Comment s’inscrire en thèse ?

A la demande générale de une (1) personne j’ai décidé de rédiger un petit billet qui donne quelques informations et conseils pour se lancer dans un doctorat en sciences sociales. Il se structure en trois partie : la direction de thèse, la recherche de contrats, et le projet de thèse.

Etape 1 : trouver une direction de thèse

La première chose qu’il faut faire, et probablement la plus importante, c’est trouver une direction de thèse. Cette étape est tout sauf anodine. Pour ma part, j’ai postulé au M2 que j’ai réalisé spécifiquement pour me rapprocher de mon directeur de thèse projeté, et réaliser un mémoire sous sa direction. C’est une stratégie courante, plutôt payante, mais qui n’est pas toujours possible (trop loin pour un Master, trop tard pour changer, etc). Si vous n’avez pas pu, il vaut mieux contacter les directions potentielles le plus tôt possible pour maximiser les chances, d’autant que si vous attendez trop il y a plus de chances qu’on vous devance.

Avant d’entrer dans le détail de comment contacter une direction de thèse, il faut se demander comment on choisit sa direction. De toute évidence, il faut que les thématiques de recherche convergent, ce sur quoi on reviendra plus bas, mais ce n’est pas tout. Si vous pouvez, assurez vous que la personne que vous choisissez pour diriger votre thèse n’a pas la réputation d’abandonner ses doctos à leur sort, de les harceler, de les surexploiter, de voler leur travail, etc. C’est très important, et c’est pour ça qu’il est important de commencer à essayer de rejoindre des réseaux de jeunes chercheurs d’ailleurs (j’y reviendrai). Enfin, il faut faire attention au statut. Les Maîtres de conférences (MCF, université) et “chargés de recherche” (CR, CNRS) ne peuvent pas diriger des doctorats sans Habilitation à Diriger des Recherches (HDR). C’est généralement précisé sur leur fiche institutionnelle. Dans ce cas, il faut une direction HDR qui accepte la candidature, et la/le MCF (ou CR si ça se fait, je ne suis pas sûr) co-encadre. Par exemple, ma directrice de thèse HDR est moins liée à mes thématiques de recherche mais était nécessaire pour la direction, avec en co-encadrement le MCF avec qui je souhaitais faire ma thèse (j’ai de la chance de ce point de vue, ma directrice HDR n’a pas fait qu’apposer une signature mais fait aussi un réel travail de suivi par ailleurs).

Reste à savoir comment contacter sa direction envisagée. D’un point de vue purement pratique, cela se fait généralement par mail. L’adresse mail se trouve souvent sur la page institutionnelle où vous aurez aussi pu voir les thématiques de recherche. Si vous avez pu rencontrer la personne avant, à un événement de recherche par exemple, c’est encore mieux. N’hésitez pas à “stalker” et voir si vous pouvez fomenter une rencontre préalable, donc. Enfin, au moment d’envoyer le mail, il faut que vous ayez une bonne idée de ses recherches. Pas la peine d’avoir lu toute sa bibliographie, un ou deux articles majeurs peuvent suffire, mais c’est important. Il faut que montriez que vous n’envoyez pas le mail par hasard, que votre choix a été réfléchi, qu’il est pertinent. Pour cela, il ne s’agit pas de dire “je vous ai lu” mais de formuler une ébauche de projet de recherche ou une simple introduction en quelques phrases de celui-ci, qui démontre l’adéquation du projet et de la direction projetée. Ne faites pas l’erreur qui m’a instantanément fermé les portes de l’EHESS (pour le meilleur finalement ceci dit), lorsque j’ai envoyé un mail non terminé accidentellement dans lequel le projet de recherche présenté n’était pas très cohérent avec les recherche du chercheur.

Il existe quelques complexités dès lors que vous souhaitez des co-directions entre laboratoires/universités voire des co-tutelles avec les pays étrangers, et pour ces cas je ne m’y connais pas assez.

Etape 2 : trouver un financement

Vous avez trouvé une direction de thèse, c’est super ! Maintenant, on devrait vous aiguiller pour l’étape suivante, celle du financement. J’insiste sur ce point : c’est à la direction de thèse de trouver des pistes de financements. Malgré tout, c’est plus rassurant d’avoir une vague idée de comment ça fonctionne. Avant de parler des candidatures aux contrats doctoraux, balayons rapidement les cas particuliers. Si vous avez un métier stable bien payé et idéalement aux horaires souples, ou que vous êtes très riche, il se peut qu’on vous laisse partir en doctorat sans financement : on parle de thèse auto-financée. Sinon, de plus en plus de laboratoires et écoles doctorales n’acceptent plus d’inscrire en doctorat sans financement, du fait notamment du très haut taux d’échec dû aux mauvaises conditions. Il s’agit d’un sujet épineux et je me contente ici de vous présenter les faits.

De manière générale, on peut regrouper les financements en trois catégories. Les contrats doctoraux les plus classiques sont mis au concours par les “écoles doctorales” (ED), qui regroupent un certain nombre de laboratoires d’une université. Les laboratoires peuvent faire des présélections. On envoie ensuite un projet écrit (souvent de 3-5 pages), puis on peut être sélectionné pour l’oral (généralement 15min). Ces contrats tournent autour de 1300€ net mensuels auxquelles on peut ajouter maximum 64 heures de cours (je ne détaillerai pas ça ici). Avec les 64h on tourne autour de 1550-1600€ net mensuels après prélèvement des impôts à la source. Il est possible de candidater dans plusieurs ED mais cela suppose de trouver une autre direction de thèse, et multiplier les candidatures en ED est chronophage et peut être vu comme opportuniste.

Il existe ensuite des “contrats spéciaux”, une catégorie dans laquelle je regroupe les contrats publics semblables aux contrats d’ED, mais… hors ED. Il existe notamment des contrats proposés par les régions. Ils sont spécifiques en ce qu’ils demandent généralement d’orienter le sujet de thèse vers des thématiques liées à la région, de mener son terrain sur place, etc. Il existe aussi des contrats “LabEx” (laboratoire d’excellence). Les LabEx sont des structures thématiques qui regroupent des laboratoires et autres établissements du supérieur. Dans ce cas il faut que la direction soit dans un laboratoire du LabEx. C’est ce type que contrat dont je dispose et pour ma part il est quasi identique à un contrat ED, si ce n’est que le salaire est légèrement inférieur à mes homologues du laboratoire mais que j’ai quelques avantages comme une enveloppe supplémentaire. Ces contrats sont aussi légèrement fléchés pour correspondre à la thématique du LabEx. Il y a aussi des contrats proposés par des instituts comme le CNRS, le CEA, l’INSERM, etc.

Enfin, le 3ème type de contrats, c’est le contrat CIFRE. Je connais assez mal ces contrats mais pour le dire rapidement, ce sont des contrats pour des thèses en entreprise (ou administration publique/association…), dont les conditions dépendent fortement de l’entreprise, donc. On doit travailler plusieurs jours par semaine dans l’entreprise, il faut que le travail de thèse soit en lien avec l’activité de l’entreprise. Il est difficile d’enseigner avec une CIFRE, ce qui pose des problèmes pour poursuivre une carrière académique.

Etape 3 : le projet de thèse

Une fois que vous avez une direction que vous oriente vers des financements potentiels, il faut rédiger le projet de thèse. Il existe un certain nombre de ressources que vous pourrez trouver en fouillant sur google pour vous aider à rédiger un projet de thèse (je peux aussi vous envoyer le mien à la demande), mais si j’ai un conseil à vous donner c’est : il faut que votre direction de thèse vous épaule pour ça. C’est leur travail, et personne n’est mieux placé pour connaître les attentes des jurys auxquels vous ferez face. Il y a bien sûr des recettes générales, mais le monde de la recherche est truffé d’implicites et sans une direction investie, il vous sera difficile d’obtenir un contrat (même si ce n’est pas impossible). On en revient donc à l’importance d’avoir une direction qui ne soit pas réputée démissionnaire.

Un point qui peut faire la différence dans un dossier de candidature, c’est le fait d’avoir déjà communiqué dans des journées d’études ou des colloques (voire d’avoir déjà publié un article ou une recension). Il est donc important, si vous le pouvez, de commencer à communiquer au moins une fois pendant le M2. Vous trouverez des appels à communication sur le site calenda.org, et vous pouvez proposer des recensions à des revues sur le thème de l’ouvrage ou à la revue Lectures. Si la proposition de recension est acceptée (plus simple sur des ouvrages récents), on vous paie souvent l’ouvrage d’ailleurs. Enfin, l’avantage des colloques et journées d’études est que vous pourrez commencer à tisser un réseau avec des jeunes chercheuses et chercheurs, voire y trouver des pistes pour la direction.

“Tu es bien sûr(e) que tu veux faire une thèse ?”

Je conclue ce billet par cette phrase que mon DR m’avait adressée après qu’on ait passé tout l’après-midi à plancher sur le projet de thèse. Réfléchissez-y bien avant de vous lancer. Le doctorat est loin d’être la situation la plus difficile et je ne suis pas très fan du manque de mise en perspective de certains discours à ce propos, mais elle peut être synonyme de souffrances, d’angoisses, et de déceptions. Gardez bien en tête qu’il y a peu de postes titulaires, songez à des plans B, C, etc, n’idéalisez pas trop le monde de la recherche en sciences sociales, ni même son rôle social d’ailleurs. Un doctorat n’est pas une mission divine, c’est un métier en CDD pendant trois ans ainsi qu’un apprentissage. Mais quand on a une équipe et une direction sympa, c’est quand même très bien, un doctorat.

Pourquoi étudier des objets futiles ?

pck la première réaction c “mdr pokémon” mais en vrai c intéressant derrière

Depuis que j’ai commencé à travailler sur Pokémon, j’ai fait l’objet d’assez peu de moqueries ou de remise en question frontale de la légitimité de mon travail, que ce soit dans ou en dehors du milieu académique. Certes, ça faisait souvent rire les gens, mais en général ils étaient plutôt curieux. Quelques moqueries sont venues de trolls d’extrême droite sur Twitter, mais c’est franchement anecdotique. Dans le milieu académique, même s’il est tout à fait possible que des personnes trouvent mon objet futile mais ne m’en aient pas parlé, j’ai plutôt reçu des retours enthousiastes, obtenu un financement de thèse assez compétitif dès le premier essai, et pu publier un article dans une revue de sociologie politique qui donc habituellement de sujets plus “sérieux”. Ce n’est donc pas pour revendiquer quoi que ce soit que j’ai eu l’idée d’écrire ce billet. Il s’adresse principalement à deux cibles : des fans de Pokémon (ou pas forcément cela dit) qui aimeraient se faire un peu une idée de ce que se demandent concrètement les sociologues, et des étudiant-es en sciences sociales.

Dépasser l’intérêt documentaire

Pokémon est un objet vraiment intéressant je pense, pour aborder des questions liées aux émotions et à internet, par sa forte présence sur le net, par le fort potentiel émotionnel de la franchise, a priori du moins (en atteste l’épisode Pokémon GO, les nombreux discours nostalgiques…). Le succès de la franchise sur la durée auprès d’un public qui compte aujourd’hui à la fois les jeunes, et ceux qui ont grandi avec, permet de questionner le renouvellement d’une œuvre culturelle, de porter mon attention sur des problématiques inter/transgénérationnelles. C’est aussi peut-être aussi pour moi l’occasion de toucher un peu des personnes hors du milieu académique, par l’étude d’un objet qui leur est plus ou moins familier.

Il y a plus de trois ans, au début de ma thèse, je concluais le deuxième article de mon blog de la sorte. Ma thèse a bien évolué mais l’idée générale du billet reste transcrite. Mais avant ça, j’aimerais passer assez vite sur l’intérêt le plus évident mais le moins intéressant (pour ce billet) qu’il y a à étudier des objets futiles de la culture populaire : l’intérêt documentaire. Une des premières choses que l’on m’a dite concernant mon mémoire de M1, c’était de faire attention à ce piège. Des données sur un sujet peu ou pas étudié sont certes utiles, mais insuffisantes pour caractériser un travail scientifique. Même si l’objet peut avoir un intérêt en soi, il faut qu’il soit principalement un prétexte pour aborder des questions qui intéressent les communautés scientifiques. Ainsi, s’il est intéressant scientifiquement d’étudier Pokémon du fait de la popularité de la franchise, c’est moins pour cette popularité en soi que parce que le champ des game studies semble manquer d’enquêtes sur des jeux (en particulier des jeux de rôle/JRPG) populaires et peuvent ainsi passer à côté de certaines choses ou produire des analyses valables uniquement sur un sous-ensemble restreint de jeux vidéo. Il peut m’arriver de me servir de la popularité de Pokémon et du fait qu’elle est considérée comme la franchise la plus lucrative du monde pour justifier l’intérêt de mon objet d’étude sans effort, en particulier si je parle à quelqu’un qui n’a pas grand chose à faire des considérations de la recherche en sociologie, mais ce n’est pas une très bonne justification scientifique, sinon on serait des journalistes avec des références académiques, une audience limitée et un certain décalage avec l’actualité, ce qui serait le comble pour du journalisme (il faudrait cependant que je retrouve cette référence sur la proximité entre un certain journalisme et les travaux de l’école de Chicago mais j’ai un peu la flemme voilà j’ai retrouvé, je pensais à Robert Park).

Ne pas tomber dans le piège documentaire est crucial, donc, et on pourrait imaginer qu’un objet futile rend la tache plus aisée mais il n’en est rien. Les objets futiles, on les choisit souvent par intérêt personnel, du coup on a tendance à avoir envie de les faire connaître. C’est d’autant plus le cas quand le dit objet futile est, en plus, un objet de niche : on fait découvrir un univers au lecteur, ce qui peut donner l’impression que l’apport est suffisant. D’autant que si le travail documentaire est bien réalisé les enseignant-e peuvent trouver le travail intéressant en soi car il leur fait découvrir des choses, peuvent passer à côté d’imprécisions qui pourraient poser problème, etc, ce qui ne favorise pas la progression. J’ai eu la chance d’avoir un codirecteur officieux de mémoire dès le M1, qui connaissait très bien le type de communautés que j’étudiais (bien mieux que moi), là où ma directrice officielle était très éloignée de tout ça. C’est d’ailleurs encore le cas aujourd’hui pour ma thèse, ma directrice HDR ne connaît pas bien l’univers des fans, mais mon co-encadrant beaucoup mieux.

De l’objet à la problématique

Comme je l’ai dit plus haut, l’objet futile, au même titre que l’objet qui ne l’est pas, est un prétexte à l’étude de phénomènes qui intéressent les communautés scientifiques. On pourrait dire que finalement, il n’y a pas d’objets futiles, même s’il peut y avoir des problématiques futiles (voire néfastes). Que vous travailliez sur un objet futile ou non, c’est ce sur quoi vous devez donc vous concentrer. En général, les enseignant-es expliquent ça, mais je sais que c’est quelque chose de difficile à vraiment incorporer. Souvent, les étudiant-es ont tendance à chercher des lectures exclusivement sur des objets et contextes très proches voire identiques à ceux qu’ils étudient. Quand ils travaillent sur un objet sous-étudié, soit ils se retrouvent bloqués, soit cela les mène heureusement à élargir leurs recherches, mais parfois de proche en proche vis-à-vis du sujet.

C’est d’ailleurs l’occasion d’aborder en quelques mots la différence entre état de l’art/revue de littérature, et cadre théorique. Généralement, l’état de l’art porte sur l’objet là où le cadre théorique sert de base à la problématique. Ainsi, le corpus de travaux sur Pokémon GO suite à sa sortie peut trouver sa place dans ma revue de littérature, mais pas dans mon cadre théorique, dans la mesure où ils étudient le phénomène avec des angles qui ne m’intéressent pas (santé, sécurité, etc). Par contre, puisque je travaille notamment sur les émotions, des travaux anthropologiques sur les Inuits ou des rituels afro-brésiliens, des enquêtes sociologiques dans le monde du travail, les milieux militants, ou même des travaux philosophiques très abstraits voire des recherches en neurosciences et sciences cognitives peuvent nourrir mon cadre théorique. Je trouve d’ailleurs généralement les meilleures idées de ce point de vue en m’éloignant énormément de mon objet, pour deux raisons je crois. D’une part, je ne suis pas très fan (pun intended) des approches proposées dans les domaines qui étudient mon objet (fan studies, game studies). D’autre part, lire des travaux sur un univers totalement différent force à faire un effort conscient pour créer des connexions, le décalage peut parfois rendre saillants certains rapprochements, et enfin chaque objet peut offrir une voie privilégié pour rendre intelligible telle ou telle dimension d’un phénomène.

C’est donc un conseil explicite que j’adresse aux étudiant-es en SHS : lisez des travaux qui n’ont rien à voir avec avec votre objet mais traitent d’une problématique proche. En plus des avantages sus-mentionnés, c’est une bonne occasion de vous rapprocher d’autres réseaux de recherche, de découvrir de nouveaux sous-champs, etc. Là encore, source : crois moi, mais je crois me souvenir que j’avais lu un texte qui donnait des arguments convaincants quant au fait que les avancées majeures sont généralement le fruit de la mise en relation de champs qui étaient jusqu’alors assez distincts (je crois que le texte mentionnait Einstein, mais franchement ne me croyez pas sur parole, j’y connais rien en histoire de la physique).

Et ma problématique à moi alors ?

Mes collègues aiment bien me taquiner sur mon absence de problématique donc c’est un peu ironique que j’écrive un billet sur le fait que c’est super important de se concentrer sur la problématique. Cela dit, pour ma défense, j’ai quand même plein de petits morceaux de problématiques pas bien connectés entre eux, et c’est ce sur quoi je travaille en ce moment. Je vais donc conclure avec ça pour donner une idée un peu plus claire de ce que ça implique. Au-delà du fait que je travaille sur Pokémon, donc, les questionnements de ma thèse sont un peu plus intéressants pour les sociologues et les SHS en général.

J’avais commencé à lister les questionnements qui guident actuellement ma thèse, mais le fait qu’ils soient encore trop éparpillés a rendu la tache trop difficile donc j’ai abandonné. Mon comité de suivi approche et j’espère y voir plus clair d’ici un mois ou deux. Par ailleurs je me dis que ce n’est peut-être pas une très bonne idée pour plusieurs raisons de déballer ici. Je vais donc en rester à une version un peu vague et courte. A l’heure actuelle, je m’intéresse notamment à la manière dont l’attachement des fans sont façonnées par ce qu’ils appellent le “Pokéweb”. Cela soulève un certain nombre de questions qui devraient m’amener, je l’espère, à offrir une clarification quant à ce qu’on appelle communément “communautés”, terme qui recouvre des phénomènes trop hétérogènes et est pourtant central en fan studies et dans les études de la réception. Ce point est lié notamment à des questions de tension entre autonomie et emprise des publics/fans, mais aussi à la question des émotions collectives en contexte numérique. D’autres questions plus classiques comme celles relatives à la stratification sociale des pratiques culturelles seront aussi abordées dans la thèse.

Même en restant un peu flou, on voit assez aisément comment ces questionnements on pu m’amener à m’intéresser à autre chose qu’aux études sur les fans et les gamers, et à intéresser des chercheurs et chercheuses qui n’ont pas d’intérêt particulier pour ces objets. Pour autant, il m’arrive assez souvent de faire des aller-retours dans ma thèse entre un intérêt trop prononcé pour l’objet et des phases plus tournées vers des questions sociologiques plus large.

Embrasser la contingence

Je terminerai ce billet en vous partageant un instant de sagesse d’un Professeur des Universités, qu’il avait dispensée pendant qu’il discutait un texte pendant une université d’été. Il disait grosso modo (c’était il y a 3 ans donc je ne me souviens pas mot pour moi) qu’un sujet de thèse (et de recherche en général) était généralement contingent avant de devenir nécessaire. Ce que ça signifie, c’est que l’on choisit ses objets, sujets, questions de recherche en fonction des aléas, et qu’on construit a posteriori la cohérence entre l’objet/sujet et la problématique/les questions de recherche, que c’est après un travail qu’on fait valoir que notre objet/sujet de recherche était particulièrement propice à l’étude de tel phénomène, etc. Le travail d’écriture efface généralement les aspérités de la recherche et donne à voir un résultat final qui semble aller de soi, dans lequel tout s’enchaine dans un ordre cohérent. C’est souvent déroutant quand on commence la recherche à travers des dossiers et mémoires après avoir lu des articles et livres, on a l’impression de faire n’importe quoi parce qu’on bricole, qu’on navigue à vue, qu’on fait des aller-retours, qu’on prend des détours. En général les enseignantes et enseignants expliquent que tout ça est normal.

Pour prendre exemple sur ma thèse, je travaillais au départ sur les ROM hackers Pokémon parce qu’on m’avait déconseillé les MMO, trop étudiés, et je ne sais plus exactement comment j’avais eu l’idée exacte. Ensuite j’ai adapté mon mémoire de M2 aux questionnements du laboratoire lié au M2. Puis j’ai détourné le projet de thèse pour postuler à un financement avec un fléchage (assez large). J’avais des idées de protocoles et la plupart n’ont pas été de franches réussites, c’est seulement en milieu/fin de deuxième année que j’ai commencé à vraiment construire un corpus et des protocoles rigoureux. Et les questions de recherche et la problématique ont évolué en fonction de tout ça, mais aussi des échanges avec d’autres chercheurs et chercheuses, du hasard des lectures.

