Comment s’inscrire en thèse ?

A la demande générale de une (1) personne j’ai décidé de rédiger un petit billet qui donne quelques informations et conseils pour se lancer dans un doctorat en sciences sociales. Il se structure en trois partie : la direction de thèse, la recherche de contrats, et le projet de thèse.

Etape 1 : trouver une direction de thèse

La première chose qu’il faut faire, et probablement la plus importante, c’est trouver une direction de thèse. Cette étape est tout sauf anodine. Pour ma part, j’ai postulé au M2 que j’ai réalisé spécifiquement pour me rapprocher de mon directeur de thèse projeté, et réaliser un mémoire sous sa direction. C’est une stratégie courante, plutôt payante, mais qui n’est pas toujours possible (trop loin pour un Master, trop tard pour changer, etc). Si vous n’avez pas pu, il vaut mieux contacter les directions potentielles le plus tôt possible pour maximiser les chances, d’autant que si vous attendez trop il y a plus de chances qu’on vous devance.

Avant d’entrer dans le détail de comment contacter une direction de thèse, il faut se demander comment on choisit sa direction. De toute évidence, il faut que les thématiques de recherche convergent, ce sur quoi on reviendra plus bas, mais ce n’est pas tout. Si vous pouvez, assurez vous que la personne que vous choisissez pour diriger votre thèse n’a pas la réputation d’abandonner ses doctos à leur sort, de les harceler, de les surexploiter, de voler leur travail, etc. C’est très important, et c’est pour ça qu’il est important de commencer à essayer de rejoindre des réseaux de jeunes chercheurs d’ailleurs (j’y reviendrai). Enfin, il faut faire attention au statut. Les Maîtres de conférences (MCF, université) et “chargés de recherche” (CR, CNRS) ne peuvent pas diriger des doctorats sans Habilitation à Diriger des Recherches (HDR). C’est généralement précisé sur leur fiche institutionnelle. Dans ce cas, il faut une direction HDR qui accepte la candidature, et la/le MCF (ou CR si ça se fait, je ne suis pas sûr) co-encadre. Par exemple, ma directrice de thèse HDR est moins liée à mes thématiques de recherche mais était nécessaire pour la direction, avec en co-encadrement le MCF avec qui je souhaitais faire ma thèse (j’ai de la chance de ce point de vue, ma directrice HDR n’a pas fait qu’apposer une signature mais fait aussi un réel travail de suivi par ailleurs).

Reste à savoir comment contacter sa direction envisagée. D’un point de vue purement pratique, cela se fait généralement par mail. L’adresse mail se trouve souvent sur la page institutionnelle où vous aurez aussi pu voir les thématiques de recherche. Si vous avez pu rencontrer la personne avant, à un événement de recherche par exemple, c’est encore mieux. N’hésitez pas à “stalker” et voir si vous pouvez fomenter une rencontre préalable, donc. Enfin, au moment d’envoyer le mail, il faut que vous ayez une bonne idée de ses recherches. Pas la peine d’avoir lu toute sa bibliographie, un ou deux articles majeurs peuvent suffire, mais c’est important. Il faut que montriez que vous n’envoyez pas le mail par hasard, que votre choix a été réfléchi, qu’il est pertinent. Pour cela, il ne s’agit pas de dire “je vous ai lu” mais de formuler une ébauche de projet de recherche ou une simple introduction en quelques phrases de celui-ci, qui démontre l’adéquation du projet et de la direction projetée. Ne faites pas l’erreur qui m’a instantanément fermé les portes de l’EHESS (pour le meilleur finalement ceci dit), lorsque j’ai envoyé un mail non terminé accidentellement dans lequel le projet de recherche présenté n’était pas très cohérent avec les recherche du chercheur.

Il existe quelques complexités dès lors que vous souhaitez des co-directions entre laboratoires/universités voire des co-tutelles avec les pays étrangers, et pour ces cas je ne m’y connais pas assez.

Etape 2 : trouver un financement

Vous avez trouvé une direction de thèse, c’est super ! Maintenant, on devrait vous aiguiller pour l’étape suivante, celle du financement. J’insiste sur ce point : c’est à la direction de thèse de trouver des pistes de financements. Malgré tout, c’est plus rassurant d’avoir une vague idée de comment ça fonctionne. Avant de parler des candidatures aux contrats doctoraux, balayons rapidement les cas particuliers. Si vous avez un métier stable bien payé et idéalement aux horaires souples, ou que vous êtes très riche, il se peut qu’on vous laisse partir en doctorat sans financement : on parle de thèse auto-financée. Sinon, de plus en plus de laboratoires et écoles doctorales n’acceptent plus d’inscrire en doctorat sans financement, du fait notamment du très haut taux d’échec dû aux mauvaises conditions. Il s’agit d’un sujet épineux et je me contente ici de vous présenter les faits.

De manière générale, on peut regrouper les financements en trois catégories. Les contrats doctoraux les plus classiques sont mis au concours par les “écoles doctorales” (ED), qui regroupent un certain nombre de laboratoires d’une université. Les laboratoires peuvent faire des présélections. On envoie ensuite un projet écrit (souvent de 3-5 pages), puis on peut être sélectionné pour l’oral (généralement 15min). Ces contrats tournent autour de 1300€ net mensuels auxquelles on peut ajouter maximum 64 heures de cours (je ne détaillerai pas ça ici). Avec les 64h on tourne autour de 1550-1600€ net mensuels après prélèvement des impôts à la source. Il est possible de candidater dans plusieurs ED mais cela suppose de trouver une autre direction de thèse, et multiplier les candidatures en ED est chronophage et peut être vu comme opportuniste.

Il existe ensuite des “contrats spéciaux”, une catégorie dans laquelle je regroupe les contrats publics semblables aux contrats d’ED, mais… hors ED. Il existe notamment des contrats proposés par les régions. Ils sont spécifiques en ce qu’ils demandent généralement d’orienter le sujet de thèse vers des thématiques liées à la région, de mener son terrain sur place, etc. Il existe aussi des contrats “LabEx” (laboratoire d’excellence). Les LabEx sont des structures thématiques qui regroupent des laboratoires et autres établissements du supérieur. Dans ce cas il faut que la direction soit dans un laboratoire du LabEx. C’est ce type que contrat dont je dispose et pour ma part il est quasi identique à un contrat ED, si ce n’est que le salaire est légèrement inférieur à mes homologues du laboratoire mais que j’ai quelques avantages comme une enveloppe supplémentaire. Ces contrats sont aussi légèrement fléchés pour correspondre à la thématique du LabEx. Il y a aussi des contrats proposés par des instituts comme le CNRS, le CEA, l’INSERM, etc.

Enfin, le 3ème type de contrats, c’est le contrat CIFRE. Je connais assez mal ces contrats mais pour le dire rapidement, ce sont des contrats pour des thèses en entreprise (ou administration publique/association…), dont les conditions dépendent fortement de l’entreprise, donc. On doit travailler plusieurs jours par semaine dans l’entreprise, il faut que le travail de thèse soit en lien avec l’activité de l’entreprise. Il est difficile d’enseigner avec une CIFRE, ce qui pose des problèmes pour poursuivre une carrière académique.

Etape 3 : le projet de thèse

Une fois que vous avez une direction que vous oriente vers des financements potentiels, il faut rédiger le projet de thèse. Il existe un certain nombre de ressources que vous pourrez trouver en fouillant sur google pour vous aider à rédiger un projet de thèse (je peux aussi vous envoyer le mien à la demande), mais si j’ai un conseil à vous donner c’est : il faut que votre direction de thèse vous épaule pour ça. C’est leur travail, et personne n’est mieux placé pour connaître les attentes des jurys auxquels vous ferez face. Il y a bien sûr des recettes générales, mais le monde de la recherche est truffé d’implicites et sans une direction investie, il vous sera difficile d’obtenir un contrat (même si ce n’est pas impossible). On en revient donc à l’importance d’avoir une direction qui ne soit pas réputée démissionnaire.

