Pk.D : Pokémon Doctorate

Salut tout le monde,

Je profite de ce post inaugural pour présenter un peu la démarche derrière la création de ce blog en commençant et un bref résumé de mon parcours académique en sciences sociales, qui est encore assez récent puisque j’ai commencé il y a seulement trois ans.

Mon rival : ma tendance à m’éparpiller.

L’idée de présenter un peu mon parcours, c’est surtout parce qu’il est je pense fortement lié à la fois à l’orientation que va prendre cette thèse et aux défis que je vais devoir relever en premier lieu. En effet, donc, j’ai commencé les sciences sociales il y a 3 ans, en L3 d’Ethnologie/Anthropologie, avant de faire un Master 1 d’Anthropologie Cognitive, le tout à la suite d’un parcours chaotique qui impliquait une prépa de Physique-Chimie et deux L3 de Mathématiques option tourisme (entendre par là que j’ai passé autant de temps sur la plage qu’en cours, et infiniment plus sur des jeux vidéo). Sans considérer que je suis quelqu’un de plus spécial que les autres, j’entends surtout par là que j’ai eu un parcours un peu (trop ?) varié. Des sciences “dures”, de l’anthropologie, des sciences cognitives plus ou moins mélangées à de l’anthropologie, et maintenant des sciences de l’éducation, mais des sciences de l’éducation un peu hétérodoxes en fait. Du coup, mes influences sont vraiment multiples, et en trois ans, j’ai eu l’occasion de changer régulièrement de projet d’orientation de recherche. Cette tendance à m’éparpiller s’est retrouvée dans la construction de mon projet de thèse.

Il se trouve que j’ai fait mon Master 2 dans un Master de sciences de l’éducation spécialisé sur le jeu, et que si je suis inscrit en doctorat en sciences de l’éducation, je n’ai donc qu’un bagage pour l’instant très limité dans cette discipline (d’ailleurs, je vais vous avouer un truc, je n’ai même pas lu les classiques en anthropologie non plus, mais chut). Ma thèse se retrouve au croisement d’influences qui vont de la sociologie pragmatique, voire aussi un peu interactionniste mais aussi bourdieusienne entre autres, d’une anthropologie des émotions avec certaines influences cognitivistes, de sciences de l’éducation d’un courant hétérodoxe qui s’intéresse aux apprentissages au-delà du contexte scolaire, ainsi que des “game studies” et “fan studies”. C’est encore pire quand on sait que le fait que j’ai répondu à un appel à candidature particulier pour ma bourse doctorale m’a amené à inclure un peu de socioéconomie dans cette salade composée, pour donner un projet de thèse qui s’intitule : “Les mécanismes affectifs de la captation des publics sur internet : le cas de la franchise Pokémon”. Ce qui signifie que ma thèse devrait traiter, au moins, de Pokémon, d’internet, d’émotions, et, bien sûr, sciences de l’éducation oblige, d’apprentissages. Et que par mon parcours, j’aurais tendance à m’appuyer sur différents courants sociologiques, anthropologiques, et même éventuellement sur un apport des sciences cognitives (même si cette dimension risquera d’être très secondaire voire abandonnée pour diverses raisons, mais elle reste envisageable pour l’instant).

Clarifier ma pensée.

Comme tous les doctorants qui décident de tenir un blog/carnet de thèse, je crois, j’ai bien sûr décidé de créer le mien dans une volonté partager mes réflexions et mes recherches, et pour me forcer à écrire régulièrement (et aussi accessoirement pour faire des jeux de mot sur Pokémon). Mais je pense que ce blog pourra surtout être l’occasion pour moi de mettre à plat tout ça, et de tenter de construire une cohérence dans ce projet, au fur et à mesure, plutôt que de me rendre compte trop tard que je vais dans tous les sens. C’est d’ailleurs pour ça que parmi les premiers articles qui seront publiés sur ce blog, je compte rapidement m’atteler à une clarification, pour vous comme pour moi, des différents aspects de ma thèse, de la manière dont je compte les traiter, et des liens qui existent entre eux. A  commencer bien entendu par l’objet, Pokémon, puis, dans un ordre que je n’ai pas encore décidé, d’internet (et plus particulièrement les publics et communautés de fans), des émotions, et des apprentissages.

Ce travail de clarification, de cadrage de la thèse, ne s’arrêtera pas à la publication de ces articles introductifs et devra probablement être renouvelé, mais tout ça me permettra de poser les bases pour avancer. En ce qui concerne le contenu sur un temps un peu plus long, il s’agira principalement de réflexions autour de données recueillies dans le cadre de la thèse, de compte rendus de lecture (comme ça, ça m’obligera enfin à en faire) mis en lien encore une fois avec la thèse. Une autre catégorie sera dédiée à mes publications et communications. J’aimerais aussi produire une réflexion sur ma pratique de l’enseignement à l’Université pour engager un dialogue à ce sujet, si possible. Enfin, je me permettrai peut-être quelques  commentaires de faits d’actualité lorsqu’ils sont en lien avec ma thèse ou les cours que j’enseigne.

A bientôt !

J’essaierai de me tenir à un rythme de publication décent, même si je me connais, ça sera très variable en fonction des périodes. J’espère que j’arriverai à intéresser quelques personnes, et si c’est le cas, j’attends vos critiques avec grand intérêt, même si, surtout si, en fait, vous n’êtes pas expert du sujet. Parce qu’un des avantages à écrire un blog, je pense, c’est aussi de sortir du cadre universitaire un peu hermétique, de renouer avec une forme d’expression plus courante pour ne pas dire moins absconse, et d’échanger si possible avec d’autres personnes que mes paires.