La rédaction du mémoire «recherche» en sciences sociales

Avant-propos

J’ai écrit la première version de ce texte à la demande d’étudiant-es qui n’avaient aucune idée de comment se lancer dans leur mémoire à l’approche de la fin de l’année. Je le partage ici car je sais que, bien que les ressources existent, vous êtes nombreux-ses à vous retrouver dans cette situation chaque année. Dans ce texte, j’essaie de donner quelques bases sur ce qui est attendu dans un mémoire de Master en sciences sociales avec une démarche majoritairement qualitative. Il s’agit avant tout de présenter et expliquer la structure des mémoires « recherche » car je n’ai pas d’expérience concernant les mémoires « professionnels », mais une partie des conseils peuvent s’y appliquer. Par ailleurs, je ne prétends pas qu’il délivre la meilleure manière de structurer un mémoire et que les conseils sont universels. J’ai une expérience modeste de l’exercice. Je crois toutefois savoir que vous êtes nombreux-ses à ne pas bénéficier d’un très bon accompagnement et à vous retrouver perdus et perdu-es au moment de la rédaction. Dernier point important avant de commencer, ce document ne saurait remplacer un suivi de mémoire, et rien de ce qui y est écrit ne se substitue aux conseils et aux exigences de vos enseignant-es. Ils/elles sont certainement plus compétent-es que moi pour la plupart, et surtout savent mieux que moi ceux qu’ils/elles attendent de vous.

Un premier conseil assez banal est de ne pas être trop ambitieux-se. Un bon mémoire n’est pas un mémoire révolutionnaire, ni un mémoire surdimensionné avec un corpus monstrueux. Il vaut mieux avoir un corpus modeste que vous maîtrisez et vous vous appropriez en profondeur, qu’un corpus massif de dizaines d’entretiens peu exploités. Un mémoire n’est pas un article dans une revue à comité de relecture, même s’il peut y donner suite. C’est avant tout un exercice qui montre que vous avez acquis des bases solides quant à de la démarche de recherche et de sa restitution.

En ce qui concerne la distinction avec les articles de revues, cela implique aussi un autre rapport aux références. Au cours de vos lectures, vous avez dû remarquer que de nombreuses références sont mobilisées de manière assez expéditive. Pour commencer, c’est parfois reproché par les relecteur-ices, en particulier lorsqu’il s’agit de mobiliser des concepts qui devraient être au cœur du développement. Mais surtout, dans le cadre d’un mémoire, vous avez plus de place. Il est donc important d’en profiter pour travailler les concepts et les références. C’est une des compétences qui sont attendues.

Structure et contenu

Introduction générale 

● Accroche : Vous pouvez commencer cette accroche par l’actualité du sujet (par exemple citer un article de presse qui a traité de cette question ou une recherche récente et marquante sur le sujet) Je pense personnellement qu’il est préférable de commencer par l’actualité « recherche » et non médiatique. Cela vous permet de montrer d’emblée que vous vous positionnez par rapport aux débats scientifiques et que vous avez bien conscience de ne pas être le ou la premier ou première à aborder le sujet. Une autre possibilité intéressante est de commencer par un extrait de terrain (vignette ethnographique ou extrait d’entretien, par exemple)

● Éventuellement insérer question de recherche.

● Revue de littérature sur le sujet (ce qui est mobilisé ici le sera aussi idéalement dans le développement). Il faut la décliner en chaque point du sujet, l’enjeu n’est pas de citer tous les auteurs mais d’expliquer comment ils seront utilisés. Le mieux est une revue qui soit progressive c’est-à-dire qui va du général vers la particularité du sujet. Cette revue de littérature permet notamment de définir les termes principaux.

La revue de littérature permet de donner une idée de ce que l’on sait à propos des dimensions importantes de votre sujet, mais aussi à faire apparaître les points d’ombre que le mémoire entend éclairer. C’est notamment en mettant en relation les éléments de la littérature entre eux que vous faites apparaître ce point.

