Comment lire un livre de sciences sociales ?

Si vous êtes étudiante ou étudiant en SHS, vous avez très certainement lu des ouvrages académiques, et il est probable que vous vous soyez demandé un jour, en refermant l’un d’eux : “mais qu’est-ce que je peux bien en retenir ?”. Il me semble que c’est à la fois vrai pour des ouvrages très lourds théoriquement, et au contraire pour des ouvrages très peu théoriques, notamment lorsque la théorie est “masquée” dans des “descriptions denses” [1]. Si ça peut vous rassurer, en fin de doctorat c’est encore mon cas par moments. Dans ce billet, vous ne trouverez hélas pas une méthode clé en main pour lire des ouvrages comme on peut vous enseigner des méthodes de lecture d’articles en cours à la fac, si c’est ce que le titre de l’article vous a fait espérer. Les formats des ouvrages sont bien trop variés pour cela.

Ce billet comporte deux parties. Dans la première, je propose un certain nombre de manières typiques de lire des ouvrages académiques en fonction de ce que l’on veut en faire, et du type d’ouvrage. Dans la seconde partie, je vous parle de l’importance des recensions d’ouvrages, qui sont à mon sens un outil très important à plusieurs égards, que j’aurais aimé lire plus régulièrement jusqu’à présent et dont j’ai longtemps sous-estimé l’intérêt.

Un livre, ça se lit, se survole, se braconne

Certaines personnes aiment dire qu’un livre se lit du début à la fin, notamment pour justifier des choix éditoriaux ou des pratiques de citations discutables. En réalité, je ne connais aucun chercheur ou aucune chercheuse, jeune ou moins jeune, qui lit intégralement et en profondeur tous les livres qu’il lit. C’est un conseil assez courant que d’apprendre à lire des livres rapidement en les survolant et en identifiant des éléments clés. Je suis bien incapable de formuler des conseils pratiques à ce sujet (à part la lecture de recensions), il s’agit là d’un de ces savoirs universitaires peu formalisés et peu explicites (qui posent un certain nombre de problèmes), mais il existe quand même quelques conseils généraux.

Pour commencer, on peut distinguer les ouvrages collectifs des autres ouvrages. Ce que l’on appelle “ouvrage collectif”, ce n’est pas un livre qui compte deux auteurs ou plus, mais dont les chapitres sont rédigés par des auteurs différents. En règle général, les auteurs principaux, appelés “éditeurs” (alors qu’il ne s’agit pas tout à fait des éditeurs au sens de la maison d’édition…), rédigent l’introduction et la conclusion de l’ouvrage, et parfois des introductions et/ou conclusions de parties. Les chapitres sont rédigés par d’autres auteurs (et éventuellement par les ou des “éditeurs). Ces ouvrages se prêtent particulièrement à des formes de braconnage, puisque, même si les éditeurs font un travail pour construire une certaine cohérence entre les chapitres, ils peuvent généralement être considérés comme des articles individuels au sein d’un dossier thématique. Dans ce cas, vous pouvez sélectionner uniquement les chapitres qui vous intéressent grâce au sommaire. De même, dans certains ouvrages individuels, il se peut que vous ne soyez intéressé que par un ou quelques chapitres, et il ne faut pas hésiter à procéder de la sorte.

Au-delà des propriétés de l’ouvrage en lui-même, c’est le rôle qu’il joue dans votre cursus ou votre travail de recherche qui va déterminer les manières dont vous pouvez ou devez les lire. On peut distinguer dans un premier temps trois “rôles” : les ouvrages que vous devez lire en faire une restitution (fiche de lecture ou autre), les ouvrages que vous devez lire pour enrichir vos connaissances en cours (qu’il s’agisse de lectures obligatoires ou non), et ceux lus dans le cadre de travaux universitaires (dossiers, mémoires). Je détaillerai uniquement le dernier cas, car je n’ai pas grand chose à dire pour les deux premiers. Ainsi, au sein des ouvrages à lire pour des travaux universitaires, on peut à nous distinguer plusieurs types de lectures (il ne s’agit pas là d’une typologie exhaustive) suivant leur “fonction”.

