Représentativité et méthodes qualitatives

Dans ce court billet, je vais vous proposer une réflexion méthodologique et sémantique basée principalement sur mon expérience de thèse, nourri par certaines lectures comme excellent article de Julien Gros, Quantifier en ethnographe. Pour le résumer en une phrase, j’y défends l’idée qu’on ferait mieux de se passer du terme “représentatif” quand on se réfère à du matériau traité avec une approche qualitative. Comme je n’ai aucune prétention à influencer les pratiques de rédaction de la discipline, en particulier sur ce blog, cet article est en réalité un prétexte pour un retour réflexif sur ma méthodologie de thèse, et comme pour la plupart des billets du blog, pour donner des conseils aux étudiantes et étudiants en sciences sociales. Je commencerai par expliquer les problèmes qu’il y a à employer le terme “représentatif” quand on utilise une approche qualitative, puis j’illustrerai ça avec une difficulté que j’ai rencontrée pendant ma thèse.

Représentatifs de quoi ?

En sciences, le terme “représentatif” renvoie généralement à la représentativité statistique. Pour le dire de manière simple, en sciences sociales ou même dans les sondages, lorsque l’on dit qu’un échantillon est “représentatif”, cela signifie que les propriétés sociales des individus de l’échantillon sont en proportions équivalentes à celles qu’on trouve dans une population “cible” ou “parente”, ce qui signifie d’une part que la représentativité se fait suivant certains critères qu’on définit comme pertinents, et qu’elle existe en relation à un échantillon total. Par exemple, si on cherche à savoir pour qui vont voter les françaises et français, la population cible est la population en mesure de voter (en âge de voter, inscrite sur les listes électorales, etc). Comme on ne peut pas demander à l’intégralité de cette population, on cherche à constituer un corpus d’un certain nombre (généralement un peu plus de 1000 pour des raisons statistiques que je ne détaillerai pas ici), et dont la composition est similaire à celle de la population qui vote suivant des variables dont on sait qu’elles affectent le vote (âge, sexe, région/département, urbanité…). L’enjeu est de pouvoir prétendre généraliser les résultats obtenus sur la base de l’échantillon à la population cible.

Si vous avez suivi des cours de sciences sociales, il est très probable que vous ayez assisté à un échange entre étudiante ou étudiant et enseignante ou enseignant dans le cadre duquel ce dernier répondait : “On se fiche de la représentativité”. Le problème, c’est qu’il me semble qu’on ne va pas souvent bien plus loin : crois moi frr/srr. Pourquoi se fiche-t-on de la représentativité ? Parce qu’on est des sciences molles, qu’on n’aime pas les statistiques ? Il y a de ça, j’imagine, mais il y a quand même des justifications méthodologiques et épistémologiques que l’on finit par apprendre implicitement. Et on touche là à une limite de l’enseignement des sciences sociales il me semble, qui conduit à des difficultés pour les étudiantes et étudiants, mais qui m’a aussi rendu la tache compliquée lorsque j’ai dû enseigner les méthodes qualitatives. Si on se fiche de la représentativité, c’est parce que les méthodes qualitatives ne répondent pas aux mêmes types de questions que les méthodes quantitatives, ce qui signifie qu’il faut d’une part savoir poser de telles questions, et d’autre part constituer des corpus et mettre en place des protocoles de récolte et de traitement des données adéquats.

Il existe un certain nombre de ressources qui permettent d’avoir une idée un peu plus explicite de ce que ça implique, que je donne en fin d’article, car ce n’est pas le sujet ici. Le sujet est le suivant : il me semble que le mode de questionnement et de raisonnement quantitatif et même inférentiel est celui qui nous vient le plus spontanément (pas forcément avec une grande qualité quand on n’y est pas formé, d’ailleurs). Ce mode de raisonnement est si ubiquitaire qu’il s’immisce même dans les recherches qualitatives de chercheuses et chercheurs confirmés. Il se traduit par des problématiques sous une forme telle que “est-ce que telle catégorie de personne a plus tendance que telle autre à avoir tel comportement ?” ou “est-ce que telle propriété sociale/telle appartenance est associée à tel comportement, telle trajectoire ?”. Pour de telles questions de recherche, des méthodes quantitatives sont plus adéquates. Il me semble que l’intérêt des méthodes qualitatives tient à leur capacité à mettre au jour des mécanismes, et que c’est à ce niveau que doit se situer la généralisation.