● Cadre théorique (peut apparaître à part de l’introduction, par exemple avec la méthodologie, mais pour un cadre théorique assez « court » ce n’est pas forcément la peine). Le cadre théorique correspond en général à la mise en relation d’un nombre limité de concepts qui servent à cadrer votre analyse à venir, à définir votre fil conducteur. L’idéal (pour des raisons de clarté et de simplicité) est d’inscrire le tout dans une tradition déjà bien définie et cohérente avec le choix des concepts (cela peut être un courant comme l’interactionnisme ou la sociologie critique, ou un « champ » comme la sociologie de la culture, auquel cas vous donnez quelques références pour (re)préciser de quelle « sociologie de la culture » il s’agit).

● Problématique. Attention il ne s’agit pas d’une question. La problématique peut contenir des questions, mais c’est une synthèse de votre cadre théorique et de votre question de recherche (et éventuellement de vos hypothèses) qui peuvent apparaître de manière plus ou moins implicite en les mentionnant au sein de la problématique).

● Annonce du plan

Variante possible :

Il peut vous être demandé de produire une revue de littérature et/ou un cadre théorique séparés, et plus poussés. Si c’est le cas, l’ordre reste le même, et la problématique vient à la fin du cadre théorique. L’accroche et la question de recherche deviennent donc l’entièreté de l’introduction. Si c’est le cas, il peut être intéressant d’insister d’emblée sur l’intérêt de votre travail dans cette courte introduction.

Méthodologie et matériau/corpus/données

● Un peu dans l’ordre qui vous semble pertinent.

● Bien délimiter votre corpus, c’est-à-dire les données sur lesquelles vous vous appuyez réellement pour l’analyse (nombre et natures des entretiens, nature lieu temporalités etc des observations, logique de sélection etc). Idéalement, faites apparaître la place et le rôle des parties de votre corpus.

● Pour la méthodologie, soyez précis-es, expliquez ce que vous avez fait, dans quel ordre si c’est pertinent, parlez de vos choix méthodologiques, n’hésitez pas à mettre vos grilles d’entretiens/d’observations en annexes. Il faut essayer de rendre évident la pertinence des méthodes employées pour répondre à votre problématique. Même si dans les faits vous avez bricolé et que la pertinence est apparue après, qu’elle est une construction et que ce n’était pas quelque chose de planifié, ce n’est pas grave. C’est souvent le cas (et même toujours, dans une certaine mesure). Par ailleurs, il faut que vous ayez en tête la différence entre méthode et méthodologie : la méthodologie, c’est la réflexion (et réflexivité) sur votre méthode, en vous appuyant notamment sur des références.

Court tableau récapitulatif. Les entretiens et les observations ne sont évidemment pas les deux seules méthodes qualitatives qui existent mais elles sont sans doute les plus classiques.

● Montrez que vous avez un regard critique sur les limites mais aussi les apports de votre corpus et de votre méthodologie.

Développement

● Au début de chaque partie, faire une introduction de partie qui annonce les sous parties et la cohérence de la partie.[1]

● Au début de chaque sous partie, il faut une petite introduction pour que le/la lecteur-ice sache où vous souhaitez l’emmener.

● Soigner les transitions (à la fin de chaque sous partie) qui doivent assurer et montrer la cohérence du plan et résumer en plusieurs points ce que la sous-partie et la partie générale apportent à chaque fois.

● Au cours du développement, lorsque vous avancez des idées, appuyez-vous dans la mesure du possible sur de la littérature académique et faites explicitement référence à vos propres données pour étayer votre « démonstration ». Il faut que les références à vos données soient précises : extraits d’entretiens, vignettes d’observation détaillées, résultats de tests statistiques, etc. Vous ne pouvez pas vous contenter d’écrire « mes données montrent ci et ça ».

Ne faites pas ça.

● Hiérarchiser les résultats. Les données peuvent être riches, on peut en tirer beaucoup de choses… Mais certains résultats sont plus pertinents pour la problématique que d’autres. Mettez en avant les “gros” résultats en les traitant en premier et de façon plus détaillée, sans oublier les “petits” résultats qui donnent de l’épaisseur à votre propos.