Un point qui peut faire la différence dans un dossier de candidature, c’est le fait d’avoir déjà communiqué dans des journées d’études ou des colloques (voire d’avoir déjà publié un article ou une recension). Il est donc important, si vous le pouvez, de commencer à communiquer au moins une fois pendant le M2. Vous trouverez des appels à communication sur le site calenda.org, et vous pouvez proposer des recensions à des revues sur le thème de l’ouvrage ou à la revue Lectures. Si la proposition de recension est acceptée (plus simple sur des ouvrages récents), on vous paie souvent l’ouvrage d’ailleurs. Enfin, l’avantage des colloques et journées d’études est que vous pourrez commencer à tisser un réseau avec des jeunes chercheuses et chercheurs, voire y trouver des pistes pour la direction.

“Tu es bien sûr(e) que tu veux faire une thèse ?”

Je conclue ce billet par cette phrase que mon DR m’avait adressée après qu’on ait passé tout l’après-midi à plancher sur le projet de thèse. Réfléchissez-y bien avant de vous lancer. Le doctorat est loin d’être la situation la plus difficile et je ne suis pas très fan du manque de mise en perspective de certains discours à ce propos, mais elle peut être synonyme de souffrances, d’angoisses, et de déceptions. Gardez bien en tête qu’il y a peu de postes titulaires, songez à des plans B, C, etc, n’idéalisez pas trop le monde de la recherche en sciences sociales, ni même son rôle social d’ailleurs. Un doctorat n’est pas une mission divine, c’est un métier en CDD pendant trois ans ainsi qu’un apprentissage. Mais quand on a une équipe et une direction sympa, c’est quand même très bien, un doctorat.

Pourquoi étudier des objets futiles ?

pck la première réaction c “mdr pokémon” mais en vrai c intéressant derrière

Depuis que j’ai commencé à travailler sur Pokémon, j’ai fait l’objet d’assez peu de moqueries ou de remise en question frontale de la légitimité de mon travail, que ce soit dans ou en dehors du milieu académique. Certes, ça faisait souvent rire les gens, mais en général ils étaient plutôt curieux. Quelques moqueries sont venues de trolls d’extrême droite sur Twitter, mais c’est franchement anecdotique. Dans le milieu académique, même s’il est tout à fait possible que des personnes trouvent mon objet futile mais ne m’en aient pas parlé, j’ai plutôt reçu des retours enthousiastes, obtenu un financement de thèse assez compétitif dès le premier essai, et pu publier un article dans une revue de sociologie politique qui donc habituellement de sujets plus “sérieux”. Ce n’est donc pas pour revendiquer quoi que ce soit que j’ai eu l’idée d’écrire ce billet. Il s’adresse principalement à deux cibles : des fans de Pokémon (ou pas forcément cela dit) qui aimeraient se faire un peu une idée de ce que se demandent concrètement les sociologues, et des étudiant-es en sciences sociales.

Dépasser l’intérêt documentaire

Pokémon est un objet vraiment intéressant je pense, pour aborder des questions liées aux émotions et à internet, par sa forte présence sur le net, par le fort potentiel émotionnel de la franchise, a priori du moins (en atteste l’épisode Pokémon GO, les nombreux discours nostalgiques…). Le succès de la franchise sur la durée auprès d’un public qui compte aujourd’hui à la fois les jeunes, et ceux qui ont grandi avec, permet de questionner le renouvellement d’une œuvre culturelle, de porter mon attention sur des problématiques inter/transgénérationnelles. C’est aussi peut-être aussi pour moi l’occasion de toucher un peu des personnes hors du milieu académique, par l’étude d’un objet qui leur est plus ou moins familier.

Il y a plus de trois ans, au début de ma thèse, je concluais le deuxième article de mon blog de la sorte. Ma thèse a bien évolué mais l’idée générale du billet reste transcrite. Mais avant ça, j’aimerais passer assez vite sur l’intérêt le plus évident mais le moins intéressant (pour ce billet) qu’il y a à étudier des objets futiles de la culture populaire : l’intérêt documentaire. Une des premières choses que l’on m’a dite concernant mon mémoire de M1, c’était de faire attention à ce piège. Des données sur un sujet peu ou pas étudié sont certes utiles, mais insuffisantes pour caractériser un travail scientifique. Même si l’objet peut avoir un intérêt en soi, il faut qu’il soit principalement un prétexte pour aborder des questions qui intéressent les communautés scientifiques. Ainsi, s’il est intéressant scientifiquement d’étudier Pokémon du fait de la popularité de la franchise, c’est moins pour cette popularité en soi que parce que le champ des game studies semble manquer d’enquêtes sur des jeux (en particulier des jeux de rôle/JRPG) populaires et peuvent ainsi passer à côté de certaines choses ou produire des analyses valables uniquement sur un sous-ensemble restreint de jeux vidéo. Il peut m’arriver de me servir de la popularité de Pokémon et du fait qu’elle est considérée comme la franchise la plus lucrative du monde pour justifier l’intérêt de mon objet d’étude sans effort, en particulier si je parle à quelqu’un qui n’a pas grand chose à faire des considérations de la recherche en sociologie, mais ce n’est pas une très bonne justification scientifique, sinon on serait des journalistes avec des références académiques, une audience limitée et un certain décalage avec l’actualité, ce qui serait le comble pour du journalisme (il faudrait cependant que je retrouve cette référence sur la proximité entre un certain journalisme et les travaux de l’école de Chicago mais j’ai un peu la flemme voilà j’ai retrouvé, je pensais à Robert Park).

Ne pas tomber dans le piège documentaire est crucial, donc, et on pourrait imaginer qu’un objet futile rend la tache plus aisée mais il n’en est rien. Les objets futiles, on les choisit souvent par intérêt personnel, du coup on a tendance à avoir envie de les faire connaître. C’est d’autant plus le cas quand le dit objet futile est, en plus, un objet de niche : on fait découvrir un univers au lecteur, ce qui peut donner l’impression que l’apport est suffisant. D’autant que si le travail documentaire est bien réalisé les enseignant-e peuvent trouver le travail intéressant en soi car il leur fait découvrir des choses, peuvent passer à côté d’imprécisions qui pourraient poser problème, etc, ce qui ne favorise pas la progression. J’ai eu la chance d’avoir un codirecteur officieux de mémoire dès le M1, qui connaissait très bien le type de communautés que j’étudiais (bien mieux que moi), là où ma directrice officielle était très éloignée de tout ça. C’est d’ailleurs encore le cas aujourd’hui pour ma thèse, ma directrice HDR ne connaît pas bien l’univers des fans, mais mon co-encadrant beaucoup mieux.

De l’objet à la problématique

Comme je l’ai dit plus haut, l’objet futile, au même titre que l’objet qui ne l’est pas, est un prétexte à l’étude de phénomènes qui intéressent les communautés scientifiques. On pourrait dire que finalement, il n’y a pas d’objets futiles, même s’il peut y avoir des problématiques futiles (voire néfastes). Que vous travailliez sur un objet futile ou non, c’est ce sur quoi vous devez donc vous concentrer. En général, les enseignant-es expliquent ça, mais je sais que c’est quelque chose de difficile à vraiment incorporer. Souvent, les étudiant-es ont tendance à chercher des lectures exclusivement sur des objets et contextes très proches voire identiques à ceux qu’ils étudient. Quand ils travaillent sur un objet sous-étudié, soit ils se retrouvent bloqués, soit cela les mène heureusement à élargir leurs recherches, mais parfois de proche en proche vis-à-vis du sujet.

