Comment s’inscrire en thèse ?

A la demande générale de une (1) personne j’ai décidé de rédiger un petit billet qui donne quelques informations et conseils pour se lancer dans un doctorat en sciences sociales. Il se structure en trois partie : la direction de thèse, la recherche de contrats, et le projet de thèse.

Etape 1 : trouver une direction de thèse

La première chose qu’il faut faire, et probablement la plus importante, c’est trouver une direction de thèse. Cette étape est tout sauf anodine. Pour ma part, j’ai postulé au M2 que j’ai réalisé spécifiquement pour me rapprocher de mon directeur de thèse projeté, et réaliser un mémoire sous sa direction. C’est une stratégie courante, plutôt payante, mais qui n’est pas toujours possible (trop loin pour un Master, trop tard pour changer, etc). Si vous n’avez pas pu, il vaut mieux contacter les directions potentielles le plus tôt possible pour maximiser les chances, d’autant que si vous attendez trop il y a plus de chances qu’on vous devance.

Avant d’entrer dans le détail de comment contacter une direction de thèse, il faut se demander comment on choisit sa direction. De toute évidence, il faut que les thématiques de recherche convergent, ce sur quoi on reviendra plus bas, mais ce n’est pas tout. Si vous pouvez, assurez vous que la personne que vous choisissez pour diriger votre thèse n’a pas la réputation d’abandonner ses doctos à leur sort, de les harceler, de les surexploiter, de voler leur travail, etc. C’est très important, et c’est pour ça qu’il est important de commencer à essayer de rejoindre des réseaux de jeunes chercheurs d’ailleurs (j’y reviendrai). Enfin, il faut faire attention au statut. Les Maîtres de conférences (MCF, université) et “chargés de recherche” (CR, CNRS) ne peuvent pas diriger des doctorats sans Habilitation à Diriger des Recherches (HDR). C’est généralement précisé sur leur fiche institutionnelle. Dans ce cas, il faut une direction HDR qui accepte la candidature, et la/le MCF (ou CR si ça se fait, je ne suis pas sûr) co-encadre. Par exemple, ma directrice de thèse HDR est moins liée à mes thématiques de recherche mais était nécessaire pour la direction, avec en co-encadrement le MCF avec qui je souhaitais faire ma thèse (j’ai de la chance de ce point de vue, ma directrice HDR n’a pas fait qu’apposer une signature mais fait aussi un réel travail de suivi par ailleurs).

Reste à savoir comment contacter sa direction envisagée. D’un point de vue purement pratique, cela se fait généralement par mail. L’adresse mail se trouve souvent sur la page institutionnelle où vous aurez aussi pu voir les thématiques de recherche. Si vous avez pu rencontrer la personne avant, à un événement de recherche par exemple, c’est encore mieux. N’hésitez pas à “stalker” et voir si vous pouvez fomenter une rencontre préalable, donc. Enfin, au moment d’envoyer le mail, il faut que vous ayez une bonne idée de ses recherches. Pas la peine d’avoir lu toute sa bibliographie, un ou deux articles majeurs peuvent suffire, mais c’est important. Il faut que montriez que vous n’envoyez pas le mail par hasard, que votre choix a été réfléchi, qu’il est pertinent. Pour cela, il ne s’agit pas de dire “je vous ai lu” mais de formuler une ébauche de projet de recherche ou une simple introduction en quelques phrases de celui-ci, qui démontre l’adéquation du projet et de la direction projetée. Ne faites pas l’erreur qui m’a instantanément fermé les portes de l’EHESS (pour le meilleur finalement ceci dit), lorsque j’ai envoyé un mail non terminé accidentellement dans lequel le projet de recherche présenté n’était pas très cohérent avec les recherche du chercheur.

Il existe quelques complexités dès lors que vous souhaitez des co-directions entre laboratoires/universités voire des co-tutelles avec les pays étrangers, et pour ces cas je ne m’y connais pas assez.

Etape 2 : trouver un financement

Vous avez trouvé une direction de thèse, c’est super ! Maintenant, on devrait vous aiguiller pour l’étape suivante, celle du financement. J’insiste sur ce point : c’est à la direction de thèse de trouver des pistes de financements. Malgré tout, c’est plus rassurant d’avoir une vague idée de comment ça fonctionne. Avant de parler des candidatures aux contrats doctoraux, balayons rapidement les cas particuliers. Si vous avez un métier stable bien payé et idéalement aux horaires souples, ou que vous êtes très riche, il se peut qu’on vous laisse partir en doctorat sans financement : on parle de thèse auto-financée. Sinon, de plus en plus de laboratoires et écoles doctorales n’acceptent plus d’inscrire en doctorat sans financement, du fait notamment du très haut taux d’échec dû aux mauvaises conditions. Il s’agit d’un sujet épineux et je me contente ici de vous présenter les faits.

