A-t-on le temps de faire de l’ethnographie (en ligne) pendant un doctorat ?

L’idée d’écrire ce billet m’est venu après la lecture de cet article : https://www.lemonde.fr/sciences/article/2020/01/08/la-recherche-sociologique-supporte-t-elle-l-intermittence_6025224_1650684.html

Avant toute chose, je me dois d’être honnête avec les éventuel.les lecteur.ices, je ne suis pas un modèle d’organisation et de régularité dans le travail, et il est évident que j’ai donc de la marge pour mieux faire, mais les difficultés dont je souhaite parler ici ne sont pas imputables uniquement à mes propres défauts. Je vais commencer par parler un peu de toutes les taches que j’ai à mener à bien pendant mon doctorat qui ne relèvent pas directement de l’enquête, puis j’expliciterai un peu la méthodologie de manière concrète avant d’expliquer pourquoi il est très difficile pour moi de mener un réel travail ethnographique.

Les multiples taches des doctorant.es

J’ai bien conscience que le cas que je vais décrire n’est pas celui de tout le monde, mais je ne pense pas pour autant être un cas tout à fait unique. Je ne vais pas non plus trop m’étaler là-dessus parce que c’est un sujet qui est déjà régulièrement traité. Le travail administratif dont se plaignent les enseignants chercheurs, mentionné dans l’article, n’est pas aussi lourd dans le cadre d’un doctorat, mais il reste conséquent notamment à certaines périodes. En particulier, il y a une lourde charge de travail administratif autour de la rentrée, mais aussi pendant les périodes de colloques. Se faire rembourser des déplacements et logements, même si ça devient plus simple avec le temps, reste quelque chose de lourd et parfois anxiogène. Il y a aussi tout ce qui est lié à la recherche de financements pour divers projets, notamment des bourses mobilité, qui peuvent parfois prendre un temps considérable pour finalement ne rien obtenir et avoir le sentiment qu’on a gaspillé du temps précieux. Ce fut mon cas cette année par exemple. On peut aussi mentionner les formations, séminaires, et autres taches ponctuelles qui pèsent mises bout à bout.

Une autre tache chronophage assez classique, ce sont les cours. D’autant plus quand, comme ça a été mon cas, on change de cours d’une année sur l’autre. J’ai un peu de chance dans mon malheur puisque les enseignants qui donnaient les cours avant moi m’ont transmis des ressources précieuses pour me faire gagner du temps, mais les charges de cours, c’est quand même environ cinquante heures par an (avec le jeu des équivalents TD, puisque je donne des CM), auxquelles s’ajoutent la préparation des dits cours, qui implique pas mal de lectures puisque je ne suis pas expert des sujets que j’enseigne à l’origine, mais aussi la conception d’activités et de devoirs qu’il faut ensuite corriger. Et ça prend par ailleurs énormément d’énergie.

Enfin, ce qui je crois m’a pris le plus de temps depuis le début de la thèse, ce sont les colloques et publications. Trouver et répondre à des AAC, préparer des communications, des Powerpoint, écrire des articles et chapitres d’ouvrages, ça prend un temps monstrueux. Certes, ce n’est pas du temps perdu puisque c’est un travail qui peut être mobilisé pour la thèse, mais comme je ne fais pas de “thèse sandwich”, ce n’est pas non plus tout à fait ma thèse, et surtout, ce n’est pas l’enquête.

Enfin, derrière le temps cumulé occupé par ses taches se cache un autre problème : la multiplication des taches différentes fait qu’on a parfois tendance à alterner entre plusieurs d’entre elles, or, comme on va le voir, c’est un mode de fonctionnement qui n’est pas adapté à une enquête ethnographique.

“C’est facile d’enquêter dans son canapé”

Un professeur de mon laboratoire a un jour un peu ironisé sur le travail d’enquête qu’une collègue et moi réalisions pour notre mémoire de M2, à propos du fait qu’on privilégiait des enquêtes en ligne et que ça serait quand même plus simple que de faire du vrai terrain physique, que c’est sympa de pouvoir bosser de son canapé. Je doute qu’il pensait à mal, et il m’arrive parfois de complexer un peu là-dessus, quand je mène un entretien pendant que je mange des pâtes sur le canapé par exemple ou pendant que je joue à Football Manager. Pour autant, je réalise que j’avais beaucoup plus de facilité à mener une ethnographie lorsque j’ai réalisé mon enquête d’un bar de gaming en fin de Licence qu’à partir du Master, où j’ai commencé à enquêter en ligne.