C’est d’ailleurs l’occasion d’aborder en quelques mots la différence entre état de l’art/revue de littérature, et cadre théorique. Généralement, l’état de l’art porte sur l’objet là où le cadre théorique sert de base à la problématique. Ainsi, le corpus de travaux sur Pokémon GO suite à sa sortie peut trouver sa place dans ma revue de littérature, mais pas dans mon cadre théorique, dans la mesure où ils étudient le phénomène avec des angles qui ne m’intéressent pas (santé, sécurité, etc). Par contre, puisque je travaille notamment sur les émotions, des travaux anthropologiques sur les Inuits ou des rituels afro-brésiliens, des enquêtes sociologiques dans le monde du travail, les milieux militants, ou même des travaux philosophiques très abstraits voire des recherches en neurosciences et sciences cognitives peuvent nourrir mon cadre théorique. Je trouve d’ailleurs généralement les meilleures idées de ce point de vue en m’éloignant énormément de mon objet, pour deux raisons je crois. D’une part, je ne suis pas très fan (pun intended) des approches proposées dans les domaines qui étudient mon objet (fan studies, game studies). D’autre part, lire des travaux sur un univers totalement différent force à faire un effort conscient pour créer des connexions, le décalage peut parfois rendre saillants certains rapprochements, et enfin chaque objet peut offrir une voie privilégié pour rendre intelligible telle ou telle dimension d’un phénomène.

C’est donc un conseil explicite que j’adresse aux étudiant-es en SHS : lisez des travaux qui n’ont rien à voir avec avec votre objet mais traitent d’une problématique proche. En plus des avantages sus-mentionnés, c’est une bonne occasion de vous rapprocher d’autres réseaux de recherche, de découvrir de nouveaux sous-champs, etc. Là encore, source : crois moi, mais je crois me souvenir que j’avais lu un texte qui donnait des arguments convaincants quant au fait que les avancées majeures sont généralement le fruit de la mise en relation de champs qui étaient jusqu’alors assez distincts (je crois que le texte mentionnait Einstein, mais franchement ne me croyez pas sur parole, j’y connais rien en histoire de la physique).

Et ma problématique à moi alors ?

Mes collègues aiment bien me taquiner sur mon absence de problématique donc c’est un peu ironique que j’écrive un billet sur le fait que c’est super important de se concentrer sur la problématique. Cela dit, pour ma défense, j’ai quand même plein de petits morceaux de problématiques pas bien connectés entre eux, et c’est ce sur quoi je travaille en ce moment. Je vais donc conclure avec ça pour donner une idée un peu plus claire de ce que ça implique. Au-delà du fait que je travaille sur Pokémon, donc, les questionnements de ma thèse sont un peu plus intéressants pour les sociologues et les SHS en général.

J’avais commencé à lister les questionnements qui guident actuellement ma thèse, mais le fait qu’ils soient encore trop éparpillés a rendu la tache trop difficile donc j’ai abandonné. Mon comité de suivi approche et j’espère y voir plus clair d’ici un mois ou deux. Par ailleurs je me dis que ce n’est peut-être pas une très bonne idée pour plusieurs raisons de déballer ici. Je vais donc en rester à une version un peu vague et courte. A l’heure actuelle, je m’intéresse notamment à la manière dont l’attachement des fans sont façonnées par ce qu’ils appellent le “Pokéweb”. Cela soulève un certain nombre de questions qui devraient m’amener, je l’espère, à offrir une clarification quant à ce qu’on appelle communément “communautés”, terme qui recouvre des phénomènes trop hétérogènes et est pourtant central en fan studies et dans les études de la réception. Ce point est lié notamment à des questions de tension entre autonomie et emprise des publics/fans, mais aussi à la question des émotions collectives en contexte numérique. D’autres questions plus classiques comme celles relatives à la stratification sociale des pratiques culturelles seront aussi abordées dans la thèse.

Même en restant un peu flou, on voit assez aisément comment ces questionnements on pu m’amener à m’intéresser à autre chose qu’aux études sur les fans et les gamers, et à intéresser des chercheurs et chercheuses qui n’ont pas d’intérêt particulier pour ces objets. Pour autant, il m’arrive assez souvent de faire des aller-retours dans ma thèse entre un intérêt trop prononcé pour l’objet et des phases plus tournées vers des questions sociologiques plus large.

Embrasser la contingence

Je terminerai ce billet en vous partageant un instant de sagesse d’un Professeur des Universités, qu’il avait dispensée pendant qu’il discutait un texte pendant une université d’été. Il disait grosso modo (c’était il y a 3 ans donc je ne me souviens pas mot pour moi) qu’un sujet de thèse (et de recherche en général) était généralement contingent avant de devenir nécessaire. Ce que ça signifie, c’est que l’on choisit ses objets, sujets, questions de recherche en fonction des aléas, et qu’on construit a posteriori la cohérence entre l’objet/sujet et la problématique/les questions de recherche, que c’est après un travail qu’on fait valoir que notre objet/sujet de recherche était particulièrement propice à l’étude de tel phénomène, etc. Le travail d’écriture efface généralement les aspérités de la recherche et donne à voir un résultat final qui semble aller de soi, dans lequel tout s’enchaine dans un ordre cohérent. C’est souvent déroutant quand on commence la recherche à travers des dossiers et mémoires après avoir lu des articles et livres, on a l’impression de faire n’importe quoi parce qu’on bricole, qu’on navigue à vue, qu’on fait des aller-retours, qu’on prend des détours. En général les enseignantes et enseignants expliquent que tout ça est normal.

Pour prendre exemple sur ma thèse, je travaillais au départ sur les ROM hackers Pokémon parce qu’on m’avait déconseillé les MMO, trop étudiés, et je ne sais plus exactement comment j’avais eu l’idée exacte. Ensuite j’ai adapté mon mémoire de M2 aux questionnements du laboratoire lié au M2. Puis j’ai détourné le projet de thèse pour postuler à un financement avec un fléchage (assez large). J’avais des idées de protocoles et la plupart n’ont pas été de franches réussites, c’est seulement en milieu/fin de deuxième année que j’ai commencé à vraiment construire un corpus et des protocoles rigoureux. Et les questions de recherche et la problématique ont évolué en fonction de tout ça, mais aussi des échanges avec d’autres chercheurs et chercheuses, du hasard des lectures.

Actuellement, je cherche justement à construire cette “nécessité” artificielle, en particulier en ce qui concerne le choix de l’approche par les émotions. Pour la petite histoire, l’idée des émotions est arrivée de manière vraiment incongrue. Nous avions passé plusieurs heures à pencher sur la première version du projet de thèse avec mon DT, et, au moment de partir, alors qu’on avait fermé les ordinateurs et qu’on était déjà levés, mon directeur a réalisé qu’il manquait une idée de cadrage théorique et a proposé (je ne sais toujours pas comment l’idée lui est venue) l’idée de l’anthropologie des émotions. Il n’en est pas spécialiste et je ne crois pas en avoir beaucoup parlé, mais j’ai adhéré directement à l’idée car c’est justement le cours d’anthropologie des émotions en L3, quand je commençais l’anthropologie, qui a marqué le début de mon goût pour la recherche en SHS.

Pour autant, j’espère qu’une fois que ma thèse sera rédigée en envoyée aux rapporteurs/rapportrices, j’aurai su montrer en quoi approcher ma thèse par les émotions s’est avéré fécond, ou encore en quoi mon terrain de recherche aura été particulièrement propice à l’analyse des phénomènes explorés dans la thèse. Car si j’ai mentionné au départ que le terrain se devait d’être un prétexte, certains terrains disposent “d’affordances” qui les rendent plus propices que d’autres à l’étude de certaines questions.