Actuellement, je cherche justement à construire cette “nécessité” artificielle, en particulier en ce qui concerne le choix de l’approche par les émotions. Pour la petite histoire, l’idée des émotions est arrivée de manière vraiment incongrue. Nous avions passé plusieurs heures à pencher sur la première version du projet de thèse avec mon DT, et, au moment de partir, alors qu’on avait fermé les ordinateurs et qu’on était déjà levés, mon directeur a réalisé qu’il manquait une idée de cadrage théorique et a proposé (je ne sais toujours pas comment l’idée lui est venue) l’idée de l’anthropologie des émotions. Il n’en est pas spécialiste et je ne crois pas en avoir beaucoup parlé, mais j’ai adhéré directement à l’idée car c’est justement le cours d’anthropologie des émotions en L3, quand je commençais l’anthropologie, qui a marqué le début de mon goût pour la recherche en SHS.

Pour autant, j’espère qu’une fois que ma thèse sera rédigée en envoyée aux rapporteurs/rapportrices, j’aurai su montrer en quoi approcher ma thèse par les émotions s’est avéré fécond, ou encore en quoi mon terrain de recherche aura été particulièrement propice à l’analyse des phénomènes explorés dans la thèse. Car si j’ai mentionné au départ que le terrain se devait d’être un prétexte, certains terrains disposent “d’affordances” qui les rendent plus propices que d’autres à l’étude de certaines questions.

Peut-on faire une thèse sans enfreindre la loi ?

Si vous lisez ce billet de blog, il est probable que vous connaissiez le site sci-hub dont je fais la promo dans le billet “comment chercher un article académique”. Nombreux sont les chercheurs et étudiants qui ne pourraient plus se passer ce cet outil pour mener à bien leurs recherches. C’est l’accumulation de cas comme celui-ci qui m’a conduit à me poser la question en titre : peut-on faire une thèse sans enfreindre la loi ?

Les sociologues ont-ils vraiment besoin d’argent ?

Quand on pense à la question du financement des recherches en SHS, la première chose qui vient à l’esprit, c’est qu’on manque de financements. Je ne ferai pas ici d’analyse des différences de financements entre les différentes disciplines, ce n’est pas l’objectif du billet et je serais de toute manière bien incapable de le faire rigoureusement sans y passer des semaines voire des mois. Mais finalement, pourquoi les sociologues ont-ils besoin d’argent ? Après tout, on se permet bien de recruter des doctorantes et doctorants sans financement. En sociologie, on n’a pas besoin d’instruments couteux comme des accélérateurs à particules, des superordinateurs, des capteurs high tech, pas même de microscopes (j’imagine que c’est d’ailleurs pour ça que les sociologues ont plus tendance à travailler seuls ou en petit groupes). Mais quand on y regarde de plus près, il y a plein de raisons pour lesquelles les sociologues peuvent avoir besoin d’argent. Je propose de regrouper ces dépenses en 3 groupes pour la clarté du billet : dépenses “de fonction”, outils, et “soutien à la recherche”.

J’entends par dépenses de fonction toutes les dépenses de base nécessaires à l’activité scientifique “normale” : livres, articles, dépenses liées aux colloques et journées d’études, bureaux. Ce sont des dépenses communes à toutes les disciplines. Pour ce qui est des livres et articles, on dispose de bouquets d’accès à des plateformes d’édition scientifique plus ou moins fournies suivant les universités, généralement insuffisantes (mais ça n’est pas spécifique aux SHS). On a la chance d’avoir accès à sci-hub, libgen, z-lib etc pour compléter, même si sci-hub n’inclue par exemple pas les articles de 2021 sur Elsevier suite à un accord. Je dispose pour ma part d’une enveloppe dont j’ai pu me servir pour des livres, mais j’en achète quand même un certain nombre. La problématique des déplacements est tendue dans la mesure où les fonds des laboratoires dépendent du nombre de titulaires et non de doctorants. Chez moi, on a droit à un ou deux colloques par an maximum, avec frais de déplacement, d’hébergement et éventuellement d’inscription. Enfin, je suis plutôt bien loti niveau bureau mais ce n’est pas le cas de tout le monde. Pour ces deux derniers points, je crois intuitivement qu’il y a des différences disciplinaires mais aussi au niveau des institutions. Concernant ces deux cas, je ne crois pas que beaucoup de doctorantes et doctorants fraudent le train et l’entrée dans des bureaux pour travailler, donc on en vient simplement à payer de sa poche et à bosser seul chez soi, ce qui fragilise le doctorat, mais au moins on est pas des hors-la-loi.

Les dépenses en outils, c’est ce dont on pourrait croire qu’on n’a pas tellement besoin en SHS, mais c’est très variable. Dès lors que l’on veut mettre en place des protocoles un peu sophistiqués, on peut avoir besoin d’une bonne caméra, d’un bon PC pour du traitement de données (ou simplement même d’un laptop tout court), mais aussi de plus en plus souvent de logiciels de récolte et de traitement de données. Je pense qu’il peut y avoir besoin de pas mal d’autres choses mais je préfère parler de ce que je connais parce que je m’en sers, à savoir les logiciels. Dans ce cas, on parle de licences annuelles allant de 30 à plusieurs centaines d’euros à l’année, ou bien de licences à vie pouvant aller de quelques centaines à quelques milliers d’euros. Si on a un peu de chance, notre laboratoire dispose d’un ou deux logiciels dont on a besoin, mais encore faut-il pouvoir se servir de la licence qui est souvent uniquement accessible sur place : pas pratique en pleine pandémie ou quand on habite loin (ou les 2). La solution qui reste quand on n’est pas riche, c’est le piratage informatique là encore.

Enfin, concernant les dépenses en soutien à la recherche, je pense au fait d’avoir un ingénieur au laboratoire pour nous aider à mettre en place certains protocoles, d’avoir des personnes qui nous aident à diffuser des questionnaires téléphoniques, d’aide à la transcription ou à la traduction, des choses dans le genre. Les sociologues peuvent avoir accès à ces outils dans le cadre de projets financés, ce qui montre bien que ça a un intérêt, mais je crois que bien peu de doctorantes et doctorants ont accès à de telles ressources. Dans la plupart des cas, il n’y a pas vraiment de lien avec la loi mais plutôt avec les perspectives méthodologiques de la recherche, mais je discuterai plus bas d’une conséquence légale indirecte du caractère individuel du travail de sociologue.

A-t-on vraiment besoin d’enfreindre la loi ?

Dans la partie précédente, j’ai essayé de dresser un panorama rapide de de quelques dépenses qui peuvent être nécessaires ou tout au moins utiles au déroulement d’une recherche en SHS ou en tout cas en sociologie. J’ai déjà mentionné à plusieurs reprises la question du recours à des outils et ressources piratées (logiciels, articles et livres). Mais ne peut-on pas faire autrement ? Évidemment que si. On peut se contenter des articles auxquels l’université nous donne accès, contacter les autrices et auteurs d’articles qui nous sont inaccessibles, abandonner certains protocoles ou bricoler des méthodes de récoltes et de traitement à l’aide de logiciels gratuits ou tout simplement ne pas trop se servir d’outils informatiques. Le problème, c’est que la recherche est un monde de compétition, je n’apprends rien à personne. Tout le monde ne nous répondra pas pour nous envoyer des articles inaccessibles, et même quand c’est le cas ça prend autrement plus de temps que sci-hub. On risque alors de passer à côté de choses qui auraient pu grandement améliorer la qualité de la thèse, ou même se voire reprocher de ne pas avoir lu ou cité tel corpus de travaux. On est alors tenté de citer des articles sur la base de l’abstract, quitte à passer à côté de quelque chose, et de se faire reprocher d’avoir compris l’article de travers et de mal le citer ou de citer des articles moisis qui ne remplissent pas les promesses de l’abstract.

Le cas des logiciels est proche dans la mesure où renoncer à certains outils empêche la mise en place de protocoles innovants qui auraient pu mettre en valeur la thèse, et les méthodes à la main/bricolées prennent souvent du temps. D’autant plus qu’on peut parfois passer des mois à essayer de bricoler des alternatives sans succès et perdre ainsi des dizaines ou centaines d’heures tout à fait improductives, comme ce fut mon cas. Le soutien à la thèse intervient d’ailleurs déjà à ce niveau : l’ingénieur pourrait aider à sélectionner des logiciels, produire des programmes en fonction des besoins de la ou du doctorant, une petite équipe pourrait pallier une partie de la nécessité de méthodes automatisées (avec ce que ça implique d’exploitation de stagiaires toutefois), etc. Enfin, je suis à peu près certain que nombre de sociologues respectent (je crois) assez mal les lois concernant la sécurité des données etc, et là encore la présence d’ingénieurs dans les laboratoires pourrait aider à la mise en place de protocoles qui rentrent bien dans les clous.

Si l’idée de pirater des articles et des logiciels ne m’empêche pas de dormir, ça pose aussi des problèmes pratiques tels que la dépendance à des outils qui ne sont pas pérennes (sci-hub est souvent attaqué, a déjà dû reculer un peu face à Elsevier, et on ne sait pas s’ils seront toujours là), et on ne peut pas bénéficier de support pour les logiciels (la première chose demandée sur les forums, c’est d’envoyer par message privé notre numéro de licence, ils sont pas cons). On se retrouve donc malgré tout avec des solutions qui peuvent à tout moment ne plus fonctionner. Enfin, j’imagine que même s’il est rare de se faire attaquer en justice pour utilisation de logiciel piraté, cela peut théoriquement arriver.

Conclusion parce qu’il en faut une

J’ai écrit ce billet au lieu de traiter mes données sur mon logiciel cracké à plus de 1000€, et je ne sais pas trop pourquoi. Ou plutôt, je me suis fait la réflexion que le manque de financements couplé à la logique de compétition, de même qu’elle favorise la fraude, favorise aussi d’autres pratiques illégales, au moins en SHS, et je me suis dit que ça pouvait intéresser des gens, mais je n’ai pas grand chose à apporter en termes de perspectives ou de solutions. Par contre, si vous connaissez des réseaux de logiciels libres spécifiques où on peut trouver des outils utiles aux SHS, je prends.

Questionnaire (3/X) : Homogénéité des profils (sociodémographiques), diversité des pratiques

[Ce billet est le troisième d’une série en cours sur les données du questionnaire en ligne sur les fans de Pokémon. N’hésitez pas à survoler la partie 1 si vous vous voulez connaître le contenu et les coulisses de sa conception et sa diffusion, et/ou la partie 2 pour avoir quelques informations sur la composition générale du corpus. Par ailleurs, il s’agit d’un billet largement inspiré de ma communication au congrès de l’Association Française de Sociologie de 2021)

Introduction : Etudier les fans au prisme d’une sociologie de la consommation

[Cette introduction est un peu académique et sert surtout à placer le billet dans les débats sociologiques qui ont motivé ces analyses. Si vous n’êtes pas intéressé(e) par ces considérations, vous pouvez directement passer à la partie suivante qui présente les résultats]

Comme je l’ai déjà mentionné plusieurs fois sur ce blog, les recherches sur les fans de productions médiatiques sont principalement menées par un champ de recherche international et anglophone appelé fan studies. Ce champ est porté depuis ses débuts par des chercheurs et chercheuses qui se trouvent aussi être des fans. Ils et elles se définissent souvent comme des “aca-fen”, contraction de “academic fans” (avec fen comme pluriel de fan). Ces chercheurs et chercheuses revendiquent une démarche à la fois scientifique et militante. Ce champ s’est d’ailleurs constitué pour déconstruire la figure du fan comme simple consommateur particulièrement aliéné par son engagement voire pathologisé. Les travaux centraux de Henri Jenkins, un des pionniers des fan studies, ont cristallisé les recherches autour de la notion de participation, en faisant en quelque sorte l’essence même de ce qu’est un fan. La question de la consommation a été largement évacuée [1], dressant un portrait des fans comme producteurs ou “produsers” pour reprendre la terminologie des recherches sur l’innovation et les usages. 

Un des objectifs de ma thèse est donc de pallier ce manque, en mobilisant des outils et réflexions issues de la sociologie de la consommation culturelle. Même si vous n’êtes pas sociologue ou étudiant(e) en sociologie et que ce nom ne vous dit rien, vous connaissez probablement son chercheur emblématique ainsi que quelques bribes de travaux qui en sont sortis. Ce terme renvoie en effet à la sociologie de la culture telle qu’elle a été instiguée par Pierre Bourdieu. Elle s’est notamment structurée autour des enquêtes de Ministère de la Culture sur les pratiques culturelles des français [2] et d’autres grandes enquêtes quantitatives sur la fréquentation des lieux culturels (musées, cinémas…) et la consommation de produits culturel. Si ce domaine vous intéresse, quelques ouvrages d’introductions se trouvent à la fin de l’article [3]. Ces approches ont mis l’accent sur la stratification sociale des pratiques culturelles, c’est-à-dire la l’association entre des ensembles de pratiques plus ou moins cohérentes et la position sociale des individus (PCS/CSP, niveau de diplôme, âge/génération, sexe…). Elles ont par ailleurs été critiquées pour leurs limites notamment dans le cadre de la constitution d’un champ concurrent, la sociologie de la réception culturelle [4].

Sans m’étendre sur ce débat (voir les 2 articles en lien si ça vous intéresse), une des principales critiques porte sur la réduction de la consommation culturelle à la simple fréquentation/achat. L’idée de ce billet est de voir ce que l’on peut tirer d’une méthodologie typique de la sociologie de la consommation qui soit attentive à la diversité des pratiques amateures des fans de Pokémon. J’essaierai de répondre aux questions suivantes : Que font les fans, peut-on mettre en avant des profilset ceux-ci ont-ils à voir avec les propriétés sociales des fans en question ? 

Les fans sont-ils des producteurs ?

Pour rappel, le questionnaire sur lequel je m’appuie pour ce billet était explicitement adressé à des fans de Pokémon. J’ai gardé les 2931 réponses complètes de personnes de + de 15 ans (pour cause de CNIL). Les conclusions du dernier billet sont que le corpus est globalement constitué de jeunes hommes (75%) particulièrement diplômés d’environ 23 ans. 

Un des volets du questionnaire était dédié à des questions sur les pratiques des fans en rapport avec Pokémon : Nuzlocke, shiny hunting, strat, visionnage de vidéos, etc. Parmi ces questions, certaines concernaient des pratiques de productions. Si l’on s’en tient à ces question, est-ce qu’on a bien affaire à une population de producteurs ? 

Tableau du pourcentage de fans qui produisent des fangames, fanfics, fanarts ou vidéos
Bof

La majorité du corpus ne s’investit donc pas dans des activités de production élaborées. Bien entendu, je suis passé à côté de quelques pratiques (Cosplay par exemple, même s’il est possible que des cosplayers aient répondu oui à la question concernant le fanart), mais je pense qu’on peut dire qu’on a devant nous un bon indicateur. 

En réalité, comme je l’ai précisé, je me suis appuyé sur une conception très réductrice de ce qu’est “produire”. Or, même si les fan studies définissent les fans comme des coproducteurs des œuvres, c’est à travers la notion de participation qui renvoie théoriquement à un spectre plus large de productions. Un chapitre du manuel de fan studies de 2017 [4] revenait sur ce problème en appelant à bien étudier l’ensemble du “continuum de participation”. Malgré tout, ce continuum intègre surtout des pratiques certes moins visibles mais qui restent considérées d’une certaine manière comme de la coproduction. 

Consommations officielles et pratiques amateures

Dans le questionnaire, plusieurs questions portaient sur la consommation de produits officiels d’une part, et sur des pratiques plutôt spécifiques au fandom d’autre part, avec évidemment des pratiques à cheval entre les deux. Par exemple, près de 90% d’entre vous possédaient des produits dérivés chez vous, et 50% avaient reçu un ou des cadeaux Pokémon au cours des 12 mois précédent l’enquête, ce qui, couplé votre âge moyen assez élevé, suggère bien un corpus de fans de longue date.

Tableau des consommations officielles, description en dessous, en pourcentage.
Consommation officielle

Si on regarde de plus près les pratiques de consommation autres que l’achat de peluches, on voit que près de la moitié d’entre vous regardaient l’anime au moins occasionnellement alors qu’il est plutôt à destination des plus jeunes, que près de 60% jouaient encore à Pokémon alors que la “hype” était déjà passée. Même la collection de cartes et la lecture du manga, qu’ont pourrait croire plus rares, concernent 1/3 du corpus (pour les cartes, le “oui” exclut les personnes qui ont eu des cartes pendant l’enfance mais ne les ont plus). 

Tableau de pratiques de fans 12 mois précédent l'enquête (rétrogaming sur émulateur, shiny hunting, Nuzlocke, jouer à des fangames/romhacks, lire des fanfictions.
Pratiques au cours des 12 mois précédant l’enquête

Même s’il s’agit d’un simple tableau sans le moindre test statistique, on peut déjà en tirer quelques informations intéressantes. D’abord, les pratiques de fans relatives aux jeux vidéo sont beaucoup plus pratiquées que la lecture de fanfiction, ce qui est cohérent avec une population très masculine (un test de “khi2” confirme par ailleurs une association significative au sein de l’échantillon). Enfin, ces pratiques pourtant “de niche” sont pratiquées par 1/3 à la moitié d’entre vous. Cela rend ce groupe de pratiques intéressant car, comme pour les consommations officielles, car il est possible qu’il soit caractéristique de certains profils (si 90% de l’échantillon avait ces pratiques, on aurait du mal à dire quelque chose de plus que “presque tout le monde fait ça et les plus âgés font moins”).

Jusqu’à présent, je n’ai fait que présenter des pratiques et leur prévalence. C’est à partir de maintenant que nous allons nous porter vers des questions propres à la sociologie de la consommation. Est-ce qu’un tiers du corpus concentre l’essentiel de toutes ces pratiques de niches et consommations officielles, ou bien il s’agirait de deux groupes plus ou moins distincts ? Ou encore il n’y a pas vraiment de logique de regroupement ? Et enfin, si regroupement de pratiques il y a, est-ce qu’ ils peuvent être expliqués au moins en partie par les propriétés sociales de leurs membres ? 

Le marteau de la sociologie de la consommation culturelle : l’Analyse des Composantes Multiples (ACM)

Pour répondre à cette question, j’ai réalisé ce que l’on appelle une ACM appliquée à ces pratiques (et quelques autres). Ce nom ne vous dit probablement rien sauf si vous avez fait des sciences humaines et sociales ou des maths appliquées/statistiques, mais vous en avez peut-être déjà vu. Il s’agit du test qu’utilisait Pierre Bourdieu pour construire ses graphiques qui rapprochent les pratiques culturelles des capitaux culturels et économiques des groupes de personnes (en réalité, les graphiques les plus connus ne sont pas les résultats d’ACM mais des synthèses d’ACM réalisées à la main). Je ne vais pas trop m’étendre sur ce qu’est techniquement une ACM, surtout que ça serait un peu chiant. Dites vous simplement que ça consiste à partir d’un espace avec un grand nombre de dimensions (souvent plus d’une dizaine) dans lequel sont distribués les individus en fonction de leurs réponses, et de le réduire à des plans en 2D afin de pouvoir les visualiser correctement. Ces plans en 2D sont construits à partir d’axes qui sont produits par l’ACM qui sont censés résumer au mieux l’information du nuage de points. (si vraiment ce sujet intéresse du monde demandez en commentaire et je ferai un billet complémentaire).

Cette méthode pose plusieurs problèmes, à commencer par le fait qu’elle trouve généralement toujours quelque chose d’autant que comme je l’ai suggéré dans le titre, certains champs de la sociologie ont pu en abuser un peu (vous connaissez l’expression, ils avaient un marteau alors tout devenait un clou). Il faut donc être particulièrement prudent dans l’interprétation. L’intérêt principal des ACM pour ce billet, outre le fait que c’est joli et que j’ai passé des dizaines d’heures dessus donc j’ai envie que ça soit vu par plus que la vingtaine de spectateurs présents lors du congrès, c’est qu’elles permettent de synthétiser. Sinon il aurait fallu que je vous montre des dizaines de tableaux et de tests statistiques et on aurait eu du mal à voir les liens.

Pôle consommation officielle vs “pratiques de fans”

Pour ne pas alourdir le billet, je vais faire quelque chose qu’il ne faut surtout pas faire : poster uniquement les graphiques interprétés et pas les tableaux de données qui permettent leur interprétation. Je vous demanderai donc de me faire confiance et je ferai quelques fois référence aux éléments de ces tableaux qui permettent de guider l’analyse. Si des personnes sont curieuses je pourrai leur envoyer un powerpoint par mail qui contient des synthèses de ces tableaux. Et voici donc devant vos yeux ébahis le graphique de l’ACM avec les deux axes principaux.