La constitution d’un corpus en vue d’un traitement qualitatif avec un objectif de “représentativité” a généralement plutôt lieu dans le cadre d’entretiens. Souvent, cette perspective n’affecte pas en mal la démarche. Il s’agit de s’assurer que l’on a une certaine diversité de profils, qu’on ne passe pas à côté de certains, et/ou d’avoir suffisamment de personnes avec un profil commun pour observer quelques régularités et des différences fines. Néanmoins, il n’est pas nécessaire de parler de représentativité. En fait, l’emploi du terme peut conduire à ne pas expliciter la logique de constitution du corpus, qui se fait suivant le mode de la coutume. Il me semble que cette formule peut contribuer à inhiber une réflexion plus poussée sur la constitution du corpus. C’est d’autant plus gênant quand on se retrouve à déclarer que notre corpus est “représentatif” comme simple synonyme de “diversifié”, lors même qu’il n’est pas représentatif, ou qu’on n’a aucun moyen de le savoir, et qu’il aurait fallu justifier et réfléchir sur les implications de la diversité choisie.

Exemple : constitution du corpus d’entretiens de ma thèse

L’écriture de ce billet a été déclenchée par la lecture d’un article qui employait mal, à mon sens, le terme “représentatif”, ce qui conduisait à une faiblesse dans la réflexion méthodologique. Cet événement m’a renvoyé à un problème que j’ai soulevé dans ma propre thèse. Suite à la diffusion d’un questionnaire sur internet à destination des fans de Pokémon, j’ai constitué un corpus de 20 entretiens semi-directifs auprès de répondantes et répondants. Ce questionnaire n’étant représentatif de rien (on n’a aucune idée d’une éventuelle population cible, et ça ne m’intéresse pas plus que ça), c’est au moment de la construction du corpus d’entretiens que la question de la représentativité s’est imposée. Je me suis inspiré du protocole d’une thèse de doctorat dans laquelle le chercheur menait des entretiens suite à un questionnaire, et avait constitué un corpus d’entretiens plutôt représentatif du questionnaire (et de la population française adulte). J’ai donc aussi cherché à avoir un corpus d’entretiens à peu près représentatif de mon questionnaire, avec par exemple environ 75% d’hommes, une distribution d’âges et de niveau de diplôme proches des résultats du questionnaire.

Comme je n’ai pas obtenu 20 entretiens dès la première salve de mails, la construction du corpus s’est faite de manière incrémentielle, et j’ai pu introduire d’autres éléments dans le choix : des fans qui avaient certaines pratiques de niche, qui étaient affiliés à telle ou telle communauté, qui avaient dépensé beaucoup d’argent, ou encore une fan dont la réponse à la question ouverte était très enthousiaste à l’idée que je la contacte pour un entretien, presque insistante (ça a marché, donc). Finalement, la composition est relativement représentative du point de vue des variables sociodémographiques classiques (par rapport à mon questionnaire, pas à la population générale), mais un certain hasard a fait qu’il y avait notamment un nombre disproportionné de membres de “staff” de sites de fans. Exit donc la représentativité ! Mais est-ce bien grave, finalement ? Il ne s’agissait de toute façon pas de faire des inférences sur la population du questionnaire sur la base de 20 entretiens. Le fait d’avoir mené plusieurs entretiens auprès de rédacteurs ou “newseurs”, entre autres, m’a finalement conduit à porter mon attention sur une dimension de mon terrain que j’avais jusqu’alors négligée, et qui devrait finalement faire l’objet d’un chapitre complet dans la thèse.