De manière générale, on peut regrouper les financements en trois catégories. Les contrats doctoraux les plus classiques sont mis au concours par les “écoles doctorales” (ED), qui regroupent un certain nombre de laboratoires d’une université. Les laboratoires peuvent faire des présélections. On envoie ensuite un projet écrit (souvent de 3-5 pages), puis on peut être sélectionné pour l’oral (généralement 15min). Ces contrats tournent autour de 1300€ net mensuels auxquelles on peut ajouter maximum 64 heures de cours (je ne détaillerai pas ça ici). Avec les 64h on tourne autour de 1550-1600€ net mensuels après prélèvement des impôts à la source. Il est possible de candidater dans plusieurs ED mais cela suppose de trouver une autre direction de thèse, et multiplier les candidatures en ED est chronophage et peut être vu comme opportuniste.

Il existe ensuite des “contrats spéciaux”, une catégorie dans laquelle je regroupe les contrats publics semblables aux contrats d’ED, mais… hors ED. Il existe notamment des contrats proposés par les régions. Ils sont spécifiques en ce qu’ils demandent généralement d’orienter le sujet de thèse vers des thématiques liées à la région, de mener son terrain sur place, etc. Il existe aussi des contrats “LabEx” (laboratoire d’excellence). Les LabEx sont des structures thématiques qui regroupent des laboratoires et autres établissements du supérieur. Dans ce cas il faut que la direction soit dans un laboratoire du LabEx. C’est ce type que contrat dont je dispose et pour ma part il est quasi identique à un contrat ED, si ce n’est que le salaire est légèrement inférieur à mes homologues du laboratoire mais que j’ai quelques avantages comme une enveloppe supplémentaire. Ces contrats sont aussi légèrement fléchés pour correspondre à la thématique du LabEx. Il y a aussi des contrats proposés par des instituts comme le CNRS, le CEA, l’INSERM, etc.

Enfin, le 3ème type de contrats, c’est le contrat CIFRE. Je connais assez mal ces contrats mais pour le dire rapidement, ce sont des contrats pour des thèses en entreprise (ou administration publique/association…), dont les conditions dépendent fortement de l’entreprise, donc. On doit travailler plusieurs jours par semaine dans l’entreprise, il faut que le travail de thèse soit en lien avec l’activité de l’entreprise. Il est difficile d’enseigner avec une CIFRE, ce qui pose des problèmes pour poursuivre une carrière académique.

Etape 3 : le projet de thèse

Une fois que vous avez une direction que vous oriente vers des financements potentiels, il faut rédiger le projet de thèse. Il existe un certain nombre de ressources que vous pourrez trouver en fouillant sur google pour vous aider à rédiger un projet de thèse (je peux aussi vous envoyer le mien à la demande), mais si j’ai un conseil à vous donner c’est : il faut que votre direction de thèse vous épaule pour ça. C’est leur travail, et personne n’est mieux placé pour connaître les attentes des jurys auxquels vous ferez face. Il y a bien sûr des recettes générales, mais le monde de la recherche est truffé d’implicites et sans une direction investie, il vous sera difficile d’obtenir un contrat (même si ce n’est pas impossible). On en revient donc à l’importance d’avoir une direction qui ne soit pas réputée démissionnaire.

Un point qui peut faire la différence dans un dossier de candidature, c’est le fait d’avoir déjà communiqué dans des journées d’études ou des colloques (voire d’avoir déjà publié un article ou une recension). Il est donc important, si vous le pouvez, de commencer à communiquer au moins une fois pendant le M2. Vous trouverez des appels à communication sur le site calenda.org, et vous pouvez proposer des recensions à des revues sur le thème de l’ouvrage ou à la revue Lectures. Si la proposition de recension est acceptée (plus simple sur des ouvrages récents), on vous paie souvent l’ouvrage d’ailleurs. Enfin, l’avantage des colloques et journées d’études est que vous pourrez commencer à tisser un réseau avec des jeunes chercheuses et chercheurs, voire y trouver des pistes pour la direction.

“Tu es bien sûr(e) que tu veux faire une thèse ?”

Je conclue ce billet par cette phrase que mon DR m’avait adressée après qu’on ait passé tout l’après-midi à plancher sur le projet de thèse. Réfléchissez-y bien avant de vous lancer. Le doctorat est loin d’être la situation la plus difficile et je ne suis pas très fan du manque de mise en perspective de certains discours à ce propos, mais elle peut être synonyme de souffrances, d’angoisses, et de déceptions. Gardez bien en tête qu’il y a peu de postes titulaires, songez à des plans B, C, etc, n’idéalisez pas trop le monde de la recherche en sciences sociales, ni même son rôle social d’ailleurs. Un doctorat n’est pas une mission divine, c’est un métier en CDD pendant trois ans ainsi qu’un apprentissage. Mais quand on a une équipe et une direction sympa, c’est quand même très bien, un doctorat.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.