtant, j’étais incapable d’apprendre mon texte. La veille au soir, autour de 23 heures, je ne le maîtrisais toujours pas. Je l’ai présentée à ma copine, qui a fini par me convaincre d’abandonner l’idée d’un apprentissage par cœur, et que je maîtrisais mieux le discours que je n’en avais l’impression.

Sur ce point, je ne compte pas donner de conseil général, je ne pense pas qu’il y ait de méthode qui convienne à tout le monde, mais le déroulement de ma soutenance m’a bien montré que s’obstiner à utiliser une méthode qui ne nous convient pas n’est pas une bonne idée : j’ai réussi à faire ma présentation sans la réciter (et sans lire les notes que ma copine avait écrites sur mon powerpoint pendant que je dormais à ma demande, pour me rassurer).

Préparatifs administratifs et “événementiels”

Une soutenance, ce n’est pas seulement un discours et des échanges, c’est un événement scientifique qui dure une demi-journée et demande un certain nombre de préparatifs. D’abord, des préparatifs administratifs assez nombreux et parfois lourds. Une partie d’entre eux est à la charge de votre direction de thèse, et la procédure dépend des écoles doctorales.

Même si ces procédures sont numérisées sur des plateformes, dans mon cas au moins, j’ai pu échanger avec du personnel administratif lorsqu’il y avait des problèmes, ce qui est rassurant. Il a aussi fallu que je réserve un lieu de soutenance en prenant en compte la tenue du pot de soutenance. J’ai fait ça à Campus Condorcet et je conseille ce lieu si votre école doctorale le permet : il y a des salles bien équipées et un foyer pour les buffets.

Il est important de se rendre sur place la veille de la soutenance pour s’assurer que le matériel est adéquat et fonctionne si vous en avez besoin (visio, vidéoprojecteur, disposition des tables et des chaîses…). J’ai dû me rendre assez tôt sur place (ma soutenance avait lieu le matin… Je conseille plutôt l’après-midi si vous avez le choix) pour réagencer les tables de sorte à pouvoir diffuser mes slides (que le jury n’a pas vraiment regardé, donc ne vous forcez pas à en faire).

Enfin, l’organisation du pot de soutenance a aussi demandé pas mal d’énergie et d’organisation. Sur ce point, il n’y a pas vraiment de recette universelle, mais sachez que ça peut vite devenir très cher (plusieurs centaines d’euros) si vous attendez pas mal de monde (on était une trentaine je crois) et que vous ne pouvez pas tout préparer. N’hésitez pas à demander à des gens de vous aider à préparer à manger si vous n’avez pas les moyens. Parfois, les laboratoires peuvent aussi participer au financement. Pour ma part, j’avais de la chance d’avoir mes parents, que ce soit pour le prix ou pour la logistique (achats, mise en place du buffet, etc). Si vous pouvez demander à des gens de vous assister, ça évite d’ajouter une couche de stress à une journée déjà suffisamment angoissante.

Le déroulement de la soutenance

Je finirai ce billet par quelques mots sur le déroulement de ma soutenance, ou du moins sur la manière dont je l’ai vécue.

Discours de soutenance et échanges

Comme je l’ai dit plus tôt, j’étais particulièrement angoissé et incapable d’apprendre à réciter mon discours de soutenance. Néanmoins, mes nombreuses lectures de mon discours et mes tentatives de m’entraîner ont payé puisque j’ai réussi à faire mon discours en regardant mon jury, sans trop de couacs, et en restant dans les limites de temps qui m’étaient imposées. J’ai fait une ou deux erreurs avec les slides, mais elles n’ont été que très peu regardées par le jury de toute manière.

S’en est suivie un peu moins de deux heures d’échanges avec un jury composé de 6 membres, dont mes deux directeurs de thèse. Ces derniers ont commencé les échanges par un rappel de mon parcours, des compliments portant sur pas mal de choses allant de la recherche à l’implication au laboratoire, etc. Aujourd’hui, les directeurs de thèse ne sont pas supposés poser de questions à leurs doctorantes et doctorants. J’ai simplement pris le temps de les remercier pour leurs interventions, car il est attendu de laisser plus de temps au reste du jury.

Ce fut ensuite le tour des deux rapportrices. Je savais à peu près à quoi m’en tenir grâce aux pré-rapports. La première rapportrice à intervenir était l’autrice du rapport le plus positif, ce qui a permis de commencer les échanges “en douceur”. Elle a réitéré ses compliments puis a émis quelques remarques et questions, auxquelles il a ensuite fallu que je réponde. C’est ainsi que chaque échange devait se dérouler. Comme on me l’a conseillé, je prenais en note toutes les questions qui m’étaient posées. On n’est pas obligé de répondre à tout, mais j’ai eu le temps de le faire.

