Comment chercher un article académique ?

Lors de ma première année d’enseignement, je me suis rendu compte que la recherche d’articles académiques est un exercice qui est loin d’être aussi trivial qu’il ne me paraissait. Les obstacles et difficultés sont nombreuses et de natures variées. Cet article est donc à destination des étudiants qui cherchent des conseils sur de la recherche d’articles académiques pour des dossiers, en particulier en Licence. Dans cet article, je vais rapidement expliquer ce qui est généralement entendu par “article scientifique” ou “académique” en sciences humaines et sociales (SHS). Ensuite, j’expliquerai comment en chercher concrètement des articles, puis comment se les procurer. Enfin, deux dernières parties concerneront la question un peu plus subtile du choix des articles.

Qu’est-ce qu’une référence académique/scientifique ?

Si vous êtes en Licence de SHS, il est probable que vous deviez mobiliser des références dites scientifiques et/ou académiques. J’ai pu me rendre compte que cela ne va pas de soi pour tout le monde. Le problème, c’est que le caractère scientifique ou non, académique ou non d’une production est quelque chose d’assez complexe. Je ne compte pas me lancer ici dans une analyse épistémologique ou dans des réflexions institutionnelles poussées, d’autant qu’en réalité, cela dépendra de votre enseignant. Je me rappelle d’un professeur d’ethnologie qui rejetait par principe tout ce qui venait du champ de la psychologie. Pour ma part, j’avoue avoir beaucoup de mal à accepter des articles psychanalytiques, moins par principe que parce que mes étudiants n’ont pas le recul pour savoir sélectionner et que je me retrouve avec des analyses complètement hors-sujet voire, parfois, absurdes, à cause de ça.

Ce que vous pouvez retenir, c’est que vous trouverez principalement vos sources sur des plateformes proposées par votre ENT telles que CAIRN, JSTOR, Sage etc, et que vous pouvez aussi éventuellement puiser dans des blogs qui sont explicitement tenus par des chercheurs voire des professionnels du domaine en question. Enfin, utilisez Google Scholar plutôt que Google pour être sûr lorsque vous cherchez sur un moteur de recherche.

Comment chercher et se procurer un article académique.

Dans ce paragraphe, je vais commencer par vous décrire rapidement une méthode que je vois souvent autour de moi, qui n’est pas la mienne, mais qui peut éventuellement être plus rassurante.

Sur votre ENT, si vous êtes français, vous avez forcément accès à des catalogues numériques d’articles académiques. Comme mentionnés plus tôt, il peut s’agir de Cairn, JSTOR, Sage, ou encore Taylor&Francis et bien d’autres. En allant sur ces sites en passant par l’ENT, vous pouvez ensuite chercher, à l’aide de mots clés, des articles et les télécharger gratuitement alors qu’ils coutent normalement plusieurs dizaines d’euros.

Je trouve cette méthode assez chiante, déjà parce qu’elle requiert de faire une recherche par plateforme, et aussi parce qu’elle nous restreint aux plateformes auxquelles votre fac s’est abonnée, ce qui est conséquent, mais reste limité. Je préfère donc passer par le moteur de recherche Google Scholar. L’avantage, c’est que vous aurez donc devant vous des milliers d’articles sans restriction de revues. L’inconvénient, c’est que la plupart de ces derniers sont derrière ce qu’on appelle un “paywall”, c’est-à-dire qu’il faut les payer. Plusieurs choix s’offrent alors à vous. Le premier : payer. Je vous le déconseille. D’abord parce que ça va vite revenir cher, ensuite parce qu’il y a des alternatives et que financer cette industrie oligopolistique n’est pas forcément une bonne chose pour la recherche. Deuxième choix : passer par les catalogues de l’ENT et espérer que votre fac est abonnée.  S’il s’agit de plateformes étrangères comme Springer ou Elsevier, il y a peu de chances que vous puissiez vous y connecter facilement. Il vous reste alors d’autres alternatives. Vous pouvez cliquer sur l’option “Autres versions” et chercher des versions HTML ou PDF (les chercheurs et chercheuses publient parfois des “preprints” sur d’autres plateformes ou sur un site personne), ou encore “pirater” l’article à l’aide d’un site appelé “sci-hub”. Je ne m’étalerai pas ici sur ce qu’est sci-hub, les personnes intéressées peuvent faire leurs propres recherches sur Google. Pour l’utiliser, rien de plus simple : il faut copier l’URL de l’article dans la barre de recherche du site sci-hub.st (si l’url n’est plus valide, cherchez-en une sur https://whereisscihub.now.sh/). Si l’article est dans leur base, il vous sera proposé gratuitement. Depuis quelques mois, pour y avoir accès, il faut faire une manipulation supplémentaire. Si vous avez Opera comme navigateur, il vous suffit d’activer le VPN. Sinon, si vous avez Firefox, vous pouvez faire comme suit :

Allez dans options > paramètres
Cochez la case “Activer le DNS via HTTPS” et laissez le DNS par défaut

Pour les livres, libgen.is est un équivalent de sci-hub sur lequel je ne m’étendrai pas ici.