Peut-on faire une thèse sans enfreindre la loi ?

Si vous lisez ce billet de blog, il est probable que vous connaissiez le site sci-hub dont je fais la promo dans le billet “comment chercher un article académique”. Nombreux sont les chercheurs et étudiants qui ne pourraient plus se passer ce cet outil pour mener à bien leurs recherches. C’est l’accumulation de cas comme celui-ci qui m’a conduit à me poser la question en titre : peut-on faire une thèse sans enfreindre la loi ?

Les sociologues ont-ils vraiment besoin d’argent ?

Quand on pense à la question du financement des recherches en SHS, la première chose qui vient à l’esprit, c’est qu’on manque de financements. Je ne ferai pas ici d’analyse des différences de financements entre les différentes disciplines, ce n’est pas l’objectif du billet et je serais de toute manière bien incapable de le faire rigoureusement sans y passer des semaines voire des mois. Mais finalement, pourquoi les sociologues ont-ils besoin d’argent ? Après tout, on se permet bien de recruter des doctorantes et doctorants sans financement. En sociologie, on n’a pas besoin d’instruments couteux comme des accélérateurs à particules, des superordinateurs, des capteurs high tech, pas même de microscopes (j’imagine que c’est d’ailleurs pour ça que les sociologues ont plus tendance à travailler seuls ou en petit groupes). Mais quand on y regarde de plus près, il y a plein de raisons pour lesquelles les sociologues peuvent avoir besoin d’argent. Je propose de regrouper ces dépenses en 3 groupes pour la clarté du billet : dépenses “de fonction”, outils, et “soutien à la recherche”.

J’entends par dépenses de fonction toutes les dépenses de base nécessaires à l’activité scientifique “normale” : livres, articles, dépenses liées aux colloques et journées d’études, bureaux. Ce sont des dépenses communes à toutes les disciplines. Pour ce qui est des livres et articles, on dispose de bouquets d’accès à des plateformes d’édition scientifique plus ou moins fournies suivant les universités, généralement insuffisantes (mais ça n’est pas spécifique aux SHS). On a la chance d’avoir accès à sci-hub, libgen, z-lib etc pour compléter, même si sci-hub n’inclue par exemple pas les articles de 2021 sur Elsevier suite à un accord. Je dispose pour ma part d’une enveloppe dont j’ai pu me servir pour des livres, mais j’en achète quand même un certain nombre. La problématique des déplacements est tendue dans la mesure où les fonds des laboratoires dépendent du nombre de titulaires et non de doctorants. Chez moi, on a droit à un ou deux colloques par an maximum, avec frais de déplacement, d’hébergement et éventuellement d’inscription. Enfin, je suis plutôt bien loti niveau bureau mais ce n’est pas le cas de tout le monde. Pour ces deux derniers points, je crois intuitivement qu’il y a des différences disciplinaires mais aussi au niveau des institutions. Concernant ces deux cas, je ne crois pas que beaucoup de doctorantes et doctorants fraudent le train et l’entrée dans des bureaux pour travailler, donc on en vient simplement à payer de sa poche et à bosser seul chez soi, ce qui fragilise le doctorat, mais au moins on est pas des hors-la-loi.

Les dépenses en outils, c’est ce dont on pourrait croire qu’on n’a pas tellement besoin en SHS, mais c’est très variable. Dès lors que l’on veut mettre en place des protocoles un peu sophistiqués, on peut avoir besoin d’une bonne caméra, d’un bon PC pour du traitement de données (ou simplement même d’un laptop tout court), mais aussi de plus en plus souvent de logiciels de récolte et de traitement de données. Je pense qu’il peut y avoir besoin de pas mal d’autres choses mais je préfère parler de ce que je connais parce que je m’en sers, à savoir les logiciels. Dans ce cas, on parle de licences annuelles allant de 30 à plusieurs centaines d’euros à l’année, ou bien de licences à vie pouvant aller de quelques centaines à quelques milliers d’euros. Si on a un peu de chance, notre laboratoire dispose d’un ou deux logiciels dont on a besoin, mais encore faut-il pouvoir se servir de la licence qui est souvent uniquement accessible sur place : pas pratique en pleine pandémie ou quand on habite loin (ou les 2). La solution qui reste quand on n’est pas riche, c’est le piratage informatique là encore.

Enfin, concernant les dépenses en soutien à la recherche, je pense au fait d’avoir un ingénieur au laboratoire pour nous aider à mettre en place certains protocoles, d’avoir des personnes qui nous aident à diffuser des questionnaires téléphoniques, d’aide à la transcription ou à la traduction, des choses dans le genre. Les sociologues peuvent avoir accès à ces outils dans le cadre de projets financés, ce qui montre bien que ça a un intérêt, mais je crois que bien peu de doctorantes et doctorants ont accès à de telles ressources. Dans la plupart des cas, il n’y a pas vraiment de lien avec la loi mais plutôt avec les perspectives méthodologiques de la recherche, mais je discuterai plus bas d’une conséquence légale indirecte du caractère individuel du travail de sociologue.

A-t-on vraiment besoin d’enfreindre la loi ?

Dans la partie précédente, j’ai essayé de dresser un panorama rapide de de quelques dépenses qui peuvent être nécessaires ou tout au moins utiles au déroulement d’une recherche en SHS ou en tout cas en sociologie. J’ai déjà mentionné à plusieurs reprises la question du recours à des outils et ressources piratées (logiciels, articles et livres). Mais ne peut-on pas faire autrement ? Évidemment que si. On peut se contenter des articles auxquels l’université nous donne accès, contacter les autrices et auteurs d’articles qui nous sont inaccessibles, abandonner certains protocoles ou bricoler des méthodes de récoltes et de traitement à l’aide de logiciels gratuits ou tout simplement ne pas trop se servir d’outils informatiques. Le problème, c’est que la recherche est un monde de compétition, je n’apprends rien à personne. Tout le monde ne nous répondra pas pour nous envoyer des articles inaccessibles, et même quand c’est le cas ça prend autrement plus de temps que sci-hub. On risque alors de passer à côté de choses qui auraient pu grandement améliorer la qualité de la thèse, ou même se voire reprocher de ne pas avoir lu ou cité tel corpus de travaux. On est alors tenté de citer des articles sur la base de l’abstract, quitte à passer à côté de quelque chose, et de se faire reprocher d’avoir compris l’article de travers et de mal le citer ou de citer des articles moisis qui ne remplissent pas les promesses de l’abstract.

Le cas des logiciels est proche dans la mesure où renoncer à certains outils empêche la mise en place de protocoles innovants qui auraient pu mettre en valeur la thèse, et les méthodes à la main/bricolées prennent souvent du temps. D’autant plus qu’on peut parfois passer des mois à essayer de bricoler des alternatives sans succès et perdre ainsi des dizaines ou centaines d’heures tout à fait improductives, comme ce fut mon cas. Le soutien à la thèse intervient d’ailleurs déjà à ce niveau : l’ingénieur pourrait aider à sélectionner des logiciels, produire des programmes en fonction des besoins de la ou du doctorant, une petite équipe pourrait pallier une partie de la nécessité de méthodes automatisées (avec ce que ça implique d’exploitation de stagiaires toutefois), etc. Enfin, je suis à peu près certain que nombre de sociologues respectent (je crois) assez mal les lois concernant la sécurité des données etc, et là encore la présence d’ingénieurs dans les laboratoires pourrait aider à la mise en place de protocoles qui rentrent bien dans les clous.