Graphique de l'ACM avec l'axe 1 (15%) et l'axe 2(9,3%). L'axe 1 oppose les "non" et les "oui", l'axe 2 oppose les consommations officielles et les pratiques plutôt liées au fandom.
Oui ça fait peur

Pour commencer, seules les variables en rouge sont utilisées pour le calcul de l’ACM, on parle de variables actives. Les variables en bleu sont projetées sur le plan, mais ne servent pas dans le calcul. Elles sont là pour vérifier l’hypothèse d’un lien avec les variables actives. Elles jouent le rôle de variables indépendantes si ça vous parle mieux (avec une exception, la production de ROM hacks, qui était trop minoritaire et posait problème). Le premier axe qui concentre 15% la variance du nuage, oppose de manière très classique les pratiquants et non pratiquants. À gauche, on a donc des personnes qui pratiquent peu. Ensuite, l’axe vertical, à 9,3% (ce qui reste plutôt pas mal pour une ACM), semble opposer consommations officielles et pratiques plutôt relatives au fandom. Le shiny hunting et la production de fanart semblent être des exceptions, mais en réalité le tableau nous apprend que ces variables contribuent très peu à l’axe dans la mesure où leur projection est presque orthogonale. En bas on voit bien un regroupement de pratiques de fans qui ont la particularité d’être plutôt liées au gaming. Attention toutefois, l’ACM est surtout pratique pour interpréter des distances plus que des proximités. Je me permet toutefois cette analyse car une classification hiérarchique descendante (méthode souvent associée) montre bien une certaine proximité pour ce pôle de pratiques. 

Résultat d'une classification hiérarchique descendante sur les axes 1 et 2, avec un cluster "non participant" à gauche, un cluster "pratiques de fans type gaming" en bas, et "consommations officielles" en haut. Un quatrième corpus est en arrière plan.
C’est beau n’est-ce pas ?

Je ne vais pas trop m’attarder sur ce graphique, mais on voit des beaux clusters bien délimités et on aime ça (le cluster violet semble superposé mais en fait il est dans un autre plan, on va voir ensuite à quoi il correspond). En bref, il semblerait qu’il y ait une opposition entre fans qui vont plutôt lire le manga, regarder l’anime, jouer à Pokémon GO et dépenser pas mal d’argent, notamment dans les cartes, en haut, et des fans qui vont plutôt faire de la strat’, du nuzlocke, jouer à des fangames. Attention, il ne s’agit évidemment pas de dire que ceux qui jouent à des ROM hacks n’achètent rien ou ne regardent pas l’anime, il s’agit de tendances, et comme je l’ai mentionné l’ACM peut avoir… tendance (lol) à les accentuer.

Enfin, comme j’en parlais au début, on peut regarder ce qu’il en est du lien avec les propriétés sociales. Et quand on y regarde de plus près, on voit vite que c’est un peu le bazar. Finalement, il est difficile d’interpréter tout ça, le diplôme et la PCS n’ont pas d’effet notable (cela se vérifie d’ailleurs par les tests khi²), mis à part les ouvriers qui sont moins du côté des fortes dépenses. On pourrait dire que c’est logiquement lié aux revenus, mais ça me semble moins évident que ça, notamment parce que ça ne se retrouve pas pour les employés. En fait, mis à part un petit effet d’âge (les + jeunes sont + investis mais dépensent moins), on a surtout un effet modeste de sexe : les femmes sont plutôt du côté du pôle “consommations officielles”. Difficile cependant à interpréter : effet Pokémon GO ? (les femmes sont surreprésentées toutes proportions gardées sur Pokémon GO) Désintérêt relatif des pratiques du pôle “fangaming” pour une partie d’entre elles ? Il y a pas mal d’hypothèses mais il faudra que je les creuse avec plus de rigueur.

Un pôle “artistique” ?

J’aurais pu m’arrêter au-dessus, mais je voulais vous parler de ce cluster violet un peu “aéré” du dernier graphique. Comme je vous l’ai dit, le premier graphique d’ACM est la projection du nuage de point sur un plan en 2D. Il existe plusieurs autres axes. Que se passe-t-il se on projette désormais le nuage sur le plan constitué du premier axe et de celui qui concentre la 3ème plus grande part de variance ?

Graphique de l'ACM construit à partir des axes 1 et 3, cette fois on observe un gros pâté vers autour de l'axe horizontal avec des pratiques artistiques qui se distinguent vers le carré en haut à droite.
C’est encore plus le bazar…

Ce graphique est beaucoup moins “joli”. La plupart des modalités sont assez proches de l’axe horizontal. Cela se retrouve dans le tableau, où finalement l’axe est surtout déterminé par les quelques pratiques de fans “artistiques”, minoritaires dans le corpus (à noter que les modalités à faible effectif ont cette tendance à “étirer” les axes, j’ai d’ailleurs regroupé role play et écriture de fanfictions pour limiter légèrement cet effet, car les 2 modalités étaient très liées). Finalement il est difficile d’interpréter le reste car les autres modalités sont surtout présentes sur d’autres plans. 

Concernant la composition de ce “pôle artistique”, les propriétés sociales n’ont pas vraiment de lien avec celui-ci, si ce n’est que les femmes y sont surreprésentées. Néanmoins, les hommes y restent majoritaires (58/37 contre 75% d’hommes dans l’échantillon total, pour rappel). Cette association reste significative. Un dernier point important : même si ce pôle se distingue de celui du “fangaming”, en réalité leurs membres pratiquent plus de fangames, Nuzlocke etc, que le corpus général. Il y a une sorte de cumulativité relative des pratiques de fans. Néanmoins, ce qui distingue ce “cluster” de celui du “fangaming”, outre les pratiques artistiques, c’est qu’ils et elles ne sont pas autant investis et investies dans les pratiques de type “fangaming” que l’on pourrait attendre s’il s’agissait d’un simple pôle qui cumulerait tout (une sorte de pôle des fans ultimes en quelque sorte). 

Clustering suite à  une classification hiérarchique descendante avec les axes 1 et 3.
De manière analogue au premier clustering, le cluster 3 n’est pas vraiment caractéristique de ce plan

Je terminerai juste cette partie par ce clustering pour que ça donne une petite idée de ce cluster “artistique”. On voit que sur ce plan, il y a pas mal de concentration des individus, et que le cluster “artistique” est assez peu dense (il concerne 351 personnes en tout, soit 12%, quand les 3 autres contiennent chacun 24 à 32% du corpus)

Une conclusion et des précautions

Pour terminer, j’aimerais revenir sur une réflexion qui m’est venue en écrivant ce billet. J’ai regroupé d’un côté les “consommations officielles” et de l’autre les “pratiques de fans”. J’avais notamment dans l’idée que le 2ème tableau de pratiques renvoie à des pratiques qui reposent en partie sur l’existence des communautés de fans/amateurs, qui produisent les outils ou objets (émulateur/fangames/fanfics) ou les systèmes de règles et de valeurs (shiny hunting, Nuzlocke) qui permettent à ces pratiques d’exister et/ou d’avoir un sens. En écrivant ce billet, je me rends compte que c’est aussi potentiellement un peu le cas des consommations dites officielles (animes qui dépendent souvent de streaming et fantrads, scans pour les mangas,…). Il se peut qu’en réalité, le pôle surtout des personnes plutôt investies autour de pratiques amateurs liées aux jeux vidéo Pokémon sur console, et ceux qui sont plutôt investis dans l’univers Pokémon et la collection. Il serait un peu trop long de développer ce que j’entends par là ici, donc là encore si cette réflexion suscite de l’intérêt, peut-être que ça fera l’objet d’un prochain billet. En tout cas il faut que je réfléchisse à ça pour ma thèse.

J’espère que ce billet vous a intéressé(e)s. Pour résumer l’idée générale du billet, malgré votre relative homogénéité sociale et votre passion commune pour Pokémon, vous vous adonnez différemment au large choix d’activités proposées par la franchise. Les données suggèrent l’existence de “styles” de pratiques que l’on peut mettre en évidence en regardant de plus près la diversité des pratiques. Par contre, les propriétés sociales semblent jouer assez faiblement si on met de côté quelques effets assez connus en termes de sexe (et d’âge). Le fait que l’échantillon soit si homogène y est surement pour quelque chose, et on peut aussi imaginer que la nature des pratiques majoritaires dans l’échantillon est en lien avec les propriétés sociales majoritaires. Pour mieux comprendre ce que j’entends par là, vous pouvez penser aux pratiques “de niche” majoritaires dans le corpus : des pratiques vidéoludiques qui ont tendance (dans une certaine mesure) à être tournées vers une recherche d’ajout de difficulté (Nuzlocke, mais aussi de nombreux ROM hacks/fangames), ou des pratiques compétitives (strat’). Mais tout ça reste bien spéculatif actuellement et ne constitue que des pistes.

Enfin, si vous vous en souvenez, le questionnaire contenait des questions sur vos réactions, de hype ou non, suite aux annonces Pokémon en 2018-2019 (Let’s GO puis E/B). J’ai l’intention de comparer ces profils aux à la réception de la communication de Pokémon (une première analyse semble montrer des liens mais il faudra pas mal de travail pour confirmer ça).

En cadeau pour celles et ceux qui sont arrivé(e)s jusque là, le mème qui était présent à la fin de ma communication et s’applique aussi ici !

Références

[1]Sur le manque d’intérêt pour la problématique de la consommation dans les fan studies : Stanfill, M. (2019). Exploiting fandom: How the media industry seeks to manipulate fans. University of Iowa Press. (Disponible sur libgen.is : https://pkd.hypotheses.org/323)

[2] Enquêtes sur les pratiques culturelles des français

[3] Sur l’opposition entre sociologie de la consommation et de la réception, et les critiques de la seconde à l’encontre de la première : un article de Bernard Lahire et un article de Samuel Coavoux

[4] Chapitre sur le continuum de participation du Routledge Companion to Media Fandom (disponible sur libgen.is là aussi)

La rédaction du mémoire «recherche» en sciences sociales

Avant-propos

J’ai écrit la première version de ce texte à la demande d’étudiant-es qui n’avaient aucune idée de comment se lancer dans leur mémoire à l’approche de la fin de l’année. Je le partage ici car je sais que, bien que les ressources existent, vous êtes nombreux-ses à vous retrouver dans cette situation chaque année. Dans ce texte, j’essaie de donner quelques bases sur ce qui est attendu dans un mémoire de Master en sciences sociales avec une démarche majoritairement qualitative. Il s’agit avant tout de présenter et expliquer la structure des mémoires « recherche » car je n’ai pas d’expérience concernant les mémoires « professionnels », mais une partie des conseils peuvent s’y appliquer. Par ailleurs, je ne prétends pas qu’il délivre la meilleure manière de structurer un mémoire et que les conseils sont universels. J’ai une expérience modeste de l’exercice. Je crois toutefois savoir que vous êtes nombreux-ses à ne pas bénéficier d’un très bon accompagnement et à vous retrouver perdus et perdu-es au moment de la rédaction. Dernier point important avant de commencer, ce document ne saurait remplacer un suivi de mémoire, et rien de ce qui y est écrit ne se substitue aux conseils et aux exigences de vos enseignant-es. Ils/elles sont certainement plus compétent-es que moi pour la plupart, et surtout savent mieux que moi ceux qu’ils/elles attendent de vous.

Un premier conseil assez banal est de ne pas être trop ambitieux-se. Un bon mémoire n’est pas un mémoire révolutionnaire, ni un mémoire surdimensionné avec un corpus monstrueux. Il vaut mieux avoir un corpus modeste que vous maîtrisez et vous vous appropriez en profondeur, qu’un corpus massif de dizaines d’entretiens peu exploités. Un mémoire n’est pas un article dans une revue à comité de relecture, même s’il peut y donner suite. C’est avant tout un exercice qui montre que vous avez acquis des bases solides quant à de la démarche de recherche et de sa restitution.

En ce qui concerne la distinction avec les articles de revues, cela implique aussi un autre rapport aux références. Au cours de vos lectures, vous avez dû remarquer que de nombreuses références sont mobilisées de manière assez expéditive. Pour commencer, c’est parfois reproché par les relecteur-ices, en particulier lorsqu’il s’agit de mobiliser des concepts qui devraient être au cœur du développement. Mais surtout, dans le cadre d’un mémoire, vous avez plus de place. Il est donc important d’en profiter pour travailler les concepts et les références. C’est une des compétences qui sont attendues.

Structure et contenu

Introduction générale 

● Accroche : Vous pouvez commencer cette accroche par l’actualité du sujet (par exemple citer un article de presse qui a traité de cette question ou une recherche récente et marquante sur le sujet) Je pense personnellement qu’il est préférable de commencer par l’actualité « recherche » et non médiatique. Cela vous permet de montrer d’emblée que vous vous positionnez par rapport aux débats scientifiques et que vous avez bien conscience de ne pas être le ou la premier ou première à aborder le sujet. Une autre possibilité intéressante est de commencer par un extrait de terrain (vignette ethnographique ou extrait d’entretien, par exemple)

● Éventuellement insérer question de recherche.

● Revue de littérature sur le sujet (ce qui est mobilisé ici le sera aussi idéalement dans le développement). Il faut la décliner en chaque point du sujet, l’enjeu n’est pas de citer tous les auteurs mais d’expliquer comment ils seront utilisés. Le mieux est une revue qui soit progressive c’est-à-dire qui va du général vers la particularité du sujet. Cette revue de littérature permet notamment de définir les termes principaux.

La revue de littérature permet de donner une idée de ce que l’on sait à propos des dimensions importantes de votre sujet, mais aussi à faire apparaître les points d’ombre que le mémoire entend éclairer. C’est notamment en mettant en relation les éléments de la littérature entre eux que vous faites apparaître ce point.

● Cadre théorique (peut apparaître à part de l’introduction, par exemple avec la méthodologie, mais pour un cadre théorique assez « court » ce n’est pas forcément la peine). Le cadre théorique correspond en général à la mise en relation d’un nombre limité de concepts qui servent à cadrer votre analyse à venir, à définir votre fil conducteur. L’idéal (pour des raisons de clarté et de simplicité) est d’inscrire le tout dans une tradition déjà bien définie et cohérente avec le choix des concepts (cela peut être un courant comme l’interactionnisme ou la sociologie critique, ou un « champ » comme la sociologie de la culture, auquel cas vous donnez quelques références pour (re)préciser de quelle « sociologie de la culture » il s’agit).

● Problématique. Attention il ne s’agit pas d’une question. La problématique peut contenir des questions, mais c’est une synthèse de votre cadre théorique et de votre question de recherche (et éventuellement de vos hypothèses) qui peuvent apparaître de manière plus ou moins implicite en les mentionnant au sein de la problématique).

● Annonce du plan

Variante possible :

Il peut vous être demandé de produire une revue de littérature et/ou un cadre théorique séparés, et plus poussés. Si c’est le cas, l’ordre reste le même, et la problématique vient à la fin du cadre théorique. L’accroche et la question de recherche deviennent donc l’entièreté de l’introduction. Si c’est le cas, il peut être intéressant d’insister d’emblée sur l’intérêt de votre travail dans cette courte introduction.

Méthodologie et matériau/corpus/données

● Un peu dans l’ordre qui vous semble pertinent.

● Bien délimiter votre corpus, c’est-à-dire les données sur lesquelles vous vous appuyez réellement pour l’analyse (nombre et natures des entretiens, nature lieu temporalités etc des observations, logique de sélection etc). Idéalement, faites apparaître la place et le rôle des parties de votre corpus.

● Pour la méthodologie, soyez précis-es, expliquez ce que vous avez fait, dans quel ordre si c’est pertinent, parlez de vos choix méthodologiques, n’hésitez pas à mettre vos grilles d’entretiens/d’observations en annexes. Il faut essayer de rendre évident la pertinence des méthodes employées pour répondre à votre problématique. Même si dans les faits vous avez bricolé et que la pertinence est apparue après, qu’elle est une construction et que ce n’était pas quelque chose de planifié, ce n’est pas grave. C’est souvent le cas (et même toujours, dans une certaine mesure). Par ailleurs, il faut que vous ayez en tête la différence entre méthode et méthodologie : la méthodologie, c’est la réflexion (et réflexivité) sur votre méthode, en vous appuyant notamment sur des références.

Court tableau récapitulatif. Les entretiens et les observations ne sont évidemment pas les deux seules méthodes qualitatives qui existent mais elles sont sans doute les plus classiques.

● Montrez que vous avez un regard critique sur les limites mais aussi les apports de votre corpus et de votre méthodologie.

Développement

● Au début de chaque partie, faire une introduction de partie qui annonce les sous parties et la cohérence de la partie.[1]

● Au début de chaque sous partie, il faut une petite introduction pour que le/la lecteur-ice sache où vous souhaitez l’emmener.

● Soigner les transitions (à la fin de chaque sous partie) qui doivent assurer et montrer la cohérence du plan et résumer en plusieurs points ce que la sous-partie et la partie générale apportent à chaque fois.

● Au cours du développement, lorsque vous avancez des idées, appuyez-vous dans la mesure du possible sur de la littérature académique et faites explicitement référence à vos propres données pour étayer votre « démonstration ». Il faut que les références à vos données soient précises : extraits d’entretiens, vignettes d’observation détaillées, résultats de tests statistiques, etc. Vous ne pouvez pas vous contenter d’écrire « mes données montrent ci et ça ».

Ne faites pas ça.

● Hiérarchiser les résultats. Les données peuvent être riches, on peut en tirer beaucoup de choses… Mais certains résultats sont plus pertinents pour la problématique que d’autres. Mettez en avant les “gros” résultats en les traitant en premier et de façon plus détaillée, sans oublier les “petits” résultats qui donnent de l’épaisseur à votre propos.

● Vos références peuvent avoir plusieurs usages. Il peut s’agir de simplement appuyer une affirmation, de vous positionner par rapport à ce qu’a dit quelqu’un d’autre (en montrant que vos données vont dans la même direction, ou, au contraire, s’opposent à ce qui a été dit, et discuter dans les deux cas de ce que cela implique, c’est en particulier ce que vous devez faire avec les références mobilisées dans votre revue de littérature), de mobiliser un concept/une notion. Il n’est pas nécessaire de développer toutes les références, mais pour ce qui est des références centrales, il est attendu de vous que vous les approfondissiez. Ne vous contentez pas de paraphraser un auteur ou une autrice[2], servez-vous en d’appui pour développer ensuite une analyse propre. Vous pouvez le faire en montrant des liens avec une autre référence, ou grâce à vos données. Il faut que de temps en temps, en mobilisant une référence, vous y ajoutiez quelque chose d’original, même si c’est modeste. 

Conclusion

● Résumer sans répéter au moins un paragraphe par « partie » du mémoire.

● Rappel de ce qu’on a montré dans l’introduction (intérêt et angles morts bibliographiques)

● Quelques paragraphes pour expliciter les apports de votre travail (un paragraphe par résultat saillant) ainsi que leurs limites (un paragraphe).

● Éventuellement ouvrir sur des perspectives de recherches, des pistes ouvertes par votre travail.

Présentation/forme

Vous avez le droit de trouver les nombreuses normes académiques (interligne, normes bibliographiques lourdes…)  datées voire stupides, mais je ne crois pas que votre mémoire soit le meilleur champ de bataille (je le précise car je l’ai vu). Par ailleurs, une partie des normes qui peuvent vous paraître inutiles servent à faciliter le travail de votre jury qui saura plus facilement s’approprier votre mémoire ainsi que les 10aines d’autres qu’ils auront à lire pendant la période.

Formatage

Vous devriez connaître la chanson : Times New Roman 12, Interligne 1,5, sans espace après les paragraphes, texte justifié (regardez sur Google si vous ne comprenez pas ces termes). Vous pouvez aussi privilégier d’autres polices « sobres » comme Calibri 11, Arial 10/11, Garamond 11, par exemple[3]. Il y a en général plus de liberté sur les titres, mais je vous conseille d’utiliser l’utilitaire de titre de votre logiciel afin de pouvoir réaliser un sommaire automatisé (le sommaire est important). N’abusez pas des notes de bas de page (je suis très mal placé pour dire ça). Pour les citations de moins de trois lignes (ou une 40aine de mots en général), vous pouvez citer entre guillemets dans le texte. Pour les citations plus longues, il vaut mieux faire un bloc à part, avec un espace avant et après, et un retrait à gauche (et éventuellement à droite), de 2,5 centimètres par exemple (les guillemets ne sont plus nécessaires dans ce cas). Apprenez à utiliser les « feuilles de style » si possible, cela vous économisera du temps et facilitera votre organisation.

Je ne m’étendrai pas sur les normes bibliographiques car il y a de nombreux documents à disposition sur internet et que votre université devrait vous en fournir, mais je vous encourage vivement à apprendre à utiliser Zotero.

Rédaction

Faites attention aux phrases trop longues et compliquées. C’est facile à dire, mais je fais régulièrement cette erreur. Par ailleurs, on a parfois l’impression que c’est la seule manière de faire passer la complexité de l’idée qu’on est en train de développer. C’est parfois vrai, mais pas toujours. Pensez bien que votre jury va devoir lire (ou feuilleter selon le temps dont ils/elles disposent et leur sérieux) 70, 80, parfois plus de 100 pages de votre travail mais aussi de celui de vos camarades. Lire des phrases très longues et alambiquées est éreintant et on a parfois du mal à comprendre où vous voulez en venir. D’ailleurs, souvent, comme on les retravaille 10 fois, elles ne veulent plus rien dire à force. A ce sujet, essayez de ne pas trop travailler dans l’urgence pour avoir le temps de vous faire relire. Je sais là encore que c’est plus facile à dire qu’à faire, mais c’est important.

Pour aller plus loin

On m’a par ailleurs conseillé ce blog qui donne des excellents conseils sur diverses dimensions, telles que les entretiens, les observations, la gestion des différents obstacles que l’on peut rencontrer, etc.

J’essaierai d’écrire un billet sur le traitement des données qualitatives qui est rarement enseigné explicitement et peut parfois paraître “magique”. En attendant, je conseille ce très bon article sur l’induction analytique : https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-01465287/

Enfin, il existe des ouvrages méthodologiques qui pourront vous être précieux :

Arborio, A. M., & Fournier, P. (1999). L’enquête et ses méthodes. L’observation directe

“Les ficelles du métier” d’Howard Becker qui a connu de nombreuses éditions.