Je ne vais pas entrer dans les détails des difficultés méthodologiques de l’ethnographie sur internet comme je le ferais dans un travail académique, parce que pendant que j’écris ce billet, je ne suis justement pas en train d’enquêter et que je ne veux pas y passer trop de temps. Pour faire court, mon enquête consiste à récolter des données de natures assez variées : je récupère des commentaires Youtube de vidéos sur Pokémon dans des tableaux Excel et je les traite principalement “à la main” ; je suis sur des groupes Facebook “privés” de fans de Pokémon et j’enregistre des publications pertinentes et parfois j’écris des remarques générales sur ce qui s’y passe pour m’y retrouver, en notes de terrain ; en théorie je suis ce qui se passe sur des serveurs Discord de fans de Pokémon ; je lis les news sur des sites de fans ; j’aimerais récupérer des données Twitter et c’est presque au point mais pour le moment j’y fais juste de la veille ; je mène des entretiens, principalement en ligne à l’écrit, auprès de fans de Pokémon rencontré.es un peu partout dans et hors des communautés.

La première difficulté, c’est que quand je suis dans une phase où je traite des données de Youtube, ça me prend énormément de temps et j’ai du mal à me concentrer sur autre chose. Exit l’ethnographie, donc, qui demande un réel investissement sur la durée. La seconde difficulté, c’est que lorsque je suis suis engagé dans l’écriture d’un article, d’un chapitre, la préparation d’un colloque, ou des taches administratives intenses, je suis trop pris pour m’engage pleinement dans de l’ethnographie. Enfin, le reste du temps, lorsque je pourrais envisager de le faire, cette “réelle ethnographie” prendrait la forme d’un investissement fort au sein de groupes Facebook et serveurs Discord, donc. Or ces espaces sont principalement actifs les soirs, et sont accessibles sur ce qui me sert à la fois d’outil de travail et de support de loisirs.

La situation est alors la suivante : la journée, pendant que ma conjointe est en cours ou vaque à d’autres occupations, j’essaie d’aller à la bibliothèque (ou au bureau quand je suis en région parisienne) pour me mettre dans des conditions propices au travail. Le soir, plus ou moins tard, je rentre, je fais à manger etc, et là, je me pose dans le lit avec ma conjointe. Et c’est à ce moment là que je pourrais réellement réaliser un travail d’enquête ethnographique. Le soir, fatigué d’une journée de travail plus ou moins productif, après avoir mangé, en étant enfin un peu posé avec ma conjointe (qui doit certes aussi parfois travailler de son côté). Pour ce qui est de Facebook, je peux à la rigueur mettre en place une routine de récupération de données qui peut éventuellement prendre un temps limité, mais c’est plus compliqué pour les serveurs Discord. D’autant que cette situation appelle généralement un mode attentionnel peu focalisé.

Les temporalités de l’ethnographie en ligne

Faut-il alors que je parvienne à m’investir dans ces communautés tout en continuant à m’investir en parallèle dans les autres communautés dans lesquelles je me trouve ? Cela brouille d’autant plus les frontières déjà floues entre travail et temps libre, ce qui pose quelques problèmes pour ma santé psychologique. D’autant plus que ces communautés ne sont pas forcément à mon goût et que lire certaines conversations me demande des efforts conséquents de contrôle de mes émotions. D’un autre côté, me contenter d’aller récupérer et archiver des conversations, s’il s’agit d’une solution envisageable, affaiblit fortement le caractère ethnographique de mon enquête.

Est-ce que je dois vraiment m’accrocher à l’idée de mener une “réelle” ethnographie en ligne ? L’un des principaux avantages de l’ethnographie est que cette méthode permet de comprendre un univers qui nous est à l’origine étranger. Pour ma part, je ne suis pas étranger à l’univers que j’étudie. Cela pose des problèmes évidents dont j’ai tout à fait conscience, mais comporte aussi quelques avantages : je suis plutôt familier des codes de mon terrain. Il est évident qu’une ethnographie me permettrait d’avoir une compréhension plus fine de certains mécanismes, de mieux comprendre l’évolution de certains de ces codes à une échelle locale, mais à quel prix ?