Aujourd’hui, j’ai un plus grand recul sur mon questionnaire, et je réalise que j’aurais aimé mener des entretiens auprès de certains profils qui n’ont pas été abordés, par exemple un parent qui déclare transmettre sa passion pour Pokémon. Je n’aurais peut-être pas eu cette idée à l’époque du lancement de la campagne d’entretien, dans la mesure où plusieurs questionnements sont venus avec la maturation de la thèse ou encore suite aux entretiens. Je réalise néanmoins qu’en enfermant ma démarche dans une logique de représentativité, au lieu de réfléchir en priorité à une logique de sélection en lien avec ma problématique et en gardant en tête l’importance de ne pas avoir un corpus trop déséquilibré du point de vue de sa composition, j’aurais peut-être constitué un corpus plus pertinent encore. Cette démarche qui consiste à chercher des profils variés et saillants a été notamment explicitée par Arnaud Halloy dans le cadre de son HDR en cours de publication, et s’est avérée plus féconde.

Conclusion : bannir la représentativité

Je ne regrette pas ma campagne d’entretien qui s’est très bien déroulée malgré la pandémie, bien qu’en visio/vocal. J’ai de toute manière commencé à fonctionner par sélection de profils à la moitié du corpus, mais sans aller toutefois jusqu’au bout de la démarche. Il aurait peut-être été préférable que je passe du temps à réactualiser des hypothèses, à prendre plus au sérieux la construction de ma logique de sélection. Pour ma défense, c’était tout de même très compliqué : sélectionner des fans parmi un corpus de plus de 2930 réponses à plus d’une centaine de questions, dont seule une partie a donné son contact, et dont seule une partie de celles et ceux qui l’ont fait ne répondent réellement, n’est pas mince affaire. Le simple fait d’identifier des profils de fans à l’aide de leurs réponses au questionnaire était assez compliqué. Par ailleurs, même si ce n’était pas contrôlé, le corpus d’entretiens a finalement des propriétés intéressantes, et, pour reprendre les termes que j’ai entendus il y a 4 ans à une université d’été, il m’est possible de faire de ce fait contingent une nécessité (c’est-à-dire de montrer comment le corpus est particulièrement adapté pour répondre aux questions que pose ma thèse).

J’ai essayé de vous montrer pourquoi, quand vous constituez un corpus en vue d’un traitement qualitatif, il vaut mieux réfléchir en termes d’adéquation entre des questions de recherche et la logique de constitution du corpus qu’en termes de représentativité a priori (la logique de constitution représentative reste une bonne méthode par défaut quand on n’a pas d’hypothèses particulières à explorer au moment de la constitution, par exemple). J’aimerais conclure sur une note un peu plus provocatrice : il faudrait bannir l’usage du terme “représentatif” quand on ne fait pas référence à la représentativité statistique au sens strict dans une démarche quantitative. De même que des statisticiens ont appelé à se passer de l’expression “statistiquement significatif” dans les travaux qui mobilisent des tests statistiques avec p-value, afin de favoriser des habitudes de présentation des données plus saines, bannir l’expression “représentatif” quand on travaille avec des méthodes qualitatives nous force à aller au bout de la démarche de construction et de description critique de nos corpus. De manière plus profonde, prendre nos distances avec la représentativité peut éviter certains “enfermements” méthodologiques et épistémologiques dont on peut être victimes.

Ressources méthodo qualitative

Si vous n’avez pas accès à certains, n’hésitez pas à demander en commentaires.

Le classique “Problématiser” de Lemieux peut aider, et s’applique aussi aux méthodes quantitatives en sciences sociales d’ailleurs 2 – Problématiser | Cairn.info

Un texte sympa sur les “cas négatifs” : https://www-cairn-info.ezproxy.univ-paris13.fr/revue-politix-2012-4-page-85.htm

Un autre article sur la pensée “par cas” : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01465287v2/document

J’ajouterai des références quand j’en aurai de nouvelles en tête


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search