Beaud, S., & Weber, F. (1997). Guide de l’enquête de terrain. Produire et analyser des données ethnographiques. La découverte.

Enfin, vous pouvez rejoindre le serveur Discord d’Entraide et Débats en Sciences Sociales pour y poser vos questions, demander des relectures, etc.


[1] Remarque de Baptiste Besse-Patin à ce sujet pour expliciter cette nécessité : « il me semble que le point, implicite, est d’écrire pour un lectorat (jury, direction, etc.) et, souvent, il y a des “sauts” dans l’écriture par rapport à nos “raisonnements” (que je préfère à “démonstration”, plus loin. On écrit pas aussi vite ni aussi explicitement le fil et l’enchaînement de nos pensées (hautement intelligentes) »

[2] D’autant plus que cela peut revenir à du plagiat

[3] Il y a un certain degré de liberté que vous pouvez vous octroyer si vous maîtrisez et/ou que vous savez que c’est autorisé, mais je préfère donner un conseil plus cadré pour celles et ceux qui sont un peu perdu-es.

Enseigner en distanciel : retour d’expérience

La dernière fois que je me suis exprimé sur ce blog à propos de mes pratiques d’enseignement, c’était pour faire un bilan de ma première année d’enseignement. Ce bilan était relativement mitigé, notamment du fait d’un dosage difficile concernant l’approfondissement. J’avais aussi eu du mal à animer les cours, à doser les moments de cours magistral et les activités, et les évaluations aussi laissaient à désirer.

Je n’ai pas écrit de bilan de ma deuxième année, pour plusieurs raisons. Si je devais la résumer en un paragraphe, ce ne serait pas glorieux. J’avais changé de cours de L3 pour le cours de sociologie de la culture, gardé le cours de L1 de psychologie d’introduction aux sciences de l’éducation, et, pour compléter mon service, je devais faire cours pendant une séance de M2 et d’un cours du second semestre de L3. En effet, j’avais concentré la plupart de mes cours au premier semestre dans la perspective d’un séjour de recherche au Québec qui n’a pas eu lieu faute de financement. La fin du premier semestre a été marqué par les grèves, mais cela ne justifie pas les problèmes rencontrés. J’ai souhaité laisser les étudiants gérer leurs études en autonomie du fait de leurs situations parfois difficiles, et je me suis rendu compte que ce n’était peut-être pas une bonne idée : ils n’étaient pas particulièrement autonomes et ont fourni très peu de travail régulier pour le cours. Pire encore, je n’ai pas été en mesure de mettre en place des activités stimulantes pour eux. La sortie d’observation à la Sorbonne, que je mentionnerai peut-être dans un autre billet, a aussi causé de nombreuses difficultés à cause d’un défaut d’organisation de notre part (moi-même et un collègue doctorant enseignant). Enfin, plusieurs étudiants et étudiantes ont rapporté avoir vécu le cours comme étant misérabiliste à leur égard, ce qui n’était évidemment pas l’objectif, ce qui m’a fait réaliser la nécessité d’expliciter les objectifs et d’accompagner les étudiants et étudiantes dans l’appropriation du cours.

Préparer la 3ème année

C’est donc avec de bien meilleures intentions et beaucoup d’espoir que j’ai préparé cette troisième année d’enseignement, bien qu’elle ne s’annonçait pas des plus stables. J’ai gardé le cours de sociologie de la culture, mais le cours de L1 de psychologie a sauté à cause des difficultés liées au COVID. Il est remplacé par un cours d’anthropologie de l’éducation pour les L2 qui aura lieu au second semestre. J’ai donc commencé par préparer le cours de L3. Je me suis creusé la tête pour trouver un moyen de contraindre les étudiant-es à fournir un travail régulier sans pour autant les surcharger, et d’imaginer des activités un peu stimulantes. J’ai aussi souhaité trouver le moyen de les accompagner dans la méthodologie universitaire dans le même temps.

Ces trois objectifs peuvent paraître un peu trop ambitieux à traiter dans le cadre d’une seule UE de 18 heures seulement. C’est surement vrai, mais j’ai au moins réussi, je crois, à trouver le moyen de “combiner” la nécessité d’un travail régulier avec la mise en place d’activités plus stimulantes que des débats improvisés auxquels aucun étudiant ou presque ne trouvait le moyen de participer. L’idée de base était donc de les forcer à rendre un devoir à chaque séance qui serait noté, mais qui serait aussi mobilisé par les étudiants dans le cadre des activités. Cela permet aussi d’éviter de perdre 1 heure à les faire lire un texte en cours. Pour le reste, je me suis appuyé sur une organisation un peu inspirée de la méthode de l’arpentage. Il s’agit donc de commencer par un cours magistral, et, lorsque c’est opportun, de les faire mettre en commun ce qu’ils ont produit pour la séance pour le restituer à la classe et mettre en débat ce qu’ils ont proposé. C’est aussi une occasion pour moi de rebondir sur ce qu’ils proposent, d’y faire référence pendant la séance, afin qu’ils soient assurés que ce qu’ils proposent est pris en compte et que c’est pertinent.

Je voulais limiter les déplacements à Paris, et j’ai demandé à ce que les quatre séances “du milieu” soient regroupées en deux journées de 6 heures. L’idée était d’avoir le temps de les faire écrire en classe afin de les accompagner par la même occasion dans les apprentissages de l’écriture universitaire. L’organisation n’a pas été ce que j’attendais, les deux journées de 6 heures étant la première et la dernière. Cela m’a conduit à revoir mon organisation et à considérer la dernière journée de six heures comme l’occasion de passer 3 heures à travailler la méthode de la dissertation pour les préparer à l’examen final. Assez rapidement, j’ai fait le choix de faire passer les 3 premiers cours en distanciel à cause de la crise sanitaire. Finalement, le reconfinement a de nouveau impliqué des changements. J’ai dû laisser tomber l’idée de la dissertation et trouver autre chose. Je leur demande désormais une synthèse des lectures obligatoires qui seront travaillées en cours et une analyse d’une de leurs pratiques culturelles.

Cours 1, amour numéro 1

Mardi 3 novembre, je dois donc dispenser le premier cours en distanciel. Mon premier cours de l’année, et le premier cours en distanciel de ma vie. L’objectif est de faire connaissance avec la promotion, de discuter de la notion de culture et des sens qu’elle peut recouvrir, puis de leur expliquer ce qu’est spécifiquement la sociologie (française) de la culture. Puisqu’il s’agit d’une journée de 6 heures, j’ai aussi pu aborder l’enquête sur les représentations culturelles des Français, puis celle sur les pratiques culturelles, commandées par le ministère de la Culture (voir références). Ce cours s’est déroulé sur BigBlueButton (bbb), installé sur la plateforme Moodle de l’ENT. J’utilise la caméra seulement quelques minutes avant de privilégier les diapos. Les étudiantes et étudiants peuvent discuter sur un chat internet et prendre la parole en vocal.

Lorsque je suis arrivé à 9h26 dans la session bbb, je remarque que sur le chat, quelques personnes se demandent déjà si je vais arriver. Peut-être leur intuition les a-t-elle informés de mon rapport à la ponctualité. Mais cette fois, je suis à l’heure.

Ce moment où tu te répètes qu’au bout de 15 minutes tu peux partir, et que le prof finit par émerger du brouillard de l’escalier A.

Je m’excuse donc pour l’attente interminable que je leur ai fait subir, puis je m’assure que tout le monde a pu se connecter au vocal. Une personne a un peu de mal mais une autre étudiante qui a subi le même problème l’aide à le régler. C’est aussi leur premier cours en distanciel de l’année. Nous attendons quelques minutes les éventuels retardataires, puis la séance peut commencer. Je reviens sur le syllabus qui leur a été envoyé. Je donne des précisions sur le déroulement des cours, sur les modalités d’évaluation, et je donne aussi quelques mises à jour suite au reconfinement, concernant la dernière séance et l’examen terminal. Nous pouvons ensuite entrer dans le vif du sujet : les définitions de la culture. Je donne quelques éléments, puis je leur demande de se mettre en groupe pour mettre en commun leurs réflexions et les restituer par la suite. Je leur donne 15 minutes, puis 10 minutes de pause consécutives étant donnée l’heure.

Les étudiants et étudiantes se répartissent dans des groupes sans que je n’aie à m’en inquiéter et trouvent le moyen de communiquer par d’autres applications comme Whatsapp. Ils sont même plus ponctuels qu’en présentiel à la fin de la pause et restituent le fruit de leurs discussions. Tout se passe très bien, les réflexions sont pertinentes, et je suis content de voir que j’en ai anticipé une bonne partie et que je vais pouvoir rebondir dessus pendant la suite du cours. Je les note sur un fichier Word pour pouvoir m’en souvenir. Une remarque qui revient plusieurs, et que j’avais anticipé, consiste à opposer nature et culture parallèlement à inné/biologique et acquis. C’est donc tout heureux que je le présente le mème que j’avais produit la veille dans un autre contexte et dont je voulais parler pendant cette séance, car je me doutais que cette double dichotomie serait mobilisée.

La base (sauce tomate biologique) avec le social qui vient le moduler. Et bien sûr la physique et la chimie servent de fondation au tout.

Quelques réactions amusantes à ce mème se font entendre, la pizza leur donne faim. Cela se trouve être un mauvais calcul puisqu’il est bientôt midi. Mais nous devons continuer le cours. L’objectif de la séquence débutée par ce mème est de les amener à considérer un dépassement des dichotomies nature/culture et inné/acquis, en m’appuyant notamment sur des exemples de relations complexes entre environnement et biologie (malformations à la naissance non congénitales, tolérance au lactose, etc). Je ne m’attends pas à ce qu’ils saisissent toute la complexité du débat (qui me dépasse d’ailleurs aussi), mais que l’idée des limites de ces dichotomies ait une place dans leur tête. Les réactions sont mitigées, et je propose donc de leur envoyer un texte qui synthétise la question.

Le cul du chat et la Battle Royale

La suite du cours se déroule de manière plus classique. Nous discutons de l’enquête sur les représentations culturelles des Français que je leur expose de manière assez magistrale. Nous avons le temps pour en débattre un peu. Les étudiantes, en particulier, participent plus que les années précédentes. Cela n’est pas à mettre sur le compte du distanciel trop rapidement, car mon directeur de thèse m’avait déjà fait part du fait qu’il s’agit d’une promotion particulièrement motivée. L’après-midi, le cours porte sur l’enquête sur les pratiques culturelles des Français. C’est l’occasion de discuter des limites des enquêtes sur les représentations, mais surtout de donner une idée plus précise de ce qu’est, historiquement et institutionnellement, la sociologie française de la culture. J’insiste sur l’importance de ministère des Affaires Culturelles, puis de la Culture, dans la structuration de cette sociologie. Nous parlons aussi de légitimisme culturel. Je me sers de mon chat pour réveiller un peu les étudiantes et étudiants qui seraient en train de digérer (aucun n’a mangé de pizza, parait-il, plutôt des pâtes). Il leur montre son joli derrière et sa tête de con et jouit d’un certain succès.

Vient ensuite l’heure de l’activité de l’après-midi. N’ayant pas pu leur demander trop de travail de préparation, ils découvrent l’enquête sur les pratiques culturelles. Je leur demande donc de se remettre en groupe et de se partager le travail de lecture de la méthodologie et de la synthèse sur le rôle du numérique dans l’évolution des pratiques culturelles, afin de les inviter à restituer par la suite ce qu’elles et ils en ont retenu. Cela prend un peu plus de temps que prévu, mais rien d’exagéré. La restitution est relativement scolaire pour les premiers groupes, mais sérieuse. Le fait que les premiers groupes aient fait le tour des textes oblige les autres groupes à apporter des contributions plus personnelles. S’en suit alors un débat sur la légitime du rap, ou encore “des” styles de rap, avec quelques incompréhensions entre étudiantes quant au rapport au discours légitimiste. Durant cette séquence, les débats ont pris une tourne un peu plus intense, notamment sur le chat où plusieurs personnes ont cherché à intervenir. Les limites du chat de bbb, qui a beaucoup de latence lorsque plusieurs messages sont postés rapidement, se sont fait sentir à ce moment là. Les étudiantes ont aussi pris plusieurs fois la parole en vocal pour se répondre.

Finalement, la latence du chat était plutôt une bonne chose pour moi car cela a ralenti la cadence. Quelques prises de paroles se sont faites sans que je n’aie trop mon mot à dire, ce qui n’est pas un problème en soi mais aurait pu le devenir car la conversation était, sinon tendue, un peu intense. Finalement, la bonne ambiance apparente de la promotion a fait que les choses ne se sont pas envenimées et que le débat est resté très correct. Par ailleurs, je ne suis pas certain que ce genre de perte de contrôle ne puisse pas arriver en présentiel (en tout cas, je sais que ce n’est pas le cas au collège).

Un bilan positif malgré un bricolage peu rassurant

Finalement, je suis ressorti de cette première journée lessivé mais content de son déroulement. Il n’y a pas eu d’incident technique majeur, la plupart des étudiantes et étudiants étaient là jusqu’au bout, et je n’ai pas eu trop de mal à les mettre en activité. Pourtant, tout n’est pas mis en oeuvre pour que les choses se passent si bien. A l’échelle “locale”, celle de l’équipe enseignante, de gros efforts sont fournis. Mon directeur de thèse m’a mis au courant de la solution bbb sur Moodle et a pris le temps de la tester avec moi. Il a même installé un autre outil sur mon cours pour pallier une éventuelle surcharge du serveur bbb. La secrétaire a été très réactive dans la transmission des informations aux étudiantes et étudiants.

Par contre, la gestion aux niveaux supérieurs laisse à désirer. Pour commencer, j’étais censé disposer de Teams par l’université, mais mon compte n’est pas bien configuré et le service informatique ne répond pas à mes requêtes. C’est peut-être lié à une surcharge de travail, mais cela montre bien un problème plus large qui est la gestion à grande échelle de cette rentrée universitaire. Je suis loin d’être le plus affecté car mes cours ont commencé assez tard dans le semestre, et que j’ai plus ou moins anticipé le reconfinement en passant mes premiers cours en distanciel assez tôt (surtout pour éviter d’avoir à prendre le train dans cette période en réalité). Malgré ça, j’avais prévu de garder une séance en présentiel et j’ai dû changer mes modalités de contrôle à la dernière minute. J’espérais pouvoir travailler avec eux en cours sur l’écriture universitaire, comme je l’avais précisé plus tôt, et cela va être compliqué totalement à distance. Je pourrais éventuellement le faire en leur fournissant des retours détaillés de leurs écrits, mais cela prendrait un temps colossal que je n’ai pas.

Enfin, il s’agissait de leur premier cours à distance de l’année, et on peut imaginer qu’avec les semaines confinées à venir et les nombreuses heures de cours en distanciel additionnées au travail personnel attendu (dont on sait que l’année dernière, il a été surdosé), les prochains cours ne se dérouleront peut-être pas aussi bien. Si vous avez des conseils et des idées concernant le suivi à distance, ce qu’il faut et ne faut pas faire, sur des activités intéressantes à faire à distance, je suis preneur.

Références

La page du ministère de la Culture de l’enquête sur les pratiques culturelles des Français : https://www.culture.gouv.fr/Sites-thematiques/Etudes-et-statistiques/L-enquete-pratiques-culturelles

Sur les représentations de la culture : https://www.culture.gouv.fr/Sites-thematiques/Etudes-et-statistiques/Publications2/Collections-de-synthese/Culture-etudes-2007-2020/Les-representations-de-la-culture-dans-la-population-francaise-CE-2016-1

Synthèse de l’enquête de 2008 sur les pratiques culturelles : https://www.cairn.info/revue-culture-etudes-2009-5-page-1.htm

Questionnaire Pokémon (2/X) : Les fans de Pokémon sur internet, qui sont ils, quels sont leurs réseaux ?

Avec beaucoup de retard (je m’en excuse, il y a eu plusieurs imprévus comme une panne d’internet de 3 semaines à mon domicile de confinement déconfiné) par rapport à ce que j’avais laissé miroiter et à ce que j’avais espéré, voici le deuxième billet de la série sur le questionnaire que nous avons (Gobou de Nuzlocke France et moi-même) fait passer auprès des fans de Pokémon sur internet. Pour plus d’informations sur le contexte et la conception de ce questionnaire, vous pouvez vous référer au premier billet.

Ce billet sera l’occasion de vous présenter quelques premiers résultats un peu basiques mais, je l’espère, intéressants, suite aux premiers traitements statistiques. Je n’y parlerai pas encore des pratiques vidéoludiques ou relatives à Pokémon, mais plutôt des données démographiques, relatives aux questions de la première page du questionnaire. Ce n’est peut-être pas ce qu’il y a de plus excitant, d’autant que ces données seront surtout intéressantes et utiles quand il sera temps de les mettre en relation avec le reste du questionnaire, mais elles restent importantes. Ce sera l’occasion de commencer à réfléchir à la portée réelle du questionnaire. Dans un premier temps, je vais vous parler un peu de l’intérêt d’avoir des données quantitatives sur des fans/publics d’une franchise culturelle (je passerai rapidement sur la distinction fans/publics), en mettant en perspective cette enquête avec les travaux sur les fans en général. Ensuite, je présenterai l’ensemble des données sociodémographiques, en expliquant pour chacune d’elles ce qu’elles peuvent nous dire d’intéressant, à quoi elles vont servir plus tard (avec quelles dimensions du questionnaire je souhaite les articuler notamment), en insistant aussi sur les précautions qu’elles nous invitent à prendre. Enfin, petit bonus, je vous prouverai en quoi Bulbizarre est le meilleur starter. Ce sera l’occasion d’aborder en 2 mots les risques du quantitatif tout en faisant avancer la cause du #001.

Quantifier les fans

En sociologie, nous avons recours à des méthodes quantitatives (principalement des questionnaires) et qualitatives (observations, entretiens…). Ma thèse repose par exemple sur des observations en ligne, des entretiens, l’analyse qualitative de données que j’ai récupéré en ligne sur Youtube et Facebook, et ce questionnaire. Sans entrer dans les détails, il n’y a pas lieu de faire de hiérarchie entre ces deux dimensions de l’enquête, chacune a ses apports et ses limites, et permet de répondre à des questionnements différents, et leur articulation peut parfois ouvrir de nouvelles voies. Toutefois, si une étude peut être tout à fait intéressante et solide individuellement en n’ayant recours qu’à des méthodes qualitatives, il me semble dommage qu’un champ de recherche tout entier soit dépourvu d’enquêtes quantitatives. C’est, il me semble, le cas des fan studies (mis à part les études sur les fans de sport, un domaine que je ne maîtrise par ailleurs absolument pas). Un des objectifs de ce questionnaire est d’ouvrir la voie pour pallier ce manque de données quantitatives sur les fans et leurs pratiques.

Il y a donc plusieurs intérêts académiques/scientifiques à ce questionnaire. D’abord, de nombreux travaux font des affirmations “quantitatives” (sur la distribution genrée de pratiques par exemple) sans avoir accès aux données nécessaires, en s’appuyant sur leur seule expérience du terrain et leur intuition, ce qui peut s’avérer limité. Ensuite, les fan studies me semblent avoir tendance à se focaliser sur des pratiques marginales même au sein des espaces de fans, telles que les fanfictions, du fait de leur socialisation de fans de classe supérieure avec un attrait courant pour la littérature (c’est d’ailleurs aussi le cas des game studies qui étudient assez peu les jeux vidéo les plus joués). Des études quantitatives pourraient leur permettre d’une part de mettre en perspective l’espace qu’ils étudient, et peut-être d’attirer leur attention vers d’autres pratiques . Je ne prétends pas qu’une pratique ne doit être étudiée que si elle est massive, mais des pratiques très courantes sont souvent délaissées par la recherche au profit de pratiques de niches parce qu’elles font partie des pratiques des chercheurs. Enfin, ces méthodologies peuvent permettre de prendre un peu de hauteur sur ce que l’on observe. A titre d’exemple, l’un des rares articles traitant de fans de productions culturelles à mobiliser une méthode quantitative a pu mettre en avant le fait que les fans ne laissent pas toujours de traces numériques [1], et la simple observation d’espaces de fans implique alors d’importants angles aveugles. On peut aussi imaginer que les études sur les dynamiques de pouvoir au sein des fandom gagneraient en force argumentative en si elles pouvaient s’appuyer aussi sur des travaux quantitatifs de leur champ.

Outre l’intérêt pour la recherche, les données quantitatives et notamment démographiques me semblent intéressantes pour les fans, dans la mesure où j’observe régulièrement des débats au sein des espaces de fans à ce sujet, notamment en ce qui concerne l’âge. C’est donc l’occasion de traiter un peu de ces questions avec des données conséquentes et un regard critique sur celles-ci.