Pour autant, j’ai décidé de ne pas abandonner l’idée de revendiquer une méthode ethnographique pour mes recherches de thèse. Je pense tenter de réfléchir à une organisation de mon temps qui me permettrait de m’investir suffisamment dans certaines communautés pour prétendre au label ethnographietm , pour avoir accès à un point de vue approfondi sur certaines dynamiques de mon terrain, tout en évitant de sacrifier mon couple, le peu de vie sociale qu’il me reste et mon bien-être (qui dépend d’ailleurs pas mal des deux données précédentes). Mais je ne me fais pas d’illusions, cela risque d’être compliqué et je m’attends à échouer. D’autant que lors des trois derniers mois m’attendent corrections d’examens et de devoirs, rédaction d’un article, correction d’un chapitre d’ouvrage lorsque j’aurais reçu la version relue, réponses à des AAC, bref, plein de belles choses stimulantes mais éreintantes.

Si j’ai partagé écrit ce billet, ce n’est donc pas pour me plaindre, ni pour contredire l’article quant au fait que les doctorant.es disposent plus de temps pour la recherche que les EC en poste. Je vois suffisamment la charge de travail aberrante hors recherche qui incombe aux EC de mon laboratoire. Je voulais juste attirer l’attention sur le fait que la question du temps pour la recherche en contexte de multiplication des taches est une problématique qui touche aussi fortement les doctorant.es et qui peut avoir des conséquences importantes. Dans mon cas, cela impose une certaine pression sur la qualité de ma méthodologie. Dans d’autres cas (et peut-être le mien aussi sur le long terme), cela peut aussi toucher à l’allongement de la durée du doctorat, avec les problèmes que cela implique.

Quelques références

Pour les personnes qui sont intéressées par les méthodologies d’ethnographie sur internet, voici quelques références :

Hine, C. (2000). Virtual ethnography. Sage.

Ethnographie sur Internet : rendre compte du virtuel. Vincent Berry – https://www.cairn.info/revue-les-sciences-de-l-education-pour-l-ere-nouvelle-2012-4-page-35.html#no3

Et un article que j’aime beaucoup mais qui est un peu plus compliqué : S’orienter dans les espaces sociaux en ligne. L’exemple d’un jeu. Manuel Boutet – http://seminaire.ensadlab.fr/wp-content/uploads/2015/02/Boutet2008Orientation.pdf

How emotions are made : finalement y a une vidéo TED

La dernière fois que j’ai eu une sorte de pic de motivation pour reprendre ce blog, je venais de lire How Emotions Are Made de Lisa F. Barrett, et je m’étais mis en tête de faire une sorte de résumé de ce livre. Finalement, j’ai été pris par tellement de choses que je n’ai pas trouvé l’énergie de repartir dans de la neuro depuis lors. Entre temps, je suis tombé sur une conférence TED où l’autrice présente justement sa théorie d’une manière qui résume pas mal le livre, donc, même si je n’aime pas trop les conférences TED pour pas mal de raisons, je vais me contenter de vous la partager au lieu de me lancer dans un travail fastidieux pour une plus-value finalement faible : https://www.ted.com/talks/lisa_feldman_barrett_you_aren_t_at_the_mercy_of_your_emotions_your_brain_creates_them?referrer=playlist-what_are_emotions

Cette vidéo propose des sous-titres français pour les anglophobes, donc je ne vois pas tout à fait l’intérêt de résumer la vidéo. Je me contenterai d’émettre une petite critique sur le livre, outre le fait que la deuxième moitié est principalement du développement personnel c’est que lorsque l’autrice essaie d’entrer un peu sur le terrain d’une analyse sociale/SHS de la portée de sa théorie, c’est vraiment très faible. Mais ça, de toute manière, c’est notre travail à nous, et ça montre finalement l’importance d’une réelle interdisciplinarité, et quand je dis “réelle”, je veux dire, une interdisciplinarité qui respecte les spécificités des approches épistémologiques plutôt que de mettre des sciences moins prestigieuses au service des plus légitimes.