Si l’idée de pirater des articles et des logiciels ne m’empêche pas de dormir, ça pose aussi des problèmes pratiques tels que la dépendance à des outils qui ne sont pas pérennes (sci-hub est souvent attaqué, a déjà dû reculer un peu face à Elsevier, et on ne sait pas s’ils seront toujours là), et on ne peut pas bénéficier de support pour les logiciels (la première chose demandée sur les forums, c’est d’envoyer par message privé notre numéro de licence, ils sont pas cons). On se retrouve donc malgré tout avec des solutions qui peuvent à tout moment ne plus fonctionner. Enfin, j’imagine que même s’il est rare de se faire attaquer en justice pour utilisation de logiciel piraté, cela peut théoriquement arriver.

Conclusion parce qu’il en faut une

J’ai écrit ce billet au lieu de traiter mes données sur mon logiciel cracké à plus de 1000€, et je ne sais pas trop pourquoi. Ou plutôt, je me suis fait la réflexion que le manque de financements couplé à la logique de compétition, de même qu’elle favorise la fraude, favorise aussi d’autres pratiques illégales, au moins en SHS, et je me suis dit que ça pouvait intéresser des gens, mais je n’ai pas grand chose à apporter en termes de perspectives ou de solutions. Par contre, si vous connaissez des réseaux de logiciels libres spécifiques où on peut trouver des outils utiles aux SHS, je prends.

A-t-on le temps de faire de l’ethnographie (en ligne) pendant un doctorat ?

L’idée d’écrire ce billet m’est venu après la lecture de cet article : https://www.lemonde.fr/sciences/article/2020/01/08/la-recherche-sociologique-supporte-t-elle-l-intermittence_6025224_1650684.html

Avant toute chose, je me dois d’être honnête avec les éventuel.les lecteur.ices, je ne suis pas un modèle d’organisation et de régularité dans le travail, et il est évident que j’ai donc de la marge pour mieux faire, mais les difficultés dont je souhaite parler ici ne sont pas imputables uniquement à mes propres défauts. Je vais commencer par parler un peu de toutes les taches que j’ai à mener à bien pendant mon doctorat qui ne relèvent pas directement de l’enquête, puis j’expliciterai un peu la méthodologie de manière concrète avant d’expliquer pourquoi il est très difficile pour moi de mener un réel travail ethnographique.

Les multiples taches des doctorant.es

J’ai bien conscience que le cas que je vais décrire n’est pas celui de tout le monde, mais je ne pense pas pour autant être un cas tout à fait unique. Je ne vais pas non plus trop m’étaler là-dessus parce que c’est un sujet qui est déjà régulièrement traité. Le travail administratif dont se plaignent les enseignants chercheurs, mentionné dans l’article, n’est pas aussi lourd dans le cadre d’un doctorat, mais il reste conséquent notamment à certaines périodes. En particulier, il y a une lourde charge de travail administratif autour de la rentrée, mais aussi pendant les périodes de colloques. Se faire rembourser des déplacements et logements, même si ça devient plus simple avec le temps, reste quelque chose de lourd et parfois anxiogène. Il y a aussi tout ce qui est lié à la recherche de financements pour divers projets, notamment des bourses mobilité, qui peuvent parfois prendre un temps considérable pour finalement ne rien obtenir et avoir le sentiment qu’on a gaspillé du temps précieux. Ce fut mon cas cette année par exemple. On peut aussi mentionner les formations, séminaires, et autres taches ponctuelles qui pèsent mises bout à bout.

Une autre tache chronophage assez classique, ce sont les cours. D’autant plus quand, comme ça a été mon cas, on change de cours d’une année sur l’autre. J’ai un peu de chance dans mon malheur puisque les enseignants qui donnaient les cours avant moi m’ont transmis des ressources précieuses pour me faire gagner du temps, mais les charges de cours, c’est quand même environ cinquante heures par an (avec le jeu des équivalents TD, puisque je donne des CM), auxquelles s’ajoutent la préparation des dits cours, qui implique pas mal de lectures puisque je ne suis pas expert des sujets que j’enseigne à l’origine, mais aussi la conception d’activités et de devoirs qu’il faut ensuite corriger. Et ça prend par ailleurs énormément d’énergie.

Enfin, ce qui je crois m’a pris le plus de temps depuis le début de la thèse, ce sont les colloques et publications. Trouver et répondre à des AAC, préparer des communications, des Powerpoint, écrire des articles et chapitres d’ouvrages, ça prend un temps monstrueux. Certes, ce n’est pas du temps perdu puisque c’est un travail qui peut être mobilisé pour la thèse, mais comme je ne fais pas de “thèse sandwich”, ce n’est pas non plus tout à fait ma thèse, et surtout, ce n’est pas l’enquête.

Enfin, derrière le temps cumulé occupé par ses taches se cache un autre problème : la multiplication des taches différentes fait qu’on a parfois tendance à alterner entre plusieurs d’entre elles, or, comme on va le voir, c’est un mode de fonctionnement qui n’est pas adapté à une enquête ethnographique.

“C’est facile d’enquêter dans son canapé”

Un professeur de mon laboratoire a un jour un peu ironisé sur le travail d’enquête qu’une collègue et moi réalisions pour notre mémoire de M2, à propos du fait qu’on privilégiait des enquêtes en ligne et que ça serait quand même plus simple que de faire du vrai terrain physique, que c’est sympa de pouvoir bosser de son canapé. Je doute qu’il pensait à mal, et il m’arrive parfois de complexer un peu là-dessus, quand je mène un entretien pendant que je mange des pâtes sur le canapé par exemple ou pendant que je joue à Football Manager. Pour autant, je réalise que j’avais beaucoup plus de facilité à mener une ethnographie lorsque j’ai réalisé mon enquête d’un bar de gaming en fin de Licence qu’à partir du Master, où j’ai commencé à enquêter en ligne.

Je ne vais pas entrer dans les détails des difficultés méthodologiques de l’ethnographie sur internet comme je le ferais dans un travail académique, parce que pendant que j’écris ce billet, je ne suis justement pas en train d’enquêter et que je ne veux pas y passer trop de temps. Pour faire court, mon enquête consiste à récolter des données de natures assez variées : je récupère des commentaires Youtube de vidéos sur Pokémon dans des tableaux Excel et je les traite principalement “à la main” ; je suis sur des groupes Facebook “privés” de fans de Pokémon et j’enregistre des publications pertinentes et parfois j’écris des remarques générales sur ce qui s’y passe pour m’y retrouver, en notes de terrain ; en théorie je suis ce qui se passe sur des serveurs Discord de fans de Pokémon ; je lis les news sur des sites de fans ; j’aimerais récupérer des données Twitter et c’est presque au point mais pour le moment j’y fais juste de la veille ; je mène des entretiens, principalement en ligne à l’écrit, auprès de fans de Pokémon rencontré.es un peu partout dans et hors des communautés.

La première difficulté, c’est que quand je suis dans une phase où je traite des données de Youtube, ça me prend énormément de temps et j’ai du mal à me concentrer sur autre chose. Exit l’ethnographie, donc, qui demande un réel investissement sur la durée. La seconde difficulté, c’est que lorsque je suis suis engagé dans l’écriture d’un article, d’un chapitre, la préparation d’un colloque, ou des taches administratives intenses, je suis trop pris pour m’engage pleinement dans de l’ethnographie. Enfin, le reste du temps, lorsque je pourrais envisager de le faire, cette “réelle ethnographie” prendrait la forme d’un investissement fort au sein de groupes Facebook et serveurs Discord, donc. Or ces espaces sont principalement actifs les soirs, et sont accessibles sur ce qui me sert à la fois d’outil de travail et de support de loisirs.