● Vos références peuvent avoir plusieurs usages. Il peut s’agir de simplement appuyer une affirmation, de vous positionner par rapport à ce qu’a dit quelqu’un d’autre (en montrant que vos données vont dans la même direction, ou, au contraire, s’opposent à ce qui a été dit, et discuter dans les deux cas de ce que cela implique, c’est en particulier ce que vous devez faire avec les références mobilisées dans votre revue de littérature), de mobiliser un concept/une notion. Il n’est pas nécessaire de développer toutes les références, mais pour ce qui est des références centrales, il est attendu de vous que vous les approfondissiez. Ne vous contentez pas de paraphraser un auteur ou une autrice[2], servez-vous en d’appui pour développer ensuite une analyse propre. Vous pouvez le faire en montrant des liens avec une autre référence, ou grâce à vos données. Il faut que de temps en temps, en mobilisant une référence, vous y ajoutiez quelque chose d’original, même si c’est modeste. 

Conclusion

● Résumer sans répéter au moins un paragraphe par « partie » du mémoire.

● Rappel de ce qu’on a montré dans l’introduction (intérêt et angles morts bibliographiques)

● Quelques paragraphes pour expliciter les apports de votre travail (un paragraphe par résultat saillant) ainsi que leurs limites (un paragraphe).

● Éventuellement ouvrir sur des perspectives de recherches, des pistes ouvertes par votre travail.

Présentation/forme

Vous avez le droit de trouver les nombreuses normes académiques (interligne, normes bibliographiques lourdes…)  datées voire stupides, mais je ne crois pas que votre mémoire soit le meilleur champ de bataille (je le précise car je l’ai vu). Par ailleurs, une partie des normes qui peuvent vous paraître inutiles servent à faciliter le travail de votre jury qui saura plus facilement s’approprier votre mémoire ainsi que les 10aines d’autres qu’ils auront à lire pendant la période.

Formatage

Vous devriez connaître la chanson : Times New Roman 12, Interligne 1,5, sans espace après les paragraphes, texte justifié (regardez sur Google si vous ne comprenez pas ces termes). Vous pouvez aussi privilégier d’autres polices « sobres » comme Calibri 11, Arial 10/11, Garamond 11, par exemple[3]. Il y a en général plus de liberté sur les titres, mais je vous conseille d’utiliser l’utilitaire de titre de votre logiciel afin de pouvoir réaliser un sommaire automatisé (le sommaire est important). N’abusez pas des notes de bas de page (je suis très mal placé pour dire ça). Pour les citations de moins de trois lignes (ou une 40aine de mots en général), vous pouvez citer entre guillemets dans le texte. Pour les citations plus longues, il vaut mieux faire un bloc à part, avec un espace avant et après, et un retrait à gauche (et éventuellement à droite), de 2,5 centimètres par exemple (les guillemets ne sont plus nécessaires dans ce cas). Apprenez à utiliser les « feuilles de style » si possible, cela vous économisera du temps et facilitera votre organisation.

Je ne m’étendrai pas sur les normes bibliographiques car il y a de nombreux documents à disposition sur internet et que votre université devrait vous en fournir, mais je vous encourage vivement à apprendre à utiliser Zotero.

Rédaction

Faites attention aux phrases trop longues et compliquées. C’est facile à dire, mais je fais régulièrement cette erreur. Par ailleurs, on a parfois l’impression que c’est la seule manière de faire passer la complexité de l’idée qu’on est en train de développer. C’est parfois vrai, mais pas toujours. Pensez bien que votre jury va devoir lire (ou feuilleter selon le temps dont ils/elles disposent et leur sérieux) 70, 80, parfois plus de 100 pages de votre travail mais aussi de celui de vos camarades. Lire des phrases très longues et alambiquées est éreintant et on a parfois du mal à comprendre où vous voulez en venir. D’ailleurs, souvent, comme on les retravaille 10 fois, elles ne veulent plus rien dire à force. A ce sujet, essayez de ne pas trop travailler dans l’urgence pour avoir le temps de vous faire relire. Je sais là encore que c’est plus facile à dire qu’à faire, mais c’est important.

Pour aller plus loin

On m’a par ailleurs conseillé ce blog qui donne des excellents conseils sur diverses dimensions, telles que les entretiens, les observations, la gestion des différents obstacles que l’on peut rencontrer, etc.

