Anthropologie des émotions et régime émotionnels.

Lors du précédent billet, j’ai surtout présenté rapidement l’objet de ma thèse. J’ai aussi mentionné que je compte aborder cet objet à travers le spectre des émotions, plus précisément des “régimes émotionnels. Cet article constitue une base de réflexion autour de cette notion qui reste à construire dans le cadre de la thèse.

Les émotions, c’est contre-nature-han.

Notre façon de penser se base sur nombre de dichotomies, de catégorisations binaires. Blanc/Noir, Chaud/Froid, Homme/Femme, mais aussi Raison/Emotion. C’est la faute à Descartes et à son dualisme (en réalité, ça remonte à bien avant, avec les pythagoriciens en occident et d’autres racines ailleurs, mais j’avoue ne pas y connaître grand chose). L’opposition Raison/Emotion est encore très prégnante dans le discours et la pensée ordinaire. “Le cœur a ses raisons que la raison ignore”, disons nous. Pourtant, dans les années 70, quelques chercheurs, ou plus particulièrement quelques chercheuses, dans le sillon des études féministes (sans pour autant être des “gender studies” à proprement parler), ont commencé à remettre en question cette dichotomie. L’une des anthropologues les plus influentes à s’être penchée sur ces questions, souvent considérée comme l’une des pionnières de l’anthropologie des émotions telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui, est sans doute Catherine Lutz. Elle constate que l’opposition Raison/Emotion est construire parallèlement à d’autres oppositions très ancrées dans la pensée Occidentale, en tout cas américaine, du moment. Là où la raison est associée à la culture, à l’humain (et même plus particulièrement au masculin), les émotions, elles, sont de l’ordre du naturel, du primitif même, de l’animal… et souvent du féminin (on pourrait bien entendu nuancer, surtout pour ce dernier point). On voit là l’influence des études féministes sur la remise en cause de la conception occidentale des émotions, puisqu’elle est inscrite dans le système de domination patriarcale qu’elles dénoncent.

Pour montrer que les émotions ne sont pas que des impulsions naturelles incontrôlées qu’il faudrait réprimer pour être rationnel, Lutz, comme d’autres anthropologues, a mené une ethnographie au sein d’une culture qui ne partage pas cette conception des émotions. Ces travaux ethnographiques ont montré plusieurs choses. D’une part, les émotions ne sont pas qu’une réaction spontanée et naturelle à un stimulus. Elles sont fortement modulées culturellement. Elles sont un “moyen de communication et de régulations sociale” (Crapanzano). Et une émotion ne saurait être totalement comprise, et bien définie, sans prise en compte du contexte social, culturel, et de la situation dans laquelle elle est exprimée, vécue. Une bonne compréhension des émotions, de leur perception, de leur expression, passe par une étude approfondie des catégories de pensée des personnes qui vivent et expriment ces émotions.

Des “régimes émotionnels”.

Pendant que je cherchais à me bricoler un cadre théorique pour mon projet de thèse, je suis tombé sur un article sympathique qui synthétise un peu ce qu’est aujourd’hui l’anthropologie des émotions. Cet article m’a beaucoup aidé à remettre de l’ordre dans mes souvenirs de cours de L3 (et un peu de M1) desquels je tire la plupart de mes connaissances sur ce domaine. Mais surtout, j’y ai découvert un concept qui a fortement inspiré le cadre conceptuel du projet de thèse, celui de “régimes émotionnels”. L’historien William M Reddy définit les régimes émotionnels comme “l’ensemble des émotions normatives et des rituels et pratiques officielles, ainsi que les “émotives” (expression émotionnelle langagière) qui les expriment et les inculquent”, et considère qu’il s’agit de “mécanismes sous-jacents à tout régime politique stable”. Reddy explore, dans l’ouvrage où il développe ce concept, une histoire de ces régimes émotionnels et de la manière dont ils évoluent avec les régimes politiques.

L’intérêt de ce concept est qu’il incite à porter une attention toute particulière à l’articulation entre le contexte et les normes d’expression des émotions, mais aussi sur le rôle que ce système d’expression émotionnel peut jouer dans la stabilité de ce contexte. L’un des questionnement au cœur de mon projet de thèse porte sur le succès pérenne de la franchise Pokémon, et l’une de mes hypothèses de départ et que les émotions jouent un rôle important dans ce succès. Je dois toutefois être vigilant dans la mobilisation d’un tel concept qui a été développé dans un cadre bien différent de celui de ma thèse. Si j’ai l’intuition de pouvoir mettre en lumière des systèmes de normes d’expression des émotions au sein des publics de Pokémon sur internet, il ne s’agit pas tout à fait de régimes politiques. En fait, il s’agirait plutôt d’utiliser le terme “régime” au sens où l’entendent les sociologues pragmatiques. Plutôt qu’un cadre institutionnel rigide imposé par un gouvernement, les régimes sont à penser comme des cadres de l’activité et de l’expérience plus souples et dynamiques, soumis à des transformations par l’activité même des publics.

