Peut-on faire une thèse sans enfreindre la loi ?

Si vous lisez ce billet de blog, il est probable que vous connaissiez le site sci-hub dont je fais la promo dans le billet “comment chercher un article académique”. Nombreux sont les chercheurs et étudiants qui ne pourraient plus se passer ce cet outil pour mener à bien leurs recherches. C’est l’accumulation de cas comme celui-ci qui m’a conduit à me poser la question en titre : peut-on faire une thèse sans enfreindre la loi ?

Les sociologues ont-ils vraiment besoin d’argent ?

Quand on pense à la question du financement des recherches en SHS, la première chose qui vient à l’esprit, c’est qu’on manque de financements. Je ne ferai pas ici d’analyse des différences de financements entre les différentes disciplines, ce n’est pas l’objectif du billet et je serais de toute manière bien incapable de le faire rigoureusement sans y passer des semaines voire des mois. Mais finalement, pourquoi les sociologues ont-ils besoin d’argent ? Après tout, on se permet bien de recruter des doctorantes et doctorants sans financement. En sociologie, on n’a pas besoin d’instruments couteux comme des accélérateurs à particules, des superordinateurs, des capteurs high tech, pas même de microscopes (j’imagine que c’est d’ailleurs pour ça que les sociologues ont plus tendance à travailler seuls ou en petit groupes). Mais quand on y regarde de plus près, il y a plein de raisons pour lesquelles les sociologues peuvent avoir besoin d’argent. Je propose de regrouper ces dépenses en 3 groupes pour la clarté du billet : dépenses “de fonction”, outils, et “soutien à la recherche”.

J’entends par dépenses de fonction toutes les dépenses de base nécessaires à l’activité scientifique “normale” : livres, articles, dépenses liées aux colloques et journées d’études, bureaux. Ce sont des dépenses communes à toutes les disciplines. Pour ce qui est des livres et articles, on dispose de bouquets d’accès à des plateformes d’édition scientifique plus ou moins fournies suivant les universités, généralement insuffisantes (mais ça n’est pas spécifique aux SHS). On a la chance d’avoir accès à sci-hub, libgen, z-lib etc pour compléter, même si sci-hub n’inclue par exemple pas les articles de 2021 sur Elsevier suite à un accord. Je dispose pour ma part d’une enveloppe dont j’ai pu me servir pour des livres, mais j’en achète quand même un certain nombre. La problématique des déplacements est tendue dans la mesure où les fonds des laboratoires dépendent du nombre de titulaires et non de doctorants. Chez moi, on a droit à un ou deux colloques par an maximum, avec frais de déplacement, d’hébergement et éventuellement d’inscription. Enfin, je suis plutôt bien loti niveau bureau mais ce n’est pas le cas de tout le monde. Pour ces deux derniers points, je crois intuitivement qu’il y a des différences disciplinaires mais aussi au niveau des institutions. Concernant ces deux cas, je ne crois pas que beaucoup de doctorantes et doctorants fraudent le train et l’entrée dans des bureaux pour travailler, donc on en vient simplement à payer de sa poche et à bosser seul chez soi, ce qui fragilise le doctorat, mais au moins on est pas des hors-la-loi.

Les dépenses en outils, c’est ce dont on pourrait croire qu’on n’a pas tellement besoin en SHS, mais c’est très variable. Dès lors que l’on veut mettre en place des protocoles un peu sophistiqués, on peut avoir besoin d’une bonne caméra, d’un bon PC pour du traitement de données (ou simplement même d’un laptop tout court), mais aussi de plus en plus souvent de logiciels de récolte et de traitement de données. Je pense qu’il peut y avoir besoin de pas mal d’autres choses mais je préfère parler de ce que je connais parce que je m’en sers, à savoir les logiciels. Dans ce cas, on parle de licences annuelles allant de 30 à plusieurs centaines d’euros à l’année, ou bien de licences à vie pouvant aller de quelques centaines à quelques milliers d’euros. Si on a un peu de chance, notre laboratoire dispose d’un ou deux logiciels dont on a besoin, mais encore faut-il pouvoir se servir de la licence qui est souvent uniquement accessible sur place : pas pratique en pleine pandémie ou quand on habite loin (ou les 2). La solution qui reste quand on n’est pas riche, c’est le piratage informatique là encore.