J’essaierai d’écrire un billet sur le traitement des données qualitatives qui est rarement enseigné explicitement et peut parfois paraître “magique”. En attendant, je conseille ce très bon article sur l’induction analytique : https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-01465287/

Enfin, il existe des ouvrages méthodologiques qui pourront vous être précieux :

Arborio, A. M., & Fournier, P. (1999). L’enquête et ses méthodes. L’observation directe

“Les ficelles du métier” d’Howard Becker qui a connu de nombreuses éditions.

Beaud, S., & Weber, F. (1997). Guide de l’enquête de terrain. Produire et analyser des données ethnographiques. La découverte.

Enfin, vous pouvez rejoindre le serveur Discord d’Entraide et Débats en Sciences Sociales pour y poser vos questions, demander des relectures, etc.


[1] Remarque de Baptiste Besse-Patin à ce sujet pour expliciter cette nécessité : « il me semble que le point, implicite, est d’écrire pour un lectorat (jury, direction, etc.) et, souvent, il y a des “sauts” dans l’écriture par rapport à nos “raisonnements” (que je préfère à “démonstration”, plus loin. On écrit pas aussi vite ni aussi explicitement le fil et l’enchaînement de nos pensées (hautement intelligentes) »

[2] D’autant plus que cela peut revenir à du plagiat

[3] Il y a un certain degré de liberté que vous pouvez vous octroyer si vous maîtrisez et/ou que vous savez que c’est autorisé, mais je préfère donner un conseil plus cadré pour celles et ceux qui sont un peu perdu-es.

Enseigner en distanciel : retour d’expérience

La dernière fois que je me suis exprimé sur ce blog à propos de mes pratiques d’enseignement, c’était pour faire un bilan de ma première année d’enseignement. Ce bilan était relativement mitigé, notamment du fait d’un dosage difficile concernant l’approfondissement. J’avais aussi eu du mal à animer les cours, à doser les moments de cours magistral et les activités, et les évaluations aussi laissaient à désirer.

Je n’ai pas écrit de bilan de ma deuxième année, pour plusieurs raisons. Si je devais la résumer en un paragraphe, ce ne serait pas glorieux. J’avais changé de cours de L3 pour le cours de sociologie de la culture, gardé le cours de L1 de psychologie d’introduction aux sciences de l’éducation, et, pour compléter mon service, je devais faire cours pendant une séance de M2 et d’un cours du second semestre de L3. En effet, j’avais concentré la plupart de mes cours au premier semestre dans la perspective d’un séjour de recherche au Québec qui n’a pas eu lieu faute de financement. La fin du premier semestre a été marqué par les grèves, mais cela ne justifie pas les problèmes rencontrés. J’ai souhaité laisser les étudiants gérer leurs études en autonomie du fait de leurs situations parfois difficiles, et je me suis rendu compte que ce n’était peut-être pas une bonne idée : ils n’étaient pas particulièrement autonomes et ont fourni très peu de travail régulier pour le cours. Pire encore, je n’ai pas été en mesure de mettre en place des activités stimulantes pour eux. La sortie d’observation à la Sorbonne, que je mentionnerai peut-être dans un autre billet, a aussi causé de nombreuses difficultés à cause d’un défaut d’organisation de notre part (moi-même et un collègue doctorant enseignant). Enfin, plusieurs étudiants et étudiantes ont rapporté avoir vécu le cours comme étant misérabiliste à leur égard, ce qui n’était évidemment pas l’objectif, ce qui m’a fait réaliser la nécessité d’expliciter les objectifs et d’accompagner les étudiants et étudiantes dans l’appropriation du cours.

Préparer la 3ème année

C’est donc avec de bien meilleures intentions et beaucoup d’espoir que j’ai préparé cette troisième année d’enseignement, bien qu’elle ne s’annonçait pas des plus stables. J’ai gardé le cours de sociologie de la culture, mais le cours de L1 de psychologie a sauté à cause des difficultés liées au COVID. Il est remplacé par un cours d’anthropologie de l’éducation pour les L2 qui aura lieu au second semestre. J’ai donc commencé par préparer le cours de L3. Je me suis creusé la tête pour trouver un moyen de contraindre les étudiant-es à fournir un travail régulier sans pour autant les surcharger, et d’imaginer des activités un peu stimulantes. J’ai aussi souhaité trouver le moyen de les accompagner dans la méthodologie universitaire dans le même temps.