Initialement, j’ai vu cette inadéquation entre la conception du terme “régime” par Reddy et le sens que je souhaiterais donner au concept dans le cadre de ma thèse comme une faiblesse. Après réflexion, et notamment pendant que j’écris cet article, je me rends compte que c’est peut-être aussi, paradoxalement, une force. Il y a dans les fan studies et, je crois, dans les cultural studies d’inspiration américaines, une tendance à trop insister sur “l’agency” des consommateurs, à leur potentiel d’action et leur action réelle. Le fait d’employer le terme “régime” dans un sens pragmatique tend aussi à mettre l’accent sur cette agency des publics. Mais l’idée d’un régime émotionnel au moins partiellement imposé par les industries culturelles, et ici en particulier par les détenteurs de la marque Pokémon et éventuellement par les plateformes sur lesquelles s’expriment les publics, est tout à fait envisageable. A la suite de discussions récentes et quelques conférences auxquelles j’ai pu assister à l’occasion d’une journée d’été, il m’apparaît qu’à trop vouloir voir la “beauté”, la force de l’activité collective, on s’interdit parfois de voir certains rouages moins “démocratiques” et utopiques.

Finalement, il s’agirait de ne pas trop dépolitiser et dénaturer le concept, non pas uniquement par purisme académique ou par pudeur, mais parce que c’est précisément l’une des forces de ce concept que sa dimension politique. Cette tendance à dépolitiser les concepts s’observe régulièrement, en particulier dans le domaine du numérique, et n’est pas cohérente avec les sciences sociales que je souhaite pratique. Il faudrait donc que j’évite de tomber dans le même écueil.

Place aux données

Maintenant que j’ai posé les bases brouillonnes de ce concept qui me stimule pas mal, il faut que je confronte mes premières intuitions à des données. Les prochains billets seront plutôt des sortes de notes de terrain. Je compte notamment parler du pokémon de la prochaine génération “teasé” sur Pokémon GO et des nombreuses réactions qu’il a suscitées. Bref, attendez vous à une salve de mèmes et d’insultes.

________

Lutz, C. A. (2011). Unnatural emotions: Everyday sentiments on a Micronesian atoll and their challenge to Western theory. University of Chicago Press.
 
Ce livre de Catherine Lutz est vraiment pas mal. C’est une ethnographie très intéressante d’un village où les normes émotionnelles sont assez éloignées des notes. Le propos du livre est de montrer qu’il est impossible de parvenir à une compréhension fine et approfondie de ce que sont les émotions sans porter une attention toute particulière au contexte. En d’autres termes : les émotions sont socialement situées.
 
Crapanzano, V. (1994). Réflexions sur une anthropologie des émotions (No. 22, pp. 109-117). Ministère de la culture/Maison des sciences de l’homme.
 
Un article qui propose une synthèse de ce qu’est l’anthropologie des émotions et introduit au concept de “régimes émotionnels”.
 
Reddy, W. M. (2001). The navigation of feeling: A framework for the history of emotions. Cambridge University Press.
 
L’ouvrage de William Reddy où ce dernier développe le concept de régimes émotionnels. Pour être honnête, je ne l’ai pas lu en entier, il est vraiment très long. Il y commence par une synthèse des différentes approches scientifiques et philosophiques des émotions, en parlant notamment du cas de la psychologie et de l’anthropologie. Je trouve qu’il fait un procès un peu faux à ce qu’il appelle “constructionnisme” en faisant passer la position de certains auteurs comme plus radicale qu’elle ne l’est réellement, mais ça reste une synthèse intéressante. Dans le reste du livre, il développe son concept en l’appliquant à différentes périodes de l’Histoire de France autour de la Révolution. Pour une revue un peu plus détaillée du livre : https://www.journals.uchicago.edu/doi/10.1086/376337 + un coup de sci-hub.tw
 
 


2 réflexions sur « Anthropologie des émotions et régime émotionnels. »

  1. Bonjour, doctorant également, je vous formule une remarque liminaire:
    le concept totémique: “politique” demanderai à être interrogé. Son usage irréfragable, dans l’ensembles des champs sociaux et scientifiques, dissimule des biais cryptiques, pour le chercheur honnête. “Les mots sont dangereux, écrivait Grégory Bateson, surtout lorsqu’il sont évident, ajouterai-je. Cordialement.

    1. Bonsoir,

      je réponds très tardivement pour diverses raisons, merci pour ce commentaire. Je conçois tout à fait l’intérêt de questionner l’usage du terme “politique” en règle générale dans la recherche. Cependant, ici, il me semble que ce n’est pas un enjeu crucial. Je peux me tromper cela dit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.