Compte rendu de lecture : How emotions are made (1/X)

Une théorie constructiviste des émotions en en neurosciences.

Depuis les années 70 au moins, les émotions sont considérées comme socialement construites et non-universelles par les sciences sociales[1]. Pourtant, la psychologie a longtemps défendu, en s’inscrivant à la suite de Darwin, que les émotions sont innées et sont le résultat de l’évolution. Le nom le plus connu lorsqu’il s’agit de parler d’émotions est probablement celui de Paul Ekman[2], et sa théorie dite des “émotions de base”, dont il est amusant de noter que les divers consultants et autres journalistes sont incapables de se mettre d’accord sur le nombre de ces émotions de base et leur nature. Ces émotions de base seraient universelles, tant dans leur vécu que dans leur “empreinte” psychologique et neurologique mais aussi dans leur expression non verbale. Cette théorie est incompatible avec les approches plus constructivistes issues des sciences sociales. Qui a raison ? Une bande d’exploratrices et de chercheuses qui travaillent sur la base de simples observations, ou des scientifiques qui ont accumulé des centaines, voire des milliers de preuves expérimentales de leur théorie innéiste et universelle des émotions ?

Dans une série de billets, je vais vous présenter l’ouvrage “How emotions are made. The secret life of the brain”, paru en 2017 et écrit par la neuroscientifique Lisa Feldman Barrett, “Distinguished Professor” pour ce que ça veut dire, qui fait aussi pas mal de conférences de vulgarisation en ce moment. Dans cet ouvrage, Barrett défend l’idée, neurosciences (et meta-analyses) à l’appui, que contrairement à ce que postule ce qu’elle appelle la “théorie classique”, les émotions sont construites (et même socialement construites), non-universelles, qu’il n’existe pas “d’empreinte digitale” (terme qu’on remplacera par “empreinte” tout simplement) à chaque émotion, et que les chercheurs en sciences expérimentales se sont donc plantés. Ce livre constitue à la fois une sorte de “caution”, il faut l’admettre, mais sera aussi l’occasion de se demander comment une théorie sociologique/anthropologique des émotions peut être construite de manière cohérente avec les avancées récentes des neurosciences (tout en gardant une certaine indépendance vis-à-vis de ces dernières).

C’est un ouvrage écrit pour être lu par des personnes qui ne sont pas tellement initiées aux neurosciences. Le style est donc très abordable, mais parfois un peu lourd d’analogies parfois répétitives qui peuvent inutilement “remplir” le livre. Un bon nombre d’illustrations et analyses politiques/sociales/philosophiques/sociologiques sont pauvres, mais ce n’est de toute manière pas ce que je cherchais dans ce livre. Plusieurs chapitres, qui ne sont d’aucun intérêt pour ma thèse et relèvent plutôt du développement personnel, ne seront pas traités dans cette série d’articles. Seuls les 7 premiers chapitres seront présentés, avec un article supplémentaire en guise de conclusion générale. En plus de résumer les chapitres, j’essaierai de soulever quelques liens possibles avec mes données et mes lectures de sciences sociales.

Le premier article traitera certainement des trois premiers chapitres. Dans le premier chapitre parle de la recherche “d’empreintes émotionnelles”, Barrett explique comment elle en est venue, à travers ses recherches, à commencer par ses tentatives de répliquer des expériences classiques du domaine en Master et en Doctorat, à se rendre compte qu’il n’y avait pas de telles “empreintes”. En effet, deux expériences de “colère” qui nous paraîtraient similaires peuvent correspondre à deux “patterns neurologiques” différents, que la norme est la variété plus que la stabilité en ce qui concernent les émotions. Le chapitre 2 développe l’idée que les émotions ne sont pas innées, que l’on ne “reconnaît/identifie” pas des émotions, mais qu’on les construit, au fil des expériences. Le chapitre 3 est dédié à “démonter” le “mythe des émotions universelles”, en s’appuyant à la fois sur des travaux anthropologiques et sur des expériences de neurosciences. Ce chapitre est particulièrement important parce qu’il met en exergue les biais qui ont pu mener aux conclusion erronées d’une universalité des émotions.

Les chapitres suivants sont beaucoup plus denses et complexes (ils traitent plus directement de neurosciences et s’appuient sur une littérature que je ne connais que très peu). Je ne sais donc pas encore si je vais les traiter séparément ou les regrouper, et si je les regroupe, comment je les regrouperai. Le chapitre 4, “The origin of feeling”, traite de comment le cerveau interagit avec le reste du corps par “introception”, en régulant le “body budget” en fonction de l’interprétation de ce que l’on perçoit, en se basant sur nos expériences passées. C’est par ce phénomène que l’on ressent des “affects”. Comment fait-on sens de simple ressenti d’affects, pour en faire des émotions ? C’est la question à laquelle répond le chapitre suivant, “Concepts, goals and words”. Pour faire court, ce chapitre traite de la manière dont notre cerveau en à construire des catégories, des “concepts”, qui permettent de faire sens de ce qu’on perçoit et ce qu’on ressent. C’est un des premiers chapitres qui permettent de faire le pont avec les sciences sociales. Le chapitre suivant, “How the brain makes emotions”, présente la manière dont le cerveau intègre et mobilise les “concepts” et produit les émotions. Enfin, le dernier chapitre dont je parlerai s’intitule “Emotions as social reality”. C’est le chapitre que j’attendais le plus, et j’avoue avoir été un peu déçu. Une relecture me réconciliera peut-être partiellement avec ce dernier, mais je crois que Barrett n’a simplement pas le background pour traiter de dimension sociale des émotions de manière pertinente et stimulante.

Dans l’ensemble, c’est ouvrage intéressant qui aura surement une certaine importance dans mon cadrage théorique, même si la volonté de l’autrice d’appuyer un peu trop sur le caractère “révolutionnaire” de sa théorie, et de la vendre au mieux, couplée à une expertise limitée en sciences sociales, ont pu donner lieu à des passages un peu gênants. Toujours est-il que cet ouvrage et les références qui s’y trouvent seront un outil indispensable pour moi lorsqu’il s’agira d’argumenter contre les tenants (académiques ou non) de théories innéistes et universelles des émotions. Et ce n’est pas négligeable quand on sait la couverture médiatique des émotions, avec pour dernier exemple effarant en date, la volonté du gouvernement de former les agents de la sécurité sociale à la détection de mensonges.