Ces trois objectifs peuvent paraître un peu trop ambitieux à traiter dans le cadre d’une seule UE de 18 heures seulement. C’est surement vrai, mais j’ai au moins réussi, je crois, à trouver le moyen de “combiner” la nécessité d’un travail régulier avec la mise en place d’activités plus stimulantes que des débats improvisés auxquels aucun étudiant ou presque ne trouvait le moyen de participer. L’idée de base était donc de les forcer à rendre un devoir à chaque séance qui serait noté, mais qui serait aussi mobilisé par les étudiants dans le cadre des activités. Cela permet aussi d’éviter de perdre 1 heure à les faire lire un texte en cours. Pour le reste, je me suis appuyé sur une organisation un peu inspirée de la méthode de l’arpentage. Il s’agit donc de commencer par un cours magistral, et, lorsque c’est opportun, de les faire mettre en commun ce qu’ils ont produit pour la séance pour le restituer à la classe et mettre en débat ce qu’ils ont proposé. C’est aussi une occasion pour moi de rebondir sur ce qu’ils proposent, d’y faire référence pendant la séance, afin qu’ils soient assurés que ce qu’ils proposent est pris en compte et que c’est pertinent.

Je voulais limiter les déplacements à Paris, et j’ai demandé à ce que les quatre séances “du milieu” soient regroupées en deux journées de 6 heures. L’idée était d’avoir le temps de les faire écrire en classe afin de les accompagner par la même occasion dans les apprentissages de l’écriture universitaire. L’organisation n’a pas été ce que j’attendais, les deux journées de 6 heures étant la première et la dernière. Cela m’a conduit à revoir mon organisation et à considérer la dernière journée de six heures comme l’occasion de passer 3 heures à travailler la méthode de la dissertation pour les préparer à l’examen final. Assez rapidement, j’ai fait le choix de faire passer les 3 premiers cours en distanciel à cause de la crise sanitaire. Finalement, le reconfinement a de nouveau impliqué des changements. J’ai dû laisser tomber l’idée de la dissertation et trouver autre chose. Je leur demande désormais une synthèse des lectures obligatoires qui seront travaillées en cours et une analyse d’une de leurs pratiques culturelles.

Cours 1, amour numéro 1

Mardi 3 novembre, je dois donc dispenser le premier cours en distanciel. Mon premier cours de l’année, et le premier cours en distanciel de ma vie. L’objectif est de faire connaissance avec la promotion, de discuter de la notion de culture et des sens qu’elle peut recouvrir, puis de leur expliquer ce qu’est spécifiquement la sociologie (française) de la culture. Puisqu’il s’agit d’une journée de 6 heures, j’ai aussi pu aborder l’enquête sur les représentations culturelles des Français, puis celle sur les pratiques culturelles, commandées par le ministère de la Culture (voir références). Ce cours s’est déroulé sur BigBlueButton (bbb), installé sur la plateforme Moodle de l’ENT. J’utilise la caméra seulement quelques minutes avant de privilégier les diapos. Les étudiantes et étudiants peuvent discuter sur un chat internet et prendre la parole en vocal.

Lorsque je suis arrivé à 9h26 dans la session bbb, je remarque que sur le chat, quelques personnes se demandent déjà si je vais arriver. Peut-être leur intuition les a-t-elle informés de mon rapport à la ponctualité. Mais cette fois, je suis à l’heure.

Ce moment où tu te répètes qu’au bout de 15 minutes tu peux partir, et que le prof finit par émerger du brouillard de l’escalier A.