Je ne vais pas revenir dans le détail sur chacun des échanges, parce que ma mémoire risque de me faire défaut et parce que je ne pense pas qu’un billet de blog soit le bon endroit pour détailler le déroulement d’échanges avec un jury de thèse. Je vais plutôt faire le point sur quelques types d’interventions que j’ai rencontrées afin que le lecteur puisse avoir une idée de ce à quoi il est possible de s’attendre.

De manière générale, le ou la future docteure peut s’attendre à un ensemble de compliments, de critiques, de questions et d’invitations à engager des échanges. Les compliments comme les critiques peuvent aussi bien porter sur le manuscrit de thèse (qualité de la rédaction, de la présentation, du raisonnement scientifique, originalité de l’objet et des analyses, maîtrise de la littérature, de la posture de chercheur ou chercheuse…).

Certaines critiques peuvent parfois être prises comme des invitations déguisées à des prolongements : il s’agit notamment des cas où le membre du jury pointe l’absence de certaines références alors qu’il a par ailleurs souligné que la thèse est déjà bien fournie à cet égard. Je pense qu’il est important pour soi de distinguer ce qui relève de réelles critiques sur le fond de la thèse de ce dernier type de critiques.

Il est important, paraît-il, d’être humble vis-à-vis des critiques et de bien montrer qu’on les prend en compte, sans pour autant tout concéder et participer soi-même à descendre sa propre thèse : il faut aussi savoir défendre certains choix, certaines positions. Ce n’est pas toujours évident de trouver le juste milieu.

Concernant les questions, si elles sont trop nombreuses, il n’est pas interdit d’en laisser certaines de côté (le jury le précise souvent), et il faut alors essayer de déterminer lesquelles sont les plus centrales et y répondre en priorité. Il faut éviter de passer trop de temps à répondre afin d’éviter que les derniers membres du jury n’aient plus assez de temps à la fin.

Pour ma part, je n’ai pas eu trop de problème de ce point de vue (la soutenance n’a pas été si longue que ça). Mon principal regret est d’avoir oublié certaines réponses sur le moment, et en particulier une réponse à l’une des critiques qui m’a été adressée. J’y ai repensé sous la douche le lendemain, un peu comme quand on refait une dispute dans sa tête et qu’on a beaucoup plus de répartie que sur le moment.

“Nous vous décernons le titre de docteur en sciences de l’éducation”

Une fois les échanges terminés, le jury et moi-même avons dû quitter la salle pour la délibération. Nous en avons profité pour commencer à mettre en place le buffet, et environ un quart d’heure plus tard, nous avons du retourner dans la salle pour le couronnement résultat. Sans grande surprise (sinon il n’y aurait pas eu de soutenance, comme vous le savez sans doute si vous lisez ce billet), le jury m’a décerné le titre de docteur (en sciences de l’éducation pour des raisons institutionnelles, même si ma thèse relève plutôt de la sociologie et de l’infocom).

J’ai ensuite dû prononcer le fameux serment du doctorat sur l’intégrité scientifique. À deux moments, j’ai failli craquer et laisser échapper un fou rire, mais je ne m’étendrai pas sur mon avis à propos de ce serment. Le jury m’a ensuite informé du délai attendu pour la correction des coquilles de ma thèse.

Nous avons ensuite pu nous diriger vers le foyer et profiter d’un buffet très sympathique. Il n’y a pas grand chose à dire sur ce point, si ce n’est qu’une amie m’a signalé après un certain temps qu’il était attendu, en tant que néo-docteur, d’aller passer du temps avec le jury pour discuter. À la base, j’étais surtout avec mes amis (qui m’ont offert de superbes cadeaux de soutenance comme un masque pepe the frog pour dormir, des cravates Pokémon, ou encore une carte postale avec un montage de ma tête sur Bob Razowski) et ma famille.

Pour finir…

La soutenance et sa préparation ont été des moments très stressants pour moi, même si tout s’est plutôt bien passé au final. Je remercie infiniment ma famille et mes amis d’être venus aussi nombreux et de m’avoir soutenu.

Si comme moi vous êtes un peu perdus avant votre soutenance, n’hésitez pas à poser des questions en commentaires. J’espère que ce billet sera utile à certains et certaines d’entre vous.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search