_____

[1] L’une des premières à avoir argumenté dans ce sens est Margareth Mead. Elle a fait partie des principales opposantes à Ekman. Toutefois, son œuvre est controversée (voir Wikipédia). Je faisais plutôt référence aux travaux de Rosaldo (Knowledge and Passion), Jean Briggs (Never in Anger) et Catherine Lutz (Unnatural Emotions). Cet article de Lutz introduit bien à la question. Levy (Tahitians) est aussi un des pionniers sur le sujet.

[2] Ekman s’inscrit à la suite de Darwin, dans l’idée que les émotions sont une conséquence direct de l’évolution. Le nombre “d’émotions de base” qu’il a “identifiées” a varié au cours du temps, et certains théoriciens dans sa lignée ont aussi fait varier ce nombre. En outre, on notera que ces émotions n’ont pas été “découvertes” mais postulées sur la base de catégories émotionnelles usuelles (peur, tristesse, colère, joie, dégoût, surprise…).

Comment chercher un article académique ?

Lors de ma première année d’enseignement, je me suis rendu compte que la recherche d’articles académiques est un exercice qui est loin d’être aussi trivial qu’il ne me paraissait. Les obstacles et difficultés sont nombreuses et de natures variées. Cet article est donc à destination des étudiants qui cherchent des conseils sur de la recherche d’articles académiques pour des dossiers, en particulier en Licence. Dans cet article, je vais rapidement expliquer ce qui est généralement entendu par “article scientifique” ou “académique” en sciences humaines et sociales (SHS). Ensuite, j’expliquerai comment en chercher concrètement des articles, puis comment se les procurer. Enfin, deux dernières parties concerneront la question un peu plus subtile du choix des articles.

Qu’est-ce qu’une référence académique/scientifique ?

Si vous êtes en Licence de SHS, il est probable que vous deviez mobiliser des références dites scientifiques et/ou académiques. J’ai pu me rendre compte que cela ne va pas de soi pour tout le monde. Le problème, c’est que le caractère scientifique ou non, académique ou non d’une production est quelque chose d’assez complexe. Je ne compte pas me lancer ici dans une analyse épistémologique ou dans des réflexions institutionnelles poussées, d’autant qu’en réalité, cela dépendra de votre enseignant. Je me rappelle d’un professeur d’ethnologie qui rejetait par principe tout ce qui venait du champ de la psychologie. Pour ma part, j’avoue avoir beaucoup de mal à accepter des articles psychanalytiques, moins par principe que parce que mes étudiants n’ont pas le recul pour savoir sélectionner et que je me retrouve avec des analyses complètement hors-sujet voire, parfois, absurdes, à cause de ça.

Ce que vous pouvez retenir, c’est que vous trouverez principalement vos sources sur des plateformes proposées par votre ENT telles que CAIRN, JSTOR, Sage etc, et que vous pouvez aussi éventuellement puiser dans des blogs qui sont explicitement tenus par des chercheurs voire des professionnels du domaine en question. Enfin, utilisez Google Scholar plutôt que Google pour être sûr lorsque vous cherchez sur un moteur de recherche.

Comment chercher et se procurer un article académique.

Dans ce paragraphe, je vais commencer par vous décrire rapidement une méthode que je vois souvent autour de moi, qui n’est pas la mienne, mais qui peut éventuellement être plus rassurante.

Sur votre ENT, si vous êtes français, vous avez forcément accès à des catalogues numériques d’articles académiques. Comme mentionnés plus tôt, il peut s’agir de Cairn, JSTOR, Sage, ou encore Taylor&Francis et bien d’autres. En allant sur ces sites en passant par l’ENT, vous pouvez ensuite chercher, à l’aide de mots clés, des articles et les télécharger gratuitement alors qu’ils coutent normalement plusieurs dizaines d’euros.

Je trouve cette méthode assez chiante, déjà parce qu’elle requiert de faire une recherche par plateforme, et aussi parce qu’elle nous restreint aux plateformes auxquelles votre fac s’est abonnée, ce qui est conséquent, mais reste limité. Je préfère donc passer par le moteur de recherche Google Scholar. L’avantage, c’est que vous aurez donc devant vous des milliers d’articles sans restriction de revues. L’inconvénient, c’est que la plupart de ces derniers sont derrière ce qu’on appelle un “paywall”, c’est-à-dire qu’il faut les payer. Trois choix s’offrent alors à vous. Le premier : payer. Je vous le déconseille. D’abord parce que ça va vite revenir cher, ensuite parce qu’il y a des alternatives et que financer cette industrie oligopolistique n’est pas forcément une bonne chose pour la recherche. Deuxième choix : passer par les catalogues de l’ENT et espérer que votre fac est abonnée. Troisième choix, “pirater” l’article à l’aide d’un site appelé “sci-hub”. Je ne m’étalerai pas ici sur ce qu’est sci-hub, les personnes intéressées peuvent faire leurs propres recherches sur Google. Pour l’utiliser, rien de plus simple : il faut copier l’URL de l’article dans la barre de recherche du site sci-hub.tw (si l’url n’est plus valide, cherchez-en une sur https://whereisscihub.now.sh/). Si l’article est dans leur base, il vous sera proposé gratuitement. Depuis quelques mois, pour y avoir accès, il faut faire une manipulation supplémentaire. Si vous avez Opera comme navigateur, il vous suffit d’activer le VPN. Sinon, si vous avez Firefox, vous pouvez faire comme suit :

Allez dans options > paramètres
Cochez la case “Activer le DNS via HTTPS” et laissez le DNS par défaut

Pour les livres, libgen.is est un équivalent de sci-hub sur lequel je ne m’étendrai pas ici.

Quels articles académiques chercher ?