Âge, sexe, vi- euh diplôme

Commençons par un petit rappel. Le questionnaire a obtenu 2971 réponses complètes. Toutefois, parmi celles-ci, un certain nombre ont été supprimées, principalement parce que les personnes ayant répondu avaient moins de 15 ans. Je suis désolé d’avoir supprimé votre réponse si c’est votre cas, mais je n’ai pas le droit de les traiter en vertu de la CNIL, sauf à avoir l’autorisation de votre parent, ce qui aurait été un peu compliqué. Au final, ce sont 2931 réponses qui composent l’échantillon complet et final du questionnaire. C’est énorme. A titre d’exemple, les études sociologiques qui ont recours à l’appui d’instituts de sondage ont souvent des échantillons d’environ 1000 personnes. Toutefois, ces études s’appuient souvent sur un échantillon représentatif de la population. Ce n’est pas notre cas, comme nous allons le voir. Mais ce n’est pas un problème, d’ailleurs, cela n’aurait aucun sens d’essayer d’avoir un échantillon représentatif, dans la mesure où on ne connaît pas la composition générale de ma cible, à savoir les fans de Pokémon sur internet. Il était donc intéressant d’avoir un maximum de réponses, notamment pour plus tard, lorsque je ferai divers croisements et que je travaillerai sur des sous échantillons qui pourront alors être de taille modeste.

Commençons donc par nous intéresser au genre.


Comme vous pouvez le constater, l’échantillon est très majoritairement masculin, à 75%. Qu’est-ce que l’on peut en tirer ? A première vue, pas grand chose. En tout cas, cela ne permet pas de conclure sur les joueurs et/ou fans de Pokémon en général. Cela suggère au mieux que les hommes sont majoritaires au sein dans le fandom Pokémon sur internet. Il faut toutefois rester prudent. D’une part, ce questionnaire n’a pas tourné partout sur internet, mais surtout sur Facebook, Twitter, et le site de Pokémon Trash (plus de 700 réponses viennent de Pokémon Trash). Il est tout à fait possible que les fans de Pokémon femmes soient plus présentes sur d’autres réseaux sociaux. Il est aussi possible que les femmes, pour diverses raisons, aient moins répondu au questionnaire. En y regardant de plus près, on peut aussi observer des variations suivant la manière dont les personnes ont rencontré le questionnaire. Par exemple, parmi ceux qui déclarent avoir connu ce questionnaire par Pokémon Trash, on compte 81,2% d’hommes (sur 734 réponses), contre 73,1% sur Pokékalos (sur 417), et seulement 69,7% sur Pokébip (sur 162), qui sont parmi les trois principales sources identifiées. Sur une collection d’un certain nombre de forums, sur 620 réponses, on descend même à 67,4% d’hommes. La plupart des espaces sont donc principalement masculins, mais à des degrés différents.

L’âge des fans de Pokémon est une question qui revient assez régulièrement dans les discussions, notamment lorsqu’il s’agit de questionner les stratégies de communication et de production de The Pokémon Company. On les accuse de ne pas faire évoluer la franchise avec son public. Qu’en disent nos données ?

Tableau de distribution des âges avec une pyramide des âges toute moche faite sur R.

Comme vous pouvez le remarquer, il n’existe pas de fans de Pokémon âgés de moins de 15 ansl’échantillon est majoritairement composé de jeunes adultes. La personne la plus âgée à avoir répondu a 66 ans, et je n’ai pas retenu les réponses inférieures à 15 ans, qui étaient de toute manière peu nombreuses. La moyenne d’âge et la médiane sont très proches, respectivement 23,32 et 23 ans, et l’écart type relativement faible, à 4,99. Cela signifie que la population est relativement homogène. Dans le même temps, la taille confortable de l’échantillon me permettra tout de même d’observer quelques tendances éventuelles parmi les plus âgés et les moins âgés, puisqu’il y a 503 répondants mineurs et 216 de plus de 30 ans. Attention toutefois, ces résultats ne prouvent en rien que les joueurs de Pokémon sont majoritairement de jeunes adultes, mais suggère plutôt que les fans présents sur internet, et en particulier sur Twitter, Facebook et Discord, le sont. Ce n’est pas un résultat surprenant pour la plupart d’entre vous, mais ça reste une base importante pour avoir conscience de la nature de l’échantillon, et l’âge servira surtout en articulation à d’autres données : y-a-t-il un lien entre âge et pokémon préféré, entre âge et jeu(x) vidéo préféré(s), entre âge et tendance à être hypé ou non par certaines annonces ? Nous commencerons à regarder ça dans les prochains billets.

Les fans de Pokémon sont ils l’élite de la nation ? Nous allons le voir tout de suite !

J’crois qu’la question elle est vite répondue.

Une analyse en profondeur de la question du niveau de diplôme de l’échantillon prendrait trop de place, de temps, et serait lourde pour vous lecteurs. Nous allons donc nous contenter de comparer un sous échantillon à son équivalent de la population générale, disponible sur le site de l’INSEE [2]. Le choix de la tranche d’âge de 20-24 ans m’a été partiellement imposée par le découpage fait par l’INSEE. Cela tombe relativement bien, puisqu’une grande partie de l’échantillon se situe dans cette tranche d’âge. Il est important de les faire correspondre, puisque, comme vous vous en doutez, la distribution des diplômes varie avec l’âge. Dans les deux cas, les personnes encore en formation sont exclues. Ainsi, le sous échantillon du questionnaire est composé de 892 personnes, ce qui n’est pas trop mal. On observe de manière assez évidente que le sous échantillon est très diplômé par rapport à la population générale, avec notamment très peu de personnes sans diplôme, 2,1% contre 12,14%. L’écart le plus marquant et le plus parlant est peut-être celui des Bac+2 et supérieurs, 54,4% contre 28,26%. Une analyse scientifique rigoureuse demanderait de réaliser un test statistique (ici binomial) pour évaluer la significativité de la différence entre notre distribution et celle de la population générale. Ici, avec notre taille d’échantillon et la différence très marquée, on obtiendra très facilement une significativité conforme aux standards de la recherche. On peut donc en conclure que les fans de Pokémon sur internet sont certainement plus diplômés que la population générale.

Je pourrais poursuivre avec une analyse des Professions et Catégories Socioprofessionnelles (PCS, plus connues sous le nom de CSP), ainsi que des principales filières de vos diplômes, mais cela rendrait l’article particulièrement long et, probablement, indigeste. Dites-vous juste que vous avez principalement un profil de diplômés de sciences (41,62% du total, avec les lettres, langues et sciences humaines et sociales en second à 24,45%) et que vous avez tendance à être plus souvent cadres que la population générale, et plus nombreux à être enfants de cadres par la même occasion (ce qui n’a rien d’étonnant compte tenu du niveau de diplôme). Là encore, ces données, et plus particulièrement la PCS de vos parents (la votre sera certainement moins utile) serviront surtout en lien avec d’autres réponses. La sociologie de la culture a globalement bien montré que la PCS des parents, et en particulier de la mère, joue un rôle important dans les trajectoires culturelles [3]. Mon directeur de thèse, qui travaille actuellement sur le jeu de société, a par exemple mis en lumière le rôle du niveau de diplôme et de la PCS des parents et en particulier de la mère dans les pratiques de jeu de société à l’âge adulte [4]. Quoi qu’il en soit, je testerai ces hypothèses une fois qu’elles seront formulées de manière plus précises et que j’aurai avancé dans le traitement, et je vous tiendrai au courant.

Que tirer de tout ça ?

En soi, on ne peut pas dire énormément de choses de tout ce que j’ai présenté jusque là. Vous semblez être une population de jeunes hommes plutôt diplômés et de classe moyenne et supérieure, ce qui n’a rien de bien étonnant compte tenu des espaces où le questionnaire a tourné. Derrière cette homogénéité relative, on peut tout de même retenir qu’il y a une variabilité suffisante, compte tenu de la taille de l’échantillon total, pour pouvoir tester par la suite les effets de variables comme le genre, le niveau de diplôme et l’origine sociale, en ce qui concernent vos goûts et vos pratiques Pokémon. L’objectif de l’article était surtout de montrer un peu le début de la démarche de traitement statistique des données, et de servir d’introduction à la suite. J’espère que cela vous aura tout de même un peu intéressé, mais la suite devrait être plus “sexy”.

Je précise par ailleurs que lorsque je parle de tester l’effet de variables sociodémographiques sur vos goûts et vos pratiques, je n’entends pas par là que je vais tout pouvoir expliquer grâce à cela. On reproche parfois à tort à la sociologie, notamment la sociologie de la culture dans le sillon de Pierre Bourdieu, d’être trop déterministe. C’est non seulement un faux procès de manière générale, mais surtout, ce n’est ici qu’une infime partie de ma démarche. L’objectif principal du questionnaire est justement d’explorer d’autres mécanismes en jeu que le genre, l’âge ou l’origine sociale. Mais pour ce faire, je suis bien obligé d’abord de mesurer les effets de telles variables [5].

Enfin, si on ne peut pas dire que cette enquête montre que “la majorité des fans/du public de Pokémon sont aujourd’hui des adultes”, comme j’ai pu le lire ça et là, elle montre au moins que le fandom en ligne de Pokémon semble bien être majoritairement adulte (et masculin, et diplômé). On comprend donc les questionnements de certains d’entre vous vis-à-vis de la communication de Pokémon.

Bulbizarre master race

En bonus, je souhaitais revenir sur le point central de ce questionnaire, à savoir la preuve de la supériorité de Bulbizarre. Hélas, vous êtes bien trop nombreux à vous fourvoyer et à choisir Salamèche comme starter préféré. C’est bien le signe de la décadence de la société française, et on comprend mieux la place médiocre de la France aux classements PISA [5].

Nan mais sérieux ? Pour la peine, je fais même pas l’effort de changer l’ordre et je le laisse en dernier.

Vous êtes 22% tout de même à avoir répondu à la question “quel est votre starter préféré de la 1G” par “aucun, la 1G c’est surcôté”, ce qui est discutable mais un peu plus décent que d’avoir choisi Salamèche. Ceci dit, tout espoir n’est pas vain pour l’humanité.

Dans tes dents le lézard dont l’évolution finale est même pas un dragon.

Ainsi, lorsque je prends le sous échantillon des diplômés de LLASHS, Bulbizarre prend la place qui lui revient de droit, celle de #001. Cela montre bien qu’il faut prendre au sérieux l’enseignement des sciences humaines et sociales dès le collège pour endiguer le fléau de mauvais goût en matière de starters, même s’il reste du travail dans nos rangs.

Histoire de terminer sur une touche un peu sérieuse et instructive, ce que je viens de faire s’apparente à une pratique qu’on appelle le “data dredging”, qui consiste à chercher des corrélations un peu partout dans une base de données. C’est une pratique courante dans le domaine de la santé, par exemple. Il s’agit d’une pratique très malhonnête des statistiques. C’est pourquoi, même en sociologie où le statut des hypothèses n’est pas le même que dans les sciences expérimentales, et où l’on produit, transforme, travaille nos hypothèses tout au long de nos recherches, nous posons tout de même des hypothèses les plus informées et rigoureuses possibles avant de nous lancer dans un traitement statistique approfondi.

Merci à celles et ceux d’entre vous qui auront lu jusqu’au bout. J’espère que cet article vous aura un peu intéressé. N’hésitez pas à poser des questions en commentaires ou à me faire des remarques sur cet article et des suggestions sur la suite de la série sur le questionnaire !

Références et notes de fin

[1] L’article repose sur un échantillon relativement faible, du fait que l’oeuvre culturelle étudiée n’a pas un public aussi grand que celui de Pokémon : https://journals.openedition.org/edc/6674
[2] Vous pouvez trouver les chiffres de l’INSEE ici par exemple : https://www.insee.fr/fr/statistiques/4515331?geo=METRO-1&sommaire=4515349
[3]Outre le travail pionnier de Bourdieu et Passeron dans La Distinction, l’enquête ministérielle sur les pratiques culturelles des français qui a lieu toutes les décennies environ poursuit ce travail d’analyse du rôle des caractéristiques sociodémographiques. Si le sujet vous intéresse, voici quelques références qui s’appuient sur ces enquêtes :
https://www.cairn.info/revue-francaise-de-sociologie-1-2008-4-page-695.htm
http://www.lycee-pothier.com/bl/IMG/pdf/u_donnat.pdf (sur l’importance des PCS)
https://journals.openedition.org/reset/132 (un article intéressant sur le cas des pratiques culturelles numériques)
Pour aller plus loin, vous pouvez lire le livre de Donnat Les Français face à la culture: de l’exclusion à l’éclectisme, ou Sociologie des pratiques culturelles de Philippe Coulangeon.
[4] Ces données ne sont hélas pas encore publiées.
[5] Pokémon International Standard Assessment

Questionnaire Pokémon (1/X) : Les coulisses de la conception

Ce billet est le premier d’une série qui me permettra de communiquer sur les résultats du questionnaire (pour les personnes qui n’ont pas encore fait, vous pouvez y répondre ici jusqu’au 31/05, si possible avant de lire cet article) lancé au sein des espaces de fans de Pokémon sur internet. L’idée d’une telle série fait suite aux nombreuses demandes de la part de fans qui y ont répondu d’avoir des retours, des résultats. Vous avez été très nombreux à y répondre (2643 réponses complètes au moment où je commence à écrire ce billet), bien plus que ce que j’espérais. Je pense donc que vous communiquer les résultats obtenus grâce à vous est la moindre des choses. D’ailleurs j’avais écrit un petit thread de remerciement sur Twitter à l’occasion du dépassement de la barre des 1000 réponses. Par la suite, d’autres communautés de fans comme Pokémon Trash et Pokékalos, pour ne citer qu’elles, ont permis de poursuivre la progression.

Ce premier article est l’occasion de présenter le cheminement qui a mené au questionnaire final afin de répondre à un certain nombre de questionnements, remarques et critiques à son encontre. Je commencerai par préciser que les critiques seront prises en compte et me serviront à expliciter ses biais, mais que j’espère à travers ce billet vous faire découvrir à quel point la conception d’un questionnaire est complexe, et qu’elle nécessite de faire des choix et des concessions (bien qu’il arrive que ces choix et concessions soient des erreurs).

Afin de ne pas alourdir ce billet déjà long, je vais limiter au stricte minimum la contextualisation. Ce blog n’est pas encore très fourni, et les premiers articles ne rendent pas tout à fait compte de l’état actuel de ma problématique, et j’essaierai de régler ce problème ce mois-ci. Pour le dire en quelques mots, je m’intéresse au rôle des émotions dans l’attachement à Pokémon et sa réception sur internet. L’objectif est d’en apprendre plus sur la manière dont nos émotions sont façonnées (par nous-mêmes, par le contexte socio-technique d’internet, par l’industrie…) et marchandisées sur internet, de mieux comprendre les pratiques de consommation de la culture dite “de masse”, et particulier en ce qui concerne le jeu vidéo. Le but du questionnaire est d’explorer quelques questionnements de la thèse. La suite de ce billet se divisera en trois parties (et une conclusion). Dans la première partie, je présente quelques généralités sur la conception des questionnaires sociologiques et les conditions dans lesquelles celui-ci a été conçu. Dans la seconde partie, j’explique les idées plus précises qui ont guidé la conception des premières parties du questionnaire, à savoir explorer certaines dispositions et certains profils. Enfin, dans la troisième partie, j’explique rapidement le choix des commentaires de Let’s GO et Epée/Bouclier.

La conception du questionnaire : quelques généralités

Au milieu du confinement dû au COVID19, Gobou, rédacteur de Nuzlocke France, m’a contacté sur Twitter pour me demander quelques conseils sur la conception d’un questionnaire sur Pokémon et le genre dans le cadre d’un projet d’article. Nous nous connaissions auparavant puisqu’il m’avait interviewé pour son forum. Je lui ai d’abord répondu, puis j’ai réalisé que les circonstances étaient peut-être l’occasion d’un projet en commun. En effet, pendant l’été 2019, mon directeur de thèse avait émis l’idée d’un questionnaire, et l’idée germait depuis lors. Je lui ai donc proposé une collaboration qu’il a acceptée (merci à lui!). Je me suis principalement occupé de la conception du questionnaire, en insérant au mieux des questions dont il pourrait exploiter les réponses pour son projet d’article. De son côté, sa connaissance du Pokéweb et ses contacts nous ont permis de le diffuser au mieux (Sébouss, administrateur de Nuzlocke France nous a rejoint par la suite).

La conception du questionnaire a reposé sur plusieurs étapes, parfois conjointes. D’abord, le choix des questions, puis la recherche de commentaires réels pour constituer les choix de réponses sur la réception de Let’s GO et E/B. En parallèle, je demandais des retours lors de conversations quotidiennes en semaine sur Zoom avec Manuel Boutet, sociologue (mon mentor en quelque sorte), et une de ses étudiantes, pour avoir des retours. Enfin, la (très longue et fastidieuse) saisie du questionnaire sur Limesurvey suivie de phases de tests a permis de peaufiner le tout (même si quelques erreurs sont nécessairement passées inaperçues). La suite, vous la connaissez, Gobou et Sébouss (et un peu moi) ont travaillé à diffuser ce questionnaire un peu partout avec votre aide.

Concevoir un questionnaire sociologique implique d’avoir certaines questions préalables et des hypothèses à tester. L’utilisation du questionnaire n’est pas systématique en sociologie, en particulier en France, où l’on apprécie particulièrement les méthodes qualitatives (entretiens et observation, principalement). C’est d’ailleurs ce que j’utilise principalement : j’analyse qualitativement des milliers de commentaires Facebook, Youtube, je mène des entretiens, etc. Les questionnaires sociologiques peuvent avoir divers objectifs. Par exemple, il peut s’agir de chercher à produire des statistiques descriptives pour mieux connaître la morphologie d’une population, de ses pratiques. Certains sociologues utilisent les questionnaires pour monter en généralité suite à des observations plus qualitatives. Pour ma part, ce questionnaire est l’occasion de tester à grande échelles certaines hypothèses issue des 18 premiers mois de thèse, puis d’approfondir les résultats obtenus au cours d’entretiens longs auprès de personnes qui y ont répondu.

Je vais maintenant expliquer un peu plus en précision la conception du questionnaire. Comme vous l’avez peut-être remarqué si vous répondez à d’autres questionnaires sur internet, il ne contient pas de tests standardisés comme c’est le cas des questionnaires de psychologie. C’est une différence que j’aborderai peut-être dans un article à part, mais la sociologie n’a pas, ou très peu, recours à des scores standardisés, car ce n’est pas cohérent avec nos approches de la compréhension du monde. Cela ne signifie pas pour autant que l’on se contente de poser des questions un peu n’importe comment. On s’appuie sur des questionnaires éprouvés, on cherche à systématiser, et il existe quelques formes de standardisation.

Approcher des dispositions et construire des profils

Si je devais résumer quelques mots la question qui a guidé la conception de ce questionnaire, ce serait : “Qu’est-ce qui permet d’expliquer la polarisation de la réception relative aux jeux vidéo Pokémon parmi les fans ?”, ou, pour le dire autrement : qu’est-ce qui fait que l’on est hypé ou salé après avoir regardé un live ou un trailer de Pokémon. Puisque je fais de la sociologie, je cherche les mécanismes d’ordre sociaux en jeu. La sociologie trouve une part de l’explication des pratiques culturelles et de consommation dans ce que l’on pourrait nommer grossièrement les “caractéristiques sociales” ou “sociodémographiques”. Depuis Bourdieu et son ouvrage classique, “la Distinction”, on s’intéresse par exemple à la stratification sociale des goûts, et l’étude de ce phénomène fait l’objet de nombreuses études depuis lors, telle que l’enquête sur les pratiques culturelles des français ou encore celle sur leurs représentations en matière de culture. Ces enquêtes soulèvent régulièrement l’importance cruciale de facteurs tels que le genre, l’âge, le niveau de diplôme, mais aussi la “catégorie socioprofessionnelle” (ou renommée “Professions et catégories socioprofessionnelles” ou PCS plus récemment) des parents, dans la formation du goût et les choix de pratiques culturelles. C’est pour cette raison que le questionnaire commence par des questions qui portent sur ces points.

Un des objectifs de ma thèse et de ce questionnaire est d’aller plus loin qu’une simple explication en termes de “socialisation primaire” ou familiale, et de niveau scolaire, mais d’examiner comment les trajectoires de consommateur et de fan reconfigurent nos “dispositions”, c’est-à-dire en quelque sorte notre propension à développer des goûts et à s’engager dans des pratiques. C’est à ça que servent les volets suivants de l’enquête, à savoir caractériser le profil de “gamer” et de “fan de Pokémon” que sont les participants. C’est une partie assez ambitieuse du questionnaire, qui est cependant très exploratoire, parce que les profils que je cherche à y caractériser s’appuient sur des intuitions, et non sur des travaux précédents qui auraient proposé des profils, des “styles” dont la pertinence aurait été attestée.

Par exemple, les rares études quantitatives sur la consommation et les pratiques de jeu vidéo (à ma connaissance du moins) s’appuient principalement sur des classifications en termes d’intensité de la pratique et de genres (commerciaux) de jeux vidéo joués. C’est pour cette approche que j’ai opté dans un premier temps. Elle a l’avantage d’être relativement exhaustive, mais souffre de limites importantes. Deux chercheurs qui ont travaillé sur une enquête nationale sur le jeu vidéo, le projet Ludespace (qui donne lieu à la publication prochaine d’un livre que je mentionnerai à la fin), m’ont conseillé d’abandonner cette classification car elle n’apporte pas grand chose. Les catégories sont floues, et on ne parvient qu’à de grossières oppositions hardcore/casual gamer, avec des “hardcore” gamers qui jouent à à peu près tout. Vous vous rendez d’ailleurs bien compte que jouer à Gran Turismo, Need For Speed, ou Mario Kart, ce n’est pas tellement la même chose, pourtant les trois jeux sont inclus dans la catégorie “jeux de course”.

