La rédaction du mémoire «recherche» en sciences sociales

Avant-propos

J’ai écrit la première version de ce texte à la demande d’étudiant-es qui n’avaient aucune idée de comment se lancer dans leur mémoire à l’approche de la fin de l’année. Je le partage ici car je sais que, bien que les ressources existent, vous êtes nombreux-ses à vous retrouver dans cette situation chaque année. Dans ce texte, j’essaie de donner quelques bases sur ce qui est attendu dans un mémoire de Master en sciences sociales avec une démarche majoritairement qualitative. Il s’agit avant tout de présenter et expliquer la structure des mémoires « recherche » car je n’ai pas d’expérience concernant les mémoires « professionnels », mais une partie des conseils peuvent s’y appliquer. Par ailleurs, je ne prétends pas qu’il délivre la meilleure manière de structurer un mémoire et que les conseils sont universels. J’ai une expérience modeste de l’exercice. Je crois toutefois savoir que vous êtes nombreux-ses à ne pas bénéficier d’un très bon accompagnement et à vous retrouver perdus et perdu-es au moment de la rédaction. Dernier point important avant de commencer, ce document ne saurait remplacer un suivi de mémoire, et rien de ce qui y est écrit ne se substitue aux conseils et aux exigences de vos enseignant-es. Ils/elles sont certainement plus compétent-es que moi pour la plupart, et surtout savent mieux que moi ceux qu’ils/elles attendent de vous.

Un premier conseil assez banal est de ne pas être trop ambitieux-se. Un bon mémoire n’est pas un mémoire révolutionnaire, ni un mémoire surdimensionné avec un corpus monstrueux. Il vaut mieux avoir un corpus modeste que vous maîtrisez et vous vous appropriez en profondeur, qu’un corpus massif de dizaines d’entretiens peu exploités. Un mémoire n’est pas un article dans une revue à comité de relecture, même s’il peut y donner suite. C’est avant tout un exercice qui montre que vous avez acquis des bases solides quant à de la démarche de recherche et de sa restitution.

En ce qui concerne la distinction avec les articles de revues, cela implique aussi un autre rapport aux références. Au cours de vos lectures, vous avez dû remarquer que de nombreuses références sont mobilisées de manière assez expéditive. Pour commencer, c’est parfois reproché par les relecteur-ices, en particulier lorsqu’il s’agit de mobiliser des concepts qui devraient être au cœur du développement. Mais surtout, dans le cadre d’un mémoire, vous avez plus de place. Il est donc important d’en profiter pour travailler les concepts et les références. C’est une des compétences qui sont attendues.

Structure et contenu

Introduction générale 

● Accroche : Vous pouvez commencer cette accroche par l’actualité du sujet (par exemple citer un article de presse qui a traité de cette question ou une recherche récente et marquante sur le sujet) Je pense personnellement qu’il est préférable de commencer par l’actualité « recherche » et non médiatique. Cela vous permet de montrer d’emblée que vous vous positionnez par rapport aux débats scientifiques et que vous avez bien conscience de ne pas être le ou la premier ou première à aborder le sujet. Une autre possibilité intéressante est de commencer par un extrait de terrain (vignette ethnographique ou extrait d’entretien, par exemple)

● Éventuellement insérer question de recherche.

● Revue de littérature sur le sujet (ce qui est mobilisé ici le sera aussi idéalement dans le développement). Il faut la décliner en chaque point du sujet, l’enjeu n’est pas de citer tous les auteurs mais d’expliquer comment ils seront utilisés. Le mieux est une revue qui soit progressive c’est-à-dire qui va du général vers la particularité du sujet. Cette revue de littérature permet notamment de définir les termes principaux.

La revue de littérature permet de donner une idée de ce que l’on sait à propos des dimensions importantes de votre sujet, mais aussi à faire apparaître les points d’ombre que le mémoire entend éclairer. C’est notamment en mettant en relation les éléments de la littérature entre eux que vous faites apparaître ce point.

● Cadre théorique (peut apparaître à part de l’introduction, par exemple avec la méthodologie, mais pour un cadre théorique assez « court » ce n’est pas forcément la peine). Le cadre théorique correspond en général à la mise en relation d’un nombre limité de concepts qui servent à cadrer votre analyse à venir, à définir votre fil conducteur. L’idéal (pour des raisons de clarté et de simplicité) est d’inscrire le tout dans une tradition déjà bien définie et cohérente avec le choix des concepts (cela peut être un courant comme l’interactionnisme ou la sociologie critique, ou un « champ » comme la sociologie de la culture, auquel cas vous donnez quelques références pour (re)préciser de quelle « sociologie de la culture » il s’agit).