Jusqu’à présent, j’ai surtout insisté sur chercher, et comment utiliser les outils numériques pour chercher des articles académiques, mais il est possible que certains d’entre vous, dans la pratique, se retrouvent toujours dans une impasse. Vous êtes sur Google Scholar, mais maintenant, qu’est-ce qu’il faut taper dans la barre de recherche ? Le choix des mots clés découle de ce que vous voulez trouver comme article. Le problème, c’est que souvent, vous ne savez pas vraiment quoi chercher. Pour reprendre un cas concret rencontré cette année, pour un dossier sur l’apprentissage, une personne qui a choisi comme sujet la pâtisserie va chercher “pâtisserie” ou “apprentissage pâtisserie”, peut-être aussi “pâtisserie sociologie” dans le meilleur des cas. Et me dire “monsieur, je trouve (presque) rien sur l’apprentissage de la pâtisserie, j’ai aussi cherché la cuisine mais c’est pareil”.

Si vous travaillez sur un objet/sujet peu traité, vous serez peut-être dans ce cas. La première chose à faire serait peut-être déjà d’élargir à l’anglais, mais beaucoup d’entre vous y sont réfractaires. Ce n’est cependant pas ce dont je veux vous parler ici. En réalité, les articles sur la pâtisserie vous serviront à poser des bases informatives, mais pour l’analyse, vous pouvez très bien vous reposer sur un article sur l’apprentissage de la danse, de la pâte à modeler ou du rugby. Ce qui est demandé dans un devoir académique, c’est souvent d’utilisé des théories pour analyser des situations. C’est en tout cas ce que je demandais pour le dossier de mon UE. Et très peu d’étudiants ont compris ce que j’entends par là malgré mes explications nombreuses. Certes, c’est quelque chose de compliqué, mais il faut que vous appreniez à vous détacher de votre objet voire parfois de votre sujet, pour penser un peu plus en termes de concepts, de notions, de théories.

Ainsi donc, si vous voulez travailler sur l’apprentissage de la pâtisserie et que vous voulez comparer l’apprentissage en famille et l’apprentissage à l’école, vous pouvez lire des articles sur les apprentissages familiaux et les apprentissages scolaires dans les filières professionnelles. Ils auront beaucoup plus à vous apporter dans l’analyse qu’un article qui parle des traces archéologiques de pâtisseries. En vous détachant de votre objet, vous pouvez ensuite essayer de voir si les analyses appliquées à des objets éloignés peuvent s’appliquer au votre, et, si ce n’est pas totalement le cas, discuter des spécificités de votre objet, par exemple.

 

Première année d’enseignement : un bilan

On y est. Il ne me reste a priori qu’un dossier à corriger, que j’attends encore, avant d’avoir totalement terminé les corrections pour la première session d’examens. Ensuite, il faudra corriger les rattrapages, mais quoi qu’il en soit, on arrive au bout de cette première année d’enseignement à la fac. A l’origine, j’aurais préféré publier plus régulièrement à ce sujet (et aussi sur la thèse, mais sur ça, je fais un blocage), mais je n’ai pas réussi. Peu importe, c’est le moment de prendre un peu de recul et de tirer des enseignements de… mes missions d’enseignement.

L’échauffement : les L1 de Psychologie.

Au premier semestre, j’ai commencé en douceur avec une UE Libre d’introduction aux sciences de l’éducation auprès de L1 de Psychologie. Je ne maîtrisais pas totalement ce cours au départ, mais j’ai eu la chance de pouvoir me servir du cours de l’année précédente qui était dispensé par mon directeur de recherches. La promotion était un peu particulière puisqu’il s’agissait presque exclusivement d’étudiant.e.s qui avaient déjà un projet professionnel en lien avec l’enfance ou l’éducation, qui avaient choisi cette UE par réel intérêt plutôt que par défaut, ce qui constitue déjà un certain tri.

Malgré tout, je me suis rapidement rendu compte que j’avais surestimé ce que je pouvais attendre de L1, pas tant au niveau de l’évaluation que des activités. En effet, ils avaient beaucoup de mal à saisir les points réellement importants des articles que nous travaillions, et avaient bien du mal à les mobiliser dans le cadre des débats que je souhaitais animer. Il faut dire qu’il s’agissait de leur premier semestre à l’Université. J’espère pouvoir mieux adapter les activités lors du prochain semestre.

Le véritable défi : le cours L3 de Sciences de l’éducation

Au deuxième semestre, j’avais à charge un cours bien plus compliqué à dispenser. D’abord, il y avait un nombre d’heures plus conséquent. Ensuite, il s’agissait d’un cours important du deuxième semestre de L3, un cours très général sur “Education et apprentissages”, un domaine que je ne maîtrise pas totalement étant donné mon parcours. J’ai donc bricolé sur la base du cours de L1, en essayant d’adapter le niveau du cours à ce qui peut être attendu de L3.

Là encore, j’ai été un peu déçu. Très peu d’étudiant.e.s semblent réellement avoir saisi ce que je souhaitais leur transmettre, et ils étaient encore moins nombreux à participer activement au cours. Les exposés ont été d’une qualité globalement correcte, ce qui est un bon point.

Bilan des dossiers

L’évaluation finale était un dossier dont les consignes étaient les suivantes:

Vous réaliserez un dossier individuel d’environ dix pages (bibliographie non comprise). L’objet du dossier est libre. Il s’agira de traiter de questions relatives à l’apprentissage et/ou l’éducation, en développant une réflexion en lien avec les notions de formalisation éducative et d’éducation informelle. Il n’y a pas de consignes concernant le plan, mais le dossier devra être constitué d’une introduction et d’une conclusion, s’appuyer sur des données concrètes (exemples : quelques entretiens et observations, corpus d’archives, de médias, de textes officiels, données de seconde main, c’est-à-dire relatées par d’autres chercheurs/auteurs dans des ouvrages et articles, expérience personnelle…). Ces données devront être articulées à des références académiques/scientifiques, qui devront être clairement citées selon la norme bibliographique de votre choix, de manière cohérente.

Vous devrez analyser les modalités d’apprentissage d’une pratique, d’une attitude, d’une compétence. Il vous faudra problématiser l’analyse de ces apprentissages, dans l’idéal en fonction d’un cadre théorique abordé en cours. Vous pourrez par exemple vous demander le rôle que jouent l’institution ou l’environnement, ou encore les autres personnes présentes dans la pratique, dans le déroulement des apprentissages.