La situation est alors la suivante : la journée, pendant que ma conjointe est en cours ou vaque à d’autres occupations, j’essaie d’aller à la bibliothèque (ou au bureau quand je suis en région parisienne) pour me mettre dans des conditions propices au travail. Le soir, plus ou moins tard, je rentre, je fais à manger etc, et là, je me pose dans le lit avec ma conjointe. Et c’est à ce moment là que je pourrais réellement réaliser un travail d’enquête ethnographique. Le soir, fatigué d’une journée de travail plus ou moins productif, après avoir mangé, en étant enfin un peu posé avec ma conjointe (qui doit certes aussi parfois travailler de son côté). Pour ce qui est de Facebook, je peux à la rigueur mettre en place une routine de récupération de données qui peut éventuellement prendre un temps limité, mais c’est plus compliqué pour les serveurs Discord. D’autant que cette situation appelle généralement un mode attentionnel peu focalisé.

Les temporalités de l’ethnographie en ligne

Faut-il alors que je parvienne à m’investir dans ces communautés tout en continuant à m’investir en parallèle dans les autres communautés dans lesquelles je me trouve ? Cela brouille d’autant plus les frontières déjà floues entre travail et temps libre, ce qui pose quelques problèmes pour ma santé psychologique. D’autant plus que ces communautés ne sont pas forcément à mon goût et que lire certaines conversations me demande des efforts conséquents de contrôle de mes émotions. D’un autre côté, me contenter d’aller récupérer et archiver des conversations, s’il s’agit d’une solution envisageable, affaiblit fortement le caractère ethnographique de mon enquête.

Est-ce que je dois vraiment m’accrocher à l’idée de mener une “réelle” ethnographie en ligne ? L’un des principaux avantages de l’ethnographie est que cette méthode permet de comprendre un univers qui nous est à l’origine étranger. Pour ma part, je ne suis pas étranger à l’univers que j’étudie. Cela pose des problèmes évidents dont j’ai tout à fait conscience, mais comporte aussi quelques avantages : je suis plutôt familier des codes de mon terrain. Il est évident qu’une ethnographie me permettrait d’avoir une compréhension plus fine de certains mécanismes, de mieux comprendre l’évolution de certains de ces codes à une échelle locale, mais à quel prix ?

Pour autant, j’ai décidé de ne pas abandonner l’idée de revendiquer une méthode ethnographique pour mes recherches de thèse. Je pense tenter de réfléchir à une organisation de mon temps qui me permettrait de m’investir suffisamment dans certaines communautés pour prétendre au label ethnographietm , pour avoir accès à un point de vue approfondi sur certaines dynamiques de mon terrain, tout en évitant de sacrifier mon couple, le peu de vie sociale qu’il me reste et mon bien-être (qui dépend d’ailleurs pas mal des deux données précédentes). Mais je ne me fais pas d’illusions, cela risque d’être compliqué et je m’attends à échouer. D’autant que lors des trois derniers mois m’attendent corrections d’examens et de devoirs, rédaction d’un article, correction d’un chapitre d’ouvrage lorsque j’aurais reçu la version relue, réponses à des AAC, bref, plein de belles choses stimulantes mais éreintantes.

Si j’ai partagé écrit ce billet, ce n’est donc pas pour me plaindre, ni pour contredire l’article quant au fait que les doctorant.es disposent plus de temps pour la recherche que les EC en poste. Je vois suffisamment la charge de travail aberrante hors recherche qui incombe aux EC de mon laboratoire. Je voulais juste attirer l’attention sur le fait que la question du temps pour la recherche en contexte de multiplication des taches est une problématique qui touche aussi fortement les doctorant.es et qui peut avoir des conséquences importantes. Dans mon cas, cela impose une certaine pression sur la qualité de ma méthodologie. Dans d’autres cas (et peut-être le mien aussi sur le long terme), cela peut aussi toucher à l’allongement de la durée du doctorat, avec les problèmes que cela implique.

Quelques références

Pour les personnes qui sont intéressées par les méthodologies d’ethnographie sur internet, voici quelques références :

Hine, C. (2000). Virtual ethnography. Sage.

Ethnographie sur Internet : rendre compte du virtuel. Vincent Berry – https://www.cairn.info/revue-les-sciences-de-l-education-pour-l-ere-nouvelle-2012-4-page-35.html#no3

Et un article que j’aime beaucoup mais qui est un peu plus compliqué : S’orienter dans les espaces sociaux en ligne. L’exemple d’un jeu. Manuel Boutet – http://seminaire.ensadlab.fr/wp-content/uploads/2015/02/Boutet2008Orientation.pdf

Mon rêve : devenir Prof Pokémon.

A chaque fois que je suis amené à parler de ma thèse, je commence globalement de la sorte : “je fais une thèse sur Pokémon“. Ce qui ne manque généralement pas d’amuser mon interlocuteur. Il faut dire qu’a priori, ce n’est pas l’objet le plus sérieux qui soit. Ceux de ma génération pensent généralement avec nostalgie à leur enfance. D’autres, plus âgés, pensent à Pokémon GO, avec des attitudes variées. Pour ma part, si j’ai beaucoup joué à Pokémon dans mon enfance, mon intérêt pour la franchise s’est renouvelé par nostalgie grâce aux émulateurs, et je suis redevenu ce qu’on peut appeler un fan de Pokémon. Mais mon intérêt académique pour la franchise a débuté au début de mon Master 1, lorsque j’ai décidé d’écrire un mémoire sur le “ROM hacking” dans une communauté de fans de Pokémon.

Une brève histoire de la franchise Pokémon.

La franchise Pokémon est née en 1996 au Japon sous la forme d’un jeu vidéo édité par Nintendo sur la console Gameboy. Les jeux Pokémon Vert/Rouge (Bleu et Rouge dans le reste du monde, un à deux ans après, dans une version légèrement remaniée) ont posé la base d’une franchise qui s’est déclinée sur de nombreux supports : animé, films d’animation, jeu de cartes à jouer et à collectionner… avions.

Résultat de recherche d'images pour "avion pokemon"
Pour s’envoler vers d’autres cieux telle la Team Rocket.

Si la franchise connaît des hauts et des bas notamment en termes de ventes de jeu, les ventes se comptent le plus souvent en dizaines de millions dans le monde, en tout cas pour les jeux de la « série principale », c’est-à-dire ceux qui suivent le modèle des premiers opus. En effet, malgré un renouvellement constant de la franchise et des jeux vidéo au fil des années (qui sera l’un des objets de ma thèse), la recette reste la même : un gamin de 11 ans part à l’aventure dans un univers peuplé de créatures appelées les pokémons (oui, j’écris pokémons pour parler des bestioles, c’est mon blog et Nintendo n’a aucun pouvoir ici, enfin, pas sur ça). Il en capture pour se former une équipe et remplir son Pokédex, une sorte d’encyclopédie électronique, participant ainsi à une quête de crowdsourcing scientifique pour un professeur qui exploite son travail (après tout, c’est lui qui lui a donné son premier pokémon). Mais surtout, il les fait combattre pour obtenir des badges et relever le défi de la Ligue Pokémon, qui consiste à vaincre une élite pour devenir Maître Pokémon. Et accessoirement, pendant son aventure, il est amené à déjouer les plans d’une organisation malfaisante.

Résultat de recherche d'images pour "team rainbow rocket"
Les leaders des différentes organisations malfaisantes modélisées pour imiter la façon de se déplacer de la “Team Skull”, caricature de “thugs” présente dans les derniers jeux.