● Problématique. Attention il ne s’agit pas d’une question. La problématique peut contenir des questions, mais c’est une synthèse de votre cadre théorique et de votre question de recherche (et éventuellement de vos hypothèses) qui peuvent apparaître de manière plus ou moins implicite en les mentionnant au sein de la problématique).

● Annonce du plan

Variante possible :

Il peut vous être demandé de produire une revue de littérature et/ou un cadre théorique séparés, et plus poussés. Si c’est le cas, l’ordre reste le même, et la problématique vient à la fin du cadre théorique. L’accroche et la question de recherche deviennent donc l’entièreté de l’introduction. Si c’est le cas, il peut être intéressant d’insister d’emblée sur l’intérêt de votre travail dans cette courte introduction.

Méthodologie et matériau/corpus/données

● Un peu dans l’ordre qui vous semble pertinent.

● Bien délimiter votre corpus, c’est-à-dire les données sur lesquelles vous vous appuyez réellement pour l’analyse (nombre et natures des entretiens, nature lieu temporalités etc des observations, logique de sélection etc). Idéalement, faites apparaître la place et le rôle des parties de votre corpus.

● Pour la méthodologie, soyez précis-es, expliquez ce que vous avez fait, dans quel ordre si c’est pertinent, parlez de vos choix méthodologiques, n’hésitez pas à mettre vos grilles d’entretiens/d’observations en annexes. Il faut essayer de rendre évident la pertinence des méthodes employées pour répondre à votre problématique. Même si dans les faits vous avez bricolé et que la pertinence est apparue après, qu’elle est une construction et que ce n’était pas quelque chose de planifié, ce n’est pas grave. C’est souvent le cas (et même toujours, dans une certaine mesure). Par ailleurs, il faut que vous ayez en tête la différence entre méthode et méthodologie : la méthodologie, c’est la réflexion (et réflexivité) sur votre méthode, en vous appuyant notamment sur des références.

Court tableau récapitulatif. Les entretiens et les observations ne sont évidemment pas les deux seules méthodes qualitatives qui existent mais elles sont sans doute les plus classiques.

● Montrez que vous avez un regard critique sur les limites mais aussi les apports de votre corpus et de votre méthodologie.

Développement

● Au début de chaque partie, faire une introduction de partie qui annonce les sous parties et la cohérence de la partie.[1]

● Au début de chaque sous partie, il faut une petite introduction pour que le/la lecteur-ice sache où vous souhaitez l’emmener.

● Soigner les transitions (à la fin de chaque sous partie) qui doivent assurer et montrer la cohérence du plan et résumer en plusieurs points ce que la sous-partie et la partie générale apportent à chaque fois.

● Au cours du développement, lorsque vous avancez des idées, appuyez-vous dans la mesure du possible sur de la littérature académique et faites explicitement référence à vos propres données pour étayer votre « démonstration ». Il faut que les références à vos données soient précises : extraits d’entretiens, vignettes d’observation détaillées, résultats de tests statistiques, etc. Vous ne pouvez pas vous contenter d’écrire « mes données montrent ci et ça ».

Ne faites pas ça.

● Hiérarchiser les résultats. Les données peuvent être riches, on peut en tirer beaucoup de choses… Mais certains résultats sont plus pertinents pour la problématique que d’autres. Mettez en avant les “gros” résultats en les traitant en premier et de façon plus détaillée, sans oublier les “petits” résultats qui donnent de l’épaisseur à votre propos.

● Vos références peuvent avoir plusieurs usages. Il peut s’agir de simplement appuyer une affirmation, de vous positionner par rapport à ce qu’a dit quelqu’un d’autre (en montrant que vos données vont dans la même direction, ou, au contraire, s’opposent à ce qui a été dit, et discuter dans les deux cas de ce que cela implique, c’est en particulier ce que vous devez faire avec les références mobilisées dans votre revue de littérature), de mobiliser un concept/une notion. Il n’est pas nécessaire de développer toutes les références, mais pour ce qui est des références centrales, il est attendu de vous que vous les approfondissiez. Ne vous contentez pas de paraphraser un auteur ou une autrice[2], servez-vous en d’appui pour développer ensuite une analyse propre. Vous pouvez le faire en montrant des liens avec une autre référence, ou grâce à vos données. Il faut que de temps en temps, en mobilisant une référence, vous y ajoutiez quelque chose d’original, même si c’est modeste. 

Conclusion

● Résumer sans répéter au moins un paragraphe par « partie » du mémoire.

● Rappel de ce qu’on a montré dans l’introduction (intérêt et angles morts bibliographiques)

● Quelques paragraphes pour expliciter les apports de votre travail (un paragraphe par résultat saillant) ainsi que leurs limites (un paragraphe).