Ils m’ont donc proposé d’essayer quelque chose d’un peu “expérimental”, à savoir partir de profils qui me paraissent potentiellement significatifs pour comprendre la polarisation des joueurs de Pokémon sur certains sujets, et de proposer deux ou trois jeux par catégorie. Cette approche souffre aussi de limites importantes, comme la perte de l’exhaustivité et le fait que les profils construits reposent sur une intuition et un peu d’expérience, mais pas sur des recherches rigoureuses passées. Cela signifie que ce questionnaire aura pour but de poser la première pierre d’une telle tentative de classification, sans être assez précise pour le faire correctement. Mais il me semble qu’il vaut mieux cela que des catégories attestées mais inutiles. Les catégories retenues, à prendre avec énormément de pincettes et qui se recoupent partiellement, étaient les jeux Nintendo, les JRPG, les longues séries tout public (COD, FIFA…), les superproductions AAA (appelées avec humour “jeux de blanc” par un ami qui m’a aidé à sélectionner les jeux, par opposition au marché du jeu vidéo japonais), avec un penchant narratif et un penchant “gameplay”, les jeux “casu” smartphone, et les jeux “de filles” (qui peuvent en fait être plutôt mixtes pour certains, mais je ne m’étendrai pas trop là-dessus, de toute manière peut-être cette catégorie ne s’avèrera pas pertinente, peut-être son appellation est-elle bancale). C’est le croisement de ces profils avec d’autres résultats du questionnaire qui devront éclairer sur leur degré de pertinence éventuel.

Je passe enfin rapidement sur les deux pages qui caractérisent le degré et les modalités de “fanitude” Pokémon. Ces volets étaient plus simples à construire, mais ici, c’est la construction largement a posteriori des profils “qualitatifs”, c’est-à-dire au-delà du simple score brut de “fan”, qui peut poser problème. En effet, on peut imaginer qu’il y a plus que le simple nombre de pratiques Pokémon en jeu dans les profils de fans, à commencer par d’éventuels profils plus orientés sur le jeu vidéo, plutôt sur la dimension artistique ou de collection, ou encore plutôt sur le versant de la production. Quoi qu’il en soit, c’est le croisement des profils ainsi construits entre eux et avec les résultats des dernières pages qui peuvent rendre leur construction utile. C’est aussi pour cela que je ne pouvais pas ignorer le volet “sociodémographique classique”, puisqu’il est probable que les profils sociodémographiques interfèrent avec les profils de gamers et de fans.

De la hype et du sel : et la nuance dans tout ça ?

Les volets les plus originaux de ce questionnaire étaient sans doute ceux où je demandais de se positionner par rapport à des commentaires relatifs à des événements, à des trailers. L’idée générale est que les “dispositions” dont je tente de dessiner les contours sont rendues visibles lorsqu’elles rencontrent des “dispositifs” à même de les “activer”, pour le dire simplement, même si le terme est peu élégant.

Choix de réponse à la question sur l’arbre moche de l’E3

Beaucoup de fans ont critiqué le manque de nuance, le caractère caricatural des commentaires proposés. Tout d’abord, ces commentaires sont très fortement inspirés de commentaires réels qui me semblaient plus ou moins représentatifs des positions que j’ai le plus rencontrées. Ce sont d’ailleurs des commentaires réels que j’ai corrigés, dont j’ai enlevé certaines ponctuations, des majuscules, certaines insultes, et que j’ai raccourcis. Cela ne signifie pas que je crois qu’il s’agisse des positions nécessairement les plus répandues, je suis tout à fait conscient du biais qu’il y a à prendre en considération les contributions les plus visibles alors que de nombreux fans ne s’expriment pas publiquement. C’est un problème auxquelles les études sur les fans, ou “fan studies”, sont généralement confrontées. C’est pour cette raison que j’ai proposé à chaque question de signaler que vos avis ne correspondent à aucun de ceux proposés.

Il est tout à fait possible que j’ai fait le mauvais choix, et peut-être que j’aurais pu parfois introduire un peu de nuance. C’est d’ailleurs un écueil classique des sondages d’opinion que de contraindre les participants à se positionner sur des questions auxquelles ils n’ont pas vraiment pensé, et à prendre des positions qu’ils n’auraient pas vraiment prise par dépit. C’est pourquoi, au moment de l’interprétation des résultats, je ferai preuve de précautions. Toutefois, l’avantage de réponses polarisées est de rendre les positions claires, et une partie de la polarisation est due au fait qu’une réponse ne pouvait pas contenir plusieurs idées au risque de les rendre ininterprétables. Par exemple, si je propose la réponse “j’aime les graphismes mais le gameplay a l’air nul”, par exemple, comment puis-je savoir si la personne trouve les graphismes quelconques et déteste tellement le gameplay qu’elle a décidé de voter pour ça, ou bien l’inverse ? Et surtout, beaucoup de monde aurait alors du mal à répondre. Je crois d’ailleurs que certains des commentaires que j’ai gardés avaient encore ce défaut d’après certains retours, je compte y être attentif.

Une solution aurait alors été de proposer d’autres degrés de nuance, ce qui aurait posé plusieurs problèmes. D’abord, le fait qu’il aurait été d’autant plus difficile de se positionner entre des propositions au sens proche, alors qu’un questionnaire n’est pas adapté à ce genre de finesse. Mais aussi parce que cela aurait demandé au moins deux commentaires supplémentaires par question, alors que le questionnaire est déjà assez long, et cela m’aurait aussi demandé encore énormément de travail pour trouver des commentaires assez typiques. J’ai donc privilégié 2 commentaires hypés, deux commentaires salés, et la possibilité de ne pas se positionner. L’idée d’en avoir deux de chaque étant de m’autoriser à tester, pour certaines questions, une ou deux justifications spécifiques à la position pour affiner le test de certaines hypothèses.

Conclusion : et après ?

Comme je l’ai mentionné à plusieurs reprises, le questionnaire a évidemment des limites, implique des biais sur lesquels on a plus ou moins de prise. Un questionnaire ne peut tout simplement pas donner accès à des données très fines, ce n’est pas un dispositif conçu pour cela d’ailleurs. C’est le rôle que jouent notamment les entretiens dans une méthodologie d’enquête en sociologie. Le questionnaire offre ce qui manque aux entretiens, de la puissance statistique, pour essayer de s’assurer que l’on n’a pas affaire qu’à des cas particuliers (ou bien, si notre étude porte des cas particuliers, pour bien en avoir conscience et savoir quelle place ces cas ont par rapport à la population plus large, par exemple). C’est pour cette raison que j’ai donné la possibilité de me laisser des coordonnées. Je compte essayer de mener une quinzaine ou une vingtaine d’entretiens en face à face, si possible chez les participants, en 2020-2021 (je risque de ne pas pouvoir en faire plus à cause du coût en temps, en argent et en énergie que cela représente, et parce qu’il faut bien que je termine ma thèse un jour), en faisant en sorte que cela se fasse avec des personnes de profils variés. Par exemple, lorsque j’ai mentionné les “dispositions”, elles sont évidemment bien plus que les quelques réponses lors du questionnaire, et les entretiens permettent alors de les préciser.

Je terminerai ce billet par un dernier point qui fera l’objet d’un article à part, à savoir les questions ouvertes. Le nombre impressionnant de réponses, alors que j’ai déjà un corpus de données conséquent, signifie que j’aurai bien du mal à analyser qualitativement et rigoureusement toutes les réponses à la main. Je compte toutes les lire parce que vous avez pris le temps de les écrire, et que ce sera intéressant, mais elles feront plutôt l’objet d’un traitement automatisé avec un logiciel d’analyse textuelle. J’écrirai un article sur cette méthode, et j’y publierai quelques résultats qui, je l’espère, seront intéressants !

Je m’excuse pour la longueur du billet, j’ai un peu de mal à être plus concis sans avoir l’impression de ne pas en dire assez. J’espère qu’il vous aura quand même plu et vous donnera envie de suivre les prochains de la série pour en savoir plus sur les résultats du questionnaire ! (Sachez tout de même que le traitement prendra du temps, d’autant que j’ai des cours à préparer, d’autres données à analyser, des articles etc à écrire, ainsi qu’une vie, mais je tacherai d’avoir au moins des premiers résultats généraux en Juin).

Références pour aller plus loin

Si la question des dispositions vous intéresse, vous pouvez vous renseigner sur les travaux de Bernard Lahire, par exemple les Portraits Sociologiques (recension un peu plus complète et technique).

L’ouvrage à paraître sur l’enquête sur les jeux vidéo en France s’intitulera “Les jeux vidéo au quotidien”. J’éditerai le blog lorsqu’il sera sorti. En attendant, vous pouvez avoir un aperçu des travaux sur les jeux vidéo dans la sociologie française en lisant cet article de vulgarisation de Samuel Coavoux, l’un des auteurs du livre.

En ce qui concerne le lien entre “dispositions” et “dispositifs”, vous pouvez lire l’introduction de “La captation des publics” de Franck Cochoy. Elle est intéressante même s’il faut passer au-delà de certaines analogies capillotractées, entre autres.

A-t-on le temps de faire de l’ethnographie (en ligne) pendant un doctorat ?

L’idée d’écrire ce billet m’est venu après la lecture de cet article : https://www.lemonde.fr/sciences/article/2020/01/08/la-recherche-sociologique-supporte-t-elle-l-intermittence_6025224_1650684.html

Avant toute chose, je me dois d’être honnête avec les éventuel.les lecteur.ices, je ne suis pas un modèle d’organisation et de régularité dans le travail, et il est évident que j’ai donc de la marge pour mieux faire, mais les difficultés dont je souhaite parler ici ne sont pas imputables uniquement à mes propres défauts. Je vais commencer par parler un peu de toutes les taches que j’ai à mener à bien pendant mon doctorat qui ne relèvent pas directement de l’enquête, puis j’expliciterai un peu la méthodologie de manière concrète avant d’expliquer pourquoi il est très difficile pour moi de mener un réel travail ethnographique.

Les multiples taches des doctorant.es

J’ai bien conscience que le cas que je vais décrire n’est pas celui de tout le monde, mais je ne pense pas pour autant être un cas tout à fait unique. Je ne vais pas non plus trop m’étaler là-dessus parce que c’est un sujet qui est déjà régulièrement traité. Le travail administratif dont se plaignent les enseignants chercheurs, mentionné dans l’article, n’est pas aussi lourd dans le cadre d’un doctorat, mais il reste conséquent notamment à certaines périodes. En particulier, il y a une lourde charge de travail administratif autour de la rentrée, mais aussi pendant les périodes de colloques. Se faire rembourser des déplacements et logements, même si ça devient plus simple avec le temps, reste quelque chose de lourd et parfois anxiogène. Il y a aussi tout ce qui est lié à la recherche de financements pour divers projets, notamment des bourses mobilité, qui peuvent parfois prendre un temps considérable pour finalement ne rien obtenir et avoir le sentiment qu’on a gaspillé du temps précieux. Ce fut mon cas cette année par exemple. On peut aussi mentionner les formations, séminaires, et autres taches ponctuelles qui pèsent mises bout à bout.

Une autre tache chronophage assez classique, ce sont les cours. D’autant plus quand, comme ça a été mon cas, on change de cours d’une année sur l’autre. J’ai un peu de chance dans mon malheur puisque les enseignants qui donnaient les cours avant moi m’ont transmis des ressources précieuses pour me faire gagner du temps, mais les charges de cours, c’est quand même environ cinquante heures par an (avec le jeu des équivalents TD, puisque je donne des CM), auxquelles s’ajoutent la préparation des dits cours, qui implique pas mal de lectures puisque je ne suis pas expert des sujets que j’enseigne à l’origine, mais aussi la conception d’activités et de devoirs qu’il faut ensuite corriger. Et ça prend par ailleurs énormément d’énergie.

Enfin, ce qui je crois m’a pris le plus de temps depuis le début de la thèse, ce sont les colloques et publications. Trouver et répondre à des AAC, préparer des communications, des Powerpoint, écrire des articles et chapitres d’ouvrages, ça prend un temps monstrueux. Certes, ce n’est pas du temps perdu puisque c’est un travail qui peut être mobilisé pour la thèse, mais comme je ne fais pas de “thèse sandwich”, ce n’est pas non plus tout à fait ma thèse, et surtout, ce n’est pas l’enquête.

Enfin, derrière le temps cumulé occupé par ses taches se cache un autre problème : la multiplication des taches différentes fait qu’on a parfois tendance à alterner entre plusieurs d’entre elles, or, comme on va le voir, c’est un mode de fonctionnement qui n’est pas adapté à une enquête ethnographique.

“C’est facile d’enquêter dans son canapé”

Un professeur de mon laboratoire a un jour un peu ironisé sur le travail d’enquête qu’une collègue et moi réalisions pour notre mémoire de M2, à propos du fait qu’on privilégiait des enquêtes en ligne et que ça serait quand même plus simple que de faire du vrai terrain physique, que c’est sympa de pouvoir bosser de son canapé. Je doute qu’il pensait à mal, et il m’arrive parfois de complexer un peu là-dessus, quand je mène un entretien pendant que je mange des pâtes sur le canapé par exemple ou pendant que je joue à Football Manager. Pour autant, je réalise que j’avais beaucoup plus de facilité à mener une ethnographie lorsque j’ai réalisé mon enquête d’un bar de gaming en fin de Licence qu’à partir du Master, où j’ai commencé à enquêter en ligne.

Je ne vais pas entrer dans les détails des difficultés méthodologiques de l’ethnographie sur internet comme je le ferais dans un travail académique, parce que pendant que j’écris ce billet, je ne suis justement pas en train d’enquêter et que je ne veux pas y passer trop de temps. Pour faire court, mon enquête consiste à récolter des données de natures assez variées : je récupère des commentaires Youtube de vidéos sur Pokémon dans des tableaux Excel et je les traite principalement “à la main” ; je suis sur des groupes Facebook “privés” de fans de Pokémon et j’enregistre des publications pertinentes et parfois j’écris des remarques générales sur ce qui s’y passe pour m’y retrouver, en notes de terrain ; en théorie je suis ce qui se passe sur des serveurs Discord de fans de Pokémon ; je lis les news sur des sites de fans ; j’aimerais récupérer des données Twitter et c’est presque au point mais pour le moment j’y fais juste de la veille ; je mène des entretiens, principalement en ligne à l’écrit, auprès de fans de Pokémon rencontré.es un peu partout dans et hors des communautés.

La première difficulté, c’est que quand je suis dans une phase où je traite des données de Youtube, ça me prend énormément de temps et j’ai du mal à me concentrer sur autre chose. Exit l’ethnographie, donc, qui demande un réel investissement sur la durée. La seconde difficulté, c’est que lorsque je suis suis engagé dans l’écriture d’un article, d’un chapitre, la préparation d’un colloque, ou des taches administratives intenses, je suis trop pris pour m’engage pleinement dans de l’ethnographie. Enfin, le reste du temps, lorsque je pourrais envisager de le faire, cette “réelle ethnographie” prendrait la forme d’un investissement fort au sein de groupes Facebook et serveurs Discord, donc. Or ces espaces sont principalement actifs les soirs, et sont accessibles sur ce qui me sert à la fois d’outil de travail et de support de loisirs.

La situation est alors la suivante : la journée, pendant que ma conjointe est en cours ou vaque à d’autres occupations, j’essaie d’aller à la bibliothèque (ou au bureau quand je suis en région parisienne) pour me mettre dans des conditions propices au travail. Le soir, plus ou moins tard, je rentre, je fais à manger etc, et là, je me pose dans le lit avec ma conjointe. Et c’est à ce moment là que je pourrais réellement réaliser un travail d’enquête ethnographique. Le soir, fatigué d’une journée de travail plus ou moins productif, après avoir mangé, en étant enfin un peu posé avec ma conjointe (qui doit certes aussi parfois travailler de son côté). Pour ce qui est de Facebook, je peux à la rigueur mettre en place une routine de récupération de données qui peut éventuellement prendre un temps limité, mais c’est plus compliqué pour les serveurs Discord. D’autant que cette situation appelle généralement un mode attentionnel peu focalisé.

Les temporalités de l’ethnographie en ligne

Faut-il alors que je parvienne à m’investir dans ces communautés tout en continuant à m’investir en parallèle dans les autres communautés dans lesquelles je me trouve ? Cela brouille d’autant plus les frontières déjà floues entre travail et temps libre, ce qui pose quelques problèmes pour ma santé psychologique. D’autant plus que ces communautés ne sont pas forcément à mon goût et que lire certaines conversations me demande des efforts conséquents de contrôle de mes émotions. D’un autre côté, me contenter d’aller récupérer et archiver des conversations, s’il s’agit d’une solution envisageable, affaiblit fortement le caractère ethnographique de mon enquête.

Est-ce que je dois vraiment m’accrocher à l’idée de mener une “réelle” ethnographie en ligne ? L’un des principaux avantages de l’ethnographie est que cette méthode permet de comprendre un univers qui nous est à l’origine étranger. Pour ma part, je ne suis pas étranger à l’univers que j’étudie. Cela pose des problèmes évidents dont j’ai tout à fait conscience, mais comporte aussi quelques avantages : je suis plutôt familier des codes de mon terrain. Il est évident qu’une ethnographie me permettrait d’avoir une compréhension plus fine de certains mécanismes, de mieux comprendre l’évolution de certains de ces codes à une échelle locale, mais à quel prix ?

Pour autant, j’ai décidé de ne pas abandonner l’idée de revendiquer une méthode ethnographique pour mes recherches de thèse. Je pense tenter de réfléchir à une organisation de mon temps qui me permettrait de m’investir suffisamment dans certaines communautés pour prétendre au label ethnographietm , pour avoir accès à un point de vue approfondi sur certaines dynamiques de mon terrain, tout en évitant de sacrifier mon couple, le peu de vie sociale qu’il me reste et mon bien-être (qui dépend d’ailleurs pas mal des deux données précédentes). Mais je ne me fais pas d’illusions, cela risque d’être compliqué et je m’attends à échouer. D’autant que lors des trois derniers mois m’attendent corrections d’examens et de devoirs, rédaction d’un article, correction d’un chapitre d’ouvrage lorsque j’aurais reçu la version relue, réponses à des AAC, bref, plein de belles choses stimulantes mais éreintantes.

Si j’ai partagé écrit ce billet, ce n’est donc pas pour me plaindre, ni pour contredire l’article quant au fait que les doctorant.es disposent plus de temps pour la recherche que les EC en poste. Je vois suffisamment la charge de travail aberrante hors recherche qui incombe aux EC de mon laboratoire. Je voulais juste attirer l’attention sur le fait que la question du temps pour la recherche en contexte de multiplication des taches est une problématique qui touche aussi fortement les doctorant.es et qui peut avoir des conséquences importantes. Dans mon cas, cela impose une certaine pression sur la qualité de ma méthodologie. Dans d’autres cas (et peut-être le mien aussi sur le long terme), cela peut aussi toucher à l’allongement de la durée du doctorat, avec les problèmes que cela implique.

Quelques références

Pour les personnes qui sont intéressées par les méthodologies d’ethnographie sur internet, voici quelques références :

Hine, C. (2000). Virtual ethnography. Sage.

Ethnographie sur Internet : rendre compte du virtuel. Vincent Berry – https://www.cairn.info/revue-les-sciences-de-l-education-pour-l-ere-nouvelle-2012-4-page-35.html#no3

Et un article que j’aime beaucoup mais qui est un peu plus compliqué : S’orienter dans les espaces sociaux en ligne. L’exemple d’un jeu. Manuel Boutet – http://seminaire.ensadlab.fr/wp-content/uploads/2015/02/Boutet2008Orientation.pdf

How emotions are made : finalement y a une vidéo TED

La dernière fois que j’ai eu une sorte de pic de motivation pour reprendre ce blog, je venais de lire How Emotions Are Made de Lisa F. Barrett, et je m’étais mis en tête de faire une sorte de résumé de ce livre. Finalement, j’ai été pris par tellement de choses que je n’ai pas trouvé l’énergie de repartir dans de la neuro depuis lors. Entre temps, je suis tombé sur une conférence TED où l’autrice présente justement sa théorie d’une manière qui résume pas mal le livre, donc, même si je n’aime pas trop les conférences TED pour pas mal de raisons, je vais me contenter de vous la partager au lieu de me lancer dans un travail fastidieux pour une plus-value finalement faible : https://www.ted.com/talks/lisa_feldman_barrett_you_aren_t_at_the_mercy_of_your_emotions_your_brain_creates_them?referrer=playlist-what_are_emotions

Cette vidéo propose des sous-titres français pour les anglophobes, donc je ne vois pas tout à fait l’intérêt de résumer la vidéo. Je me contenterai d’émettre une petite critique sur le livre, outre le fait que la deuxième moitié est principalement du développement personnel c’est que lorsque l’autrice essaie d’entrer un peu sur le terrain d’une analyse sociale/SHS de la portée de sa théorie, c’est vraiment très faible. Mais ça, de toute manière, c’est notre travail à nous, et ça montre finalement l’importance d’une réelle interdisciplinarité, et quand je dis “réelle”, je veux dire, une interdisciplinarité qui respecte les spécificités des approches épistémologiques plutôt que de mettre des sciences moins prestigieuses au service des plus légitimes.

Compte rendu de lecture : How emotions are made (1/X)

Une théorie constructiviste des émotions en en neurosciences.