Concernant l’histoire récente de Pokémon, même les moins adeptes ont entendu parler du phénomène de l’été 2016, je ne parle pas de la chanson Lean On, mais bien sûr de Pokémon GO. Ce jeu n’occupera pas forcément une place majeure dans ma thèse, mais a bien montré que l’engouement pour la franchise est toujours bien présent (et peut-être un peu clivant).

Pokémon et la recherche.

Quand j’ai décidé pour la première fois de travailler sur Pokémon, à la fin de l’été 2016 donc, l’une des premières choses que j’ai faites, c’est d’aller sur Google Scholar pour « acheter » des articles académiques qui en parlent. Imaginez ma surprise quand j’ai découvert que les premiers liens étaient à propos d’un gène impliqué dans le développement de certains cancers (Nintendo a d’ailleurs fait pression sur les chercheurs pour qu’ils changent le nom, ils n’ont pas dû apprécier que leur marque soit associée au cancer). Puis ma déception lorsque je me suis rendu compte qu’il n’existait à peu près aucun article ou ouvrage qui traite de Pokémon. Enfin si, quelques articles sur Pokémon GO, dans le domaine de la santé publique, du droit, et encore, à l’époque, il s’agissait surtout des proto-articles de deux pages. Des recherches un peu plus poussées m’ont fait découvrir l’existence d’un unique ouvrage académique à propos de Pokémon édité par Joseph Tobin, qui, visionnaire, annonce en 2004 la chute de Pokémon (je me moque, mais blague à part, je le conseille vivement, il est en références en fin d’article). Oh, et un article aussi, si on met de côté ceux sur Pokémon GO. Comment ça, la meilleure franchise du monde n’intéresse pas du tout le monde académique ? Certes, il ne s’agit pas d’une œuvre culturelle des plus légitimes, mais malgré tout, les « cultural studies », en particulier les « fan studies » qui en ont découlé, avec des auteurs comme Henri Jenkins en première ligne, se sont intéressées à des objets culturels plus populaires, ont tenté avec plus ou moins de succès de les légitimer.

On peut trouver une explication convaincante à mon sens dans le compte rendu d’une communication de Vincianne Zabban, Samuel Coavoux et Manuel Boutet, qui, partant du constat que les « game studies » (en sciences sociales) sont en fait presque des « WoW studies » (études sur World of Warcraft), propose que la faible variété de jeux étudiés est principalement due à deux facteurs. Les chercheurs étudient les jeux qui les intéressent, pour commencer, et donc les jeux auxquels ils ont joué, et la « dépendance du chemin », c’est-à-dire en dans ce contexte la facilité accrue d’étudier un objet/sujet déjà bien balisé par la recherche plutôt que d’avancer à l’aveugle, ce qui consolide la position de WoW. Un autre facteur à prendre en compte est le fait que, par son statut de MMORPG, WoW est un objet privilégié pour les sciences sociales. Je pense que l’on peut étendre ce raisonnement aux « fan studies », d’autant plus qu’initialement, elles ont été le fait de passionnés qui avaient à cœur de défendre la légitimité de leur objet. D’ailleurs, si j’en suis aujourd’hui à étudier Pokémon, c’est bien en partie parce que j’ai grandi avec et que j’en suis fan. Peut-être donc que si Pokémon a été très peu étudié jusqu’à présent, c’est parce que les (ex) fans de Pokémon étaient principalement encore en études. En témoigne peut-être la récente thèse de Fanny Barnabé de l’Université de Liège, qui traite assez extensivement d’activités et productions de fans de Pokémon (disponible à la fin de l’article, et que je vous conseille vivement, elle est très agréable à lire).

Les fans de Pokémon sur internet.

C’est justement aux productions et à l’activité des fans et du public plus élargi (distinction que je serai amené à développer plus tard) de Pokémon sur internet que je souhaite tout particulièrement m’intéresser. Parce que j’ai l’impression qu’il est central dans la production de la franchise et dans sa diffusion. Lors même que je m’étais un peu détaché de la sphère internet de Pokémon en m’intéressant aux pratiques de Pokémon en jeu, sur console portable, principalement chez des adolescents pour commencer, le rôle d’internet et tout particulièrement des productions de fans s’est imposé comme central à nouveau. Pokémon est un peu partout. Pas au sens où on aurait pu l’entendre pendant la « hype » Pokémon GO. Mais dans le sens où on peut trouver du Pokémon partout, et que pour peu qu’on soit impliqué dans quelques réseaux sociaux assez jeunes, les références sont assez fréquentes. Florilège.

L’image contient peut-être : texteL’image contient peut-être : 2 personnes, personnes souriantes, personnes debout et plein air

 

 

 

 

Cette propension des fans à participer collectivement à la vie de la franchise est ce que Henri Jenkins appelle la culture de la participation : une culture au sein de laquelle la créativité des fans est encouragée par l’intérêt qu’ils portent aux productions des uns et des autres. Cette culture est favorisée par les outils numériques, mais aussi parfois par le caractère transmédia de certaines franchises, comme Pokémon : le fait que la franchise se décline sur plusieurs supports et que les manifestations de l’œuvre sur ces différents supports enrichissent l’univers de la franchise tout en ayant leur existence propre (là où l’intérêt d’un produit dérivé dépend exclusivement de l’œuvre originale, et que l’adaptation tel quel d’un livre en film n’apporte pas grand-chose de nouveau à l’œuvre). L’articulation du transmédia et de la culture de la participation se manifeste dans ce que Jenkins appelle la « culture de la convergence ». Ainsi, si je compte bien m’intéresser au rôle des industries culturelles et de Nintendo dans la production et circulation de Pokémon, c’est surtout l’articulation avec l’activité, les productions, la culture des fans et du public qui m’intéresse. Ce qui de l’objet Pokémon en soi anime ma thèse, ce sont les prises que la franchise offre aux fans et au public pour produire cette culture Pokémon, et plus particulièrement, pour produire des régimes émotionnels Pokémon, pour prendre la suite de William Reddy, ou, si j’ose dire, des régimes Pokémotionnels (ceci n’est pas une tentative de concept, juste un jeu de mot pas très fin inspiré d’un ami qui ne sera pas crédité pour sa propre sécurité).

Cet intérêt porté à la question des émotions résulte de l’importance de celles-ci en contexte de culture de la convergence, par l’engagement attendu de la part du public et des fans. Pour étudier ces questions, je m’appuierai sur l’analyse de contenu produit par le public de Pokémon en interaction avec des productions officielles ou non de Pokémon (commentaires de vidéos Youtube, de posts Facebook, par exemple) et sur une ethnographie de quelques communautés de fans. Sur des entretiens menés auprès du public de Pokémon, aussi (si vous avez des tuyaux ou des contacts pour ce point, je prends).

De l’intérêt d’étudier Pokémon.

Pokémon est un objet vraiment intéressant je pense, pour aborder des questions liées aux émotions et à internet, par sa forte présence sur le net, par le fort potentiel émotionnel de la franchise, a priori du moins (en atteste l’épisode Pokémon GO, les nombreux discours nostalgiques…). Le succès de la franchise sur la durée auprès d’un public qui compte aujourd’hui à la fois les jeunes, et ceux qui ont grandi avec, permet de questionner le renouvellement d’une œuvre culturelle, de porter mon attention sur des problématiques inter/transgénérationnelles. C’est aussi peut-être aussi pour moi l’occasion de toucher un peu des personnes hors du milieu académique, par l’étude d’un objet qui leur est plus ou moins familier.

J’espère que ce premier article vous a plu, n’hésitez pas à me faire des remarques, en particulier sur ce qui ne va pas à votre sens.