Quels articles académiques chercher ?

Jusqu’à présent, j’ai surtout insisté sur chercher, et comment utiliser les outils numériques pour chercher des articles académiques, mais il est possible que certains d’entre vous, dans la pratique, se retrouvent toujours dans une impasse. Vous êtes sur Google Scholar, mais maintenant, qu’est-ce qu’il faut taper dans la barre de recherche ? Le choix des mots clés découle de ce que vous voulez trouver comme article. Le problème, c’est que souvent, vous ne savez pas vraiment quoi chercher. Pour reprendre un cas concret rencontré cette année, pour un dossier sur l’apprentissage, une personne qui a choisi comme sujet la pâtisserie va chercher “pâtisserie” ou “apprentissage pâtisserie”, peut-être aussi “pâtisserie sociologie” dans le meilleur des cas. Et me dire “monsieur, je trouve (presque) rien sur l’apprentissage de la pâtisserie, j’ai aussi cherché la cuisine mais c’est pareil”.

Si vous travaillez sur un objet/sujet peu traité, vous serez peut-être dans ce cas. La première chose à faire serait peut-être déjà d’élargir à l’anglais, mais beaucoup d’entre vous y sont réfractaires. Ce n’est cependant pas ce dont je veux vous parler ici. En réalité, les articles sur la pâtisserie vous serviront à poser des bases informatives, mais pour l’analyse, vous pouvez très bien vous reposer sur un article sur l’apprentissage de la danse, de la pâte à modeler ou du rugby. Ce qui est demandé dans un devoir académique, c’est souvent d’utilisé des théories pour analyser des situations. C’est en tout cas ce que je demandais pour le dossier de mon UE. Et très peu d’étudiants ont compris ce que j’entends par là malgré mes explications nombreuses. Certes, c’est quelque chose de compliqué, mais il faut que vous appreniez à vous détacher de votre objet voire parfois de votre sujet, pour penser un peu plus en termes de concepts, de notions, de théories.

Ainsi donc, si vous voulez travailler sur l’apprentissage de la pâtisserie et que vous voulez comparer l’apprentissage en famille et l’apprentissage à l’école, vous pouvez lire des articles sur les apprentissages familiaux et les apprentissages scolaires dans les filières professionnelles. Ils auront beaucoup plus à vous apporter dans l’analyse qu’un article qui parle des traces archéologiques de pâtisseries. En vous détachant de votre objet, vous pouvez ensuite essayer de voir si les analyses appliquées à des objets éloignés peuvent s’appliquer au votre, et, si ce n’est pas totalement le cas, discuter des spécificités de votre objet, par exemple.

 

Première année d’enseignement : un bilan

On y est. Il ne me reste a priori qu’un dossier à corriger, que j’attends encore, avant d’avoir totalement terminé les corrections pour la première session d’examens. Ensuite, il faudra corriger les rattrapages, mais quoi qu’il en soit, on arrive au bout de cette première année d’enseignement à la fac. A l’origine, j’aurais préféré publier plus régulièrement à ce sujet (et aussi sur la thèse, mais sur ça, je fais un blocage), mais je n’ai pas réussi. Peu importe, c’est le moment de prendre un peu de recul et de tirer des enseignements de… mes missions d’enseignement.

L’échauffement : les L1 de Psychologie.

Au premier semestre, j’ai commencé en douceur avec une UE Libre d’introduction aux sciences de l’éducation auprès de L1 de Psychologie. Je ne maîtrisais pas totalement ce cours au départ, mais j’ai eu la chance de pouvoir me servir du cours de l’année précédente qui était dispensé par mon directeur de recherches. La promotion était un peu particulière puisqu’il s’agissait presque exclusivement d’étudiant.e.s qui avaient déjà un projet professionnel en lien avec l’enfance ou l’éducation, qui avaient choisi cette UE par réel intérêt plutôt que par défaut, ce qui constitue déjà un certain tri.

Malgré tout, je me suis rapidement rendu compte que j’avais surestimé ce que je pouvais attendre de L1, pas tant au niveau de l’évaluation que des activités. En effet, ils avaient beaucoup de mal à saisir les points réellement importants des articles que nous travaillions, et avaient bien du mal à les mobiliser dans le cadre des débats que je souhaitais animer. Il faut dire qu’il s’agissait de leur premier semestre à l’Université. J’espère pouvoir mieux adapter les activités lors du prochain semestre.

Le véritable défi : le cours L3 de Sciences de l’éducation

Au deuxième semestre, j’avais à charge un cours bien plus compliqué à dispenser. D’abord, il y avait un nombre d’heures plus conséquent. Ensuite, il s’agissait d’un cours important du deuxième semestre de L3, un cours très général sur “Education et apprentissages”, un domaine que je ne maîtrise pas totalement étant donné mon parcours. J’ai donc bricolé sur la base du cours de L1, en essayant d’adapter le niveau du cours à ce qui peut être attendu de L3.

Là encore, j’ai été un peu déçu. Très peu d’étudiant.e.s semblent réellement avoir saisi ce que je souhaitais leur transmettre, et ils étaient encore moins nombreux à participer activement au cours. Les exposés ont été d’une qualité globalement correcte, ce qui est un bon point.