Ces consignes pourraient peut-être bénéficier de clarifications, mais ces dernières ont été données en cours. Dans l’ensemble, la plupart des dossiers proposaient des sujets intéressantes. Par contre, nombre d’entre eux n’ont pas respecté les consignes à divers degrés. Par exemple, plusieurs ne se sont reposées sur aucune référence académiques. D’autres ne se sont reposées que sur une ou deux référence académique de manière déconnectée de l’analyse. De trop nombreux dossiers ont en fait pêché dans l’analyse, en se contentant de donner un avis personnel sur leur objet plutôt que de réellement réfléchir aux conditions d’apprentissage ou d’éducation.

Comment faire en sorte que les dossiers répondent aux attentes ?

Le manque de compréhension des consignes, des attentes, est donc ce qui m’a le plus marqué. Je sais bien qu’il y aura toujours un.e ou deux étudiant.e.s qui auront trop de difficultés, qui n’y arriveront pas, mais je suis convaincu que tout n’est pas perdu. C’est pourquoi j’ai commencé  à lancer un projet de plateforme de dossiers en SHS, qui permettrait aux enseignant.e.s de donner des exemples de dossiers à leurs étudiant.e.s, avec des retours de profs ou d’autres étudiant.e.s qui contribueraient à la plateforme. Il est très difficile d’expliciter totalement les critères attendus pour un bon dossier. Dans l’idéal, il faudrait simplement que les étudiant.e.s lisent des centaines d’articles et arrivent à en tirer la structure, avec un accompagnement bien entendu, mais dans les faits, peu d’étudiant.e.s le font, et c’est normal. Une base de donnée d’exemples sera je pense un plus.

En outre, il faudrait que je structure mon cours de sorte à ce qu’un pré-dossier soit rendu pendant le semestre afin d’aiguiller plus concrètement les étudiant.e.s, par exemple, ou leur proposer des exercices intermédiaires. J’ai tout l’été pour y réfléchir.

Moins de quantité, plus de temps et d’approfondissement

J’avais beau le savoir dès le départ, j’ai quand même été pris par la volonté de vouloir transmettre trop de choses, et finalement, trop peu a été retenu par mes étudiant.e.s. Le problème, c’est qu’une des raisons de cette quantité trop pléthorique d’informations était due à mon manque de maîtrise du sujet qui m’a probablement poussé à vouloir présenter trop de choses plutôt que de m’arrêter sur quelques notions essentielles que j’aurais ciblé. D’ailleurs, il se pourrait que j’oriente le dossier de sorte que les étudiant.e.s doivent mobiliser une théorie travaillée en cours, ce qui me forcera à en aborder moins, mais plus en profondeur.

Un bilan mitigé

Cette année a été très enrichissante, mais m’a toutefois fait prendre conscience d’une chose : le fait d’enseigner à l’Université sans formation est un vrai problème. Je crois que peu de mes étudiant.e.s se sont rendu compte de ma faible de maîtrise de certains des sujets que j’ai abordés, mais que cela a quand même un effet bien réel sur la qualité de mon enseignement. D’un autre côté, je n’ai pas de solution à cela. Tout ce que je peux faire, c’est m’améliorer au plus vite pour que mes étudiant.e.s ne pâtissent plus de mon manque de compétences. D’un autre côté, il faut dire qu’eux aussi n’étaient, pour beaucoup, pas au niveau qui est attendu de L3, ce qui ne m’a pas facilité la tache. Pour autant, je ne peux pas me contenter de rejeter la faute sur elleux et plutôt me focaliser sur ce que je peux améliorer dans ma pratique pour que le moins d’étudiant.e.s possibles soient laissés de côté.

Anthropologie des émotions et régime émotionnels.

Lors du précédent billet, j’ai surtout présenté rapidement l’objet de ma thèse. J’ai aussi mentionné que je compte aborder cet objet à travers le spectre des émotions, plus précisément des “régimes émotionnels. Cet article constitue une base de réflexion autour de cette notion qui reste à construire dans le cadre de la thèse.

Les émotions, c’est contre-nature-han.

Notre façon de penser se base sur nombre de dichotomies, de catégorisations binaires. Blanc/Noir, Chaud/Froid, Homme/Femme, mais aussi Raison/Emotion. C’est la faute à Descartes et à son dualisme (en réalité, ça remonte à bien avant, avec les pythagoriciens en occident et d’autres racines ailleurs, mais j’avoue ne pas y connaître grand chose). L’opposition Raison/Emotion est encore très prégnante dans le discours et la pensée ordinaire. “Le cœur a ses raisons que la raison ignore”, disons nous. Pourtant, dans les années 70, quelques chercheurs, ou plus particulièrement quelques chercheuses, dans le sillon des études féministes (sans pour autant être des “gender studies” à proprement parler), ont commencé à remettre en question cette dichotomie. L’une des anthropologues les plus influentes à s’être penchée sur ces questions, souvent considérée comme l’une des pionnières de l’anthropologie des émotions telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui, est sans doute Catherine Lutz. Elle constate que l’opposition Raison/Emotion est construire parallèlement à d’autres oppositions très ancrées dans la pensée Occidentale, en tout cas américaine, du moment. Là où la raison est associée à la culture, à l’humain (et même plus particulièrement au masculin), les émotions, elles, sont de l’ordre du naturel, du primitif même, de l’animal… et souvent du féminin (on pourrait bien entendu nuancer, surtout pour ce dernier point). On voit là l’influence des études féministes sur la remise en cause de la conception occidentale des émotions, puisqu’elle est inscrite dans le système de domination patriarcale qu’elles dénoncent.

Pour montrer que les émotions ne sont pas que des impulsions naturelles incontrôlées qu’il faudrait réprimer pour être rationnel, Lutz, comme d’autres anthropologues, a mené une ethnographie au sein d’une culture qui ne partage pas cette conception des émotions. Ces travaux ethnographiques ont montré plusieurs choses. D’une part, les émotions ne sont pas qu’une réaction spontanée et naturelle à un stimulus. Elles sont fortement modulées culturellement. Elles sont un “moyen de communication et de régulations sociale” (Crapanzano). Et une émotion ne saurait être totalement comprise, et bien définie, sans prise en compte du contexte social, culturel, et de la situation dans laquelle elle est exprimée, vécue. Une bonne compréhension des émotions, de leur perception, de leur expression, passe par une étude approfondie des catégories de pensée des personnes qui vivent et expriment ces émotions.