 

Pour aller plus loin :

-L’ouvrage académique qui traite de Pokémon. | Tobin, J (2004). Pikachu’s global adventure: The rise and fall of Pokémon. Duke University Press. | J’ai trouvé les chapitres assez inégaux en termes d’intérêt, peut-être en partie parce que le livre a plus de dix ans et que certains traversent mieux les années que d’autres.Quoi qu’il en soit, c’est une lecture obligatoire pour ceux qui souhaitent travailler sur Pokémon.

-Pour les autres, tournez-vous plutôt vers quelque chose de plus récent comme l’ouvrage écrit par deux journalistes à l’occasion des 20 ans de Pokémon : Générations Pokémon : 20 ans d’évolution (https://www.amazon.fr/G%C3%A9n%C3%A9rations-Pok%C3%A9mon-20-ans-d%C3%A9volutions/dp/B014XMV4LE). En plus d’être plus à la page que le précédent, il est plus intéressant pour les fans d’après les avis (je ne l’ai pas encore lu).

-A propos de la prédominance de WoW et de quelques autres jeux dans les game studies : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01191620 (On dirait qu’on ne peut pas y accéder donc si ça vous intéresse, demandez-le moi).

-Quelques ouvrages de Jenkins sur les communautés de fans et la culture de la participation/de la convergence. |  Jenkins, H. (2006). Fans, bloggers, and gamers: Exploring participatory culture. nyu Press. ; Jenkins, H. (2013). La culture de la convergence. Des médias au transmédia. ; Jenkins, H., & Ito, M. (2015). Participatory culture in a networked era: A conversation on youth, learning, commerce, and politics. John Wiley & Sons. |  Le dernier est assez sympa à lire, un peu moins académique, je conseille vivement.

-L’ouvrage de William Reddy sur les « régimes émotionnels ». Ce concept sera développé, certainement à maintes reprises, sur ce blog. Il s’agit, pour résumer très grossièrement, de systèmes de normes d’expressions des émotions produits par une société, ou dans notre cas, des communautés ou un ensemble de communautés.  |  Reddy, W. M., & Reddy, W. M. (2001). The navigation of feeling: A framework for the history of emotions. Cambridge University Press.  |  Ce n’est pas vraiment une lecture très accessible, par contre

 

 

Pk.D : Pokémon Doctorate

Salut tout le monde,

Je profite de ce post inaugural pour présenter un peu la démarche derrière la création de ce blog en commençant et un bref résumé de mon parcours académique en sciences sociales, qui est encore assez récent puisque j’ai commencé il y a seulement trois ans.

Mon rival : ma tendance à m’éparpiller.

L’idée de présenter un peu mon parcours, c’est surtout parce qu’il est je pense fortement lié à la fois à l’orientation que va prendre cette thèse et aux défis que je vais devoir relever en premier lieu. En effet, donc, j’ai commencé les sciences sociales il y a 3 ans, en L3 d’Ethnologie/Anthropologie, avant de faire un Master 1 d’Anthropologie Cognitive, le tout à la suite d’un parcours chaotique qui impliquait une prépa de Physique-Chimie et deux L3 de Mathématiques option tourisme (entendre par là que j’ai passé autant de temps sur la plage qu’en cours, et infiniment plus sur des jeux vidéo). Sans considérer que je suis quelqu’un de plus spécial que les autres, j’entends surtout par là que j’ai eu un parcours un peu (trop ?) varié. Des sciences “dures”, de l’anthropologie, des sciences cognitives plus ou moins mélangées à de l’anthropologie, et maintenant des sciences de l’éducation, mais des sciences de l’éducation un peu hétérodoxes en fait. Du coup, mes influences sont vraiment multiples, et en trois ans, j’ai eu l’occasion de changer régulièrement de projet d’orientation de recherche. Cette tendance à m’éparpiller s’est retrouvée dans la construction de mon projet de thèse.

Il se trouve que j’ai fait mon Master 2 dans un Master de sciences de l’éducation spécialisé sur le jeu, et que si je suis inscrit en doctorat en sciences de l’éducation, je n’ai donc qu’un bagage pour l’instant très limité dans cette discipline (d’ailleurs, je vais vous avouer un truc, je n’ai même pas lu les classiques en anthropologie non plus, mais chut). Ma thèse se retrouve au croisement d’influences qui vont de la sociologie pragmatique, voire aussi un peu interactionniste mais aussi bourdieusienne entre autres, d’une anthropologie des émotions avec certaines influences cognitivistes, de sciences de l’éducation d’un courant hétérodoxe qui s’intéresse aux apprentissages au-delà du contexte scolaire, ainsi que des “game studies” et “fan studies”. C’est encore pire quand on sait que le fait que j’ai répondu à un appel à candidature particulier pour ma bourse doctorale m’a amené à inclure un peu de socioéconomie dans cette salade composée, pour donner un projet de thèse qui s’intitule : “Les mécanismes affectifs de la captation des publics sur internet : le cas de la franchise Pokémon”. Ce qui signifie que ma thèse devrait traiter, au moins, de Pokémon, d’internet, d’émotions, et, bien sûr, sciences de l’éducation oblige, d’apprentissages. Et que par mon parcours, j’aurais tendance à m’appuyer sur différents courants sociologiques, anthropologiques, et même éventuellement sur un apport des sciences cognitives (même si cette dimension risquera d’être très secondaire voire abandonnée pour diverses raisons, mais elle reste envisageable pour l’instant).

Clarifier ma pensée.

Comme tous les doctorants qui décident de tenir un blog/carnet de thèse, je crois, j’ai bien sûr décidé de créer le mien dans une volonté partager mes réflexions et mes recherches, et pour me forcer à écrire régulièrement (et aussi accessoirement pour faire des jeux de mot sur Pokémon). Mais je pense que ce blog pourra surtout être l’occasion pour moi de mettre à plat tout ça, et de tenter de construire une cohérence dans ce projet, au fur et à mesure, plutôt que de me rendre compte trop tard que je vais dans tous les sens. C’est d’ailleurs pour ça que parmi les premiers articles qui seront publiés sur ce blog, je compte rapidement m’atteler à une clarification, pour vous comme pour moi, des différents aspects de ma thèse, de la manière dont je compte les traiter, et des liens qui existent entre eux. A  commencer bien entendu par l’objet, Pokémon, puis, dans un ordre que je n’ai pas encore décidé, d’internet (et plus particulièrement les publics et communautés de fans), des émotions, et des apprentissages.

Ce travail de clarification, de cadrage de la thèse, ne s’arrêtera pas à la publication de ces articles introductifs et devra probablement être renouvelé, mais tout ça me permettra de poser les bases pour avancer. En ce qui concerne le contenu sur un temps un peu plus long, il s’agira principalement de réflexions autour de données recueillies dans le cadre de la thèse, de compte rendus de lecture (comme ça, ça m’obligera enfin à en faire) mis en lien encore une fois avec la thèse. Une autre catégorie sera dédiée à mes publications et communications. J’aimerais aussi produire une réflexion sur ma pratique de l’enseignement à l’Université pour engager un dialogue à ce sujet, si possible. Enfin, je me permettrai peut-être quelques  commentaires de faits d’actualité lorsqu’ils sont en lien avec ma thèse ou les cours que j’enseigne.

A bientôt !

J’essaierai de me tenir à un rythme de publication décent, même si je me connais, ça sera très variable en fonction des périodes. J’espère que j’arriverai à intéresser quelques personnes, et si c’est le cas, j’attends vos critiques avec grand intérêt, même si, surtout si, en fait, vous n’êtes pas expert du sujet. Parce qu’un des avantages à écrire un blog, je pense, c’est aussi de sortir du cadre universitaire un peu hermétique, de renouer avec une forme d’expression plus courante pour ne pas dire moins absconse, et d’échanger si possible avec d’autres personnes que mes paires.