Depuis les années 70 au moins, les émotions sont considérées comme socialement construites et non-universelles par les sciences sociales[1]. Pourtant, la psychologie a longtemps défendu, en s’inscrivant à la suite de Darwin, que les émotions sont innées et sont le résultat de l’évolution. Le nom le plus connu lorsqu’il s’agit de parler d’émotions est probablement celui de Paul Ekman[2], et sa théorie dite des “émotions de base”, dont il est amusant de noter que les divers consultants et autres journalistes sont incapables de se mettre d’accord sur le nombre de ces émotions de base et leur nature. Ces émotions de base seraient universelles, tant dans leur vécu que dans leur “empreinte” psychologique et neurologique mais aussi dans leur expression non verbale. Cette théorie est incompatible avec les approches plus constructivistes issues des sciences sociales. Qui a raison ? Une bande d’exploratrices et de chercheuses qui travaillent sur la base de simples observations, ou des scientifiques qui ont accumulé des centaines, voire des milliers de preuves expérimentales de leur théorie innéiste et universelle des émotions ?

Dans une série de billets, je vais vous présenter l’ouvrage “How emotions are made. The secret life of the brain”, paru en 2017 et écrit par la neuroscientifique Lisa Feldman Barrett, “Distinguished Professor” pour ce que ça veut dire, qui fait aussi pas mal de conférences de vulgarisation en ce moment. Dans cet ouvrage, Barrett défend l’idée, neurosciences (et meta-analyses) à l’appui, que contrairement à ce que postule ce qu’elle appelle la “théorie classique”, les émotions sont construites (et même socialement construites), non-universelles, qu’il n’existe pas “d’empreinte digitale” (terme qu’on remplacera par “empreinte” tout simplement) à chaque émotion, et que les chercheurs en sciences expérimentales se sont donc plantés. Ce livre constitue à la fois une sorte de “caution”, il faut l’admettre, mais sera aussi l’occasion de se demander comment une théorie sociologique/anthropologique des émotions peut être construite de manière cohérente avec les avancées récentes des neurosciences (tout en gardant une certaine indépendance vis-à-vis de ces dernières).

C’est un ouvrage écrit pour être lu par des personnes qui ne sont pas tellement initiées aux neurosciences. Le style est donc très abordable, mais parfois un peu lourd d’analogies parfois répétitives qui peuvent inutilement “remplir” le livre. Un bon nombre d’illustrations et analyses politiques/sociales/philosophiques/sociologiques sont pauvres, mais ce n’est de toute manière pas ce que je cherchais dans ce livre. Plusieurs chapitres, qui ne sont d’aucun intérêt pour ma thèse et relèvent plutôt du développement personnel, ne seront pas traités dans cette série d’articles. Seuls les 7 premiers chapitres seront présentés, avec un article supplémentaire en guise de conclusion générale. En plus de résumer les chapitres, j’essaierai de soulever quelques liens possibles avec mes données et mes lectures de sciences sociales.

Le premier article traitera certainement des trois premiers chapitres. Dans le premier chapitre parle de la recherche “d’empreintes émotionnelles”, Barrett explique comment elle en est venue, à travers ses recherches, à commencer par ses tentatives de répliquer des expériences classiques du domaine en Master et en Doctorat, à se rendre compte qu’il n’y avait pas de telles “empreintes”. En effet, deux expériences de “colère” qui nous paraîtraient similaires peuvent correspondre à deux “patterns neurologiques” différents, que la norme est la variété plus que la stabilité en ce qui concernent les émotions. Le chapitre 2 développe l’idée que les émotions ne sont pas innées, que l’on ne “reconnaît/identifie” pas des émotions, mais qu’on les construit, au fil des expériences. Le chapitre 3 est dédié à “démonter” le “mythe des émotions universelles”, en s’appuyant à la fois sur des travaux anthropologiques et sur des expériences de neurosciences. Ce chapitre est particulièrement important parce qu’il met en exergue les biais qui ont pu mener aux conclusion erronées d’une universalité des émotions.

Les chapitres suivants sont beaucoup plus denses et complexes (ils traitent plus directement de neurosciences et s’appuient sur une littérature que je ne connais que très peu). Je ne sais donc pas encore si je vais les traiter séparément ou les regrouper, et si je les regroupe, comment je les regrouperai. Le chapitre 4, “The origin of feeling”, traite de comment le cerveau interagit avec le reste du corps par “introception”, en régulant le “body budget” en fonction de l’interprétation de ce que l’on perçoit, en se basant sur nos expériences passées. C’est par ce phénomène que l’on ressent des “affects”. Comment fait-on sens de simple ressenti d’affects, pour en faire des émotions ? C’est la question à laquelle répond le chapitre suivant, “Concepts, goals and words”. Pour faire court, ce chapitre traite de la manière dont notre cerveau en à construire des catégories, des “concepts”, qui permettent de faire sens de ce qu’on perçoit et ce qu’on ressent. C’est un des premiers chapitres qui permettent de faire le pont avec les sciences sociales. Le chapitre suivant, “How the brain makes emotions”, présente la manière dont le cerveau intègre et mobilise les “concepts” et produit les émotions. Enfin, le dernier chapitre dont je parlerai s’intitule “Emotions as social reality”. C’est le chapitre que j’attendais le plus, et j’avoue avoir été un peu déçu. Une relecture me réconciliera peut-être partiellement avec ce dernier, mais je crois que Barrett n’a simplement pas le background pour traiter de dimension sociale des émotions de manière pertinente et stimulante.

Dans l’ensemble, c’est ouvrage intéressant qui aura surement une certaine importance dans mon cadrage théorique, même si la volonté de l’autrice d’appuyer un peu trop sur le caractère “révolutionnaire” de sa théorie, et de la vendre au mieux, couplée à une expertise limitée en sciences sociales, ont pu donner lieu à des passages un peu gênants. Toujours est-il que cet ouvrage et les références qui s’y trouvent seront un outil indispensable pour moi lorsqu’il s’agira d’argumenter contre les tenants (académiques ou non) de théories innéistes et universelles des émotions. Et ce n’est pas négligeable quand on sait la couverture médiatique des émotions, avec pour dernier exemple effarant en date, la volonté du gouvernement de former les agents de la sécurité sociale à la détection de mensonges.

_____

[1] L’une des premières à avoir argumenté dans ce sens est Margareth Mead. Elle a fait partie des principales opposantes à Ekman. Toutefois, son œuvre est controversée (voir Wikipédia). Je faisais plutôt référence aux travaux de Rosaldo (Knowledge and Passion), Jean Briggs (Never in Anger) et Catherine Lutz (Unnatural Emotions). Cet article de Lutz introduit bien à la question. Levy (Tahitians) est aussi un des pionniers sur le sujet.

[2] Ekman s’inscrit à la suite de Darwin, dans l’idée que les émotions sont une conséquence direct de l’évolution. Le nombre “d’émotions de base” qu’il a “identifiées” a varié au cours du temps, et certains théoriciens dans sa lignée ont aussi fait varier ce nombre. En outre, on notera que ces émotions n’ont pas été “découvertes” mais postulées sur la base de catégories émotionnelles usuelles (peur, tristesse, colère, joie, dégoût, surprise…).

Comment chercher un article académique ?

Lors de ma première année d’enseignement, je me suis rendu compte que la recherche d’articles académiques est un exercice qui est loin d’être aussi trivial qu’il ne me paraissait. Les obstacles et difficultés sont nombreuses et de natures variées. Cet article est donc à destination des étudiants qui cherchent des conseils sur de la recherche d’articles académiques pour des dossiers, en particulier en Licence. Dans cet article, je vais rapidement expliquer ce qui est généralement entendu par “article scientifique” ou “académique” en sciences humaines et sociales (SHS). Ensuite, j’expliquerai comment en chercher concrètement des articles, puis comment se les procurer. Enfin, deux dernières parties concerneront la question un peu plus subtile du choix des articles.

Qu’est-ce qu’une référence académique/scientifique ?

Si vous êtes en Licence de SHS, il est probable que vous deviez mobiliser des références dites scientifiques et/ou académiques. J’ai pu me rendre compte que cela ne va pas de soi pour tout le monde. Le problème, c’est que le caractère scientifique ou non, académique ou non d’une production est quelque chose d’assez complexe. Je ne compte pas me lancer ici dans une analyse épistémologique ou dans des réflexions institutionnelles poussées, d’autant qu’en réalité, cela dépendra de votre enseignant. Je me rappelle d’un professeur d’ethnologie qui rejetait par principe tout ce qui venait du champ de la psychologie. Pour ma part, j’avoue avoir beaucoup de mal à accepter des articles psychanalytiques, moins par principe que parce que mes étudiants n’ont pas le recul pour savoir sélectionner et que je me retrouve avec des analyses complètement hors-sujet voire, parfois, absurdes, à cause de ça.

Ce que vous pouvez retenir, c’est que vous trouverez principalement vos sources sur des plateformes proposées par votre ENT telles que CAIRN, JSTOR, Sage etc, et que vous pouvez aussi éventuellement puiser dans des blogs qui sont explicitement tenus par des chercheurs voire des professionnels du domaine en question. Enfin, utilisez Google Scholar plutôt que Google pour être sûr lorsque vous cherchez sur un moteur de recherche.

Comment chercher et se procurer un article académique.

Dans ce paragraphe, je vais commencer par vous décrire rapidement une méthode que je vois souvent autour de moi, qui n’est pas la mienne, mais qui peut éventuellement être plus rassurante.

Sur votre ENT, si vous êtes français, vous avez forcément accès à des catalogues numériques d’articles académiques. Comme mentionnés plus tôt, il peut s’agir de Cairn, JSTOR, Sage, ou encore Taylor&Francis et bien d’autres. En allant sur ces sites en passant par l’ENT, vous pouvez ensuite chercher, à l’aide de mots clés, des articles et les télécharger gratuitement alors qu’ils coutent normalement plusieurs dizaines d’euros.

Je trouve cette méthode assez chiante, déjà parce qu’elle requiert de faire une recherche par plateforme, et aussi parce qu’elle nous restreint aux plateformes auxquelles votre fac s’est abonnée, ce qui est conséquent, mais reste limité. Je préfère donc passer par le moteur de recherche Google Scholar. L’avantage, c’est que vous aurez donc devant vous des milliers d’articles sans restriction de revues. L’inconvénient, c’est que la plupart de ces derniers sont derrière ce qu’on appelle un “paywall”, c’est-à-dire qu’il faut les payer. Plusieurs choix s’offrent alors à vous. Le premier : payer. Je vous le déconseille. D’abord parce que ça va vite revenir cher, ensuite parce qu’il y a des alternatives et que financer cette industrie oligopolistique n’est pas forcément une bonne chose pour la recherche. Deuxième choix : passer par les catalogues de l’ENT et espérer que votre fac est abonnée.  S’il s’agit de plateformes étrangères comme Springer ou Elsevier, il y a peu de chances que vous puissiez vous y connecter facilement. Il vous reste alors d’autres alternatives. Vous pouvez cliquer sur l’option “Autres versions” et chercher des versions HTML ou PDF (les chercheurs et chercheuses publient parfois des “preprints” sur d’autres plateformes ou sur un site personne), ou encore “pirater” l’article à l’aide d’un site appelé “sci-hub”. Je ne m’étalerai pas ici sur ce qu’est sci-hub, les personnes intéressées peuvent faire leurs propres recherches sur Google. Pour l’utiliser, rien de plus simple : il faut copier l’URL de l’article dans la barre de recherche du site sci-hub.st (si l’url n’est plus valide, cherchez-en une sur https://whereisscihub.now.sh/). Si l’article est dans leur base, il vous sera proposé gratuitement. Depuis quelques mois, pour y avoir accès, il faut faire une manipulation supplémentaire. Si vous avez Opera comme navigateur, il vous suffit d’activer le VPN. Sinon, si vous avez Firefox, vous pouvez faire comme suit :

Allez dans options > paramètres
Cochez la case “Activer le DNS via HTTPS” et laissez le DNS par défaut

Pour les livres, libgen.is est un équivalent de sci-hub sur lequel je ne m’étendrai pas ici.

Quels articles académiques chercher ?

Jusqu’à présent, j’ai surtout insisté sur chercher, et comment utiliser les outils numériques pour chercher des articles académiques, mais il est possible que certains d’entre vous, dans la pratique, se retrouvent toujours dans une impasse. Vous êtes sur Google Scholar, mais maintenant, qu’est-ce qu’il faut taper dans la barre de recherche ? Le choix des mots clés découle de ce que vous voulez trouver comme article. Le problème, c’est que souvent, vous ne savez pas vraiment quoi chercher. Pour reprendre un cas concret rencontré cette année, pour un dossier sur l’apprentissage, une personne qui a choisi comme sujet la pâtisserie va chercher “pâtisserie” ou “apprentissage pâtisserie”, peut-être aussi “pâtisserie sociologie” dans le meilleur des cas. Et me dire “monsieur, je trouve (presque) rien sur l’apprentissage de la pâtisserie, j’ai aussi cherché la cuisine mais c’est pareil”.

Si vous travaillez sur un objet/sujet peu traité, vous serez peut-être dans ce cas. La première chose à faire serait peut-être déjà d’élargir à l’anglais, mais beaucoup d’entre vous y sont réfractaires. Ce n’est cependant pas ce dont je veux vous parler ici. En réalité, les articles sur la pâtisserie vous serviront à poser des bases informatives, mais pour l’analyse, vous pouvez très bien vous reposer sur un article sur l’apprentissage de la danse, de la pâte à modeler ou du rugby. Ce qui est demandé dans un devoir académique, c’est souvent d’utilisé des théories pour analyser des situations. C’est en tout cas ce que je demandais pour le dossier de mon UE. Et très peu d’étudiants ont compris ce que j’entends par là malgré mes explications nombreuses. Certes, c’est quelque chose de compliqué, mais il faut que vous appreniez à vous détacher de votre objet voire parfois de votre sujet, pour penser un peu plus en termes de concepts, de notions, de théories.

Ainsi donc, si vous voulez travailler sur l’apprentissage de la pâtisserie et que vous voulez comparer l’apprentissage en famille et l’apprentissage à l’école, vous pouvez lire des articles sur les apprentissages familiaux et les apprentissages scolaires dans les filières professionnelles. Ils auront beaucoup plus à vous apporter dans l’analyse qu’un article qui parle des traces archéologiques de pâtisseries. En vous détachant de votre objet, vous pouvez ensuite essayer de voir si les analyses appliquées à des objets éloignés peuvent s’appliquer au votre, et, si ce n’est pas totalement le cas, discuter des spécificités de votre objet, par exemple.

 

Première année d’enseignement : un bilan

On y est. Il ne me reste a priori qu’un dossier à corriger, que j’attends encore, avant d’avoir totalement terminé les corrections pour la première session d’examens. Ensuite, il faudra corriger les rattrapages, mais quoi qu’il en soit, on arrive au bout de cette première année d’enseignement à la fac. A l’origine, j’aurais préféré publier plus régulièrement à ce sujet (et aussi sur la thèse, mais sur ça, je fais un blocage), mais je n’ai pas réussi. Peu importe, c’est le moment de prendre un peu de recul et de tirer des enseignements de… mes missions d’enseignement.

L’échauffement : les L1 de Psychologie.

Au premier semestre, j’ai commencé en douceur avec une UE Libre d’introduction aux sciences de l’éducation auprès de L1 de Psychologie. Je ne maîtrisais pas totalement ce cours au départ, mais j’ai eu la chance de pouvoir me servir du cours de l’année précédente qui était dispensé par mon directeur de recherches. La promotion était un peu particulière puisqu’il s’agissait presque exclusivement d’étudiant.e.s qui avaient déjà un projet professionnel en lien avec l’enfance ou l’éducation, qui avaient choisi cette UE par réel intérêt plutôt que par défaut, ce qui constitue déjà un certain tri.

Malgré tout, je me suis rapidement rendu compte que j’avais surestimé ce que je pouvais attendre de L1, pas tant au niveau de l’évaluation que des activités. En effet, ils avaient beaucoup de mal à saisir les points réellement importants des articles que nous travaillions, et avaient bien du mal à les mobiliser dans le cadre des débats que je souhaitais animer. Il faut dire qu’il s’agissait de leur premier semestre à l’Université. J’espère pouvoir mieux adapter les activités lors du prochain semestre.

Le véritable défi : le cours L3 de Sciences de l’éducation

Au deuxième semestre, j’avais à charge un cours bien plus compliqué à dispenser. D’abord, il y avait un nombre d’heures plus conséquent. Ensuite, il s’agissait d’un cours important du deuxième semestre de L3, un cours très général sur “Education et apprentissages”, un domaine que je ne maîtrise pas totalement étant donné mon parcours. J’ai donc bricolé sur la base du cours de L1, en essayant d’adapter le niveau du cours à ce qui peut être attendu de L3.

Là encore, j’ai été un peu déçu. Très peu d’étudiant.e.s semblent réellement avoir saisi ce que je souhaitais leur transmettre, et ils étaient encore moins nombreux à participer activement au cours. Les exposés ont été d’une qualité globalement correcte, ce qui est un bon point.

Bilan des dossiers

L’évaluation finale était un dossier dont les consignes étaient les suivantes:

Vous réaliserez un dossier individuel d’environ dix pages (bibliographie non comprise). L’objet du dossier est libre. Il s’agira de traiter de questions relatives à l’apprentissage et/ou l’éducation, en développant une réflexion en lien avec les notions de formalisation éducative et d’éducation informelle. Il n’y a pas de consignes concernant le plan, mais le dossier devra être constitué d’une introduction et d’une conclusion, s’appuyer sur des données concrètes (exemples : quelques entretiens et observations, corpus d’archives, de médias, de textes officiels, données de seconde main, c’est-à-dire relatées par d’autres chercheurs/auteurs dans des ouvrages et articles, expérience personnelle…). Ces données devront être articulées à des références académiques/scientifiques, qui devront être clairement citées selon la norme bibliographique de votre choix, de manière cohérente.

Vous devrez analyser les modalités d’apprentissage d’une pratique, d’une attitude, d’une compétence. Il vous faudra problématiser l’analyse de ces apprentissages, dans l’idéal en fonction d’un cadre théorique abordé en cours. Vous pourrez par exemple vous demander le rôle que jouent l’institution ou l’environnement, ou encore les autres personnes présentes dans la pratique, dans le déroulement des apprentissages.

Ces consignes pourraient peut-être bénéficier de clarifications, mais ces dernières ont été données en cours. Dans l’ensemble, la plupart des dossiers proposaient des sujets intéressantes. Par contre, nombre d’entre eux n’ont pas respecté les consignes à divers degrés. Par exemple, plusieurs ne se sont reposées sur aucune référence académiques. D’autres ne se sont reposées que sur une ou deux référence académique de manière déconnectée de l’analyse. De trop nombreux dossiers ont en fait pêché dans l’analyse, en se contentant de donner un avis personnel sur leur objet plutôt que de réellement réfléchir aux conditions d’apprentissage ou d’éducation.

Comment faire en sorte que les dossiers répondent aux attentes ?

Le manque de compréhension des consignes, des attentes, est donc ce qui m’a le plus marqué. Je sais bien qu’il y aura toujours un.e ou deux étudiant.e.s qui auront trop de difficultés, qui n’y arriveront pas, mais je suis convaincu que tout n’est pas perdu. C’est pourquoi j’ai commencé  à lancer un projet de plateforme de dossiers en SHS, qui permettrait aux enseignant.e.s de donner des exemples de dossiers à leurs étudiant.e.s, avec des retours de profs ou d’autres étudiant.e.s qui contribueraient à la plateforme. Il est très difficile d’expliciter totalement les critères attendus pour un bon dossier. Dans l’idéal, il faudrait simplement que les étudiant.e.s lisent des centaines d’articles et arrivent à en tirer la structure, avec un accompagnement bien entendu, mais dans les faits, peu d’étudiant.e.s le font, et c’est normal. Une base de donnée d’exemples sera je pense un plus.

En outre, il faudrait que je structure mon cours de sorte à ce qu’un pré-dossier soit rendu pendant le semestre afin d’aiguiller plus concrètement les étudiant.e.s, par exemple, ou leur proposer des exercices intermédiaires. J’ai tout l’été pour y réfléchir.

Moins de quantité, plus de temps et d’approfondissement

J’avais beau le savoir dès le départ, j’ai quand même été pris par la volonté de vouloir transmettre trop de choses, et finalement, trop peu a été retenu par mes étudiant.e.s. Le problème, c’est qu’une des raisons de cette quantité trop pléthorique d’informations était due à mon manque de maîtrise du sujet qui m’a probablement poussé à vouloir présenter trop de choses plutôt que de m’arrêter sur quelques notions essentielles que j’aurais ciblé. D’ailleurs, il se pourrait que j’oriente le dossier de sorte que les étudiant.e.s doivent mobiliser une théorie travaillée en cours, ce qui me forcera à en aborder moins, mais plus en profondeur.

Un bilan mitigé

Cette année a été très enrichissante, mais m’a toutefois fait prendre conscience d’une chose : le fait d’enseigner à l’Université sans formation est un vrai problème. Je crois que peu de mes étudiant.e.s se sont rendu compte de ma faible de maîtrise de certains des sujets que j’ai abordés, mais que cela a quand même un effet bien réel sur la qualité de mon enseignement. D’un autre côté, je n’ai pas de solution à cela. Tout ce que je peux faire, c’est m’améliorer au plus vite pour que mes étudiant.e.s ne pâtissent plus de mon manque de compétences. D’un autre côté, il faut dire qu’eux aussi n’étaient, pour beaucoup, pas au niveau qui est attendu de L3, ce qui ne m’a pas facilité la tache. Pour autant, je ne peux pas me contenter de rejeter la faute sur elleux et plutôt me focaliser sur ce que je peux améliorer dans ma pratique pour que le moins d’étudiant.e.s possibles soient laissés de côté.