Je m’excuse donc pour l’attente interminable que je leur ai fait subir, puis je m’assure que tout le monde a pu se connecter au vocal. Une personne a un peu de mal mais une autre étudiante qui a subi le même problème l’aide à le régler. C’est aussi leur premier cours en distanciel de l’année. Nous attendons quelques minutes les éventuels retardataires, puis la séance peut commencer. Je reviens sur le syllabus qui leur a été envoyé. Je donne des précisions sur le déroulement des cours, sur les modalités d’évaluation, et je donne aussi quelques mises à jour suite au reconfinement, concernant la dernière séance et l’examen terminal. Nous pouvons ensuite entrer dans le vif du sujet : les définitions de la culture. Je donne quelques éléments, puis je leur demande de se mettre en groupe pour mettre en commun leurs réflexions et les restituer par la suite. Je leur donne 15 minutes, puis 10 minutes de pause consécutives étant donnée l’heure.

Les étudiants et étudiantes se répartissent dans des groupes sans que je n’aie à m’en inquiéter et trouvent le moyen de communiquer par d’autres applications comme Whatsapp. Ils sont même plus ponctuels qu’en présentiel à la fin de la pause et restituent le fruit de leurs discussions. Tout se passe très bien, les réflexions sont pertinentes, et je suis content de voir que j’en ai anticipé une bonne partie et que je vais pouvoir rebondir dessus pendant la suite du cours. Je les note sur un fichier Word pour pouvoir m’en souvenir. Une remarque qui revient plusieurs, et que j’avais anticipé, consiste à opposer nature et culture parallèlement à inné/biologique et acquis. C’est donc tout heureux que je le présente le mème que j’avais produit la veille dans un autre contexte et dont je voulais parler pendant cette séance, car je me doutais que cette double dichotomie serait mobilisée.

La base (sauce tomate biologique) avec le social qui vient le moduler. Et bien sûr la physique et la chimie servent de fondation au tout.

Quelques réactions amusantes à ce mème se font entendre, la pizza leur donne faim. Cela se trouve être un mauvais calcul puisqu’il est bientôt midi. Mais nous devons continuer le cours. L’objectif de la séquence débutée par ce mème est de les amener à considérer un dépassement des dichotomies nature/culture et inné/acquis, en m’appuyant notamment sur des exemples de relations complexes entre environnement et biologie (malformations à la naissance non congénitales, tolérance au lactose, etc). Je ne m’attends pas à ce qu’ils saisissent toute la complexité du débat (qui me dépasse d’ailleurs aussi), mais que l’idée des limites de ces dichotomies ait une place dans leur tête. Les réactions sont mitigées, et je propose donc de leur envoyer un texte qui synthétise la question.

Le cul du chat et la Battle Royale

La suite du cours se déroule de manière plus classique. Nous discutons de l’enquête sur les représentations culturelles des Français que je leur expose de manière assez magistrale. Nous avons le temps pour en débattre un peu. Les étudiantes, en particulier, participent plus que les années précédentes. Cela n’est pas à mettre sur le compte du distanciel trop rapidement, car mon directeur de thèse m’avait déjà fait part du fait qu’il s’agit d’une promotion particulièrement motivée. L’après-midi, le cours porte sur l’enquête sur les pratiques culturelles des Français. C’est l’occasion de discuter des limites des enquêtes sur les représentations, mais surtout de donner une idée plus précise de ce qu’est, historiquement et institutionnellement, la sociologie française de la culture. J’insiste sur l’importance de ministère des Affaires Culturelles, puis de la Culture, dans la structuration de cette sociologie. Nous parlons aussi de légitimisme culturel. Je me sers de mon chat pour réveiller un peu les étudiantes et étudiants qui seraient en train de digérer (aucun n’a mangé de pizza, parait-il, plutôt des pâtes). Il leur montre son joli derrière et sa tête de con et jouit d’un certain succès.

Vient ensuite l’heure de l’activité de l’après-midi. N’ayant pas pu leur demander trop de travail de préparation, ils découvrent l’enquête sur les pratiques culturelles. Je leur demande donc de se remettre en groupe et de se partager le travail de lecture de la méthodologie et de la synthèse sur le rôle du numérique dans l’évolution des pratiques culturelles, afin de les inviter à restituer par la suite ce qu’elles et ils en ont retenu. Cela prend un peu plus de temps que prévu, mais rien d’exagéré. La restitution est relativement scolaire pour les premiers groupes, mais sérieuse. Le fait que les premiers groupes aient fait le tour des textes oblige les autres groupes à apporter des contributions plus personnelles. S’en suit alors un débat sur la légitime du rap, ou encore “des” styles de rap, avec quelques incompréhensions entre étudiantes quant au rapport au discours légitimiste. Durant cette séquence, les débats ont pris une tourne un peu plus intense, notamment sur le chat où plusieurs personnes ont cherché à intervenir. Les limites du chat de bbb, qui a beaucoup de latence lorsque plusieurs messages sont postés rapidement, se sont fait sentir à ce moment là. Les étudiantes ont aussi pris plusieurs fois la parole en vocal pour se répondre.