Des “régimes émotionnels”.

Pendant que je cherchais à me bricoler un cadre théorique pour mon projet de thèse, je suis tombé sur un article sympathique qui synthétise un peu ce qu’est aujourd’hui l’anthropologie des émotions. Cet article m’a beaucoup aidé à remettre de l’ordre dans mes souvenirs de cours de L3 (et un peu de M1) desquels je tire la plupart de mes connaissances sur ce domaine. Mais surtout, j’y ai découvert un concept qui a fortement inspiré le cadre conceptuel du projet de thèse, celui de “régimes émotionnels”. L’historien William M Reddy définit les régimes émotionnels comme “l’ensemble des émotions normatives et des rituels et pratiques officielles, ainsi que les “émotives” (expression émotionnelle langagière) qui les expriment et les inculquent”, et considère qu’il s’agit de “mécanismes sous-jacents à tout régime politique stable”. Reddy explore, dans l’ouvrage où il développe ce concept, une histoire de ces régimes émotionnels et de la manière dont ils évoluent avec les régimes politiques.

L’intérêt de ce concept est qu’il incite à porter une attention toute particulière à l’articulation entre le contexte et les normes d’expression des émotions, mais aussi sur le rôle que ce système d’expression émotionnel peut jouer dans la stabilité de ce contexte. L’un des questionnement au cœur de mon projet de thèse porte sur le succès pérenne de la franchise Pokémon, et l’une de mes hypothèses de départ et que les émotions jouent un rôle important dans ce succès. Je dois toutefois être vigilant dans la mobilisation d’un tel concept qui a été développé dans un cadre bien différent de celui de ma thèse. Si j’ai l’intuition de pouvoir mettre en lumière des systèmes de normes d’expression des émotions au sein des publics de Pokémon sur internet, il ne s’agit pas tout à fait de régimes politiques. En fait, il s’agirait plutôt d’utiliser le terme “régime” au sens où l’entendent les sociologues pragmatiques. Plutôt qu’un cadre institutionnel rigide imposé par un gouvernement, les régimes sont à penser comme des cadres de l’activité et de l’expérience plus souples et dynamiques, soumis à des transformations par l’activité même des publics.

Initialement, j’ai vu cette inadéquation entre la conception du terme “régime” par Reddy et le sens que je souhaiterais donner au concept dans le cadre de ma thèse comme une faiblesse. Après réflexion, et notamment pendant que j’écris cet article, je me rends compte que c’est peut-être aussi, paradoxalement, une force. Il y a dans les fan studies et, je crois, dans les cultural studies d’inspiration américaines, une tendance à trop insister sur “l’agency” des consommateurs, à leur potentiel d’action et leur action réelle. Le fait d’employer le terme “régime” dans un sens pragmatique tend aussi à mettre l’accent sur cette agency des publics. Mais l’idée d’un régime émotionnel au moins partiellement imposé par les industries culturelles, et ici en particulier par les détenteurs de la marque Pokémon et éventuellement par les plateformes sur lesquelles s’expriment les publics, est tout à fait envisageable. A la suite de discussions récentes et quelques conférences auxquelles j’ai pu assister à l’occasion d’une journée d’été, il m’apparaît qu’à trop vouloir voir la “beauté”, la force de l’activité collective, on s’interdit parfois de voir certains rouages moins “démocratiques” et utopiques.

Finalement, il s’agirait de ne pas trop dépolitiser et dénaturer le concept, non pas uniquement par purisme académique ou par pudeur, mais parce que c’est précisément l’une des forces de ce concept que sa dimension politique. Cette tendance à dépolitiser les concepts s’observe régulièrement, en particulier dans le domaine du numérique, et n’est pas cohérente avec les sciences sociales que je souhaite pratique. Il faudrait donc que j’évite de tomber dans le même écueil.

Place aux données

Maintenant que j’ai posé les bases brouillonnes de ce concept qui me stimule pas mal, il faut que je confronte mes premières intuitions à des données. Les prochains billets seront plutôt des sortes de notes de terrain. Je compte notamment parler du pokémon de la prochaine génération “teasé” sur Pokémon GO et des nombreuses réactions qu’il a suscitées. Bref, attendez vous à une salve de mèmes et d’insultes.

________

Lutz, C. A. (2011). Unnatural emotions: Everyday sentiments on a Micronesian atoll and their challenge to Western theory. University of Chicago Press.
 
Ce livre de Catherine Lutz est vraiment pas mal. C’est une ethnographie très intéressante d’un village où les normes émotionnelles sont assez éloignées des notes. Le propos du livre est de montrer qu’il est impossible de parvenir à une compréhension fine et approfondie de ce que sont les émotions sans porter une attention toute particulière au contexte. En d’autres termes : les émotions sont socialement situées.
 
Crapanzano, V. (1994). Réflexions sur une anthropologie des émotions (No. 22, pp. 109-117). Ministère de la culture/Maison des sciences de l’homme.
 
Un article qui propose une synthèse de ce qu’est l’anthropologie des émotions et introduit au concept de “régimes émotionnels”.
 
Reddy, W. M. (2001). The navigation of feeling: A framework for the history of emotions. Cambridge University Press.
 
L’ouvrage de William Reddy où ce dernier développe le concept de régimes émotionnels. Pour être honnête, je ne l’ai pas lu en entier, il est vraiment très long. Il y commence par une synthèse des différentes approches scientifiques et philosophiques des émotions, en parlant notamment du cas de la psychologie et de l’anthropologie. Je trouve qu’il fait un procès un peu faux à ce qu’il appelle “constructionnisme” en faisant passer la position de certains auteurs comme plus radicale qu’elle ne l’est réellement, mais ça reste une synthèse intéressante. Dans le reste du livre, il développe son concept en l’appliquant à différentes périodes de l’Histoire de France autour de la Révolution. Pour une revue un peu plus détaillée du livre : https://www.journals.uchicago.edu/doi/10.1086/376337 + un coup de sci-hub.tw
 
 

Mon rêve : devenir Prof Pokémon.