Anthropologie des émotions et régime émotionnels.

Lors du précédent billet, j’ai surtout présenté rapidement l’objet de ma thèse. J’ai aussi mentionné que je compte aborder cet objet à travers le spectre des émotions, plus précisément des “régimes émotionnels. Cet article constitue une base de réflexion autour de cette notion qui reste à construire dans le cadre de la thèse.

Les émotions, c’est contre-nature-han.

Notre façon de penser se base sur nombre de dichotomies, de catégorisations binaires. Blanc/Noir, Chaud/Froid, Homme/Femme, mais aussi Raison/Emotion. C’est la faute à Descartes et à son dualisme (en réalité, ça remonte à bien avant, avec les pythagoriciens en occident et d’autres racines ailleurs, mais j’avoue ne pas y connaître grand chose). L’opposition Raison/Emotion est encore très prégnante dans le discours et la pensée ordinaire. “Le cœur a ses raisons que la raison ignore”, disons nous. Pourtant, dans les années 70, quelques chercheurs, ou plus particulièrement quelques chercheuses, dans le sillon des études féministes (sans pour autant être des “gender studies” à proprement parler), ont commencé à remettre en question cette dichotomie. L’une des anthropologues les plus influentes à s’être penchée sur ces questions, souvent considérée comme l’une des pionnières de l’anthropologie des émotions telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui, est sans doute Catherine Lutz. Elle constate que l’opposition Raison/Emotion est construire parallèlement à d’autres oppositions très ancrées dans la pensée Occidentale, en tout cas américaine, du moment. Là où la raison est associée à la culture, à l’humain (et même plus particulièrement au masculin), les émotions, elles, sont de l’ordre du naturel, du primitif même, de l’animal… et souvent du féminin (on pourrait bien entendu nuancer, surtout pour ce dernier point). On voit là l’influence des études féministes sur la remise en cause de la conception occidentale des émotions, puisqu’elle est inscrite dans le système de domination patriarcale qu’elles dénoncent.

Pour montrer que les émotions ne sont pas que des impulsions naturelles incontrôlées qu’il faudrait réprimer pour être rationnel, Lutz, comme d’autres anthropologues, a mené une ethnographie au sein d’une culture qui ne partage pas cette conception des émotions. Ces travaux ethnographiques ont montré plusieurs choses. D’une part, les émotions ne sont pas qu’une réaction spontanée et naturelle à un stimulus. Elles sont fortement modulées culturellement. Elles sont un “moyen de communication et de régulations sociale” (Crapanzano). Et une émotion ne saurait être totalement comprise, et bien définie, sans prise en compte du contexte social, culturel, et de la situation dans laquelle elle est exprimée, vécue. Une bonne compréhension des émotions, de leur perception, de leur expression, passe par une étude approfondie des catégories de pensée des personnes qui vivent et expriment ces émotions.

Des “régimes émotionnels”.

Pendant que je cherchais à me bricoler un cadre théorique pour mon projet de thèse, je suis tombé sur un article sympathique qui synthétise un peu ce qu’est aujourd’hui l’anthropologie des émotions. Cet article m’a beaucoup aidé à remettre de l’ordre dans mes souvenirs de cours de L3 (et un peu de M1) desquels je tire la plupart de mes connaissances sur ce domaine. Mais surtout, j’y ai découvert un concept qui a fortement inspiré le cadre conceptuel du projet de thèse, celui de “régimes émotionnels”. L’historien William M Reddy définit les régimes émotionnels comme “l’ensemble des émotions normatives et des rituels et pratiques officielles, ainsi que les “émotives” (expression émotionnelle langagière) qui les expriment et les inculquent”, et considère qu’il s’agit de “mécanismes sous-jacents à tout régime politique stable”. Reddy explore, dans l’ouvrage où il développe ce concept, une histoire de ces régimes émotionnels et de la manière dont ils évoluent avec les régimes politiques.

L’intérêt de ce concept est qu’il incite à porter une attention toute particulière à l’articulation entre le contexte et les normes d’expression des émotions, mais aussi sur le rôle que ce système d’expression émotionnel peut jouer dans la stabilité de ce contexte. L’un des questionnement au cœur de mon projet de thèse porte sur le succès pérenne de la franchise Pokémon, et l’une de mes hypothèses de départ et que les émotions jouent un rôle important dans ce succès. Je dois toutefois être vigilant dans la mobilisation d’un tel concept qui a été développé dans un cadre bien différent de celui de ma thèse. Si j’ai l’intuition de pouvoir mettre en lumière des systèmes de normes d’expression des émotions au sein des publics de Pokémon sur internet, il ne s’agit pas tout à fait de régimes politiques. En fait, il s’agirait plutôt d’utiliser le terme “régime” au sens où l’entendent les sociologues pragmatiques. Plutôt qu’un cadre institutionnel rigide imposé par un gouvernement, les régimes sont à penser comme des cadres de l’activité et de l’expérience plus souples et dynamiques, soumis à des transformations par l’activité même des publics.

Initialement, j’ai vu cette inadéquation entre la conception du terme “régime” par Reddy et le sens que je souhaiterais donner au concept dans le cadre de ma thèse comme une faiblesse. Après réflexion, et notamment pendant que j’écris cet article, je me rends compte que c’est peut-être aussi, paradoxalement, une force. Il y a dans les fan studies et, je crois, dans les cultural studies d’inspiration américaines, une tendance à trop insister sur “l’agency” des consommateurs, à leur potentiel d’action et leur action réelle. Le fait d’employer le terme “régime” dans un sens pragmatique tend aussi à mettre l’accent sur cette agency des publics. Mais l’idée d’un régime émotionnel au moins partiellement imposé par les industries culturelles, et ici en particulier par les détenteurs de la marque Pokémon et éventuellement par les plateformes sur lesquelles s’expriment les publics, est tout à fait envisageable. A la suite de discussions récentes et quelques conférences auxquelles j’ai pu assister à l’occasion d’une journée d’été, il m’apparaît qu’à trop vouloir voir la “beauté”, la force de l’activité collective, on s’interdit parfois de voir certains rouages moins “démocratiques” et utopiques.

Finalement, il s’agirait de ne pas trop dépolitiser et dénaturer le concept, non pas uniquement par purisme académique ou par pudeur, mais parce que c’est précisément l’une des forces de ce concept que sa dimension politique. Cette tendance à dépolitiser les concepts s’observe régulièrement, en particulier dans le domaine du numérique, et n’est pas cohérente avec les sciences sociales que je souhaite pratique. Il faudrait donc que j’évite de tomber dans le même écueil.

Place aux données

Maintenant que j’ai posé les bases brouillonnes de ce concept qui me stimule pas mal, il faut que je confronte mes premières intuitions à des données. Les prochains billets seront plutôt des sortes de notes de terrain. Je compte notamment parler du pokémon de la prochaine génération “teasé” sur Pokémon GO et des nombreuses réactions qu’il a suscitées. Bref, attendez vous à une salve de mèmes et d’insultes.

________

Lutz, C. A. (2011). Unnatural emotions: Everyday sentiments on a Micronesian atoll and their challenge to Western theory. University of Chicago Press.
 
Ce livre de Catherine Lutz est vraiment pas mal. C’est une ethnographie très intéressante d’un village où les normes émotionnelles sont assez éloignées des notes. Le propos du livre est de montrer qu’il est impossible de parvenir à une compréhension fine et approfondie de ce que sont les émotions sans porter une attention toute particulière au contexte. En d’autres termes : les émotions sont socialement situées.
 
Crapanzano, V. (1994). Réflexions sur une anthropologie des émotions (No. 22, pp. 109-117). Ministère de la culture/Maison des sciences de l’homme.
 
Un article qui propose une synthèse de ce qu’est l’anthropologie des émotions et introduit au concept de “régimes émotionnels”.
 
Reddy, W. M. (2001). The navigation of feeling: A framework for the history of emotions. Cambridge University Press.
 
L’ouvrage de William Reddy où ce dernier développe le concept de régimes émotionnels. Pour être honnête, je ne l’ai pas lu en entier, il est vraiment très long. Il y commence par une synthèse des différentes approches scientifiques et philosophiques des émotions, en parlant notamment du cas de la psychologie et de l’anthropologie. Je trouve qu’il fait un procès un peu faux à ce qu’il appelle “constructionnisme” en faisant passer la position de certains auteurs comme plus radicale qu’elle ne l’est réellement, mais ça reste une synthèse intéressante. Dans le reste du livre, il développe son concept en l’appliquant à différentes périodes de l’Histoire de France autour de la Révolution. Pour une revue un peu plus détaillée du livre : https://www.journals.uchicago.edu/doi/10.1086/376337 + un coup de sci-hub.tw
 
 

Mon rêve : devenir Prof Pokémon.

A chaque fois que je suis amené à parler de ma thèse, je commence globalement de la sorte : “je fais une thèse sur Pokémon“. Ce qui ne manque généralement pas d’amuser mon interlocuteur. Il faut dire qu’a priori, ce n’est pas l’objet le plus sérieux qui soit. Ceux de ma génération pensent généralement avec nostalgie à leur enfance. D’autres, plus âgés, pensent à Pokémon GO, avec des attitudes variées. Pour ma part, si j’ai beaucoup joué à Pokémon dans mon enfance, mon intérêt pour la franchise s’est renouvelé par nostalgie grâce aux émulateurs, et je suis redevenu ce qu’on peut appeler un fan de Pokémon. Mais mon intérêt académique pour la franchise a débuté au début de mon Master 1, lorsque j’ai décidé d’écrire un mémoire sur le “ROM hacking” dans une communauté de fans de Pokémon.

Une brève histoire de la franchise Pokémon.

La franchise Pokémon est née en 1996 au Japon sous la forme d’un jeu vidéo édité par Nintendo sur la console Gameboy. Les jeux Pokémon Vert/Rouge (Bleu et Rouge dans le reste du monde, un à deux ans après, dans une version légèrement remaniée) ont posé la base d’une franchise qui s’est déclinée sur de nombreux supports : animé, films d’animation, jeu de cartes à jouer et à collectionner… avions.

Résultat de recherche d'images pour "avion pokemon"
Pour s’envoler vers d’autres cieux telle la Team Rocket.

Si la franchise connaît des hauts et des bas notamment en termes de ventes de jeu, les ventes se comptent le plus souvent en dizaines de millions dans le monde, en tout cas pour les jeux de la « série principale », c’est-à-dire ceux qui suivent le modèle des premiers opus. En effet, malgré un renouvellement constant de la franchise et des jeux vidéo au fil des années (qui sera l’un des objets de ma thèse), la recette reste la même : un gamin de 11 ans part à l’aventure dans un univers peuplé de créatures appelées les pokémons (oui, j’écris pokémons pour parler des bestioles, c’est mon blog et Nintendo n’a aucun pouvoir ici, enfin, pas sur ça). Il en capture pour se former une équipe et remplir son Pokédex, une sorte d’encyclopédie électronique, participant ainsi à une quête de crowdsourcing scientifique pour un professeur qui exploite son travail (après tout, c’est lui qui lui a donné son premier pokémon). Mais surtout, il les fait combattre pour obtenir des badges et relever le défi de la Ligue Pokémon, qui consiste à vaincre une élite pour devenir Maître Pokémon. Et accessoirement, pendant son aventure, il est amené à déjouer les plans d’une organisation malfaisante.

Résultat de recherche d'images pour "team rainbow rocket"
Les leaders des différentes organisations malfaisantes modélisées pour imiter la façon de se déplacer de la “Team Skull”, caricature de “thugs” présente dans les derniers jeux.

Concernant l’histoire récente de Pokémon, même les moins adeptes ont entendu parler du phénomène de l’été 2016, je ne parle pas de la chanson Lean On, mais bien sûr de Pokémon GO. Ce jeu n’occupera pas forcément une place majeure dans ma thèse, mais a bien montré que l’engouement pour la franchise est toujours bien présent (et peut-être un peu clivant).

Pokémon et la recherche.

Quand j’ai décidé pour la première fois de travailler sur Pokémon, à la fin de l’été 2016 donc, l’une des premières choses que j’ai faites, c’est d’aller sur Google Scholar pour « acheter » des articles académiques qui en parlent. Imaginez ma surprise quand j’ai découvert que les premiers liens étaient à propos d’un gène impliqué dans le développement de certains cancers (Nintendo a d’ailleurs fait pression sur les chercheurs pour qu’ils changent le nom, ils n’ont pas dû apprécier que leur marque soit associée au cancer). Puis ma déception lorsque je me suis rendu compte qu’il n’existait à peu près aucun article ou ouvrage qui traite de Pokémon. Enfin si, quelques articles sur Pokémon GO, dans le domaine de la santé publique, du droit, et encore, à l’époque, il s’agissait surtout des proto-articles de deux pages. Des recherches un peu plus poussées m’ont fait découvrir l’existence d’un unique ouvrage académique à propos de Pokémon édité par Joseph Tobin, qui, visionnaire, annonce en 2004 la chute de Pokémon (je me moque, mais blague à part, je le conseille vivement, il est en références en fin d’article). Oh, et un article aussi, si on met de côté ceux sur Pokémon GO. Comment ça, la meilleure franchise du monde n’intéresse pas du tout le monde académique ? Certes, il ne s’agit pas d’une œuvre culturelle des plus légitimes, mais malgré tout, les « cultural studies », en particulier les « fan studies » qui en ont découlé, avec des auteurs comme Henri Jenkins en première ligne, se sont intéressées à des objets culturels plus populaires, ont tenté avec plus ou moins de succès de les légitimer.

On peut trouver une explication convaincante à mon sens dans le compte rendu d’une communication de Vincianne Zabban, Samuel Coavoux et Manuel Boutet, qui, partant du constat que les « game studies » (en sciences sociales) sont en fait presque des « WoW studies » (études sur World of Warcraft), propose que la faible variété de jeux étudiés est principalement due à deux facteurs. Les chercheurs étudient les jeux qui les intéressent, pour commencer, et donc les jeux auxquels ils ont joué, et la « dépendance du chemin », c’est-à-dire en dans ce contexte la facilité accrue d’étudier un objet/sujet déjà bien balisé par la recherche plutôt que d’avancer à l’aveugle, ce qui consolide la position de WoW. Un autre facteur à prendre en compte est le fait que, par son statut de MMORPG, WoW est un objet privilégié pour les sciences sociales. Je pense que l’on peut étendre ce raisonnement aux « fan studies », d’autant plus qu’initialement, elles ont été le fait de passionnés qui avaient à cœur de défendre la légitimité de leur objet. D’ailleurs, si j’en suis aujourd’hui à étudier Pokémon, c’est bien en partie parce que j’ai grandi avec et que j’en suis fan. Peut-être donc que si Pokémon a été très peu étudié jusqu’à présent, c’est parce que les (ex) fans de Pokémon étaient principalement encore en études. En témoigne peut-être la récente thèse de Fanny Barnabé de l’Université de Liège, qui traite assez extensivement d’activités et productions de fans de Pokémon (disponible à la fin de l’article, et que je vous conseille vivement, elle est très agréable à lire).

Les fans de Pokémon sur internet.

C’est justement aux productions et à l’activité des fans et du public plus élargi (distinction que je serai amené à développer plus tard) de Pokémon sur internet que je souhaite tout particulièrement m’intéresser. Parce que j’ai l’impression qu’il est central dans la production de la franchise et dans sa diffusion. Lors même que je m’étais un peu détaché de la sphère internet de Pokémon en m’intéressant aux pratiques de Pokémon en jeu, sur console portable, principalement chez des adolescents pour commencer, le rôle d’internet et tout particulièrement des productions de fans s’est imposé comme central à nouveau. Pokémon est un peu partout. Pas au sens où on aurait pu l’entendre pendant la « hype » Pokémon GO. Mais dans le sens où on peut trouver du Pokémon partout, et que pour peu qu’on soit impliqué dans quelques réseaux sociaux assez jeunes, les références sont assez fréquentes. Florilège.

L’image contient peut-être : texteL’image contient peut-être : 2 personnes, personnes souriantes, personnes debout et plein air

 

 

 

 

Cette propension des fans à participer collectivement à la vie de la franchise est ce que Henri Jenkins appelle la culture de la participation : une culture au sein de laquelle la créativité des fans est encouragée par l’intérêt qu’ils portent aux productions des uns et des autres. Cette culture est favorisée par les outils numériques, mais aussi parfois par le caractère transmédia de certaines franchises, comme Pokémon : le fait que la franchise se décline sur plusieurs supports et que les manifestations de l’œuvre sur ces différents supports enrichissent l’univers de la franchise tout en ayant leur existence propre (là où l’intérêt d’un produit dérivé dépend exclusivement de l’œuvre originale, et que l’adaptation tel quel d’un livre en film n’apporte pas grand-chose de nouveau à l’œuvre). L’articulation du transmédia et de la culture de la participation se manifeste dans ce que Jenkins appelle la « culture de la convergence ». Ainsi, si je compte bien m’intéresser au rôle des industries culturelles et de Nintendo dans la production et circulation de Pokémon, c’est surtout l’articulation avec l’activité, les productions, la culture des fans et du public qui m’intéresse. Ce qui de l’objet Pokémon en soi anime ma thèse, ce sont les prises que la franchise offre aux fans et au public pour produire cette culture Pokémon, et plus particulièrement, pour produire des régimes émotionnels Pokémon, pour prendre la suite de William Reddy, ou, si j’ose dire, des régimes Pokémotionnels (ceci n’est pas une tentative de concept, juste un jeu de mot pas très fin inspiré d’un ami qui ne sera pas crédité pour sa propre sécurité).

Cet intérêt porté à la question des émotions résulte de l’importance de celles-ci en contexte de culture de la convergence, par l’engagement attendu de la part du public et des fans. Pour étudier ces questions, je m’appuierai sur l’analyse de contenu produit par le public de Pokémon en interaction avec des productions officielles ou non de Pokémon (commentaires de vidéos Youtube, de posts Facebook, par exemple) et sur une ethnographie de quelques communautés de fans. Sur des entretiens menés auprès du public de Pokémon, aussi (si vous avez des tuyaux ou des contacts pour ce point, je prends).

De l’intérêt d’étudier Pokémon.

Pokémon est un objet vraiment intéressant je pense, pour aborder des questions liées aux émotions et à internet, par sa forte présence sur le net, par le fort potentiel émotionnel de la franchise, a priori du moins (en atteste l’épisode Pokémon GO, les nombreux discours nostalgiques…). Le succès de la franchise sur la durée auprès d’un public qui compte aujourd’hui à la fois les jeunes, et ceux qui ont grandi avec, permet de questionner le renouvellement d’une œuvre culturelle, de porter mon attention sur des problématiques inter/transgénérationnelles. C’est aussi peut-être aussi pour moi l’occasion de toucher un peu des personnes hors du milieu académique, par l’étude d’un objet qui leur est plus ou moins familier.

J’espère que ce premier article vous a plu, n’hésitez pas à me faire des remarques, en particulier sur ce qui ne va pas à votre sens.

 

Pour aller plus loin :

-L’ouvrage académique qui traite de Pokémon. | Tobin, J (2004). Pikachu’s global adventure: The rise and fall of Pokémon. Duke University Press. | J’ai trouvé les chapitres assez inégaux en termes d’intérêt, peut-être en partie parce que le livre a plus de dix ans et que certains traversent mieux les années que d’autres.Quoi qu’il en soit, c’est une lecture obligatoire pour ceux qui souhaitent travailler sur Pokémon.

-Pour les autres, tournez-vous plutôt vers quelque chose de plus récent comme l’ouvrage écrit par deux journalistes à l’occasion des 20 ans de Pokémon : Générations Pokémon : 20 ans d’évolution (https://www.amazon.fr/G%C3%A9n%C3%A9rations-Pok%C3%A9mon-20-ans-d%C3%A9volutions/dp/B014XMV4LE). En plus d’être plus à la page que le précédent, il est plus intéressant pour les fans d’après les avis (je ne l’ai pas encore lu).

-A propos de la prédominance de WoW et de quelques autres jeux dans les game studies : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01191620 (On dirait qu’on ne peut pas y accéder donc si ça vous intéresse, demandez-le moi).

-Quelques ouvrages de Jenkins sur les communautés de fans et la culture de la participation/de la convergence. |  Jenkins, H. (2006). Fans, bloggers, and gamers: Exploring participatory culture. nyu Press. ; Jenkins, H. (2013). La culture de la convergence. Des médias au transmédia. ; Jenkins, H., & Ito, M. (2015). Participatory culture in a networked era: A conversation on youth, learning, commerce, and politics. John Wiley & Sons. |  Le dernier est assez sympa à lire, un peu moins académique, je conseille vivement.

-L’ouvrage de William Reddy sur les « régimes émotionnels ». Ce concept sera développé, certainement à maintes reprises, sur ce blog. Il s’agit, pour résumer très grossièrement, de systèmes de normes d’expressions des émotions produits par une société, ou dans notre cas, des communautés ou un ensemble de communautés.  |  Reddy, W. M., & Reddy, W. M. (2001). The navigation of feeling: A framework for the history of emotions. Cambridge University Press.  |  Ce n’est pas vraiment une lecture très accessible, par contre