On peut par exemple livre un livre pour l’intégrer à l’état de l’art ou pour lire sa bibliographie, ce qui ne nécessite pas forcément une lecture approfondie. De même, on peut lire un livre parce qu’on a entendu dire que certains éléments, par exemple une définition ou certaines données, nous intéresseraient dedans, et chercher des passages à l’aide de l’index ou de mots clés. Mais on peut aussi avoir besoin d’une lecture plus approfondie. C’est par exemple le cas lorsque l’on cherche à se documenter fortement sur un sujet, que l’on souhaite se plonger dans un travail ethnographique dense, mais aussi, voire surtout, lorsque l’on considère que l’ouvrage en question sera central dans la construction du travail universitaire en question. Cela peut être parce qu’il constitue un ancrage théorique majeur, ce qui demande généralement des lectures répétées, mais aussi souvent de lire d’autres travaux liés pour bien s’approprier les idées. On peut aussi vouloir s’inspirer de la méthodologie de l’ouvrage, de son style argumentatif, de sa structure, ce qui demande là encore une lecture attentive.

Ce qu’il faut retenir de cette partie, c’est que l’on n’est pas obligé de lire les livres en entier, et qu’il faut savoir lire des extraits, apprendre à survoler et identifier des passages importants, pour avoir le temps d’approfondir les livres les plus importants. Parfois, des étudiantes et étudiants passent des jours voire des semaines à lire des livres très descriptifs, avec des apports analytiques faibles pour leur travail, et ont l’impression, à juste titre, d’avoir perdu leur temps. On ne peut pas toujours savoir à l’avance si un livre nous sera utile avant de l’avoir lu, mais il existe un outil très pratique pour se donner une idée : les recensions.

Lire des recensions pour lire des ouvrages (ou pas).

Les recensions sont des articles qui proposent une synthèse plus ou moins critique d’ouvrages académiques. Il existe des recensions assez courtes, dont l’enjeu principal est la synthèse du propos de l’ouvrage, avec généralement un point critique ou analytique, et d’autres recensions plus longues dont l’enjeu critique et analytique est plus marqué. En règle générale, les recensions courtes se trouvent à la fin des numéros de revues (tous les numéros de revue ne terminent pas par des recensions cependant), et il existe aussi une revue en accès libre spécifiquement dédiée, à laquelle on peut demander de se faire envoyer un livre contre une recension, Lectures. Les recensions longues sont évidemment plus développées et donc plus intéressantes que les recensions courtes, mais mon propos dans cette partie reste valable pour les deux types, d’autant que certains chercheurs et certaines chercheuses publient des recensions concises très efficaces.

Pourquoi donc lire des recensions ? Un premier usage peut être de s’assurer qu’il vaut bien la peine de se lancer dans une lecture, que l’ouvrage développe bien les points que l’on y cherche. On peut aussi lire une recension pour pouvoir citer le propos général d’un livre sans avoir à le lire, ou encore au contraire pour citer un point précis qui serait mis en avant dans la recension (dans ce cas, même si la pratique n’est pas systématique, je conseille de citer la recension car c’est plus honnête). Mais l’utilité la plus intéressante des recensions réside, à mon sens, en ce qu’elles fournissent une certaine manière de lire le livre.

Dans la mesure où l’angle des recensions n’est pas toujours celui que l’on aurait privilégié, il peut être intéressant de lire ou survoler le livre une première fois avant d’en lire des recensions. Mais il arrive aussi que l’on soit très vite perdu dans la lecture, et une recension peut parfois servir à la débloquer, à la rendre plus stimulante. Les recensions critiques plus détaillées permettent aussi parfois de placer des ouvrages dans le cadre de débats scientifiques qu’on ne soupçonne pas. Récemment, en université, j’ai beaucoup mobilisé un ouvrage qui a fait l’objet de nombreux débats tendus, voire d’une controverse, à sa sortie. Je n’avais pas connaissance de cette controverse, qui a été portée à ma connaissance à la fin de ma présentation. Les recensions critiques en question m’ont à la fois permis d’avoir une lecture plus fine du livre, et de mieux saisir l’état actuel des débats sur certaines questions.

Pour conclure, en ce qu’elles fournissent des manières de lire des livres en sociologue (ou autres suivant la discipline), ces recensions peuvent contribuer à aider les étudiantes et étudiants à appréhender comment penser “en sociologue”, ce qui est probablement la compétence la plus importante et la moins évidente à acquérir pendant ses études.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search