Bilan des dossiers

L’évaluation finale était un dossier dont les consignes étaient les suivantes:

Vous réaliserez un dossier individuel d’environ dix pages (bibliographie non comprise). L’objet du dossier est libre. Il s’agira de traiter de questions relatives à l’apprentissage et/ou l’éducation, en développant une réflexion en lien avec les notions de formalisation éducative et d’éducation informelle. Il n’y a pas de consignes concernant le plan, mais le dossier devra être constitué d’une introduction et d’une conclusion, s’appuyer sur des données concrètes (exemples : quelques entretiens et observations, corpus d’archives, de médias, de textes officiels, données de seconde main, c’est-à-dire relatées par d’autres chercheurs/auteurs dans des ouvrages et articles, expérience personnelle…). Ces données devront être articulées à des références académiques/scientifiques, qui devront être clairement citées selon la norme bibliographique de votre choix, de manière cohérente.

Vous devrez analyser les modalités d’apprentissage d’une pratique, d’une attitude, d’une compétence. Il vous faudra problématiser l’analyse de ces apprentissages, dans l’idéal en fonction d’un cadre théorique abordé en cours. Vous pourrez par exemple vous demander le rôle que jouent l’institution ou l’environnement, ou encore les autres personnes présentes dans la pratique, dans le déroulement des apprentissages.

Ces consignes pourraient peut-être bénéficier de clarifications, mais ces dernières ont été données en cours. Dans l’ensemble, la plupart des dossiers proposaient des sujets intéressantes. Par contre, nombre d’entre eux n’ont pas respecté les consignes à divers degrés. Par exemple, plusieurs ne se sont reposées sur aucune référence académiques. D’autres ne se sont reposées que sur une ou deux référence académique de manière déconnectée de l’analyse. De trop nombreux dossiers ont en fait pêché dans l’analyse, en se contentant de donner un avis personnel sur leur objet plutôt que de réellement réfléchir aux conditions d’apprentissage ou d’éducation.

Comment faire en sorte que les dossiers répondent aux attentes ?

Le manque de compréhension des consignes, des attentes, est donc ce qui m’a le plus marqué. Je sais bien qu’il y aura toujours un.e ou deux étudiant.e.s qui auront trop de difficultés, qui n’y arriveront pas, mais je suis convaincu que tout n’est pas perdu. C’est pourquoi j’ai commencé  à lancer un projet de plateforme de dossiers en SHS, qui permettrait aux enseignant.e.s de donner des exemples de dossiers à leurs étudiant.e.s, avec des retours de profs ou d’autres étudiant.e.s qui contribueraient à la plateforme. Il est très difficile d’expliciter totalement les critères attendus pour un bon dossier. Dans l’idéal, il faudrait simplement que les étudiant.e.s lisent des centaines d’articles et arrivent à en tirer la structure, avec un accompagnement bien entendu, mais dans les faits, peu d’étudiant.e.s le font, et c’est normal. Une base de donnée d’exemples sera je pense un plus.

En outre, il faudrait que je structure mon cours de sorte à ce qu’un pré-dossier soit rendu pendant le semestre afin d’aiguiller plus concrètement les étudiant.e.s, par exemple, ou leur proposer des exercices intermédiaires. J’ai tout l’été pour y réfléchir.

Moins de quantité, plus de temps et d’approfondissement

J’avais beau le savoir dès le départ, j’ai quand même été pris par la volonté de vouloir transmettre trop de choses, et finalement, trop peu a été retenu par mes étudiant.e.s. Le problème, c’est qu’une des raisons de cette quantité trop pléthorique d’informations était due à mon manque de maîtrise du sujet qui m’a probablement poussé à vouloir présenter trop de choses plutôt que de m’arrêter sur quelques notions essentielles que j’aurais ciblé. D’ailleurs, il se pourrait que j’oriente le dossier de sorte que les étudiant.e.s doivent mobiliser une théorie travaillée en cours, ce qui me forcera à en aborder moins, mais plus en profondeur.

Un bilan mitigé

Cette année a été très enrichissante, mais m’a toutefois fait prendre conscience d’une chose : le fait d’enseigner à l’Université sans formation est un vrai problème. Je crois que peu de mes étudiant.e.s se sont rendu compte de ma faible de maîtrise de certains des sujets que j’ai abordés, mais que cela a quand même un effet bien réel sur la qualité de mon enseignement. D’un autre côté, je n’ai pas de solution à cela. Tout ce que je peux faire, c’est m’améliorer au plus vite pour que mes étudiant.e.s ne pâtissent plus de mon manque de compétences. D’un autre côté, il faut dire qu’eux aussi n’étaient, pour beaucoup, pas au niveau qui est attendu de L3, ce qui ne m’a pas facilité la tache. Pour autant, je ne peux pas me contenter de rejeter la faute sur elleux et plutôt me focaliser sur ce que je peux améliorer dans ma pratique pour que le moins d’étudiant.e.s possibles soient laissés de côté.