A chaque fois que je suis amené à parler de ma thèse, je commence globalement de la sorte : “je fais une thèse sur Pokémon“. Ce qui ne manque généralement pas d’amuser mon interlocuteur. Il faut dire qu’a priori, ce n’est pas l’objet le plus sérieux qui soit. Ceux de ma génération pensent généralement avec nostalgie à leur enfance. D’autres, plus âgés, pensent à Pokémon GO, avec des attitudes variées. Pour ma part, si j’ai beaucoup joué à Pokémon dans mon enfance, mon intérêt pour la franchise s’est renouvelé par nostalgie grâce aux émulateurs, et je suis redevenu ce qu’on peut appeler un fan de Pokémon. Mais mon intérêt académique pour la franchise a débuté au début de mon Master 1, lorsque j’ai décidé d’écrire un mémoire sur le “ROM hacking” dans une communauté de fans de Pokémon.

Une brève histoire de la franchise Pokémon.

La franchise Pokémon est née en 1996 au Japon sous la forme d’un jeu vidéo édité par Nintendo sur la console Gameboy. Les jeux Pokémon Vert/Rouge (Bleu et Rouge dans le reste du monde, un à deux ans après, dans une version légèrement remaniée) ont posé la base d’une franchise qui s’est déclinée sur de nombreux supports : animé, films d’animation, jeu de cartes à jouer et à collectionner… avions.

Résultat de recherche d'images pour "avion pokemon"
Pour s’envoler vers d’autres cieux telle la Team Rocket.

Si la franchise connaît des hauts et des bas notamment en termes de ventes de jeu, les ventes se comptent le plus souvent en dizaines de millions dans le monde, en tout cas pour les jeux de la « série principale », c’est-à-dire ceux qui suivent le modèle des premiers opus. En effet, malgré un renouvellement constant de la franchise et des jeux vidéo au fil des années (qui sera l’un des objets de ma thèse), la recette reste la même : un gamin de 11 ans part à l’aventure dans un univers peuplé de créatures appelées les pokémons (oui, j’écris pokémons pour parler des bestioles, c’est mon blog et Nintendo n’a aucun pouvoir ici, enfin, pas sur ça). Il en capture pour se former une équipe et remplir son Pokédex, une sorte d’encyclopédie électronique, participant ainsi à une quête de crowdsourcing scientifique pour un professeur qui exploite son travail (après tout, c’est lui qui lui a donné son premier pokémon). Mais surtout, il les fait combattre pour obtenir des badges et relever le défi de la Ligue Pokémon, qui consiste à vaincre une élite pour devenir Maître Pokémon. Et accessoirement, pendant son aventure, il est amené à déjouer les plans d’une organisation malfaisante.

Résultat de recherche d'images pour "team rainbow rocket"
Les leaders des différentes organisations malfaisantes modélisées pour imiter la façon de se déplacer de la “Team Skull”, caricature de “thugs” présente dans les derniers jeux.

Concernant l’histoire récente de Pokémon, même les moins adeptes ont entendu parler du phénomène de l’été 2016, je ne parle pas de la chanson Lean On, mais bien sûr de Pokémon GO. Ce jeu n’occupera pas forcément une place majeure dans ma thèse, mais a bien montré que l’engouement pour la franchise est toujours bien présent (et peut-être un peu clivant).

Pokémon et la recherche.

Quand j’ai décidé pour la première fois de travailler sur Pokémon, à la fin de l’été 2016 donc, l’une des premières choses que j’ai faites, c’est d’aller sur Google Scholar pour « acheter » des articles académiques qui en parlent. Imaginez ma surprise quand j’ai découvert que les premiers liens étaient à propos d’un gène impliqué dans le développement de certains cancers (Nintendo a d’ailleurs fait pression sur les chercheurs pour qu’ils changent le nom, ils n’ont pas dû apprécier que leur marque soit associée au cancer). Puis ma déception lorsque je me suis rendu compte qu’il n’existait à peu près aucun article ou ouvrage qui traite de Pokémon. Enfin si, quelques articles sur Pokémon GO, dans le domaine de la santé publique, du droit, et encore, à l’époque, il s’agissait surtout des proto-articles de deux pages. Des recherches un peu plus poussées m’ont fait découvrir l’existence d’un unique ouvrage académique à propos de Pokémon édité par Joseph Tobin, qui, visionnaire, annonce en 2004 la chute de Pokémon (je me moque, mais blague à part, je le conseille vivement, il est en références en fin d’article). Oh, et un article aussi, si on met de côté ceux sur Pokémon GO. Comment ça, la meilleure franchise du monde n’intéresse pas du tout le monde académique ? Certes, il ne s’agit pas d’une œuvre culturelle des plus légitimes, mais malgré tout, les « cultural studies », en particulier les « fan studies » qui en ont découlé, avec des auteurs comme Henri Jenkins en première ligne, se sont intéressées à des objets culturels plus populaires, ont tenté avec plus ou moins de succès de les légitimer.

On peut trouver une explication convaincante à mon sens dans le compte rendu d’une communication de Vincianne Zabban, Samuel Coavoux et Manuel Boutet, qui, partant du constat que les « game studies » (en sciences sociales) sont en fait presque des « WoW studies » (études sur World of Warcraft), propose que la faible variété de jeux étudiés est principalement due à deux facteurs. Les chercheurs étudient les jeux qui les intéressent, pour commencer, et donc les jeux auxquels ils ont joué, et la « dépendance du chemin », c’est-à-dire en dans ce contexte la facilité accrue d’étudier un objet/sujet déjà bien balisé par la recherche plutôt que d’avancer à l’aveugle, ce qui consolide la position de WoW. Un autre facteur à prendre en compte est le fait que, par son statut de MMORPG, WoW est un objet privilégié pour les sciences sociales. Je pense que l’on peut étendre ce raisonnement aux « fan studies », d’autant plus qu’initialement, elles ont été le fait de passionnés qui avaient à cœur de défendre la légitimité de leur objet. D’ailleurs, si j’en suis aujourd’hui à étudier Pokémon, c’est bien en partie parce que j’ai grandi avec et que j’en suis fan. Peut-être donc que si Pokémon a été très peu étudié jusqu’à présent, c’est parce que les (ex) fans de Pokémon étaient principalement encore en études. En témoigne peut-être la récente thèse de Fanny Barnabé de l’Université de Liège, qui traite assez extensivement d’activités et productions de fans de Pokémon (disponible à la fin de l’article, et que je vous conseille vivement, elle est très agréable à lire).