● Éventuellement ouvrir sur des perspectives de recherches, des pistes ouvertes par votre travail.

Présentation/forme

Vous avez le droit de trouver les nombreuses normes académiques (interligne, normes bibliographiques lourdes…)  datées voire stupides, mais je ne crois pas que votre mémoire soit le meilleur champ de bataille (je le précise car je l’ai vu). Par ailleurs, une partie des normes qui peuvent vous paraître inutiles servent à faciliter le travail de votre jury qui saura plus facilement s’approprier votre mémoire ainsi que les 10aines d’autres qu’ils auront à lire pendant la période.

Formatage

Vous devriez connaître la chanson : Times New Roman 12, Interligne 1,5, sans espace après les paragraphes, texte justifié (regardez sur Google si vous ne comprenez pas ces termes). Vous pouvez aussi privilégier d’autres polices « sobres » comme Calibri 11, Arial 10/11, Garamond 11, par exemple[3]. Il y a en général plus de liberté sur les titres, mais je vous conseille d’utiliser l’utilitaire de titre de votre logiciel afin de pouvoir réaliser un sommaire automatisé (le sommaire est important). N’abusez pas des notes de bas de page (je suis très mal placé pour dire ça). Pour les citations de moins de trois lignes (ou une 40aine de mots en général), vous pouvez citer entre guillemets dans le texte. Pour les citations plus longues, il vaut mieux faire un bloc à part, avec un espace avant et après, et un retrait à gauche (et éventuellement à droite), de 2,5 centimètres par exemple (les guillemets ne sont plus nécessaires dans ce cas). Apprenez à utiliser les « feuilles de style » si possible, cela vous économisera du temps et facilitera votre organisation.

Je ne m’étendrai pas sur les normes bibliographiques car il y a de nombreux documents à disposition sur internet et que votre université devrait vous en fournir, mais je vous encourage vivement à apprendre à utiliser Zotero.

Rédaction

Faites attention aux phrases trop longues et compliquées. C’est facile à dire, mais je fais régulièrement cette erreur. Par ailleurs, on a parfois l’impression que c’est la seule manière de faire passer la complexité de l’idée qu’on est en train de développer. C’est parfois vrai, mais pas toujours. Pensez bien que votre jury va devoir lire (ou feuilleter selon le temps dont ils/elles disposent et leur sérieux) 70, 80, parfois plus de 100 pages de votre travail mais aussi de celui de vos camarades. Lire des phrases très longues et alambiquées est éreintant et on a parfois du mal à comprendre où vous voulez en venir. D’ailleurs, souvent, comme on les retravaille 10 fois, elles ne veulent plus rien dire à force. A ce sujet, essayez de ne pas trop travailler dans l’urgence pour avoir le temps de vous faire relire. Je sais là encore que c’est plus facile à dire qu’à faire, mais c’est important.

Pour aller plus loin

On m’a par ailleurs conseillé ce blog qui donne des excellents conseils sur diverses dimensions, telles que les entretiens, les observations, la gestion des différents obstacles que l’on peut rencontrer, etc.

J’essaierai d’écrire un billet sur le traitement des données qualitatives qui est rarement enseigné explicitement et peut parfois paraître “magique”. En attendant, je conseille ce très bon article sur l’induction analytique : https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-01465287/

Enfin, il existe des ouvrages méthodologiques qui pourront vous être précieux :

Arborio, A. M., & Fournier, P. (1999). L’enquête et ses méthodes. L’observation directe

“Les ficelles du métier” d’Howard Becker qui a connu de nombreuses éditions.

Beaud, S., & Weber, F. (1997). Guide de l’enquête de terrain. Produire et analyser des données ethnographiques. La découverte.

Enfin, vous pouvez rejoindre le serveur Discord d’Entraide et Débats en Sciences Sociales pour y poser vos questions, demander des relectures, etc.


[1] Remarque de Baptiste Besse-Patin à ce sujet pour expliciter cette nécessité : « il me semble que le point, implicite, est d’écrire pour un lectorat (jury, direction, etc.) et, souvent, il y a des “sauts” dans l’écriture par rapport à nos “raisonnements” (que je préfère à “démonstration”, plus loin. On écrit pas aussi vite ni aussi explicitement le fil et l’enchaînement de nos pensées (hautement intelligentes) »

[2] D’autant plus que cela peut revenir à du plagiat

[3] Il y a un certain degré de liberté que vous pouvez vous octroyer si vous maîtrisez et/ou que vous savez que c’est autorisé, mais je préfère donner un conseil plus cadré pour celles et ceux qui sont un peu perdu-es.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.