Enfin, concernant les dépenses en soutien à la recherche, je pense au fait d’avoir un ingénieur au laboratoire pour nous aider à mettre en place certains protocoles, d’avoir des personnes qui nous aident à diffuser des questionnaires téléphoniques, d’aide à la transcription ou à la traduction, des choses dans le genre. Les sociologues peuvent avoir accès à ces outils dans le cadre de projets financés, ce qui montre bien que ça a un intérêt, mais je crois que bien peu de doctorantes et doctorants ont accès à de telles ressources. Dans la plupart des cas, il n’y a pas vraiment de lien avec la loi mais plutôt avec les perspectives méthodologiques de la recherche, mais je discuterai plus bas d’une conséquence légale indirecte du caractère individuel du travail de sociologue.

A-t-on vraiment besoin d’enfreindre la loi ?

Dans la partie précédente, j’ai essayé de dresser un panorama rapide de de quelques dépenses qui peuvent être nécessaires ou tout au moins utiles au déroulement d’une recherche en SHS ou en tout cas en sociologie. J’ai déjà mentionné à plusieurs reprises la question du recours à des outils et ressources piratées (logiciels, articles et livres). Mais ne peut-on pas faire autrement ? Évidemment que si. On peut se contenter des articles auxquels l’université nous donne accès, contacter les autrices et auteurs d’articles qui nous sont inaccessibles, abandonner certains protocoles ou bricoler des méthodes de récoltes et de traitement à l’aide de logiciels gratuits ou tout simplement ne pas trop se servir d’outils informatiques. Le problème, c’est que la recherche est un monde de compétition, je n’apprends rien à personne. Tout le monde ne nous répondra pas pour nous envoyer des articles inaccessibles, et même quand c’est le cas ça prend autrement plus de temps que sci-hub. On risque alors de passer à côté de choses qui auraient pu grandement améliorer la qualité de la thèse, ou même se voire reprocher de ne pas avoir lu ou cité tel corpus de travaux. On est alors tenté de citer des articles sur la base de l’abstract, quitte à passer à côté de quelque chose, et de se faire reprocher d’avoir compris l’article de travers et de mal le citer ou de citer des articles moisis qui ne remplissent pas les promesses de l’abstract.

Le cas des logiciels est proche dans la mesure où renoncer à certains outils empêche la mise en place de protocoles innovants qui auraient pu mettre en valeur la thèse, et les méthodes à la main/bricolées prennent souvent du temps. D’autant plus qu’on peut parfois passer des mois à essayer de bricoler des alternatives sans succès et perdre ainsi des dizaines ou centaines d’heures tout à fait improductives, comme ce fut mon cas. Le soutien à la thèse intervient d’ailleurs déjà à ce niveau : l’ingénieur pourrait aider à sélectionner des logiciels, produire des programmes en fonction des besoins de la ou du doctorant, une petite équipe pourrait pallier une partie de la nécessité de méthodes automatisées (avec ce que ça implique d’exploitation de stagiaires toutefois), etc. Enfin, je suis à peu près certain que nombre de sociologues respectent (je crois) assez mal les lois concernant la sécurité des données etc, et là encore la présence d’ingénieurs dans les laboratoires pourrait aider à la mise en place de protocoles qui rentrent bien dans les clous.

Si l’idée de pirater des articles et des logiciels ne m’empêche pas de dormir, ça pose aussi des problèmes pratiques tels que la dépendance à des outils qui ne sont pas pérennes (sci-hub est souvent attaqué, a déjà dû reculer un peu face à Elsevier, et on ne sait pas s’ils seront toujours là), et on ne peut pas bénéficier de support pour les logiciels (la première chose demandée sur les forums, c’est d’envoyer par message privé notre numéro de licence, ils sont pas cons). On se retrouve donc malgré tout avec des solutions qui peuvent à tout moment ne plus fonctionner. Enfin, j’imagine que même s’il est rare de se faire attaquer en justice pour utilisation de logiciel piraté, cela peut théoriquement arriver.

Conclusion parce qu’il en faut une

J’ai écrit ce billet au lieu de traiter mes données sur mon logiciel cracké à plus de 1000€, et je ne sais pas trop pourquoi. Ou plutôt, je me suis fait la réflexion que le manque de financements couplé à la logique de compétition, de même qu’elle favorise la fraude, favorise aussi d’autres pratiques illégales, au moins en SHS, et je me suis dit que ça pouvait intéresser des gens, mais je n’ai pas grand chose à apporter en termes de perspectives ou de solutions. Par contre, si vous connaissez des réseaux de logiciels libres spécifiques où on peut trouver des outils utiles aux SHS, je prends.