Les fans de Pokémon sur internet.

C’est justement aux productions et à l’activité des fans et du public plus élargi (distinction que je serai amené à développer plus tard) de Pokémon sur internet que je souhaite tout particulièrement m’intéresser. Parce que j’ai l’impression qu’il est central dans la production de la franchise et dans sa diffusion. Lors même que je m’étais un peu détaché de la sphère internet de Pokémon en m’intéressant aux pratiques de Pokémon en jeu, sur console portable, principalement chez des adolescents pour commencer, le rôle d’internet et tout particulièrement des productions de fans s’est imposé comme central à nouveau. Pokémon est un peu partout. Pas au sens où on aurait pu l’entendre pendant la « hype » Pokémon GO. Mais dans le sens où on peut trouver du Pokémon partout, et que pour peu qu’on soit impliqué dans quelques réseaux sociaux assez jeunes, les références sont assez fréquentes. Florilège.

L’image contient peut-être : texteL’image contient peut-être : 2 personnes, personnes souriantes, personnes debout et plein air

 

 

 

 

Cette propension des fans à participer collectivement à la vie de la franchise est ce que Henri Jenkins appelle la culture de la participation : une culture au sein de laquelle la créativité des fans est encouragée par l’intérêt qu’ils portent aux productions des uns et des autres. Cette culture est favorisée par les outils numériques, mais aussi parfois par le caractère transmédia de certaines franchises, comme Pokémon : le fait que la franchise se décline sur plusieurs supports et que les manifestations de l’œuvre sur ces différents supports enrichissent l’univers de la franchise tout en ayant leur existence propre (là où l’intérêt d’un produit dérivé dépend exclusivement de l’œuvre originale, et que l’adaptation tel quel d’un livre en film n’apporte pas grand-chose de nouveau à l’œuvre). L’articulation du transmédia et de la culture de la participation se manifeste dans ce que Jenkins appelle la « culture de la convergence ». Ainsi, si je compte bien m’intéresser au rôle des industries culturelles et de Nintendo dans la production et circulation de Pokémon, c’est surtout l’articulation avec l’activité, les productions, la culture des fans et du public qui m’intéresse. Ce qui de l’objet Pokémon en soi anime ma thèse, ce sont les prises que la franchise offre aux fans et au public pour produire cette culture Pokémon, et plus particulièrement, pour produire des régimes émotionnels Pokémon, pour prendre la suite de William Reddy, ou, si j’ose dire, des régimes Pokémotionnels (ceci n’est pas une tentative de concept, juste un jeu de mot pas très fin inspiré d’un ami qui ne sera pas crédité pour sa propre sécurité).

Cet intérêt porté à la question des émotions résulte de l’importance de celles-ci en contexte de culture de la convergence, par l’engagement attendu de la part du public et des fans. Pour étudier ces questions, je m’appuierai sur l’analyse de contenu produit par le public de Pokémon en interaction avec des productions officielles ou non de Pokémon (commentaires de vidéos Youtube, de posts Facebook, par exemple) et sur une ethnographie de quelques communautés de fans. Sur des entretiens menés auprès du public de Pokémon, aussi (si vous avez des tuyaux ou des contacts pour ce point, je prends).

De l’intérêt d’étudier Pokémon.

Pokémon est un objet vraiment intéressant je pense, pour aborder des questions liées aux émotions et à internet, par sa forte présence sur le net, par le fort potentiel émotionnel de la franchise, a priori du moins (en atteste l’épisode Pokémon GO, les nombreux discours nostalgiques…). Le succès de la franchise sur la durée auprès d’un public qui compte aujourd’hui à la fois les jeunes, et ceux qui ont grandi avec, permet de questionner le renouvellement d’une œuvre culturelle, de porter mon attention sur des problématiques inter/transgénérationnelles. C’est aussi peut-être aussi pour moi l’occasion de toucher un peu des personnes hors du milieu académique, par l’étude d’un objet qui leur est plus ou moins familier.

J’espère que ce premier article vous a plu, n’hésitez pas à me faire des remarques, en particulier sur ce qui ne va pas à votre sens.

 

Pour aller plus loin :

-L’ouvrage académique qui traite de Pokémon. | Tobin, J (2004). Pikachu’s global adventure: The rise and fall of Pokémon. Duke University Press. | J’ai trouvé les chapitres assez inégaux en termes d’intérêt, peut-être en partie parce que le livre a plus de dix ans et que certains traversent mieux les années que d’autres.Quoi qu’il en soit, c’est une lecture obligatoire pour ceux qui souhaitent travailler sur Pokémon.

-Pour les autres, tournez-vous plutôt vers quelque chose de plus récent comme l’ouvrage écrit par deux journalistes à l’occasion des 20 ans de Pokémon : Générations Pokémon : 20 ans d’évolution (https://www.amazon.fr/G%C3%A9n%C3%A9rations-Pok%C3%A9mon-20-ans-d%C3%A9volutions/dp/B014XMV4LE). En plus d’être plus à la page que le précédent, il est plus intéressant pour les fans d’après les avis (je ne l’ai pas encore lu).

-A propos de la prédominance de WoW et de quelques autres jeux dans les game studies : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01191620 (On dirait qu’on ne peut pas y accéder donc si ça vous intéresse, demandez-le moi).

-Quelques ouvrages de Jenkins sur les communautés de fans et la culture de la participation/de la convergence. |  Jenkins, H. (2006). Fans, bloggers, and gamers: Exploring participatory culture. nyu Press. ; Jenkins, H. (2013). La culture de la convergence. Des médias au transmédia. ; Jenkins, H., & Ito, M. (2015). Participatory culture in a networked era: A conversation on youth, learning, commerce, and politics. John Wiley & Sons. |  Le dernier est assez sympa à lire, un peu moins académique, je conseille vivement.