Finalement, la latence du chat était plutôt une bonne chose pour moi car cela a ralenti la cadence. Quelques prises de paroles se sont faites sans que je n’aie trop mon mot à dire, ce qui n’est pas un problème en soi mais aurait pu le devenir car la conversation était, sinon tendue, un peu intense. Finalement, la bonne ambiance apparente de la promotion a fait que les choses ne se sont pas envenimées et que le débat est resté très correct. Par ailleurs, je ne suis pas certain que ce genre de perte de contrôle ne puisse pas arriver en présentiel (en tout cas, je sais que ce n’est pas le cas au collège).

Un bilan positif malgré un bricolage peu rassurant

Finalement, je suis ressorti de cette première journée lessivé mais content de son déroulement. Il n’y a pas eu d’incident technique majeur, la plupart des étudiantes et étudiants étaient là jusqu’au bout, et je n’ai pas eu trop de mal à les mettre en activité. Pourtant, tout n’est pas mis en oeuvre pour que les choses se passent si bien. A l’échelle “locale”, celle de l’équipe enseignante, de gros efforts sont fournis. Mon directeur de thèse m’a mis au courant de la solution bbb sur Moodle et a pris le temps de la tester avec moi. Il a même installé un autre outil sur mon cours pour pallier une éventuelle surcharge du serveur bbb. La secrétaire a été très réactive dans la transmission des informations aux étudiantes et étudiants.

Par contre, la gestion aux niveaux supérieurs laisse à désirer. Pour commencer, j’étais censé disposer de Teams par l’université, mais mon compte n’est pas bien configuré et le service informatique ne répond pas à mes requêtes. C’est peut-être lié à une surcharge de travail, mais cela montre bien un problème plus large qui est la gestion à grande échelle de cette rentrée universitaire. Je suis loin d’être le plus affecté car mes cours ont commencé assez tard dans le semestre, et que j’ai plus ou moins anticipé le reconfinement en passant mes premiers cours en distanciel assez tôt (surtout pour éviter d’avoir à prendre le train dans cette période en réalité). Malgré ça, j’avais prévu de garder une séance en présentiel et j’ai dû changer mes modalités de contrôle à la dernière minute. J’espérais pouvoir travailler avec eux en cours sur l’écriture universitaire, comme je l’avais précisé plus tôt, et cela va être compliqué totalement à distance. Je pourrais éventuellement le faire en leur fournissant des retours détaillés de leurs écrits, mais cela prendrait un temps colossal que je n’ai pas.

Enfin, il s’agissait de leur premier cours à distance de l’année, et on peut imaginer qu’avec les semaines confinées à venir et les nombreuses heures de cours en distanciel additionnées au travail personnel attendu (dont on sait que l’année dernière, il a été surdosé), les prochains cours ne se dérouleront peut-être pas aussi bien. Si vous avez des conseils et des idées concernant le suivi à distance, ce qu’il faut et ne faut pas faire, sur des activités intéressantes à faire à distance, je suis preneur.

Références

La page du ministère de la Culture de l’enquête sur les pratiques culturelles des Français : https://www.culture.gouv.fr/Sites-thematiques/Etudes-et-statistiques/L-enquete-pratiques-culturelles

Sur les représentations de la culture : https://www.culture.gouv.fr/Sites-thematiques/Etudes-et-statistiques/Publications2/Collections-de-synthese/Culture-etudes-2007-2020/Les-representations-de-la-culture-dans-la-population-francaise-CE-2016-1

Synthèse de l’enquête de 2008 sur les pratiques culturelles : https://www.cairn.info/revue-culture-etudes-2009-5-page-1.htm