-L’ouvrage de William Reddy sur les « régimes émotionnels ». Ce concept sera développé, certainement à maintes reprises, sur ce blog. Il s’agit, pour résumer très grossièrement, de systèmes de normes d’expressions des émotions produits par une société, ou dans notre cas, des communautés ou un ensemble de communautés.  |  Reddy, W. M., & Reddy, W. M. (2001). The navigation of feeling: A framework for the history of emotions. Cambridge University Press.  |  Ce n’est pas vraiment une lecture très accessible, par contre

 

 

Pk.D : Pokémon Doctorate

Salut tout le monde,

Je profite de ce post inaugural pour présenter un peu la démarche derrière la création de ce blog en commençant et un bref résumé de mon parcours académique en sciences sociales, qui est encore assez récent puisque j’ai commencé il y a seulement trois ans.

Mon rival : ma tendance à m’éparpiller.

L’idée de présenter un peu mon parcours, c’est surtout parce qu’il est je pense fortement lié à la fois à l’orientation que va prendre cette thèse et aux défis que je vais devoir relever en premier lieu. En effet, donc, j’ai commencé les sciences sociales il y a 3 ans, en L3 d’Ethnologie/Anthropologie, avant de faire un Master 1 d’Anthropologie Cognitive, le tout à la suite d’un parcours chaotique qui impliquait une prépa de Physique-Chimie et deux L3 de Mathématiques option tourisme (entendre par là que j’ai passé autant de temps sur la plage qu’en cours, et infiniment plus sur des jeux vidéo). Sans considérer que je suis quelqu’un de plus spécial que les autres, j’entends surtout par là que j’ai eu un parcours un peu (trop ?) varié. Des sciences “dures”, de l’anthropologie, des sciences cognitives plus ou moins mélangées à de l’anthropologie, et maintenant des sciences de l’éducation, mais des sciences de l’éducation un peu hétérodoxes en fait. Du coup, mes influences sont vraiment multiples, et en trois ans, j’ai eu l’occasion de changer régulièrement de projet d’orientation de recherche. Cette tendance à m’éparpiller s’est retrouvée dans la construction de mon projet de thèse.

Il se trouve que j’ai fait mon Master 2 dans un Master de sciences de l’éducation spécialisé sur le jeu, et que si je suis inscrit en doctorat en sciences de l’éducation, je n’ai donc qu’un bagage pour l’instant très limité dans cette discipline (d’ailleurs, je vais vous avouer un truc, je n’ai même pas lu les classiques en anthropologie non plus, mais chut). Ma thèse se retrouve au croisement d’influences qui vont de la sociologie pragmatique, voire aussi un peu interactionniste mais aussi bourdieusienne entre autres, d’une anthropologie des émotions avec certaines influences cognitivistes, de sciences de l’éducation d’un courant hétérodoxe qui s’intéresse aux apprentissages au-delà du contexte scolaire, ainsi que des “game studies” et “fan studies”. C’est encore pire quand on sait que le fait que j’ai répondu à un appel à candidature particulier pour ma bourse doctorale m’a amené à inclure un peu de socioéconomie dans cette salade composée, pour donner un projet de thèse qui s’intitule : “Les mécanismes affectifs de la captation des publics sur internet : le cas de la franchise Pokémon”. Ce qui signifie que ma thèse devrait traiter, au moins, de Pokémon, d’internet, d’émotions, et, bien sûr, sciences de l’éducation oblige, d’apprentissages. Et que par mon parcours, j’aurais tendance à m’appuyer sur différents courants sociologiques, anthropologiques, et même éventuellement sur un apport des sciences cognitives (même si cette dimension risquera d’être très secondaire voire abandonnée pour diverses raisons, mais elle reste envisageable pour l’instant).

Clarifier ma pensée.

Comme tous les doctorants qui décident de tenir un blog/carnet de thèse, je crois, j’ai bien sûr décidé de créer le mien dans une volonté partager mes réflexions et mes recherches, et pour me forcer à écrire régulièrement (et aussi accessoirement pour faire des jeux de mot sur Pokémon). Mais je pense que ce blog pourra surtout être l’occasion pour moi de mettre à plat tout ça, et de tenter de construire une cohérence dans ce projet, au fur et à mesure, plutôt que de me rendre compte trop tard que je vais dans tous les sens. C’est d’ailleurs pour ça que parmi les premiers articles qui seront publiés sur ce blog, je compte rapidement m’atteler à une clarification, pour vous comme pour moi, des différents aspects de ma thèse, de la manière dont je compte les traiter, et des liens qui existent entre eux. A  commencer bien entendu par l’objet, Pokémon, puis, dans un ordre que je n’ai pas encore décidé, d’internet (et plus particulièrement les publics et communautés de fans), des émotions, et des apprentissages.

Ce travail de clarification, de cadrage de la thèse, ne s’arrêtera pas à la publication de ces articles introductifs et devra probablement être renouvelé, mais tout ça me permettra de poser les bases pour avancer. En ce qui concerne le contenu sur un temps un peu plus long, il s’agira principalement de réflexions autour de données recueillies dans le cadre de la thèse, de compte rendus de lecture (comme ça, ça m’obligera enfin à en faire) mis en lien encore une fois avec la thèse. Une autre catégorie sera dédiée à mes publications et communications. J’aimerais aussi produire une réflexion sur ma pratique de l’enseignement à l’Université pour engager un dialogue à ce sujet, si possible. Enfin, je me permettrai peut-être quelques  commentaires de faits d’actualité lorsqu’ils sont en lien avec ma thèse ou les cours que j’enseigne.

A bientôt !

J’essaierai de me tenir à un rythme de publication décent, même si je me connais, ça sera très variable en fonction des périodes. J’espère que j’arriverai à intéresser quelques personnes, et si c’est le cas, j’attends vos critiques avec grand intérêt, même si, surtout si, en fait, vous n’êtes pas expert du sujet. Parce qu’un des avantages à écrire un blog, je pense, c’est aussi de sortir du cadre universitaire un peu hermétique, de renouer avec une forme d’expression plus courante pour ne pas dire moins absconse, et d’échanger si possible avec d’autres personnes que mes paires.